Skip to navigation – Site map

Philippe Bregeon, Parcours précaires. Enquête sur la jeunesse déqualifiée

Camille Trémeau
Parcours précaires
Philippe Brégeon, Parcours précaires. Enquête sur la jeunesse déqualifiée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, series: « Le sens social », 2013, 190 p., ISBN : 978-2-7535-2203-9.
Top of page

Full text

1Dans un contexte de précarisation et de multiplication des politiques de lutte contre le chômage, que peut-on dire de l’insertion professionnelle des jeunes, et en particulier des jeunes non diplômés ? Quels rapports ces derniers entretiennent-ils avec les institutions chargées d’accompagner leur insertion professionnelle ?

2C’est l’objet de l’ouvrage de Philippe Bregeon, qui à partir d’une enquête qualitative et longitudinale, revient sur les parcours socioprofessionnels de jeunes sortis du système scolaire sans qualification. Entre 2008 et 2011, l’auteur a multiplié les entretiens auprès de vingt-trois jeunes, rencontrés grâce aux contacts noués avec des organismes de formation et une mission locale.

3L’ouvrage se compose de six chapitres. Le premier est consacré aux discours et aux pratiques d’orientation. Dans les deux chapitres suivants, une typologie des profils est proposée à partir des trajectoires de ces jeunes (ascendantes, stagnantes ou descendantes), et de leurs positionnements vis-à-vis du travail et de l’emploi : les « intégrés », les « déconnectés », les « attentistes », les « hypervolontaristes », les « autonomes », les « empêchés ». Philippe Bregeon revient ensuite sur les rapports établis entre les jeunes et les institutions qui les encadrent, en usant d’abord d’une large focale (chapitre 4) avant de se centrer ensuite sur l’affiliation au statut de travailleur handicapé. Enfin, le dernier chapitre de l’ouvrage est consacré aux différents modes de vie adoptés par les jeunes enquêtés. En annexe, l’auteur revient en détail sur le mode d’enquête et le profil des jeunes rencontrés, ainsi que sur le déroulement des entretiens.

4Malgré l’hétérogénéité des parcours et des profils des jeunes rencontrés, Philippe Bregeon constate qu’une bonne partie d’entre eux ne parvient pas à se sortir des dispositifs d’insertion. Un des apports de l’enquête est ainsi de montrer qu’au-delà de la difficulté (réelle) d’accéder à l’emploi, l’intégration en entreprise est également problématique. L’absence de qualification, l’incapacité à appréhender le jeu des relations sociales en entreprise, et la difficulté d’articuler la vie professionnelle aux autres domaines de la vie sociale, font obstacle à la socialisation professionnelle (surtout dans un contexte de « mauvaise qualité des emplois »). Les tentatives de travail en « entreprise ordinaire » sont donc souvent vouées à l’échec (démission ou licenciement), renvoyant les jeunes en question vers les dispositifs d’insertion.

  • 1  L’auteur parle de règles « aléatoires », « arbitraires ». Ces termes nous semblent mal choisis car (...)
  • 2  Dans un article paru en 1997, Aziz Jellab avait déjà mis en évidence le développement, face au déc (...)

5Les institutions en charge de ces dispositifs fonctionnent, selon l’auteur, à partir de normes formelles et informelles difficiles à appréhender1. L’obtention de services dépend en fait de l’adaptation des jeunes aux modes de fonctionnement des institutions, de leur adhésion aux normes et valeurs défendues. Par exemple, un des objectifs de ces institutions serait d’éduquer ces jeunes, en remettant à plus tard la réponse à leurs demandes. Cette « fonction socialisatrice » est plus ou moins bien reçue et négociée par les enquêtés dans leurs interactions avec les professionnels de l’insertion2. Ainsi, certains jeunes y sont réfractaires, et cette attitude les dessert lorsqu’ils souhaitent obtenir une aide. Mais se prêter complètement à cette action éducative ne garantit pas non plus, sur le long terme, l’insertion professionnelle. En fait, les plus « intégrés » des jeunes sont ceux qui ont simplement besoin d’un « coupe de pouce » et qui parviennent, dans leur rapport avec les professionnels de l’insertion, à recentrer habilement les échanges sur les demandes qu’ils formulent.   

6Cette enquête est aussi l’occasion d’appréhender l’instrumentalisation par ces institutions de la catégorisation de travailleur handicapé, qui leur permet de « caser » des jeunes en difficultés d’insertion professionnelle. Ainsi, un tiers des jeunes rencontrés dans cette enquête sont ou ont été affiliés au statut de handicapé pendant leur parcours (scolaire et/ou professionnel). La volonté, par les acteurs de l’insertion, d’affilier une partie des jeunes sans diplômes à ce statut se base sur des critères scolaires (faiblesse du niveau) et professionnels (grande difficulté à s’insérer dans l’emploi). Mais cette affiliation est, selon l’auteur, contreproductive. Elle mènerait à une stigmatisation des jeunes travailleurs handicapés, qui rendrait difficile la construction de leur identité, et leur bloquerait l’accès aux entreprises.

  • 3  Serge Paugam développe aussi deux autres profils-types : les « fragiles » et les « marginaux ». Ce (...)
  • 4  Serge Paugam, Le salarié de la précarité, PUF, 2000. Dans cet ouvrage, Serge Paugam analyse les ra (...)

7Finalement, plusieurs idées traversent l’ouvrage : sont évoquées la remise en cause de « l’idée d’une progression linéaire de la précarité vers un emploi durable », mais aussi la place centrale de l’emploi dans la vie sociale. L’auteur critique les théories du « lien social » et de la « disqualification sociale », auxquelles il reproche leur dimension réductrice. Il juge ainsi l’analyse de Serge Paugam trop simpliste, victimisant les populations ayant recours aux dispositifs d’insertion et éludant, ce faisant, les tactiques de résistances et les formes de débrouille qu’elles peuvent développer. Or, Serge Paugam évoque bien ces possibilités de résistances et les typologies qu’il développe dans son ouvrage vont au-delà des figures d’« assistés » qui sont, ici, les seules évoquées et critiquées3. Philippe Bregeon reproche aussi à cet auteur d’encourager une « vision quelque peu manichéenne entre des salariés acteurs et des bénéficiaires des transferts sociaux assistés». Pourtant, dans Le salarié de la précarité, Serge Paugam montre bien que le processus de disqualification sociale ne commence pas là où l’emploi s’arrête4. On ne retiendra pas plus comme un gage de rigueur scientifique le fait de lire, à plusieurs reprises dans l’ouvrage de Philippe Bregeon, que l’auteur du concept de désaffiliation sociale se nomme Roger Castel.

8Sur la forme, l’ouvrage comporte d’autres « erreurs » dommageables : une anonymisation avec des ratés (le véritable prénom d’un enquêté apparaît dans le développement), une conclusion qui reprend mot pour mot des passages du développement, des citations réitérées des mêmes extraits d’entretien.

9Si cette enquête apporte certains éclairages sur le rapport des jeunes aux organismes d’insertion, on aurait aimé en savoir plus sur ce qui se joue dans les interactions entre conseillers et jeunes. Faut-il croire, notamment, que toutes les institutions gérant l’insertion déploient des pratiques similaires, développent les mêmes discours, se référent à des normes « éducatives » identiques ?

10En ce qui concerne le handicap, l’auteur évoque aussi rapidement la personnalité et le parcours des enseignants comme élément explicatif de l’affiliation au statut d’handicapé à l’école (sans d’ailleurs expliciter quels éléments de parcours et de personnalité jouent et quelles pratiques en découlent). Qu’en est-il du côté des acteurs des institutions en charge de l’insertion professionnelle qu’il a rencontrés (et qui sont bien plus centraux dans l’enquête que ne le sont les enseignants) ?

11Certaines caractéristiques sociales des jeunes rencontrés semblent également sous-exploitées. Par exemple, l’auteur observe-t-il des particularités dans les parcours des quelques jeunes nés en Outre-mer ? Plus largement, le poids de l’origine sociale, articulée aux relations établies au sein de la famille, aurait mérité d’être davantage souligné.

Top of page

Notes

1  L’auteur parle de règles « aléatoires », « arbitraires ». Ces termes nous semblent mal choisis car ils laissent à penser que ces règles ne sont jamais les mêmes et n’obéissent à aucune logique.

2  Dans un article paru en 1997, Aziz Jellab avait déjà mis en évidence le développement, face au décalage entre offre et demande d’emploi, de principes pédagogiques visant à socialiser et responsabiliser les jeunes. Il montrait également les différentes logiques développées par ces derniers entre attente, engagement, transition, confrontation ou rejet. Voir « Jeunes en quête d'emploi et mission locale : socialisation institutionnelle et logiques d'actions juvéniles », RFAS, 1997, n°2

3  Serge Paugam développe aussi deux autres profils-types : les « fragiles » et les « marginaux ». Ces trois profils : « fragiles », « assistés » et « marginaux » sont analysés finement, décomposés en sous-profils et mettent à jour des formes différentes de réappropriations et de résistances. Voir Serge Paugam,  La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, PUF, 1991

4  Serge Paugam, Le salarié de la précarité, PUF, 2000. Dans cet ouvrage, Serge Paugam analyse les rapports au travail et les rapports à l’emploi de salariés, et conclue que le salariat ne protège pas de la précarité et de l’affaiblissement des liens sociaux.

Top of page

References

Electronic reference

Camille Trémeau, « Philippe Bregeon, Parcours précaires. Enquête sur la jeunesse déqualifiée », Lectures [Online], Reviews, 2013, Online since 12 March 2013, connection on 21 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10926

Top of page

About the author

Camille Trémeau

Doctorante en sociologie au CENS, Université de Nantes

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page