Navigation – Plan du site

Georges Akerlof et Robert Shiller, Les esprits animaux

Thierry Colmard
Les Esprits animaux
George Akerlof, Robert Shiller, Les Esprits animaux. Comment les forces psychologiques mènent la finance et l'économie, Paris, Flammarion, coll. « Champs Essais », 2013, 293 p., Trad. Corinne Faure-Geors, ISBN : 978-2-08-128943-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  George Akerlof, “The Market for ‘Lemons’: Quality Uncertainty and the Market Mechanism”, Quarterly (...)
  • 2  Au niveau des acheteurs, l’absence d’information sur la qualité réelle des véhicules et le prix mo (...)

1La version originale du présent ouvrage est parue en 2009 aux Etats-Unis et cette date ne doit rien au hasard. C’est en effet en pleine crise des subprimes que deux économistes de renom ont décidé, comme dans un coup de colère, d’éclairer d’un point de vue original la crise financière récente. Georges Akerlof est une grande figure de la science économique. Ce professeur à l’université de Berkeley a obtenue le prix Nobel d’économie en 2001 et doit une bonne part de sa célébrité à un article fondateur sur les imperfections du marché1, où à travers l’exemple des voitures d’occasion il met en évidence une situation d’asymétrie d’information engendrant un phénomène de sélection adverse2. Robert Shiller est quant à lui professeur d’économie à l’Université de Yale et spécialiste de finance comportementale.

2La spécificité de la démarche adoptée ici repose sur une discussion du mythe d’un marché autorégulateur et sur la réfutation du dogme de la rationalité absolue de l’acteur en économie, le célèbre homo economicus. Cet agent économique abstrait est censé disposer de tous les éléments pour adopter un comportement optimal dans toute situation en réalisant un calcul forcément toujours efficace en évaluant les coûts et les avantages de toute action.

  • 3  Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), Gallimard id (...)
  • 4  John M.Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1936), Petite biblioth (...)

3Un auteur comme Adam Smith3 (1723-1790) est parti de ce principe mais en négligeant les motivations autres qu’économiques, et donc en niant ainsi les « esprits animaux ». Dans la forme latine en usage au Moyen Âge, spiritus animalis, le terme animalis signifie « ce qui vient de l’esprit et pousse à l’acte, l’impulsion de l’âme ». Aujourd’hui, l’expression a pris un sens quelque peu différent et exprime la part d’incohérence et d’instabilité de l’économie. Ces esprits animaux qui donnent son titre au livre constituent une référence explicite au grand économiste britannique J.M.Keynes4 (1883-1946) qui le premier avait évoqué les « animals spirits » pour caractériser les facteurs psychologiques qui influencent les décisions économiques.

4Aux yeux d’Akerlof et Shiller, ces esprits animaux constituent la variable déterminante des phénomènes décrits, que l’on peut réduire au final à quelques traits saillants divisés schématiquement en deux grandes catégories. D’une part, ce qui relèverait des faiblesses du genre humain à titre individuel comme la peur, le manque de confiance envers autrui, la corruption. D’autre part, des éléments plus généraux qui agissent comme des croyances collectives à l’image de l’illusion monétaire ou de la transmission d’histoires peu conformes aux faits établis.

5Les auteurs rappellent avec force que le futur économique est par définition incertain, aléatoire et instable. Certaines actions peuvent paraître alors incohérentes et irrationnelles, ce qui nous éloigne des modèles théoriques aux mécanismes parfaitement prévisibles. La succession de crises qui ont jalonné l’histoire du capitalisme, de la crise de la tulipe à Amsterdam au XVIIe siècle jusqu’à la crise actuelle des subprimes, en passant par la dépression des années 1930, tend à vérifier l’hypothèse inverse. Le point commun de toutes ces fluctuations réside justement sur leur imprévisibilité.

6Avec une série d’exemples piochés dans l’histoire économique, Akerlof et Shiller illustrent le phénomène avec brio, dans un style alerte et selon une pédagogie bien rodée. Surtout, ils ne se contentent pas de rester cantonnés aux comportements de la finance et élargissent leur analyse, tout au long des treize chapitres du livre, à l’économie dans son ensemble, balayant ainsi des problématiques devenues classiques dans l’analyse économique contemporaine comme la question du chômage volontaire ou non, la détermination du niveau des salaires, le mystère des comportements d’épargne, l’arbitrage possible ou non entre l’inflation et le chômage… mais aussi des questionnements et des éléments de réponses dans des domaines à la frontière des autres sciences sociales, comme la pauvreté endémique de certains groupes, abordée dans le dernier chapitre.

7Par exemple le chapitre 12, intitulé « Pourquoi les marchés immobiliers procèdent-ils par cycles ? », nous paraît particulièrement savoureux car selon les auteurs « les esprits animaux se sont déchaînés ». Les prix de l’immobilier aux Etats-Unis ont connu une hausse ininterrompue de la fin des années 1990 à 2006. Ce boom a conduit à la crise immobilière la plus sévère depuis celle des années 1930. Partant de ce constat, Akerlof et Shiller tentent d’en comprendre les raisons. Comment expliquer un tel essor et une faillite de cette ampleur ? Comment la population d’acheteurs s’est-elle laissé influencer de la sorte ? Encore en 2004, un animateur de télévision, Tom Kelly, et un économiste consultant auprès de l’association nationale des agents immobiliers, John Tuccillo, publient un livre au titre racoleur, « Comment une résidence secondaire peut devenir votre meilleur investissement ? ». Celui-ci est rapidement propulsé en tête des ventes. Pourtant, l’ouvrage en question n’apporte aucun argument prouvant que le marché immobilier est bien un investissement exceptionnel. L’irrationalité domine et s’illustre dans la pléthore d’histoires qui entretiennent le mythe d’un marché de l’immobilier toujours porté à la hausse. En se plongeant dans des séries statistiques longues, remontant pour les plus anciennes au début du XXe siècle, Akerlof et Shiller montrent que l’effet de levier traditionnellement attendu lors de placements immobiliers ne joue pas. La valeur des terrains et maisons a tendance sur le long terme à progresser beaucoup plus faiblement que la richesse créée telle que mesurée par la croissance du PIB, et que les placements en actions, beaucoup plus rentables. Outre la prégnance de cette croyance, le boom immobilier des années 2000 a bénéficié d’un rejet relatif de Wall Street compte tenu de différents scandales comptables – comme l’affaire Enron – traduisant une crise de confiance des investisseurs. C’est aussi une véritable mode, largement entretenue par les médias, où l’histoire sans cesse renouvelée du placement « aussi solide qu’une maison » (safe as house) est répétée à satiété. Enfin, ultime catalyseur, le développement des prêts subprimes par les banquiers a largement stimulé la spirale spéculative immobilière. En bout de compte, on assiste à un incroyable festival d’esprits animaux qui se conjuguent sans retenue : confiance, corruption, illusion monétaire, belles histoires,… Akerlof et Shiller nous démontrent en l’espèce que ce sont les variables explicatives déterminantes.

8Les différentes thématiques développées tout au long de l’ouvrage sont traitées selon le même procédé, et ce n’est pas un hasard si les auteurs présentent presque systématiquement leurs différents chapitres sous la forme d’une réponse à une question. Si les différents arguments mobilisés n’offrent pas tous les mêmes qualités de persuasion – la partie sur le dilemme entre l’inflation et le chômage n’amène pas de réponse définitive et laisse encore entrevoir débats et polémiques –, l’ensemble demeure néanmoins cohérent et plutôt convaincant. On peut donc voir dans cet ouvrage un hommage appuyé à la pensée keynésienne, mais aussi une tentative d’humaniser le territoire devenu aride de l’analyse économique standard. En d’autres termes, il nous est rappelé avec conviction que l’économie reste une science humaine qui ne peut prétendre élaborer des lois générales « toutes choses égales par ailleurs ». L’élément le plus convaincant de ce point de vue réside dans la mobilisation systématique de faits tirés de l’histoire économique récente et plus ancienne comme la dépression de 1890 aux Etats-Unis ou les chocs pétroliers des années 1970. Il apparaît alors très nettement que chaque situation s’inscrit dans un contexte historique particulier que ne peut ignorer l’analyse économique. La présente contribution alimente donc le débat qui oppose les tenants d’une science économique parée de tous les attributs d’une scientificité sans faille et ceux qui plus raisonnablement tirent les leçons de chaque expérience particulière. Cette réhabilitation de l’expérience, non dénuée de bon sens, n’est pas la moindre des qualités du livre d’Akerlof et Shiller, tout comme l’ouverture à une lecture décloisonnée des phénomènes économiques.

Haut de page

Notes

1  George Akerlof, “The Market for ‘Lemons’: Quality Uncertainty and the Market Mechanism”, Quarterly Journal of Economics, 1970, vol. 84, n° 3, p. 488-500, en ligne: https://www.iei.liu.se/nek/730g83/artiklar/1.328833/AkerlofMarketforLemons.pdf.

2  Au niveau des acheteurs, l’absence d’information sur la qualité réelle des véhicules et le prix moyen proposé, reflet de la probabilité égale d’obtenir une bonne voiture ou une mauvaise, dissuadent les détenteurs de voitures de bonne qualité qui se retirent du marché, préférant ne pas vendre à ce prix. En cela, ils prennent une décision contraire à ce qu’ils recherchaient initialement. A l’inverse, les propriétaires d’un véhicule de mauvaise qualité ont l’opportunité de vendre à un prix supérieur à la valeur réelle de leur bien. Au final, la sélection adverse ou anti-sélection se manifeste par la présence exclusive sur le marché de véhicules de mauvaise qualité.

3  Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), Gallimard idées, 1976.

4  John M.Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1936), Petite bibliothèque Payot, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Colmard, « Georges Akerlof et Robert Shiller, Les esprits animaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 12 mars 2013, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10934

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page