Navigation – Plan du site

Olivier Azam, Daniel Mermet, Chomsky & cie

Serge Pacé
Chomsky & cie
Olivier Azam, Daniel Mermet, Chomsky & cie, Les Mutins de Pangée, 2010.
Haut de page

Texte intégral

1Comme l'annonce le sous-titre en quatrième de couverture, la mise en image des reportages de Là-bas si j'y suis où Daniel Mermet interviewe Noam Chomsky est avant tout un « film outil d'autodéfense intellectuelle ». En effet soutenu par une souscription des auditeurs modestes et géniaux, il a été produit par les Mutins de Pangée dont le site (http://www.lesmutins.org/​) accueille des réalisations inconnues et au titre sulfureux comme « Le désentubage cathodique ». Ils proposent ainsi une participation politique plus active. C'est vers ce continent perdu de la prise de parole que le film veut nous entraîner. Comme le dit Noam Chomsky en page de garde du DVD « Le pouvoir ne souhaite pas que les gens comprennent qu'ils peuvent provoquer des changements ». C'est vers cette position stimulante que souhaitent nous entraîner les réalisateurs de l'émission. Les individus (unis) ne sont pas dépourvus face à des décisions qui sont prises malgré eux et contre eux. C'est une grille de lecture décryptant ce que Noam Chomsky appelle la fabrique du consentement, « manufacturing concept », et un outil permettant d'en « finir avec la fabrique de l'impuissance et ses chiens de garde intello-médiatique ».

2Le film est présenté en deux séries d'entretiens avec Noam Chomsky : un premier versant dans lequel Daniel Mermet le questionne sur ses travaux, tout en alimentant cette réflexion d'images d'archives ou de reportages comportant 9 chapitres et un second où il revient lui poser les questions des participants lors des débats qui ont suivi les projections, et qui se décompose en 5 chapitres. On note aussi un complément en particulier sur Henri Ford et son hobby. Il présente rapidement Noam Chomsky dans le premier chapitre, linguiste réputé et admirateur lui-même de Bertrand Russel, activiste des années 60 contre la guerre du Vietnam (5mn59-9mn). Il expose la thèse que développe l'auteur dans son ouvrage, La Fabrique de l'opinion écrit avec Erward S Herman, dans le deuxième chapitre appelé « La fabrique du consentement ». Le massacre de Virginia Tech aux États-Unis le 16 avril 2007 lui permet de montrer la différence de mobilisation des médias selon leur intérêt. Le massacre inique de plus de 2000 mineurs chiliens, avec femmes et enfants pour une augmentation de salaire de quelques centimes de 1907 est passé dans l'oubli. Il reprend alors un exemple connu, la différence de traitement de l'information entre des évènements qui se sont passés dans les sphères d'influence américaine et soviétique, met en parallèle l'exécution du père Popielueszko en Pologne par les forces de police et l'archevêque Roméro assassiné pendant la messe, avec six jésuites abattus d'une balle dans la tête en novembre 80, par des bataillons d'élite, armés formés et entraînés par les États-Unis. Le constat après une étude comparative très précise sur la couverture médiatique des deux assassinats est, que par dix fois, le NYT consacre sa première page au prêtre assassiné (14mn59). Le prêtre abattu par le régime communiste est 100 fois plus important que le prêtre du Salvador.

3Y a-t-il un complot selon Noam Chomsky ? Daniel Mermet nous propose, avant d'entendre la réponse du linguiste, un petit reportage où il demande à des journalistes réputés de la télévision (Arlette Chabot, David Pujadas...) s'ils sont libres. Il leur propose ensuite de commenter l'enquête annuelle de la Sofres sur l'indépendance des journalistes : « Les journalistes résistent-ils aux pressions politiques? »: non à 63%. « Les journalistes résistent-ils aux pressions de l'argent? »: non à 60%. (17mn). Le malaise des journalistes illustre leur conformisme à l'égard du pouvoir et permet à Noam Chomsky de mettre en évidence le fait que la presse est façonnée dans le sens de l'opinion admise communément : ce que Pierre Bourdieu appelle la doxa et qui ressemble furieusement à la définition du fait social de Durkheim. « Il consiste en des manières d'agir, de penser et de sentir, extérieures à l'individu, et qui est doué d'un pouvoir de coercition en vertu duquel il s'impose à lui. » (Les règles de la méthode sociologique, 1895). Quand on va dans le sens du courant, on ne ressent pas de contrainte, ce qui n'est pas le cas quand on va à rebours. Or, c'est ce qui différencie les régimes totalitaires des démocraties. Dans un état totalitaire la ligne est imposée d'en haut alors qu'en démocratie le cadre est sous-entendu et un débat passionné peut se livrer à l'intérieur de ce cadre. (20mn53)

4De fait Noam Chomsky considère que ce sont les plus éduqués qui sont les plus conformistes et que ce sont les personnes les moins éduquées qui sont capables de critiquer le pouvoir. Ce point, qui est central dans le raisonnement de l'auteur, sera précisé dans le deuxième DVD dans le chapitre intitulé « les intellectuels = clergé séculier ». L'intellectuel, dans les démocraties contemporaines, n'est pas une personne qui a une démarche affûtée sur un problème mais qui fait un travail clérical assez plat selon le commentaire de Normand Baillargeon : une grande partie de leur pratique, est de rendre des choses simples, compliquées, de manière à ensuite justifier leurs privilèges. S'il traduit en mots simples, ce sera ou banal, ou ridicule ou évident. Noam Chomsky utilise souvent cette phrase: s'il s'agit de se servir de son cerveau, mon mécanicien le fait très bien (16mn47, deuxième DVD).

5Cela ne l'empêche pas d'être un rationaliste qui sait reconnaître le travail intellectuel quand il en voit, et est convaincu que c'est nécessaire, mais il critique l'institutionnalisation des intellectuels. Par exemple le chapitre 4 montre comment Noam Chomsky sera dénoncé par Jacques Attali et Bernard Henry-Levy comme défendant implicitement le génocide du Cambodge. Comme il nous le dit lui-même, les penseurs qui vont à contre-courant, ce n'est pas nouveau et on leur fait boire la ciguë. Or celui-ci a plutôt cherché à comprendre comment l'acharnement des États-Unis sur ce petit pays, a déclenché les événements qui vont suivre. Daniel Mermet revient d'ailleurs dans le chapitre 5 sur le débat qui a opposé Pierre Vidal-Naquet et Noam Chomsky. En défendant la liberté de parole ce dernier a été accusé de soutenir les thèses négationnistes de Faurisson. La démonstration est convaincante et montre que les controverses sur la liberté d'expression sont loin d'être tranchées. Cela n'est pas sans rappeler le débat sur le procès de Klaus Barbie où Vergès a été décrié en prenant la défense de l'indéfendable. Ces prises de positions radicales questionnent en fait le politiquement correct.

6Le plus souvent les peuples sont opposés à la guerre selon l'auteur mais alors comment les convaincre? Entre en jeu ce que Noam Chomsky appelle la fabrique du consentement expression créée par Walter Lippman (1889-1974) « manufacturing consent », qui est la mobilisation en communication politique des réflexions du marketing, mis en œuvre dans les années 20 dans les pays modernes. Le cœur des relations publiques du système industriel est de la propagande car le degré de liberté est tel que l'Etat ne peut plus régner par la violence: Partis de gauche, vote des femmes, liberté d'expression, les gens ont davantage de droits. C'est un grand progrès et il est plus facile d'être confronté à une publicité qu'à une chambre de torture (28mn 21). De fait, il n'y a pas de complot mais un consensus qui fait système et qui se construit par la naturalisation des positions. Donc le pouvoir politique n'influence que marginalement les médias. Alors quel est le mécanisme sous-jacent qui permet d'arriver au consentement ? Selon Chomsky: « C'est comme si vous me demandiez comment le gouvernement convainc Général Motor d'accroître ses profits. »(35mn) Il est intéressant de constater la proximité des thèses de Chomsky avec celle de l'école de Francfort. Pour ces derniers, la production marchande de loisirs, est une manière pour les industriels de s'approprier le temps de non travail pour faire du profit. Les médias, les « intellectuels » ont un fonctionnement autonome. Cela dit le chapitre 6 en constitue un contre-exemple que Noam Chomsky juge encourageant: contrairement à la guerre du Vietnam, l'administration Bush n'a pas eu besoin d'obtenir l'accord de la population pour faire la guerre. Les manifestations monstres de cette époque dans les pays belligérants en témoignent. Il constate qu' en 1967, les manifestations n'ont commencé que quand les contingents étaient estimés à 500 000 soldats.(1h26mn)

7Le troisième chapitre est une réponse à la fabrique du consentement, ou comment conserver son sens critique par rapport à une information dont le courant « mainstream », pour reprendre l'expression de Noam Chomsky, est construit pour emporter votre adhésion plutôt que de mobiliser la réflexion. Comme l'a écrit Antoine de La Boétie « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », (43mn10) Une réponse apportée par le film est contenue dans le livre de Romand Baillargeon Petit cours d'autodéfense intellectuelle où il reprend des exemples tirés de son ouvrage. Il met en évidence l'usage de figures de style dont la plus caractéristique est l'oxymore : « force de maintien de la paix », « devoir d'ingérence », « droit d'ingérence ». Il met en évidence la différence entre la propagande et les relations publiques, en nous montrant comment, au début du XXe siècle, la notion a été appropriée par les groupes industriels. Il l'illustre par deux exemples: la manière dont on modifie l'image d'une entreprise décriée comme Monsanto ou comment on introduit un débat dans un domaine où les scientifiques sont d'accord comme dans le cas du réchauffement climatique.

8La question qui se pose alors est dans quel type de société peut-on attendre de telles réflexions ? : le chapitre 7 nous propose une réponse où l'Etat serait le garant ultime par rapport au pouvoir des firmes, mais pour Noam Chomsky, la cage est trop étroite et il faut en élargir les barreaux. Cela explique son paradoxe d'être à la fois anarchiste et de défendre l'Etat, en attendant qu'e se développe une véritable démocratie industrielle à l'instar de ce qui s'est passé au début de la révolution soviétique, avant que Lénine et Troski ne remettent en cause cette dynamique (1h31mn20). Ce qui introduit le dernier chapitre, la lutte aujourd'hui pour Noam Chomsky est le fait de gens qui réclament les ressources les plus essentielles comme l'eau ou le gaz. Ainsi nous sont montrées des images sur les luttes de 2003 en Bolivie pour s'opposer à la privatisation de l'eau: répression sanglante où l'on tire à balle réelle dans la foule. Cet épisode cruel montre que la mobilisation des populations réprimées durement, a provoqué l'élection de Morales quelques années après. C'est donc bien un message d'espoir que nous livre Noam Chomsky. Il n'y a pas de fatalité et comme nous l'écrit Daniel Mermet, on leur a éteint la lumière mais ils ne veulent pas dormir. On les a appelé les « malgré tout ». « Les « malgré tout » ont encore une oreille qui bouge et un œil qui reste ouvert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Pacé, « Olivier Azam, Daniel Mermet, Chomsky & cie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 20 juillet 2010, consulté le 25 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1094

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page