Navigation – Plan du site

Alain Menil, Les voies de la créolisation. Essai sur Edouard Glissant

Jean-François Blanchard
Les voies de la créolisation
Alain Ménil, Les voies de la créolisation. Essai sur Edouard Glissant, De l'incidence éditeur, 2011, 630 p., ISBN : 978-2-918193-11-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Né à la Martinique d’une mère française et d’un père martiniquais, René Menil (1097-2004), intelle (...)

1« La créolisation est-elle le “nom propre” de notre temps, le propre de notre modernité ? », s’interroge le philosophe Alain Menil. Comment ce concept, tiré de l’expérience du peuple antillais, livrerait-il tout à la fois une compréhension de l’entreprise coloniale et une vision prophétique de notre monde contemporain ? C’est le propos de cet essai consacré à Edouard Glissant. Une origine franco-antillaise, un père1 engagé dans cause anticoloniale aux Antilles et une créolité revendiquée conduisent l’auteur à apporter ponctuellement un commentaire réflexif au décours de l’ouvrage. La disparition de Glissant en février 2011 et celle de Menil en juin 2012 donnent à la lecture de l’ouvrage une dimension particulière.

  • 2  Traité du Tout-monde, Paris, Gallimard, 1997, p. 187.
  • 3 Dans L'imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme (La Découverte, 199 (...)

2« L’esquisse d’un portrait en biais… » met en exergue l’Intention poétique de Glissant pour qui « l’acte poétique est un élément de connaissance du réel »2. Sa prise de distance à l’égard d’une forme de pensée eurocentrée sur l’Universalité, la Raison et le Progrès est dans le fil des late subaltern studies. Glissant soutient en effet, sur un versant francophone, les thèmes en accord avec les cultural studies (Stuart Hall, Eric Hobsbawn), et les post-colonial studies, l’entreprise de déconstruction du paradigme colonial et de ses fondements. Il défend une décolonisation du savoir, déconstruisant une linéarité historique issue de l’Europe, centrée sur ses Etats nationaux, et produisant une légitimation de l’hégémonie coloniale. A l’Universel il oppose le Divers. Les freins existant encore aujourd’hui à l’inscription de la question raciale et de la colonisation dans le champ des études universitaires en France sont encore très révélateurs à cet égard. Mais, dans sa posture hétérodoxe, E. Glissant se place aussi à l’écart de ceux qui s’engagent dans les luttes identitaires, et dont le projet est de reproduire les modèles et les figures transmises par le colonisateur (nation, territoire, langue officielle)3. Dans les luttes anticoloniales Glissant se dit — selon sa propre expression — solidaire et solitaire. Sa vocation n’a pas été, comme Césaire, d’entrer dans l’arène politique.

  • 4  Il existe sur internet de nombreux documents vidéo et audio où l’on peut entendre E. Glissant. Deu (...)
  • 5  Voir Christine Chivallon L'esclavage, du souvenir à la mémoire. Contribution à une anthropologie d (...)

3« … L’art ne connait pas la division des genres. » L’œuvre écrite et orale4 d’Edouard Glissant est protéiforme, et le sujet abordé – la postmodernité - est un lieu de rencontre interdisciplinaire. Alain Menil, dans une première partie, décline le concept de créolisation et sa critique sur le plan historique, mais aussi sur le plan géographique en abordant la « cartographie de la créolisation » qui ne peut – selon Glissant – se confondre avec une diaspora noire, en raison de son absence de souche référentielle, et d’homogénéité ethnique5. D’autres approches critiques, plus centrées sur les romans, les personnages et l’action auraient peut-être l’avantage de mettre l’accent sur certains aspects de la construction historique de l’identité antillaise. Ces détours par l’histoire sociale antillaise auraient peut-être permis une approche critique différente, et certainement moins radicale, de la créolité. La quête de reconstruction se nourrit d’une réappropriation de l’Histoire, d’une histoire qui trouve son origine dans le ventre de vaisseaux négriers, celle des esclavages. « Le Discours Antillais » témoigne de cette réappropriation de soi, de l’histoire, de l’espace : l’Antillanité. Cependant Glissant écarte toute forme d’essentialisation de l’identité collective : ce vers quoi tend – à ses yeux – la créolité, ou la négritude. Ces questions font l’objet d’une seconde partie consacrée aux contextes.

4La troisième partie est une projection de la créolisation dans notre monde actuel, dont Alain Menil fait l’épistémologie. La Relation s’inscrit dans une dynamique politique et éthique de l’altérité qui met en relation des communautés, non l’une face à l’autre mais en relation l’une avec l’autre. Dans le monde du Divers, l’altérité s’aborde, non par la différence, mais par la similitude, conjugaison consentie et empathique des identités. Cette proposition est, sous un angle épistémologique, celle de l’anthropologie sociale et plus généralement des sciences sociales. Dépouillées de leur part hégémonique (dominant ou dominé) et de leur aristo-techno-cratisme, les cultures ont vocation à se rencontrer dans ce qui est leur finalité : le vivre ensemble autour de traits culturels partagés « valables pour tous », Il ne s’agit pas de relativisme où la posture est l’acceptation de l’autre. Glissant oppose ainsi la mondialisation qui serait un produit du laisser-faire, laisser-aller économique et financier à la mondialité, processus fondé sur la Relation ainsi présentée. Certes, la Relation relève sans doute d’une utopie et beaucoup, comme Alain Touraine pensent que « l’affrontement des cultures, comme celui des classes sociales, ne se résout jamais par le mélange final des adversaires. » Alain Menil contre-argumente.

  • 6  L’exil intérieur, métaphore décrivant condition de l’homme moderne coupé de ces racines dans un mo (...)
  • 7  Sans oublier Christine Taubira, l’actuelle ministre de la Justice.

5Un des aspects le plus fécond du concept de créolisation dans l’essai d’Alain Menil est la lecture de l’individu comme créole6 . Vécue par Alain Menil, la position de l’intellectuel blanc réclamant sa part d’appartenance au peuple noir apparait difficile et incompréhensible tant notre culture est imprégnée du colonialisme. C’est la notion même de situation minoritaire, ou minorée qui est pointée, au-delà de l’ethnicité. Un regret vif du lecteur, certaines critiques de Glissant ne sont pas abordées dans l’ouvrage — c’est celle de la place de la femme dans le mouvement antillais : décloisonnement des types sexués et créolisation des genres ? La pensée féministe est pourtant bien représentée aux Caraïbes par Maryse Condé ou Simone Schwarz-Bart notamment7, et celle-ci aspire à sortir de l’ombre masculine tutélaire des Césaire, Fanon et… Glissant.

6La créolisation peut apparaître comme un modus explicandi souple et flexible situé du côté de l’utopie, comme un paradigme à privilégier dans le champ de la culture et des arts (la musique en particulier). Elle peut même encore, comme parfois certains avatars tardifs des cultural studies, verser dans le dévoiement médiatique et la banalisation. Au contraire, la lecture des Voies de la créolisation convainc le lecteur et offre une mise en perspective heuristique stimulante, dans la mesure où elle s’appuie sur une critique radicale inspirée d’une philosophie pré-socratique liant poésie, idéalisme et quête de sens. C’est une proposition pragmatique et sensible pour penser le Divers par opposition à la construction rationnelle et politique de l’Universel. Libéré de la « dictature de la racine unique » et d’un système culturel fermé, l’individu est appelé à conjuguer différentes appartenances identitaires. Pour davantage de liberté ? La réponse est dans sa capacité à réaliser la Relation, dans une intention poétique partagée décrite et argumentée par Alain Ménil au long des 650 pages de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1  Né à la Martinique d’une mère française et d’un père martiniquais, René Menil (1097-2004), intellectuel engagé aux côtés de Césaire, et demeuré partisan de l’autonomie antillaise (cf. Tracées : identité, négritude, esthétique aux Antilles, Robert Laffont, 1992).

2  Traité du Tout-monde, Paris, Gallimard, 1997, p. 187.

3 Dans L'imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme (La Découverte, 1996), Bénédict Anderson s’est essentiellement intéressé aux Etats nouvellement décolonisés.

4  Il existe sur internet de nombreux documents vidéo et audio où l’on peut entendre E. Glissant. Deux sites principaux sont dédiés à son œuvre : http://www.tout-monde.com et http://www.edouardglissant.fr . Le site de l’Ina peut également être consulté.

5  Voir Christine Chivallon L'esclavage, du souvenir à la mémoire. Contribution à une anthropologie de la Caraïbe. La diaspora noire des Amériques.Paris, CNRS, 2004 ; Paul Gilroy, L’Atlantique noir, Editions Amsterdam, coll. « Atlantique noir », 2010, compte rendu dans Lectures par Igor Martinache : http://lectures.revues.org/1030.

6  L’exil intérieur, métaphore décrivant condition de l’homme moderne coupé de ces racines dans un monde désenchanté, est une lecture le l’individualisme qui illustre la créolisation.

7  Sans oublier Christine Taubira, l’actuelle ministre de la Justice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Alain Menil, Les voies de la créolisation. Essai sur Edouard Glissant », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10951

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page