Navigation – Plan du site
Épicure ou l'économie du bonheur

Épicure ou l'économie du bonheur

Étienne Helmer, Épicure ou l'économie du bonheur, Neuvy-en-Champagne, Le Passager Clandestin, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2013, 96 p., ISBN : 978-2-916952-87-1.
Notice publiée le 15 mars 2013

Présentation de l'éditeur

On a surtout conservé d’Épicure (342-270 avant J.-C.) un adjectif : épicurien, dont le sens est cependant aux antipodes de sa philosophie. Pour Épicure le plaisir est effectivement le « souverain bien ». Mais il ne se fait pas pour autant l’avocat de l’excès et de l’assouvissement de tous nos désirs. Bien au contraire : à ses yeux, ce n’est que par leur maîtrise et leur limitation raisonnable – idées qui sont au cœur de la notion d’abondance frugale chère à la décroissance – que chacun pourra vivre « tel un dieu parmi les hommes ».
La complétude et la suffisance à soi que l’épicurien doit viser pour être sage et heureux supposent une ascèse, c’est-à-dire une limitation des désirs au nécessaire, qui n’est pas pour autant une privation de plaisir.

En mettant l’accent dans ce livre sur les aspects économiques de la pensée épicurienne – l’économie non pas comme exercice d’une froide rationalité mathématique, mais comme questionnement sur la meilleure façon de parvenir au bonheur –, Étienne Helmer montre, sans céder aux anachronismes, que les temps modernes ont plus que jamais à apprendre des grands anciens. Et si Épicure, loin d’être « épicurien », était plutôt l’un des ancêtres de la décroissance ?

Haut de page

Auteur

Étienne Helmer

Etienne Helmer Docteur en philosophie, professeur de philosophie à l'université de Porto Rico

Haut de page