Navegación – Mapa del sitio

Olivier Galland, Élise Verley et Ronan Vourc’h (dir.), Les mondes étudiants. Enquête Conditions de vie 2012

Gabriel Alcaras
Les mondes étudiants
Olivier Galland, Élise Verley, Ronan Vourc'h, Les mondes étudiants. Enquête Conditions de vie 2010, Paris, La Documentation Française, col. « Etudes et recherche », 2011, 240 p., ISBN : 9782110086822.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 C'est la sixième édition de l'enquête de l'OVE sur les étudiants. Menée en 2009-2010, 130 000 étudi (...)

1Depuis la démocratisation quantitative de l'accès à l'enseignement supérieur, la population étudiante (2,3 millions en France) reste « socialement privilégiée » mais est incontestablement « socialement diversifiée » (p. 9). À travers dix-neuf contributions d'une douzaine de pages chacune, cet ouvrage présente un panorama des mondes étudiants tels qu'ils apparaissent aujourd'hui à travers la grande enquête de l'Observatoire de la Vie Étudiante1. Un livre collectif qui a également l'ambition de contribuer « à l'analyse des conditions de vie et des attitudes de la jeunesse française » (p. 12).

2De fait, Les mondes étudiants montre la diversité des positions étudiantes en prenant le temps de décrire des minorités étudiantes. A. Régnier-Loilier s’est penché sur les 5 % de parents-étudiants, composés à 64 % de femmes contre 56 % dans l’échantillon total. Devenir parent conduit souvent à sortir du système éducatif. Les mères, en particulier, gèrent leur temps avec grande difficulté. De leur côté, A. Kieffer et C. Marry s’intéressent aux étudiant-e-s transfuges, inscrit-e-s dans des filières où leur sexe est minoritaire. Les filles, en raison d’un coût de transgression plus élevé, sont moins nombreuses dans ce cas. Plus pessimistes que les garçons de leur filière ou que les autres filles, elles justifient leurs choix par la recherche de débouchés. Les garçons transfuges, souvent issus d’un « milieu social moyen » (p. 36), ont ajusté leurs ambitions. Et pour décrire cette « diversité », nombre d’auteurs emploient les concepts « inégalité », « segmentation », « stratification » voire « domination ».

3G. Solaux constate ainsi la permanence des conclusions des Héritiers. Le niveau scolaire (mention et âge d’obtention du baccalauréat), le niveau socioculturel (catégorie sociale des parents et diplômes) comme le niveau de vie (revenu moyen du foyer) demeurent des facteurs prééminents. P. Coulangeon différencie capitaux scolaire et culturel, aboutissant de la sorte à une dissociation « dissymétrique » (p. 188). D’un côté, les étudiants les moins légitimes culturellement se trouvent souvent en bas de l’échelle scolaire. De l’autre côté, l’auteur différencie deux pôles « scolaires et culturels de l’excellence » (p. 184). L’un se distingue par sa légitimité culturelle (rapport hédoniste à la culture, plus de bacheliers L, plus de filles, surreprésentation des classes supérieures à forts capitaux culturel et économique). L’autre se singularise par l’excellence scolaire (lectures pour le travail, plus de bac S, plus masculin, milieux sociaux moins clivés).

4Remarquant que les enfants d’ouvriers ou d’employés constituent 27 % de l’échantillon, T. Poullaouec et C. Hugrée se penchent sur le cas des étudiants d’origine populaire. Ces derniers sont partagés entre leur souci d’insertion et leur envie de prolonger leurs études. Les deux ne s’excluent pas, mais la seconde diminue quand croît le premier. Les trajectoires dans le primaire et dans le secondaire sont essentielles. Elles s’objectivent dans l’obtention d’un bac général (87 % décrochent alors un diplôme BAC+3) ou technologique (60 %) ou professionnel (11 %). F. Belghith revient sur les trajectoires de ces bacheliers. Leur choix des possibles est restreint, en termes de filières ou d’établissements. Leur intégration dans la sociabilité étudiante est moindre. L’origine sociale de ces bacheliers reste un facteur discriminant, car, bien souvent, ceux qui sont issus de milieux favorisés réintègrent les études longues après un « accident de parcours ». Enfin, d’après É. Verley, les filières professionnalisantes sont loin de profiter aux étudiants des milieux populaires, en particulier pour le second cycle, dont les formations se révèlent de plus en plus sélectives. Ce sont les plus favorisés qui les investissent en priorité : 71 % de ces effectifs ont des parents diplômés du supérieur et seuls 4 % ont obtenu un bac technologique ou professionnel.

5La contrainte résidentielle pèse lourdement dans le choix des études, car la localisation de la famille et l’offre spatiale de formations ne coïncident pas. Cette disjonction est, selon A. Laferrère, une source d’inégalités : les habitants de grandes villes et les étudiants les plus aisés disposent de plus d’options. A. Régnier-Loilier montre qu’un tiers des enquêtés vivent chez (au moins un de) leurs parents, plus de 50 % en logement indépendant et 10 % en résidence collective. Plus ils sont âgés, plus l’accès à l’indépendance s’affirme. Mais ce processus ne suit pas une évolution linéaire : un cinquième des étudiants rentrent « à la maison » après une décohabitation.

6S. Zilloniz s’intéresse à la mobilité dans le territoire national. Très liée à la région d’origine, elle intervient surtout à l’entrée en Licence et en Master. Pour ceux qui sont le mieux dotés en capitaux, la mobilité est au cœur d’une « logique stratégique » (p.125) en vue des positions les plus avantageuses scolairement ou professionnellement. Les étudiants étrangers en France (article de R. Vourc'h) représentent 12 % des effectifs du supérieur et sont surtout répartis en Master et en Doctorat. L’origine géographique et la situation matérielle sont souvent indissociables : les ressortissants de l’Union Européenne, à l’inverse de ceux du Maghreb, jugent meilleures leurs conditions de vie. Ces dernières restent globalement inférieures à celles dont jouissent les étudiants français, mais ils donnent une appréciation des formations plus positive. Concernant les mobilités internationales des Français, V. Erlich identifie une « stratification » nette dans l’accès à ces parcours. Les écoles d’ingénieur prédisposent ainsi les étudiants à opter pour des séjours « institués » ou « spontanés » (p. 146), car l’internationalisation fait souvent partie du cursus. Les Universités favorisent le séjour à l’étranger dans le cadre de stratégies d’apprentissage, institutionnalisées par des programmes d’échanges réservés aux meilleurs éléments. Enfin, les filières courtes encouragent des calculs à moins long terme et des petits voyages hors de l’institution.

7Si « le niveau de satisfaction des étudiants à l’égard de leurs études est “moyen” » (p. 165), O. Galland identifie un « effet filière » qui joue surtout sur la satisfaction vis-à-vis de l’information, de l’encadrement pédagogique ou de la qualité des relations interpersonnelles. S’opposent ainsi les filières « sélectives » qui bénéficient d’un « esprit de corps » et les « filières de masse sous-encadrées » (p. 165). S. Paivandi considère aussi la filière d’études comme une « matrice socialisante ». Une analyse superficielle s’en tiendrait aux 71 % d’absentéisme « choisi » et 15 % « contraint », dont 8 points imputés à l’activité professionnelle. Mais l’absentéisme « choisi » en classes préparatoires (93,2 % ne manquent jamais ou exceptionnellement les cours) est bien plus faible qu’à l’Université (55 % pour les filières de santé entre autres). « Être un étudiant “ascète” semble être un choix volontaire à l’Université, alors que dans les CPGE, IUT ou STS l’on tend à imposer une pédagogie plus contraignante » (p.172).

8La filière fait aussi sentir ses effets dans l’insertion professionnelle. É. Tenret montre que la plupart des étudiants ne savent pas encore précisément quel métier ils souhaitent exercer. Beaucoup ont toutefois intériorisé « l’impératif scolaire » (p. 81) d’aller au moins jusqu’au BAC +5. D’autre part, ceux qui s’offrent le luxe de l’indécision sont ceux qui occupent des positions dominantes dans l’espace de l’enseignement supérieur (CPGE). À l’inverse, les étudiants de secteurs moins réputés en terme d’emplois (les sciences humaines) ont des plans plus arrêtés. Pourtant, seuls 37 % et 32 % des enquêtés évoquent choisir leur orientation à l’aune d’un projet professionnel ou des débouchés d’une filière. P. Cordazzo souligne que ces facteurs sont en progression, particulièrement pour les nouveaux inscrits. Pour 66 % des étudiants, l’intérêt pour une discipline guide prioritairement l’orientation. L’auteur met en garde contre toute explication simpliste, tout en évoquant entre autres pistes que ce choix par affinité intellectuelle est souvent le fait des hommes.

9Les conditions de vie sont aussi étudiées pour elles-mêmes. Le budget mensuel des étudiants, analysé par P. Cordazzo et É. Tenret, est de 563 €, dont 38 % sont issus de bourses, 38 % des aides parentales et 24 % d’activités salariées. Là encore, les inégalités sont présentes : le premier quartile est de 170 €, le troisième de 750 € et 14 % de l’effectif ont déclaré n’avoir aucun revenu. Plus de 50 % des étudiants auraient exercé une activité rémunérée pendant leur scolarité depuis le début de l’année universitaire. J.-F. Giret différencie cependant les emplois sans rapport avec les études et ceux qui y sont liés. Tandis que les premiers concernent essentiellement les jeunes modestes et sont de véritables handicaps à partir du mi-temps, les seconds sont un facteur de réussite supplémentaire dans les filières sélectives ou professionnelles.

10É. Verley et S. Zilloniz interrogent la précarité comme « héritage familial » (p. 231) : les allocations de l’État ne sont jamais suffisantes pour résoudre totalement les problèmes économiques des étudiants défavorisés. Lorsque leur famille se désengage complètement, ils interrompent plus tôt des études qu’ils ne peuvent ni financer ni suivre correctement. Quant aux étudiants des classes moyennes (qui désignent surtout ici les professions intermédiaires), victimes d’un effet de seuil, 18 % d’entre eux se sont vus privés de bourses pendant l’année d’enquête. Ils sont plus nombreux que les boursiers à exercer une activité rémunérée (51 % contre 44 %).

11Chaque contribution présente ainsi le détail des résultats de l'enquête « Conditions de vie des étudiants », en proposant des hypothèses et des pistes de recherche. L'ouvrage constitue ainsi une bonne première entrée dans ces données, qui ne demandent qu'à être approfondies et complétées par d'autres méthodes d'enquête.

Inicio de página

Notas

1 C'est la sixième édition de l'enquête de l'OVE sur les étudiants. Menée en 2009-2010, 130 000 étudiants ont été contactés et 30 000 ont répondu par questionnaire administré par Internet. La nouveauté de cette édition était d'inclure les écoles d'ingénieurs, les écoles de management, les instituts de formation en soins infirmiers, etc. Des pondérations ont été effectuées en fonction des statistiques des ministères de tutelle.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Gabriel Alcaras, « Olivier Galland, Élise Verley et Ronan Vourc’h (dir.), Les mondes étudiants. Enquête Conditions de vie 2012 », Lectures [En línea], Reseñas, 2013, Publicado el 15 marzo 2013, consultado el 21 julio 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10965

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página