Navigation – Plan du site

Éric Sabourin, Organisations et sociétés paysannes. Une lecture par la réciprocité

Frédéric Nicolas
Organisations et sociétés paysannes
Eric Sabourin, Organisations et sociétés paysannes. Une lecture par la réciprocité, Quae, coll. « Synthèses », 2012, 268 p., ISBN : 978-2-7592-1848-6.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son ouvrage, Éric Sabourin cherche à comprendre les mutations que connaissent les organisations et sociétés paysannes des Suds au contact de l’économie de marché. Pour ce faire, il mobilise la théorie de la réciprocité dont il propose de faire un bilan et une critique dans la première partie de l’ouvrage. Dans la seconde partie de son travail, l’auteur revient sur la nature des structures de réciprocité (face-à-face, partage, transmission de savoirs) en mobilisant un matériau ethnographique de première et seconde main qu’il confronte d’une part aux travaux d’Elinor Ostrom sur la gestion des biens communs, et d'autre part au « modèle des sociétés paysannes » d'Henri Mendras et à la théorisation de la condition paysanne par Jan Douwe Van der Ploeg. Enfin, dans la troisième partie de l’ouvrage, il cherche à comprendre les relations entre organisations paysannes, Marché et État et comment celles-ci permettent ou permettraient la construction d'« interfaces » pour faire cohabiter structures de réciprocité et structures de marché.

  • 1  Temple Dominique, Chabal Mireille, La réciprocité ou la naissance des valeurs humaines, Paris, L'H (...)
  • 2  Il se différencie ainsi de la théorie de la gestion des biens communs d'Elinor Ostrom qui fait de (...)
  • 3  Sabourin Éric, Organisations et sociétés paysannes. Une lecture par la réciprocité, Paris, Édition (...)

2Théorique et normatif, l’ouvrage n’en mobilise pas moins un matériau ethnographique dense - de première et de seconde main, accumulé pendant plus de 30 ans sur quatre continents (En Afrique : Angola, Guinée-Bissau ; en Amérique du Sud : Nordeste brésilien, Amazonie, Pérou, Bolivie, Équateur ; en Océanie : Nouvelle-Calédonie ; et en Europe : France). Se basant sur les travaux fondateurs de Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss et de Karl Polanyi ainsi que sur la reprise de ces travaux par Dominique Temple et Mireille Chabal1, Éric Sabourin défend une hypothèse centrale : « les relations de réciprocité (entraide, coopération, partage de ressources, transfert de patrimoine) [et] les structures où elles se développent (groupes interfamiliaux, communautés, associations et coopératives, vente directe, marchés de proximité et de réciprocité, contrôle social de filières courtes) » sont productrices de valeurs éthiques (appelées « tiers inclus ») - amitié, confiance, responsabilité, équité, prestige, honneur - à la base de la reproduction du lien social dans les sociétés paysannes des Suds2. C'est notamment le cas chez les Balantes (réciprocité horizontale et égalitaire) et les Mandjaks (réciprocité tributaire asymétrique) de Guinée-Bissau où le prestige individuel et/ou collectif est assuré par leur capacité de redistribution lors des travaux collectifs ou lors des fêtes (chapitre 4). La réciprocité se différencie ainsi de l'échange en ceci qu'elle ne se limite pas à la transaction de biens commodifiés et commodifiables, mais qu'elle est productrice de valeurs à l'origine du lien social dans les communautés paysannes des Suds. De ce fait, pour Éric Sabourin, l' « apport original [de la théorie de la réciprocité] est bien d'expliquer comment ces valeurs ne précèdent pas les relations dans les sociétés paysannes [mais qu'elles] doivent être produites, constituées par les relations de réciprocité structurées et symétriques »3.

  • 4  Mendras Henri, La fin des paysans, Paris, Sedeis, 1967 ; Mendras Henri, Sociétés paysannes. Élémen (...)
  • 5  Bourdieu Pierre, Darbel A., Rivet J.-P & Seibel C., Travail et travailleurs en Algérie, Paris, Mou (...)
  • 6  Bourdieu Pierre, « Célibat et condition paysanne », Études rurales, vol., no. 5-6, 1962, pp. 32-13 (...)
  • 7  Champagne Patrick, « Jeunes agriculteurs et vieux paysans », Actes de la recherche en sciences soc (...)
  • 8  Bessière Céline, De génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticol (...)

3En assumant une part de normativité, consistant à lancer des pistes de réflexion quant à une meilleure cohabitation des structures de réciprocité et des structures de marché, l'auteur se démarque d'autres travaux en anthropologie et en sociologie qui ont, avant les siens, visé à expliquer la crise des systèmes de reproduction paysans par le désajustement de systèmes de dispositions pérennes vis-à-vis de structures sociales changeantes : les travaux d'Henri Mendras4 sont critiqués pour ne proposer un modèle des sociétés paysannes qui ne s'appliquerait qu'aux sociétés occidentales - contrairement au modèle de Van der Ploeg (chapitre 6) - et les travaux de Pierre Bourdieu sur les sociétés paysannes algériennes5 et béarnaises6 ou encore de Patrick Champagne7 ou de Céline Bessière8 ne sont pas mobilisés, sûrement pour les mêmes raisons.

4La troisième partie de l'ouvrage part ainsi du constat selon lequel la confrontation des structures de réciprocité aux structures de marché n'implique pas forcément la disparition des premières au profit des secondes, notamment dans les pays des Suds où « la recherche d'alternatives aux dérives du développement du libre-échange motive une renaissance des travaux sur le don et la réciprocité » et à l'émergence de « systèmes mixtes » (p. 162). Éric Sabourin insiste alors sur le fait que des interfaces doivent exister entre économie de réciprocité et économie de marché, celles-ci pouvant prendre la forme de la qualification et de la certification des produits (dans le cadre du commerce équitable par exemple), de marchés publics protégés ou en dernier recours une forme législative. Ces interfaces doivent assurer la reconnaissance publique - et donc de l'État - des pratiques de réciprocité paysannes en même temps que permettre leur valorisation sur un marché d'échange : les mécanismes de reconnaissance servent alors à préserver la valeur éthique produite dans la relation de réciprocité et à constituer ou conserver ce qu'Éric Sabourin appelle des « territorialités économiques de réciprocité », ce que ne permettent pas d'autres alternatives - développement durable, écodéveloppement et ethnodéveloppement (chapitre 8) - ou d'autres types de mouvement - le Mouvement des sans-terre brésilien par exemple (chapitre 9).

  • 9  La présentation des terrains sur une mappemonde à la page 66 permet au lecteur d'entre-apercevoir (...)

5La valeur ajoutée de l’ouvrage repose indéniablement sur l’expérience de l’auteur et donc sur le témoignage qu’il offre sur les relations et les structures de réciprocité en Amérique latine, en Afrique, en Océanie et en Europe. Néanmoins, cette expérience ne va pas sans poser problème pour qui ne connaît pas les travaux d’Éric Sabourin avant de se lancer dans la lecture de cet ouvrage de synthèse. Le caractère très autoréférentiel et la forte intertextualité en sus de la mobilisation de matériaux de seconde main ne rendent visibles ni sa démarche méthodologique - évoquée qu’anecdotiquement en introduction et objet de nombreuses incises énigmatiques du type « durant mes travaux auprès de… » dans le corps du texte - ni la manière dont est construite la comparaison entre ces territoires et espaces de sociabilité si distants et si différents9. Le même effort de clarification quant au positionnement de l’auteur vis-à-vis de ses terrains - d’un point de vue personnel et professionnel - devrait être entrepris dans la mesure où les résultats obtenus en dépendent fortement. Éric Sabourin propose par exemple une description ethnographique de la « redistribution de la cuisine du cochon » dans le Poitou (Encadré 6, p. 108) qui ressemble fortement à un souvenir d’enfance : la différence entre le matériau récolté par le chercheur - qui se fixe une question de recherche et un protocole d’enquête - et le souvenir d’enfance - que le temps rend sensible aux reconstructions de toutes sortes - est grande. Les données récoltées en Amérique latine, en Océanie et en Afrique sont-elles à cet égard comparables aux souvenirs de l’enfant que fut le chercheur et si oui, selon quels critères ? De la même manière, l'appartenance d'Éric Sabourin au CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) - dont la vocation est de « répondre avec les pays du Sud, aux enjeux internationaux de l'agriculture et du développement » -, si elle ne pose en elle-même pas problème, rendrait néanmoins nécessaire un effort de réflexivité de la part de l'auteur.

Haut de page

Notes

1  Temple Dominique, Chabal Mireille, La réciprocité ou la naissance des valeurs humaines, Paris, L'Harmattan, 1995.

2  Il se différencie ainsi de la théorie de la gestion des biens communs d'Elinor Ostrom qui fait de ces valeurs un préalable.

3  Sabourin Éric, Organisations et sociétés paysannes. Une lecture par la réciprocité, Paris, Éditions Quae, 2012, p. 161.

4  Mendras Henri, La fin des paysans, Paris, Sedeis, 1967 ; Mendras Henri, Sociétés paysannes. Éléments pour une théorie de la paysannerie, Paris, Armand Colin, 1976.

5  Bourdieu Pierre, Darbel A., Rivet J.-P & Seibel C., Travail et travailleurs en Algérie, Paris, Mouton, 1963 ; Bourdieu Pierre & Sayad Abdelmalek, Le déracinement. La crise de l'agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Éditions de Minuit, 1964.

6  Bourdieu Pierre, « Célibat et condition paysanne », Études rurales, vol., no. 5-6, 1962, pp. 32-135 ; Bourdieu Pierre, Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Points, 2002.

7  Champagne Patrick, « Jeunes agriculteurs et vieux paysans », Actes de la recherche en sciences sociales, 26-27, 1979, p. 83-107 ; Champagne Patrick, L'héritage refusé. La crise de la reproduction sociale de la paysannerie (1950-2000), Paris, Seuil, 2002.

8  Bessière Céline, De génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac, Paris, Raisons d'agir, 2010 ; Bessière Céline, « Une profession familiale: les trois dimensions de la vocation agricole », In Weber Florence, Gojard S. et Gramain A., Charges de famille, dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, 2003, p. 237-273.

9  La présentation des terrains sur une mappemonde à la page 66 permet au lecteur d'entre-apercevoir la diversité des terrains mobilisés mais certainement pas de reconstruire la démarche de l'auteur, ni les critères de comparabilité qui ont déterminé les « choix » de ces terrains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Nicolas, « Éric Sabourin, Organisations et sociétés paysannes. Une lecture par la réciprocité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 16 mars 2013, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10967

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Nicolas

Doctorant en science politique à l’IEP de Toulouse, rattaché au Laboratoire des sciences sociales du politique (LaSSP, EA 4715), et à l’Université Laval de Québec, rattaché au Groupement de recherche sur les institutions et les mouvements sociaux (GRIMS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page