Navigation – Plan du site

Pierre Maréchaux, Hercules de toujours. Construction et culte du corps dans les sociétés antiques et modernes

Delphine Moraldo
Hercules de toujours
Pierre Maréchaux (dir.), Hercules de toujours. Construction et culte du corps dans les sociétés antiques et modernes, Nantes, Editions Cécile Defaut, 2013, 256 p., ISBN : 9782350183312.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une journée d’étude à L’Institut d’Études Avancées de Nantes, portant sur le culturisme au sens large, défini et problématisé comme « la volonté transhistorique qui a incité l’homme d’Occident à imaginer, programmer ou vivre les transformations de son propre corps au point d’en faire un objet de culte profane » (p. 7). Le mythe d’Hercule, emblème de la métamorphose de soi, a servi de prisme d’analyse. Comme l’écrit Pierre Maréchaux en avant-propos, « le bodybuilding moderne a conservé de multiples traces de la fable d’Hercule et ces souvenirs apparaissent au fil des études regroupées dans ce livre à la façon de résurgences inconscientes. » (p. 12).

2Dans une perspective pluridisciplinaire, l’ouvrage aborde les pratiques de changement corporel en donnant la parole à des chercheurs, mais également à des bodybuilders, dont les entretiens sont retranscrits en fin d’ouvrage.

3La première partie, « Construction du muscle et structure du corps : technique et valorisation de soi », donne la parole à un culturiste, Jean-François Gommier, et un sociologue, Guillaume Vallet. Le premier y fait une utile présentation historique, « anatomique » (le fonctionnement des muscles), et « ethnographique » (pratiques alimentaires, compétitions, dopage, valeurs, etc.) de la pratique du culturisme, à ne pas confondre avec celle de la musculation, la première ayant avant tout un but esthétique. Dans la lignée des travaux portant sur la socialisation sportive, l’article de Guillaume Vallet s’intéresse ensuite à la « carrière » des bodybuilders (au sens sociologique du terme, dans la lignée des travaux de Hugues, Becker, ou plus récemment M. Darmon), identifiant quatre étapes permettant de « devenir bodybuilder ». Dans ce processus, l’affirmation d’une identité masculine virile propre à une « masculinité hégémonique » joue un rôle central.

4La deuxième partie, « Corps obscur, corps éclatant : identité, religion, imaginaire et sexualité du bodybuilding », porte sur les représentations et l’imaginaire de cette pratique, en lien avec les racines mythologiques du culturisme. Dans l’article introductif, Pascal Taranto montre en quoi le culturisme, loin d’être un culte du corps, est au contraire un mépris du corps tel qu’il est donné à l’homme, et le culturiste un perfectionniste insatisfait de son enveloppe charnelle, en quête de « l’éternité de la forme parfaite », sorte « d’idéal grec » du corps, cherchant avant tout à se plaire à lui-même. Christine Castelain Meunier résume ensuite les évolutions, déplacements, et plus spécifiquement les « métamorphoses » de la virilité contemporaine et les « mobilités des identités » (p. 87), sans évoquer toutefois spécifiquement le cas du culturisme. Dans l’article suivant, illustré de nombreuses références littéraires, Jacques Gilbert propose une « généalogie du corps construit », en développant notamment les figures de Hulk et d’Hercule. L’article de Pierre Maréchaux, qui fait d’ailleurs écho à celui de Pascal Taranto sur certains points, part de la figure d’Hercule pour creuser plus avant ce qui fait l’identité du culturiste. Contre le sens commun faisant du bodybuilder un individu essentiellement préoccupé d’exhiber son corps, il pointe les contradictions inhérentes à l’activité et à l’identité du culturiste, identité tourmentée qu’on retrouve chez Hercule. Ascétisme poussé à son paroxysme (l’auteur fait d’ailleurs ici le parallèle avec la pensée puritaine américaine), inversion des finalités traditionnelles (le muscle comme finalité, non la force), « performance totale et continue » (p. 119), à la fois maniérisme et baroque (p. 136), le culturisme est cousu de tensions, que l’auteur illustre notamment avec l’exemple du pianiste – et culturiste – Tzimon Barto, au corps hypertrophié et au style musical épuré. Enfin, l’article conclusif de Thierry Hoquet évoque la figure du « beefcake », jeune éphèbe dénudé apparu dans magazines de culture physique des années 40 à 60, devenu un véritable modle stéréotypique gay. L’auteur montre comment le beefcake a joué un rôle majeur dans la culture gay et son imaginaire, lui permettant notamment d’échapper aux représentations de l’homosexuel efféminé, décadent, voir dégénérescent, qui prévalaient auparavant. Il retourne même les significations classiques de la virilité hétérosexuelle (p. 160). Cette nouvelle norme de virilité hégémonique se prête à des critiques : parallèle avec le corps fasciste, bardé de fer contre la menace du corps liquide féminin, corps rendu hystérique par la pression sociale et la soif de la performance, consumériste et uniformisé par la le capitalisme.

5La troisième partie, « Avatars d’Hercule au cinéma », comporte deux articles portant sur les représentations cinématographiques des corps bodybuildés. Amandine Suisse y fait ainsi une synthèse historique des apparitions d’Hercule au cinéma, dans de multiples péplums. Elle montre que le personnage d’Hercule revêt des caractéristiques physiques spécifiques qui expriment la quintessence de la virilité : barbe, musculature impressionnante…que les réalisateurs mettent en lumière en filmant diverses épreuves de force : déracinement d’arbre, montée de corde, lancer de rochers, destruction de bâtiments entiers, etc. L’article de Frédéric Le Blay porte sur l’idéal athlétique véhiculé par les magazines américains des années 50 mettant en scène des corps viriles, mais également par le cinéma et les péplums. Le culturiste Steeve Reeves, aux nombreux titres sportifs, y devient un acteur célèbre (notamment pour son rôle d’Hercule), incarnant l’idéal et l’ascèse des bodybuilders. Cette esthétique, qui s’inspire d’un certain classicisme, fait écho notamment aux représentations du corps viril dans les régimes totalitaristes européens.

6Enfin, un appendice de 40 pages est constitué d’entretiens avec des bodybuilders menés par Pierre Maréchaux. Dans une veine sociologique, on peut lire ces derniers à l’aune de l’article de Guillaume Vallet (première partie de l’ouvrage) où il présente les différentes étapes de la carrière de culturiste. Mais les propos de ces culturistes rappellent également bien d’autres aspects présentés dans les autres articles.

7La diversité des approches disciplinaires (philosophie, sociologie, histoire, cinématographie, littérature, physiologie) est remarquable dans cet ouvrage qui traite d’un thème peu courant dans certaines de ces disciplines (le culturisme). Cette multiplicité des angles d’analyse s’avère particulièrement féconde, et les illustrations et photographies utiles pour comprendre une pratique avant tout fondée sur une esthétique corporelle. On aurait aimé voir un article sur les femmes culturistes, qui ne sont pas du tout évoquées dans l’ouvrage, essentiellement centré sur les valeurs viriles au cœur du culturisme. Le fait que le thème central de la journée d’étude ait été le mythe d’Hercule, parangon d’une masculinité exacerbée, explique sans doute cette absence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Pierre Maréchaux, Hercules de toujours. Construction et culte du corps dans les sociétés antiques et modernes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 16 mars 2013, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10970

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page