Navegación – Mapa del sitio

Danièle Huillet, Jean-Marie Straub, Le Bachfilm. Chronique d’Anna Magdalena Bach

Charles H. Gerbet
Le Bachfilm
Danièle Huillet, Jean-Marie Straub, Le Bachfilm. Chronique d’Anna Magdalena Bach, Éditions Montparnasse, 2012.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Seguin Louis, Jean-Marie Straub Danièle Huillet « aux distraitement désespérés que nous sommes...»(...)

1« Le point de départ pour notre Chronique d'Anna Magdanela Bach, c'était l'idée de tenter un film dans lequel on utiliserait la musique, ni comme accompagnement, ni non plus comme commentaire, mais comme une matière esthétique » : c'est ainsi que Jean-Marie Straub présente le film dans un texte repris à l’intérieur du livret qui accompagne cet étonnant coffret DVD. Coffret qui réunit, outre la version française, pas moins de quatre autres versions (anglaise, allemande, italienne, néerlandaise), de nombreux suppléments (interviews des acteurs, film documentaire sur les réalisateurs, photographies du tournage, documents inédits, conférence de Gilles Deleuze où celui-ci étudie la Chronique, etc.), ainsi qu’un opuscule au sein duquel est proposé un découpage intégral du film (dialogues, scènes, minutages, etc.) et de nombreux autres documents. Il s'agit véritablement d'un coffret pluriel, multiple et exégétique, précieux pour tout cinéphile averti – le cinéma révolté et obstiné des Straub étant véritablement un acte de pensée rigoureux et méthodique, patient dans sa fabrication et à base théorique dense : « Les films de Huillet et Straub ne sont ni « ennuyeux », ni même « difficiles », mais exigeants. Le spectateur est incité, jusqu'au vertige, à y mettre du sien, à entendre et à voir sans que rien ne fasse obstacle ou n'atténue la douleur de l'écoute ou du regard »1.

2Le film en noir et blanc Le Bachfilm. Chronique d’Anna Magdalena Bach s'intéresse à la vie de Bach et nous nous retrouvons donc, à partir des différents morceaux choisis par les cinéastes, au cœur des lieux importants de l'époque (première partie du 18ème siècle) à Leipzig - la ville où demeura de toujours le musicien. Nous assistons, à l’intérieur d'un château, de l'université, de l’hôtel de ville, de la place du marché ou du propre logement de l'artiste, à l'évolution de son génie et des rapports qu'il entretenait avec les différents ordres, avec sa famille, les habitants, les auditeurs.

  • 2 Badiou Alain, Logiques des mondes, Paris, Seuil, 2006

3Mais le long métrage essaie en priorité de montrer la musique au cinéma et fait ainsi passer au second plan les approches émotives, les intentions, pour se consacrer, par un découpage serré, très travaillé, sur les faits, les moments subjectifs essentiels de l'existence du musicien allemand : les « points de la vie de Bach » plutôt que sur des scènes ou des épisodes. Nous sommes ainsi proches de ce que le philosophe Alain Badiou a pensé comme « Théorie des points », c'est à dire les choix possibles et à faire qu'un sujet rencontre quotidiennement dans le monde et les décisions qu'il doit prendre tout au long de son existence. Que ce soit au niveau politique, artistique, scientifique ou amoureux, les quatre procédures essentielles à toute vie vraie et qui permettent, selon le philosophe, une existence intense et accomplie : « il y a 'point' quand, par une opération qui implique un sujet et un corps, la totalité du monde est l'enjeu d'un pile ou face »2.

4Et c'est à l'aide d'une littérature extérieure à la biographie de Bach, c'est à dire avec le journal de sa sœur Anna Magdanela, avec des phrases tirées du Nécrologue Carl Philipp Emanuel, avec certains des textes ou lettres théoriques du musicien ou avec des compléments chronologiques de la plume des réalisateurs, que les dialogues ont été construits. Dialogues fabriqués dans une relation symétrique et pensés dans le détail avec la musique, scrupuleusement - les mouvements de caméra synchronisés par le rythme, la symphonie et les mélodies (cf le découpage intégral qui nous est proposé dans le livret... Tout est pensé à la seconde près ! Le choix des morceaux reliés aux situations est chirurgical !).

  • 3 Watkins Peter, La Commune (Paris, 1871), France, 2000
  • 4 Rancière Jacques, Les écarts du cinéma, Paris, La Fabrique, 2011

5On a donc réellement l'impression d'être au cœur des concerts, des répétions, du travail créatif alors que le roman de la vie de Bach passe au second plan. Il s'agit beaucoup plus de quelque chose comme un documentaire uchronique, proche de celui que nous a donné quelques années plus tard Peter Watkins à partir de la Commune de Paris3. Tout cela sous le paradigme brechtien ou postbrechtien – un paradigme qui bouleverse les continuités et progressions propres au principe narratif en une forme rompue qui vise à présenter les tensions et contradictions inhérentes aux situations rencontrées : « les films des Straub en représentent la forme la plus systématique, la plus propre donc à en fixer l'image »4. On suit à la portée près - pour les connaisseurs -, l’évolution des partitions – la musique étant jouée par un professionnel reconnu et spécialiste de Bach : Gustav Leonhardt. On accompagne les transformations du travail, des créations musicales du compositeur allemand au cours de l'élaboration de son Œuvre. Tout est fait de circulations, de mutations et de variations autour de la musique, la musique saisie comme une matière cinématographique : comme l'épicentre où tout se met à tourner, à jouer, à sonner.

  • 5 Straub Jean-Marie et Huillet Danièle, Ecrits, Paris, Independencia éditions, 2012

6Il aura fallu plus de dix ans de recherche et de travail opiniâtre entre 1958, date à laquelle Straub a eu l'idée du film, et sa sortie en salle en 1967 : « En novembre 1954, je suis arrivé à Paris avec le projet d'un film biographique, un long métrage sur Johann Sebastian Bach […] En 1958 je suis passé en Allemagne. J'ai voyagé pendant deux ans à la recherche de matériaux pour la film […] En 1965-1966, je suis revenu au projet »5. C'est en effet ce long métrage qui a fait devenir réalisateur le couple Huillet/Straub. L’œuvre est révélatrice de leur travail acharné, de leur increvable désir de faire du cinéma et de ce long et complexe processus qui anime leur trajet cinématographique.

7Il est alors possible de s’interroger sur le devenir politique de l’Allemagne après la seconde guerre mondiale (sur les causes du régime Nazi), comme pour toutes les œuvres du binôme qui se développent autour du politique, par un retour à une époque qui précédait le Romantisme Allemand, courant de pensée qui, par certains aspects, a contribué à ce que l'on sait. Bach étant considéré par Straub comme le dernier des artistes anté-Romantisme. Au cours années 60, il se trouvait être au cœur de la pensée politique de « gauche » des artistes, et ce, essentiellement au niveau des recherches formelles : « Bach nous intéresse pour les mêmes raisons qui faisaient qu'il intéressait Brecht […] une musique qui laisse toujours l'auditeur […] se servir de sa tête pour suivre des lignes qui continuent et s'interrompent ; un tissu musical dialectique » (cité par Benoît Turquety dans le bel article présent à l’intérieur du livret). Donc s’interroger sur le devenir politique de l’Allemagne mais aussi et surtout sur notre époque contemporaine, sur ce système économique oligarchique, bestial et sa démocratie parlementaire souvent corrompue qui va avec. Car, à l'époque de la création et de la sortie en salle du film (un an avant mai 68), l'espoir de changement, la confiance en l'émancipation, en l'égalité, la justice, la liberté, ainsi que la conscience révolutionnaire étaient très développés – et on retrouve tout cela à travers les images, les plans, les dialogues et le montage. La localisation historique et géographique, linguistique ou artistique, n’empêche pas le moins du monde, mais au contraire permet un saisissement universel par le spectateurs des idées-cinéma, des images-pensées transportées par le film.

  • 6 Deleuze Gilles, Cinéma 2 L'image-temps, Paris, éditions de Minuit, 1985

8En conséquence, nous avons affaire à un film rare, quasi-unique dans l'histoire du cinéma, presque à un hapax, à l'une de ces œuvres qui ont changé complètement le devenir du 7ème art ; un film qui a mainte fois failli ne pas aboutir, le projet capoter, mais selon un acharnement que l'on ressent en regardant ces si belles images. Le coffret est aussi très bien réalisé, très riche en documents et salutaire en ce présent incertain, trouble et marqué par des événements politiques (Révolutions arabes, manifestations des indignés, Occupy Wall Street, etc.) qui font signes vers les deux réalisateurs et cette passion du politique qui ne les a jamais réellement quitté. Des événements politiques accompagnés d'une nécessaire prise de parole, d'un nécessaire  engament de notre part, d’un arrachement à ce qui nous enchaîne, nous étouffe, et fidèle à ce militantisme poétique que les Straub nous propose à travers leur cinéma – précisément par le Bachfilm : « Dans Chronique d'Anna Magdanela Bach, la voix supposée d'Anna Magdanela dit les lettres de Bach lui-même et les témoignages d'un fils, si bien qu'elle parle comme Bach écrivait et parlait, accédant par là à une sorte de discours indirect libre […] L'acte de parole ou de musique est une lutte : il doit être économe et rare, infiniment patient, pour s'imposer à ce qui lui résiste, mais extrêmement violent pour être lui-même une résistance, un acte de résistance »6.

Inicio de página

Notas

1 Seguin Louis, Jean-Marie Straub Danièle Huillet « aux distraitement désespérés que nous sommes...», Paris, Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma, 2007

2 Badiou Alain, Logiques des mondes, Paris, Seuil, 2006

3 Watkins Peter, La Commune (Paris, 1871), France, 2000

4 Rancière Jacques, Les écarts du cinéma, Paris, La Fabrique, 2011

5 Straub Jean-Marie et Huillet Danièle, Ecrits, Paris, Independencia éditions, 2012

6 Deleuze Gilles, Cinéma 2 L'image-temps, Paris, éditions de Minuit, 1985

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Charles H. Gerbet, « Danièle Huillet, Jean-Marie Straub, Le Bachfilm. Chronique d’Anna Magdalena Bach », Lectures [En línea], Reseñas, 2013, Publicado el 18 marzo 2013, consultado el 15 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10971

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página