Navigation – Plan du site

Pierre Tevanian, La haine de la religion. Comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche

Benjamin Caraco
La haine de la religion
Pierre Tevanian, La haine de la religion. Comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche, Paris, La Découverte, 2013, 136 p., ISBN : 9782707175908.
Haut de page

Texte intégral

1Au début du XXe siècle, la politique anticléricale du président du conseil Émile Combes avait déjà été dénoncée par les socialistes comme un nouvel opium du peuple, détournant l'agenda politique de la question sociale. Quasiment un siècle plus tard, le philosophe Pierre Tevanian, fondateur-animateur du site Les Mots sont importants, reprend cette antienne à l'encontre des partis de gauche actuels.

2Cet essai prend pour point de départ « l'affaire Ilham Moussaïd », du nom d'une candidate du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) en 2010, qui s'était présentée voilée, déclenchant en conséquence un tollé médiatique. De nombreux hommes et femmes politiques, mais aussi des journalistes, en avaient profité pour renvoyer le NPA à leurs classiques, en l'occurrence la célèbre phrase de Karl Marx dénonçant la religion comme « l'opium du peuple ». Pour les détracteurs de la candidature d'Ilham Moussaïd, croyance religieuse et engagement révolutionnaire ne sont pas compatibles. Dans cet essai, P. Tevanian décide de les prendre aux mots et de relire les textes des principaux penseurs marxistes afin de démontrer que leur lecture de l'engagement révolutionnaire, tout comme de son corolaire religieux, est dogmatique, se fondant sur une lecture idéaliste et non factuelle.

3Citant longuement des extraits des œuvres de Marx, Lénine, Rosa Luxembourg ou Trotsky, Tevanian souligne deux choses : tout d'abord, « qu'il est fort difficile d'enrôler post mortem l'auteur du Capital dans la cabale éradicatrice de nos chasseurs de voile », tout comme « qu'un des grands apports théoriques et pratiques du mouvement socialiste d'inspiration marxiste à la pensée et au combat progressiste est précisément d'avoir relégué à l'arrière-plan le combat antireligieux issu de la tradition des Lumières, en le dénonçant comme un écueil. » (p. 21) La religion n'est pas l'ennemi car elle n’est que le reflet de l’infrastructure économique. Le combat doit porter en priorité sur le démantèlement de cette dernière pour Marx.

4Dans cette lutte, la religion peut d'ailleurs se révéler être un allié (« La Rose et le Réséda » de la résistance) puisqu'elle permet d'imaginer un monde renversé plus juste que le monde actuel. Elle encourage ses fidèles à l'action alors qu’ils doivent justifier de leur bonne conduite face à Dieu et que l'un des freins les puissants à l'action politique, la peur de la mort, est résolu (p. 42). De plus, comme l'expliquent les femmes voilées engagées à gauche que cite Tevanian, la soumission à Dieu n'implique pas une soumission aux hommes, bien au contraire. C'est la lecture limitée de l'engagement religieux d'un Michel Onfray que Tevanian dénonce : si dans les textes sacrés, l'engagement politique semble incompatible - ou « intenable » - avec la foi, cet axiome a été historiquement démenti dans les faits. Engels citait ainsi en exemple le protestant Thomas Münzer comme préfigurateur du communisme.

  • 1  La sanctuarisation de l’espace (public) n'étant plus considéré comme l'objet de la laïcité, la neu (...)

5Tout au long de sa démonstration, Tevanian s'efforce ainsi de redonner une complexité au réel, qui « est toujours plus hétérogène que les rationalisations qu'on veut bien en faire » (p. 76), mais aussi de pointer les compagnons de route peu fréquentables de la dénonciation de la candidate voilée : patriarcat, homophobie, rejet des minorités et lecture contemporaine biaisée de la laïcité1. Dans son épilogue, l'auteur pointe avec tristesse le parallèle entre la position finalement adoptée par le NPA (une femme voilée ne peut être candidate) au moment même où le gouvernement de droite organisait un grand débat sur l'identité nationale qui partageait un certain nombre des prémices du parti d’extrême-gauche.

6Dans cet essai au style clair, percutant et non dénué d'humour, Tevanian élève un débat assez superficiel qui s'est cantonné à de petites phrases comme l'illustre bien l'usage de la citation de Karl Marx. Il prend le temps de citer et de commenter les grands textes marxistes sur la question, s'élevant au-dessus des dogmatismes et rendant sa complexité au problème, rappelant la démonstration d'un Amartya Sen dans Identity and Violence: The Illusion of Destiny2, qui estimait qu'il ne fallait pas réduire les individus à une seule identité, qu'elle soit religieuse, politique ou sexuelle. Toutefois, le lecteur regrettera peut-être les cibles un peu faciles de l'auteur (Michel Onfray, Nadine Morano ou Aurélie Filippetti), qui a négligé les préceptes d'un autre grand penseur marxiste, Gramsci, selon lequel « le marxisme [ou tout autre courant de pensée] est d'autant meilleur que les adversaires qu'il se donne sont bons, autrement dit qu'il affronte les « sommets » de la pensée dominante »3.

Haut de page

Notes

1  La sanctuarisation de l’espace (public) n'étant plus considéré comme l'objet de la laïcité, la neutralité du public s’y substituant.

2 Sen Amartya, Identité et violence, Paris, Odile Jacob, coll. « Bibliothèque », 2010.

3 Ramzig Keucheyan dans Gramsci Antonio, Guerre de mouvement et guerre de position, Paris, La fabrique éditions, 2011, p. 45

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Caraco, « Pierre Tevanian, La haine de la religion. Comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 mars 2013, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10973

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Caraco

Doctorant en histoire contemporaine à l'université Paris-1

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page