Navigation – Plan du site

Anne-Chantal Hardy, Travailler à guérir. Sociologie de l'objet du travail médical

Cécile Campergue
Travailler à guérir
Anne-Chantal Hardy, Travailler à guérir. Sociologie de l'objet du travail médical, Rennes, EHESP, coll. « Recherche santé social », 2013, 301 p., ISBN : 978-2-8109-0111-1.
Haut de page

Texte intégral

1Sociologue, Anne-Chantal Hardy s’intéresse depuis des années déjà à la profession médicale, emblématique de la sociologie du travail, et nous offre ici une riche et passionnante contribution sur l’objet du travail médical, objet instable aux contours flous et mouvants qui dépasse considérablement ce que l’on nomme le soin. Mobilisant des données à la fois historiques, démographiques, juridiques et sociologiques des quinze dernières années, la sociologue entreprend de déconstruire un certain nombre de concepts concernant l’objet du travail médical, de mettre à jour certains paradoxes et tabous mais aussi de saisir ses évolutions et ses transformations. La profession médicale revendique souvent son autonomie et son indépendance en oubliant que ce sont les conditions sociétales qui ont modifié ses conditions d’exercice : l’assignation du corps médical à une mission de service public a des impacts autant moraux que sanitaires. Ainsi, la médicalisation et la surmédicalisation, la « mise aux normes médicales de la vie sociale » (p. 9) font des médecins les détenteurs d’un biopouvoir au sens de Foucault, qui ont des intérêts corporatistes (défense et organisation de la profession, de l’autonomie médicale) mais qui doivent aussi servir l’intérêt général. Anne-Chantal Hardy prend le pari de s’écarter d’une sociologie classique de la profession médicale (qui la prend comme un « archétype professionnel du fait de son institutionnalisation stable et de sa forte autonomie reposant sur un statut d’expert » (p. 9) en s’intéressant à la médecine comme pratique et comme profession, en pointant l’ampleur des sujétions. Derrière le travail médical, que se cache-t-il donc ? Des enjeux politiques et économiques avec une « proximité d’intérêts » et des « processus d’allégeance » entre l’État, les représentants de la profession, le Conseil de l’Ordre, les syndicats professionnels, de la morale et de l’éthique qui entraînent une relecture de l’indépendance de la médecine : la sociologue replace ainsi l’évolution du corps médical et ses transformations dans son contexte social, culturel et politique, en analysant finement les mutations et les spécificités françaises.

2L’ouvrage se structure en quatre grandes parties. La première est centrée sur des données historiques, déontologiques et éthiques concernant ce « colloque singulier » qu’est la relation médecin-patient, de plus en plus difficile à tenir aujourd’hui, mais aussi sur l’alliance entre le médecin, l’État et le travailleur. Le médecin est lié, via son ordre (sa profession) agissant pour l’État, à la puissance publique (60) tandis que les patients sont soumis aux obligations de soins pour travailler. L’indépendance des médecins est donc un leurre, puisque même l’éthique médicale est contrôlée par des logiques économiques et politiques. En outre, le médecin n’est pas tenu à une obligation de résultat mais de moyens.

3La deuxième partie explore la formation des médecins et les mutations qui ont affecté le corps médical qui jouit d’un privilège ancien, le monopole d’exercice acquis par l’obtention d’un diplôme. En France, il existe un système de sélection qui n’existe nulle part ailleurs, le principe du concours. Sont ensuite abordées les spécialisations et la nature du savoir biomédical d’essence biologique, la formation et ses évolutions, la création en 2010 d’une première année commune aux professions médicales qui détermine le rang (le classement). Il faut noter que ce sont toujours les classes sociales favorisées (et maintenant moyennes) qui dominent le champ médical et la féminisation du corps médical n’y change rien. Cette dernière permet par contre de dévoiler d’autres évolutions. Auparavant masculine, la médecine était avant tout « interdite aux femmes » (p. 111). La féminisation du corps médical, récente, s’explique autant par la désertion de ce champ par les hommes que par la garantie qu’offre cette profession pour les femmes (salaire, protection, confort etc.). En 1980 déjà, on trouvait 50 % de femmes dans les universités de médecine alors qu’elles ne représentent la moitié de la population médicale active que depuis 2009. Elles témoignent des transformations du champ médical, préfèrent des médecines « de femmes » (pour les femmes ou pour les enfants) et préfèrent le salariat à l’activité libérale si plébiscitée par les médecins des générations passées.

4Anne-Chantal Hardy remet en cause l’indépendance du médecin dans l’exercice de sa pratique même. Dans la troisième partie, c’est l’objet du travail médical (avec un détour par les coiffeurs et les militaires) qui est analysé avec une attention particulière portée aux concepts afin de distinguer le travail (qui peut être réel ou prescrit et qui s’observe à partir des actes concrets) de l’objet du travail qui n’existe pas dans la réalité et qui renvoie à une construction qui n’a d’intérêt que pour l’analyse. Le déplacement de l’objet du travail est alors passé au crible : la dissociation entre l’objet du travail et celui de l’organisation dans laquelle un médecin travaille (qui lui échappe en partie) participe de la complexité de l’objet du travail médical et des stratégies de légitimation d’une activité qui passe par la mise en valeur de l’expertise professionnelle (acquise dans une formation très normative et organisée qui fonde l’ethos médical). La formation, créatrice de discriminations électives lors de la première année, entraîne l’apparition d’élites, liée à la réussite à l’épreuve et non au concours lui-même. Cette première année, « rupture initiatique », très contraignante sur le plan individuel, économique et social, tranche avec la deuxième année ou l’étudiant fait l’expérience d’un « esprit de corps ». Les stages hospitaliers et leur perception par les étudiants sont traités par l’auteur : la différence entre être médecin et faire le médecin est mise en exergue. L’objet du travail médical se traduit aussi dans les actes par la violence des soins, paradoxe parfois difficile à surmonter pour les étudiants en médecine, ces agressions corporelles légitimées pour le « bien du patient ». C’est dans la dernière partie intitulée « Guérir l’Autre » que la sociologue interroge l’autorité du médecin et celle du patient et analyse finement les discours profanes et professionnels et les tensions qui naissent de ces deux types de savoirs mais aussi sur les effets du travail médical. La question du pronostic est par exemple une « question qui fâche » qui a remplacé celle du diagnostic (son annonce étant désormais obligatoire). La relation médecin-patient est asymétrique et la recherche d’une complémentarité entre ces deux expertises parfois très conflictuelle. La recherche d’un « ordre négocié » présente les soumissions différenciées (la « compliance », choisie ou contrainte, au discours médical mais aussi les remises en cause du discours médical alors que « l’ordre médical ne se négocie pas avec les profanes » (p. 283). L’auteur parle de plusieurs cas d’enfants malades et s’intéresse aux discours des parents face aux discours et aux protocoles des soignants. La guérison, processus normatif (Canguilhem), permet de comprendre les paradoxes d’un corps mutilé et pourtant considéré comme « guéri ». Dans cette dernière partie, l’usage de travaux anthropologiques (Le Breton, Vega) aurait peut-être pu affiner le propos.

5En conclusion, l’auteur rappelle que le corps médical est soumis à des logiques institutionnelles, politiques et économiques et que la nature de son travail questionne l’autonomie professionnelle médicale et son champ d’exercice. L’énonciation de normes médicales, d’une différenciation du normal et du pathologique permet de brandir l’« alibi thérapeutique » comme limite acceptable des pratiques médicales. L’ampleur des sujétions est telle, conclut la sociologue, que la médecine est incapable de mener une réflexion sur ses propres limites et sur les termes de sa mission, qui pourtant nous concerne tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Anne-Chantal Hardy, Travailler à guérir. Sociologie de l'objet du travail médical », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 mars 2013, consulté le 27 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10996

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page