Navigation – Plan du site

Félix Boggio Éwanjé-Épée, Stella Magliani-Belkacem, Les féministes blanches et l'empire

Aurélia Léon
Les féministes blanches et l’empire
Félix Boggio Éwanjé-Épée, Stella Magliani-Belkacem, Les féministes blanches et l’empire, Paris, La Fabrique, 2012, 144 p., ISBN : 978-2-3587-2043-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un aperçu de l'augmentation des attaques contre les musulmanes en France entre les années 198 (...)

1Dans le sillage des débats à l'Assemblée ayant abouti au vote de la loi reconnaissant les aspects positifs de la colonisation, depuis le milieu des années 2000 en France, une avalanche de lois frappe les musulman-e-s : loi sur les signes religieux à l'école, interdiction de porter le niqab dans l'espace public, proposition de loi visant à interdire la participation des mères voilées aux activités scolaires, interdiction pour les nourrices à domicile de porter le foulard dans l'exercice de leur profession... Parallèlement, se sont multipliées les convocations et les mesures disciplinaires à l'égard des jeunes filles portant des vêtements assimilés à l'islam (voiles, robes longues unies) dans les établissements d'enseignement secondaire1.

2Côté résistances (largement minoritaires), on a entendu dénoncer la récupération raciste de thématiques féministes, un argument désormais repris par un nombre croissant de personnalités et de collectifs. On sait que Félix Boggio Éwanjé-Épée et Stella Magliani-Belkacem proposent dans leur essai Les féministes blanches et l'empire d'éclairer les limites de ce raisonnement par le biais d'une mise en perspective historique des luttes féministes françaises depuis le XXe siècle à travers leurs liens avec l'entreprise coloniale.

  • 2 Voir J.-L. Einaudi, La Ferme Améziane : enquête sur un centre de torture pendant la guerre d'Algér (...)

3Après un rappel des positionnements qui se sont structurés autour de la campagne contre le voile, une première partie de l'analyse historique porte sur la mise en avant par les mouvements suffragistes des années 1920-1930 du soutien que les femmes blanches pouvaient fournir à l'État français dans les colonies. On découvre ensuite comment s'est mise en place la « bataille du voile »en Algérie où l'autorité coloniale a conçu de toutes pièces la figure de « la femme musulmane soumise à libérer ». Derrière les pseudo-cérémonies de dévoilement spontanées, on retrouve la propagande des associations de femmes tenues par les épouses de généraux français, la torture et les chantages à la mort2. Une « mise en avant de femmes indigènes à la solde du pouvoir colonial » que prolonge en 2003 l'exposition des 14 visages des « Mariannes d'aujourd'hui » sur le fronton de l'Assemblée nationale.

  • 3 Dans le cadre d'une légère tendance à la baisse des actes racistes en général (- 2,4 %) et plus sp (...)

4Par la suite,dans les années 1970, les féministes, matérialistes et différentialistes, ont massivement recouru à l'analogie entre la race et le sexe, le racisme et le sexisme. Les mouvements de femmes se sont présentés comme un peuple colonisé dans l'empire, comme le suggère l'hymne du MLF (« Nous sommes le continent noir »). De son côté, le FHAR (Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire) a tenu une position ambiguë en investissant positivement les stéréotypes exotisants sur les pratiques homo-érotiques des hommes arabes, contribuant en cela à renouveler l'imagerie coloniale orientaliste. Une tactique à court terme sans prise en compte des spécificités des rapports sociaux de race (à quelques rares exceptions près). Les luttes antisexistes et anti-homophobes semblent en sortir gagnantes : renforcement de l'idée suivant laquelle toutes les oppressions ne sont pas solubles dans la domination de classe et affiliation au modèle de réussite des mouvements de libération nationale et de lutte contre le racisme. Ce n'est pas le cas des luttes anti-impérialistes dont les revendications sont restées isolées tandis que l'association entre sexisme, homophobie, immigration et violence dans les banlieues n'a cessé de progresser. Bilan des courses, de la même façon que le MLF a tu les revendications de Coordination des femmes noires portant sur l'oppression coloniale et s'est focalisé sur les thèmes de la polygamie et des mutilations génitales, des organisations LGBT s'installent aujourd'hui pourdes kiss-in devant des mosquées comme s'il pouvait en être de même que devant des églises dans un contexte de racialisation de l'islam et de montée l'islamophobie3.

  • 4 Sur les habits neufs du racisme, voir notamment N. Guénif-Souilamas, E. Macé, Les féministes et le (...)
  • 5 Voir l'entretien réalisé par les auteur-e-s avec J. Massad (auteur de Desiring Arabs) intitulé « L (...)

5Pour les auteur-e-s, le rôle pris par les mots d'ordre contestataires dans le renforcement des formes historiques de la domination a connu un tournant avec l'accession des socialistes à la présidence de la République en 1981. Ministère des Droits de la femme, loi sur l'égalité femme-homme au travail, carte de résident de 10 ans, subventions aux associations de l'immigration et des quartiers populaires, à SOS Racisme, embauche de travailleurs sociaux... De modestes concessions payées au prix fort avec l'aggravation des conditions matérielles de vie des plus précaires (qui s'explique notamment par le confinement des revendications au plan symbolique et législatif ?) qui rappellent que « ce qu'il est possible d'obtenir des classes dirigeantes, en l'absence de mouvement de masse, sur le plan des « droits des femmes » ou pour l'égalité des droits entre hétérosexuel-le-s et non hétérosexuel-le-s, exclut nécessairement les mesures sociales favorables aux couches les plus invisibilisées ou précaires : personnes trans, travailleurs et travailleuses du sexe, femmes migrantes, non-Blanc-he-s... » Ainsi l'inscription à l'agenda gouvernemental aurait-il révélé et renforcé les points aveugles du militantisme des années 1970-1980, notamment, « les faiblesses du mouvement [féministe] dans sa théorisation des rapports de domination à l'oeuvre en son propre sein – notamment racistes – [qui] ont laissé les féministes sans instruments théoriques et stratégiques pour contester les nouvelles formes de racisme qui se sont directement appuyées sur l'incorporation de thématiques antisexistes »4. À ce titre, les actions de solidarité internationale ne laissent pas d'interroger les dynamiques de complicité rampantes avec les stratégies de politique étrangère des puissances, et sur les formes plus insidieuses de domination encore, qui passent par exemple par l'imposition de canons pour penser et organiser les luttes5, quand elles ne mettent pas directement en danger les personnes qu'elles prétendent défendre (voir dans le livre le cas emblématique du Queen Boat).

6Si l'on accepte la thèse de l'essai posant que les mouvements féministes, depuis les suffragettes, ont plus ou moins explicitement fait alliance avec l'ordre de la domination raciste et coloniale, il semble que la dénonciation de la « récupération » ne sera pas suffisante pour refonder les luttes sur une base décoloniale. Pour les auteur-e-s, il faudrait aller de « la marge jusqu'au centre »,suivant l'expression de bell hooks,c'est-à-dire recomposer les espaces de résistance à partir des points de vue minoritaires. Il s'agit à la fois de garder à l'esprit que le contenu des revendications doit s'adapter à la diversité des vécus d'exploitation, et que les intérêts des groupes minoritaires sont rarement portés par les groupes majoritaires à moins que les premiers ne réussissent à faire basculer le rapport de force en leur faveur.

7Les féministes blanches et l'empire a fait l'objet d'une réception houleuse : polémique sur Rue896,hallucinante note de lecture de Serge Halimi déplorant la vacuité de l'analyse (qui peut convaincre à l'inverse qu'il est urgent de multiplier les critical whiteness studies !)7, réponse attendue des Cahiers du féminisme qui dénoncent sous la plume de Josette Trat « un complot féministe fantasmé »8.

8Sans doute des critiques peuvent-elle être émises à l'égard de la méthode appliquée mais la portée heuristique d'une analyse à contre-courant de l'historiographie dominante reste intacte. Ainsi João Gabriell Galli fait-il part pour la revue Mouvements de ses « doutes quant au fait d’expliquer les pratiques du présent par des épisodes pris dans l’histoire, sans une méthode plus globale d’historicisation montrant des ruptures et des continuités » tout en reconnaissant que « les éléments mis en relief par les auteurs demeurent malgré tout on ne peut plus révélateurs, et les similitudes des discours passés sur le voile avec les discours présents sont parfois saisissantes »9.

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu de l'augmentation des attaques contre les musulmanes en France entre les années 1980 et le début des années 2000 voir le documentaire de Jérôme Host « Un racisme à peine voilé » (2004).

2 Voir J.-L. Einaudi, La Ferme Améziane : enquête sur un centre de torture pendant la guerre d'Algérie, cité in Les féministes blanches..., à propos du cas de Monique Améziane qui n'avait jamais porté le voile avant la cérémonie de dévoilement à laquelle elle devait accepter de participer pour sauver la vie de son frère, détenu et torturé par l'armée française sur les lieux même de la ferme paternelle qu'il avait en gestion.

3 Dans le cadre d'une légère tendance à la baisse des actes racistes en général (- 2,4 %) et plus spécifiquement des actes antisémites (-16,5%), la Commission nationale consultative des droits de l'homme a enregistré en 2011, dans la continuité des années précédentes, une augmentation de 33,6 % des actes et des menaces racistes prenant pour cible des musulman-e-s (ou des des maghrébin-ne-s identifié-e-s comme tel-le-s). Source : rapport CNCDH 2011

4 Sur les habits neufs du racisme, voir notamment N. Guénif-Souilamas, E. Macé, Les féministes et le garçon arab, éd. Aube, 2004.

5 Voir l'entretien réalisé par les auteur-e-s avec J. Massad (auteur de Desiring Arabs) intitulé « L'empire de »la sexualité » ou peut-on ne pas être homosexuel (ou hétérosexuel) ? » dans La Revue des Livres, n°009, Janvier-février 2013.

6 http://www.rue89.com/2013/02/06/les-indigenes-de-la-republique-contre-l-homosexualite-imposee-239375

     http://www.rue89.com/2013/02/08/non-lhomosexualite-nest-pas-imposee-aux-arabes-par-loccident-239439

http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1792

http://www.rue89.com/2013/02/08/les-indigenes-les-arabes-et-lhomosexualite-le-texte-integral-239460

http://www.rue89.com/2013/02/09/les-indigenes-de-la-republique-et-limperialisme-gay-suite-239476

http://www.rue89.com/2013/02/11/les-indigenes-de-la-republique-et-lhomosexualite-suite-239506

7 http://www.monde-diplomatique.fr/2013/01/HALIMI/48641

8 http://www.contretemps.eu/interventions/f%C3%A9ministes-blanches-empire-r%C3%A9cit-complot-f%C3%A9ministe-fantasm%C3%A9

9 http://www.mouvements.info/Les-feministes-blanches-et-l.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélia Léon, « Félix Boggio Éwanjé-Épée, Stella Magliani-Belkacem, Les féministes blanches et l'empire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 mars 2013, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10997

Haut de page

Rédacteur

Aurélia Léon

Doctorante en sociologie, Centre Max Weber (UMR 5283), Université Lyon2

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page