Navigation – Plan du site

Sandrine Dauphin et Réjane Sénac (dir.), Femmes hommes : penser l’égalité

Bénédicte Champenois Rousseau
Femmes-hommes : penser l'égalité
Sandrine Dauphin, Réjane Sénac (dir.), Femmes-hommes : penser l'égalité, Paris, La Documentation Française, coll. « Études de la Documentation française », 2012, 201 p., ISBN : 3303331953593.
Haut de page

Texte intégral

1Soixante ans après que les femmes françaises ont conquis le droit de vote, presque quarante ans après la loi Veil sur l’Interruption Volontaire de Grossesse, et une douzaine d’années après la première loi sur la parité en politique, Sandrine Dauphin et Réjane Sénac nous offrent, avec cet ouvrage collectif, un panorama très complet de l’égalité femmes hommes en France. L’affichage égalitariste accentué depuis le changement de majorité présidentielle en 2012 avec l’application de la parité dans la constitution même du gouvernement ne peut masquer les ambiguïtés dans la conception des lois successives et les entraves à une égalité réelle. L’égalité des droits, bien qu’elle soit actée, s’accompagne d’une persistance des inégalités entre les hommes et les femmes, voire d’une recomposition des inégalités.

2Dans une approche très pédagogique et dynamique, l’ouvrage combine des présentations universitaires, des entretiens avec des chercheuses et des « focus », présentations ponctuelles de sujets « brûlants ». La variété disciplinaire des intervenant-e-s : historiennes, sociologues, politistes, juristes, économistes, démographes et neurobiologiste ; garantit une pluralité des voix et des approches, ce qui rend cet ouvrage attrayant à la lecture. L’argument de l’ouvrage s’organise autour de trois parties. La première partie s’intéresse plus particulièrement à la mise en place des mesures, législatives ou institutionnelles promouvant l’égalité entre les sexes, à l’évolution des périmètres de ces mesures dans le temps, l’inclusion de nouvelles revendications et à l’influence des évolutions du droit international sur la problématique de l’égalité femmes hommes en France. La seconde partie expose les évolutions de l’implication des femmes dans la sphère publique tout en soulignant le caractère problématique de l’articulation impensée par les concepteurs/trices des mesures égalitaires, entre la sphère publique et la sphère privée. Dans la troisième partie, les auteurs reviennent sur les résistances et les recompositions de stéréotypes perpétuant « un ordre sexué asymétrique ».

3Chacune des trois parties est organisée en une présentation de l’état des lieux, souvent très complète et didactique puis par une modulation de cet état des lieux par un éclairage pluridisciplinaire, proposant des approches complémentaires, ouvrant sur des thèmes survolés par l’état des lieux ou sur des impensés des réflexions menées sur l’égalité. Ce dont témoignent, à des titres divers, les chapitres de cet ouvrage est la lente progression des droits des femmes vers l’égalité (Florence Rochefort), l’élargissement graduel des champs dans lesquels se posent cette question de l’égalité : de l’obtention des droits civiques et civils à l’égalité de traitement et à l’égalité des chances (Annie Junter), mais également des mouvements de résistance (Catherine Vidal) et des retours de balancier (Sandrine Dauphin).

4La description des avancées réelles vers l’égalité peut masquer des réarrangements ou recompositions des inégalités, qu’il s’agisse des inégalités femmes-hommes mais des inégalités entre les femmes également. La parité avance, en politique et dans le monde du travail. Mais si l’on observe finement la société, elles n’ont pas disparu. En politique, certains grands partis ont préféré payer des pénalités pour non-respect de la parité que d’avoir des listes de candidats paritaires aux dernières élections législatives. L’Assemblée Nationale compte 26,9% de femmes députées depuis juin 2012, mais remarque Réjane Sénac : « la persistance des différences de profil et de missions assignées aux élu-e-s (ou aux administrateurs/trices) en fonction de leur sexe récompense un ordre sexué où les femmes ne sont pas reconnues comme paires mais comme complémentaires » (p. 130). Les femmes sortent plus diplômées de l’enseignement supérieur que les hommes mais occupent moins souvent des postes hiérarchiques élevés. Les victoires sur le papier n’ont pas amené une redéfinition des rôles familiaux. Comme l’écrit Sandrine Dauphin les tâches domestiques restent le « noyau dur » de l’inégalité au sein de la famille. Les filles anticipent ces obligations familiales. Ainsi Marie DuruBellat souligne que les lycéennes prennent en compte cet aspect dans leur choix de fillière d’orientation, puis d’études supérieures. Les différences de conditions entre les femmes sont mises en évidence dans les travaux de Françoise Milewski et d’Hélène Périvier. Les femmes ont conquis le droit de travailler, mais leurs devenirs seront distincts selon qu’elles auront accès par leur éducation supérieure à un salaire d’autonomie, ou dans le cas des femmes peu diplômées à un salaire d’appoint. L’instabilité des familles avec l’augmentation régulière du nombre de séparations depuis les années 60, pénalise en tout premier lieu les femmes, responsables à 80% des familles monoparentales, avec tous les risques de précarisation que cela peut entraîner pour elles, qui se retrouvent plus souvent dépendantes des aides sociales.

5Les politiques et les institutions vont dans le bon sens, mais ratent parfois leur cible. Le congé parental d’éducation, institué pour favoriser le choix des parents quant au mode de garde de leurs enfants joue un rôle de désocialisation professionnelle des mères les moins diplômées et les déprécient durablement sur le marché du travail. L’école elle-même, d’après Marie Duru Bellat, en restant « indifférente aux différences » de traitement des filles et des garçons dans l’institution (le « double standard »), renforcerait ces différences et les légitimerait.

6Finalement écrit Réjane Sénac, le défaut des mesures prises en France n’est-il pas leur manque d’envergure ? Pourrons-nous jamais atteindre la parité si nous ne réinterrogeons pas le principe de justice à l’œuvre dans notre contrat social tout imprégné de la complémentarité des sexes théorisée par Jean-Jacques Rousseau ?

7Les contributions à cet ouvrage sont, du fait de la forme même choisie par les éditrices, d’inégale constitution, mais elles permettent d’éclairer utilement le lecteur qui pourra se reporter à des ouvrages plus denses, souhaiterait-il un approfondissement sur un point particulier. On pourra remarquer en épilogue qu’un seul contributeur pour quatorze contributrices à cet ouvrage peut témoigner de la persistance de l’isolement académique des réflexions sur les inégalités femmes-hommes, ou du moins du peu d’intérêt et de mobilisation d’une grande partie des hommes pour la réduction des inégalités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Champenois Rousseau, « Sandrine Dauphin et Réjane Sénac (dir.), Femmes hommes : penser l’égalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 20 mars 2013, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10998

Haut de page

Rédacteur

Bénédicte Champenois Rousseau

Sociologue, elle travaille actuellement au CERMES (INSERM) sur le projet ANR « Handicap et Diagnostic Prénatal ».

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page