Navigation – Plan du site

Yves Citton, Frédéric Lordon, Spinoza et les sciences sociales. De la puissance de la multitude à l'économie des affects

Patrick Cotelette
Spinoza et les sciences sociales
Yves Citton, Frédéric Lordon (dir.), Spinoza et les sciences sociales. De la puissance de la multitude à l'économie des affects, Éditions Amsterdam, coll. « Amsterdam Poches », 2010, 450 p., EAN : 9782354800734.
Haut de page

Texte intégral

1« Cet ouvrage aura rempli son but s'il permet de construire un pont [entre] chercheurs en sciences sociales et philosophes » annoncent Yves Citton et Frédéric Lordon dès l'introduction. Si nous prenons cette intention au pied de la lettre, on peut alors se demander quel pont construisent les différents auteurs (Yves Citton, Christian Lazzeri, Frédéric Lordon, Antonio Negri, André Orléan, Aurélie Pfauwadel, Pascal Séverac et Philippe Zarifian) de cet ouvrage aux frontières de la sociologie, de la philosophie, de l'épistémologie et de l'histoire des idées. C'est en effet faire œuvre originale que de tenter, au cours des diverses contributions, de prendre la philosophie spinoziste, antérieure aux « divisions disciplinaires opérées par l'avènement institutionnel des sciences sociales » pour attirer le philosophe « qui s'intéresserait à voir ce qui peut en être tiré pour l'analyse des formes actuelles de notre vie sociale » dans le champ des sciences sociales et pour inciter le chercheur en sciences sociales à rechercher des « problématiques intégratrices et des concepts transversaux » (p.21) pour renouveler son regard. S'il s'agit bien ici de construire un pont ou plusieurs, il faut s'interroger sur leurs « types » : sont-ils de pierre ou de paille, utilitaires ou ornementaux, permettent-ils pleinement de traverser le fossé qui séparent les deux disciplines ou sont-ils simplement un de ces ponts « qui ne mènent nulle part » ? D'une certaine manière, il y alors autant de ponts que d'articles dans cet ouvrage collectif. C'est effectivement un exercice difficile que de maîtriser des concepts philosophiques, de les expliquer clairement et simplement à des non spinozistes et de les appliquer de manière pertinente à la réalité économique et sociale.

2On soulignera tout d'abord la grande qualité de l'introduction rédigée par Yves Citton et Frédéric Lordon : « Un devenir spinoziste des sciences sociales ? ». C'est l'article le plus important de l'ouvrage. En une cinquantaine de pages, les deux auteurs résument simplement les grandes leçons du spinozisme sans étalage conceptuel inutile (même si plusieurs lectures peuvent s'avérer nécessaires au néophyte), et montrent les différentes manières d'utiliser le regard spinoziste pour l'analyse du monde social. On y voit ainsi clairement comment le « naturalisme » et le « déterminisme », tels qu'ils sont conçus par Spinoza, peuvent permettre au chercheur en sciences sociales de renouveler son regard sur ses objets d'études. Par exemple, Yves Citton et Frédéric Lordon rappellent que l'analyse spinoziste, en niant le caractère inconditionné de l'action humaine, invite à repenser ses déterminants en dépassant l'antinomie des « intérêts matériels » et des « idées » au profit d'un dénominateur commun, celui des « affects ». Cet exercice est celui qu'effectue Yves Citton dans la première partie de l'ouvrage. Après un article pont de pierre (« Entre l'économie psychique de Spinoza et l'inter-psychologie économique de Tarde ») visant à montrer la proximité entre une pensée philosophique et une pensée sociologique, et un article pont de paille (« Les lois de l'imitation des affects ») visant à rappeler différents principes d'analyse (mais qui manquent d'une application empirique), Yves Citton cherche à utiliser le regard spinoziste pour analyser de manière neuve la question de la demande de biens et de services dans une économie. Avec « Téléologie régnante et politiques des modes », il démontre comment le regard spinoziste permet de dévoiler la « (re)production des désirs psychologiques de consommation » (p.166), c'est-à-dire le constant effort réalisé par les offreurs de biens et de services pour générer « simultanément l'objet nouveau et la perception de son besoin » (p.167). L'introduction et la première partie de l'ouvrage forment ainsi un ensemble cohérent, d'une lecture parfois difficile, mais qui permet de bien voir dans quelle mesure un philosophe classique peut être utile à la recherche en sciences sociales.

3Une moindre homogénéité apparaît à la lecture du reste de l'ouvrage. La deuxième partie a pour vocation d'effectuer un travail identique à celui d'Yves Citton en prenant d'autres objets d'analyse. Frédéric Lordon et André Orléan montrent ainsi avec brio dans « Genèse de l'Etat et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multidinis » dans quelle mesure leur analyse de la monnaie comme « fait éminemment institutionnel » (p.205) est proche de l'analyse spinoziste de l'Etat. Ces analyses permettent d'éclairer de manière très convaincante les phénomènes d'émergence de la monnaie et de l'Etat, le poids de l'Etat sur la constitution monétaire et les phénomènes de crise monétaire et étatique en mettant en avant dans les deux cas le rôle de la confiance autour d'une référence commune. Après ce pont de pierre suit l'article de Philippe Zarifian, « Puissance et communauté d'action (à partir de Spinoza) ». L'ambition affichée de défendre par la pratique une « sociologie spinoziste de la puissance qui découvre ou redécouvre des sources d'action largement méconnues » (p.278) se heurte au sentiment de déjà-vu que laisse l'article. Philippe Zarifian essaie de montrer qu'au sein de mouvements sociaux peuvent exister des « communautés d'action » qui seraient une sorte de mouvement social plus plus, ce qui donne une « classe en soi » dans le langage marxiste et un « nouveau » mouvement social dans le langage tourainien. La troisième partie de l'ouvrage constitue de son côté des ponts ornementaux agréables à parcourir. Aurélie Pfauwadel et Pascal Sévérac montrent les rapprochements possibles entre les analyses de Michel Foucault et de Spinoza autour de la politique dans « Connaissance du politique par les gouffres ». Christian Lazzeri fait quant à lui une analyse serrée des conceptions différentes de l'intérêt individuel au sens large chez Pierre Bourdieu et Spinoza dans « Reconnaissance spinoziste et sociologie critique ». L'article propose dans le même temps une rapide histoire des idées à propos de la différence entre amour propre et amour de soi. La dernière partie de l'ouvrage reste la plus faible. L'article d'Antonio Negri intitulé « Spinoza : une sociologie des affects » a pour ambition de montrer l'intérêt de Spinoza pour l'analyse sociologique. On retiendra surtout de l'article son manque d'argumentation, l'auteur se contentant d'affirmer diverses leçons (comme l'étrange formule « cette définition statique du conatus serait plutôt hobbesienne (tout l'individualisme moderne nous y porte) » p.404) sans les démontrer aucunement.

4Spinoza et les sciences sociales constitue ainsi un ouvrage ambitieux mais d'une qualité inégale selon les articles. L'objectif de construire un « pont » entre la philosophie spinoziste et la recherche en sciences sociales est dans l'ensemble rempli, même si le lecteur non formé à la philosophie pourra rencontrer des difficultés à la lecture. La lecture d'un ouvrage d'introduction à la pensée de Spinoza, comme Spinoza, Philosophie pratique de Gilles Deleuze, serait dans ce cas nécessaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Yves Citton, Frédéric Lordon, Spinoza et les sciences sociales. De la puissance de la multitude à l'économie des affects », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 24 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1101

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page