Navigation – Plan du site

Sylvia Chiffoleau, Genèse de la santé publique internationale. De la peste d’Orient à l’OMS

Jocelyne Sfez
Genèse de la santé publique internationale
Sylvia Chiffoleau, Genèse de la santé publique internationale. De la peste d'Orient à l'OMS, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2012, 336 p., ISBN : 978-2-7535-2091-2.
Haut de page

Texte intégral

1Dans un monde de plus en plus interdépendant, où se développent encore des épidémies, qu’il s’agisse de nouvelles maladies (Sida, Ebola… ) ou de maladies plus anciennes mais récurrentes (tuberculose, rougeole, malaria…), n’est-il pas évidemment nécessaire de penser une gestion mondialisée de la maladie et de la santé ? L’histoire montre cependant qu’une telle gestion ne va pas de soi à mettre en œuvre, et que son progrès nécessite avant tout de prendre en compte, au-delà des difficultés scientifiques souvent mises en avant, la façon dont s’articulent les mécanismes politiques, élaborés au niveau international, avec les réalités locales. Dès lors, il est indispensable, d’après l’auteur, de « montrer comment se fait l’accord sur la question sanitaire, dans la tension et (…) le conflit, en redonnant leur place à tous les acteurs, collectifs et individuels, étatiques ou non, au sein d’un processus international (…) traversé [par] des phénomènes de domination » (p. 14).

2L’histoire de la santé publique internationale rencontre en effet l’histoire des relations internationales en général, et en particulier l’histoire coloniale : l’espace oriental, où s’affrontent les puissances européennes coloniales du XVIIIe au XIXe siècle, est celui-là même des épidémies (peste, choléra). C’est le cas du Moyen-orient, à la charnière de trois continents (Europe, Afrique, Asie), et au centre d’énormes flux de population (pèlerinage musulman à la Mecque) : c’est dans cet espace que va donc prendre naissance et progressivement se développer, pour des raisons essentiellement sécuritaires, une volonté politique de santé publique.

3C’est logiquement là, dans l’étude de cet espace, que doit commencer cette enquête qui vise, dans une « tentative d’histoire globale » (p. 16) malgré la disparité soulignée des sources, à écrire la genèse, sur plus d’un siècle, de la santé publique internationale.

4Le premier chapitre de l’ouvrage décrit ainsi de manière comparative comment s’effectue le transfert de la médecine moderne en Egypte et dans l’Empire ottoman au début du XIXe siècle. Malgré les différences de mise en oeuvre, l’auteur montre qu’il est le fruit d’une démarche volontaire de la part des pouvoirs politiques d’Istanbul et du Caire, sachant trouver des interlocuteurs médicaux capables d’élaborer, dans chaque pays, un service médical destiné à l’armée et de construire, dès 1827, une école de médecine pour pérenniser les structures. C’est sur l’impulsion des pouvoirs égyptiens et turcs que, à partir des grandes épidémies de choléra (1831) et de peste (1835), vont être mises en place les premières instances à vocation internationale, qui deviendront bientôt l’Intendance sanitaire d’Egypte et le Conseil supérieur de santé de l’Empire ottoman, et qui assurent essentiellement le contrôle des mesures de quarantaine prises dans le cadre des épidémies. Ces instances, dans lesquelles siègent des représentations consulaires, sont bientôt doublées de conseils civils de santé, autochtones, s’occupant davantage de l’hygiène publique et des mesures de vaccination auprès de la population. En s’attachant à décrire les acteurs collectifs et individuels de ce transfert scientifique et technique, l’auteur montre ses effets sur la géographie du Moyen-Orient et son impact culturel. Si, a priori, l’introduction de la médecine européenne ne pose pas difficulté dans sa vocation à guérir, elle suscite néanmoins des résistances dans la population, parce que, d’une part, elle induit une représentation de la maladie détachée de toute métaphysique religieuse du mal, autorisant de nouveaux gestes médicaux (isolement des malades, chirurgie et dissection des corps), et que, d’autre part, en visant principalement le contrôle des épidémies, elle s’impose dans des mesures contraignantes visant la collectivité et les individus (enfermement de la quarantaine).

5Le dispositif quarantenaire mis en place à l’initiative propre de l’Égypte et de l’Empire ottoman constitue certes une barrière sanitaire, mais celle-ci entrave  le commerce international, au grand dam de l’Angleterre. Alors que l’efficacité de cette pratique est remise en cause en Europe où elle était appliquée depuis l’événement de la Grande peste du XIVe siècle, elle va s’étendre en Orient, théâtre où se contruit le péril épidémique au cours du XIXe siècle, sur fond de querelles entre anticontagionistes et contagionistes. Favorisant le commerce international en rendant inutile les quarantaines, l’hypothèse anticontagioniste du choléra, de la peste et de la fièvre jaune, s’appuie également sur l’hygiénisme naissant : nombre de médecins européens professent que c’est un défaut d’hygiène publique, donc de civilisation, qui fait ces maladies et les endémise.

6L’Europe prend donc acte de l’existence du système quarantenaire en Orient qu’elle cherche à faire évoluer pour son profit. Si les mesures sanitaires prises en Orient peuvent contenir, voire éradiquer les fléaux, elles pourront s’alléger en Europe. C’est cette volonté qui sous-tend le projet français d’une concertation internationale.

7L’auteur montre alors que les premières conférences sanitaires internationales, structures inédites de négociation dans un contexte non conflictuel, vont conduire à imposer aux pays orientaux de céder une part de plus en plus grandes de leur souveraineté, entraînant de leur part de multiples résistances. La faveur de l’hypothèse hygiéniste et anticontagioniste conduit progressivement l’Europe à considérer comme uniques responsables des pandémies l’Egypte et l’Empire ottoman et à leur imposer à marche forcée toute une série de mesures sanitaires dont ils doivent en outre assumer les coûts, alors que, dans le même temps, pour des raisons commerciales, l’Europe cherche à s’exonérer de toutes ces mesures. Les mesures prises s’avèrent inefficaces et elles conduisent à la dégradation de la situation sanitaire générale en Orient, dans un cercle infernal de mépris dominateur et de résistances humiliées. L’auteur s’attache à montrer les positions souvent antagonistes et paradoxalement synergiques de la France et de l’Angleterre dans ce processus international.

8Progressivement pourtant, au vu de la persistance du choléra et de la résurgence de la peste, l’option anticontagioniste est bientôt remise en cause et, dans le cadre d’une bactériologie triomphante, est alors réaffirmé un néo-quarantinisme inégalitaire, visant essentiellement et durablement les pèlerins musulmans à la Mecque (hajj), qui constituent alors un, si ce n’est le « groupe à risque », compromettant la liberté du commerce en facilitant la diffusion des maladies, et sur lequel se resserre l’action sécuritaire internationale, extrêmement coercitive et intrusive, impliquant une violence autant matérielle que symbolique. Aux risques sanitaires que constitue tout déplacement de masses, il est évident, par comparaison faite avec d’autres groupes migrants (par exemple, les immigrants vers les Etats-Unis), que s’ajoute ici une discrimination politico-religieuse de la part de l’Europe qui conçoit cette masse musulmane comme suspecte et dangereuse.

9L’auteur décrypte ainsi les modalités d’intervention et d’apprentissage des procédures internationales dans le cadre des conférences successives, bientôt entravées par le fait colonial dans la région. La médecine d’Orient est réduite à être une médecine sentinelle au détriment d’une véritable politique de santé publique, qui demanderait une toute autre répartition des moyens dévolus à la santé et une autre collaboration internationale. Cependant, il est vrai que la lutte contre les épidémies a acquis une véritable efficacité, résultant essentiellement du transfert des modèles occidentaux appliqués abruptement par les Etats locaux et leurs élites à leurs populations. Malgré les résistances étatiques, lieux de toutes les tensions, les Conseils sanitaires d’Egypte et de l’Empire ottoman sont aussi les courroies de transmission efficaces entre les niveaux internationaux et locaux, et ils s’avèrent le lieu d’apprentissage des rouages de la santé publique internationale.

10La fin de l’ouvrage est consacrée aux recompositions de l’Après Première Guerre mondiale (disparition de l’Empire ottoman, des Conseils sanitaires, apparition de la Turquie et de l’Arabie saoudite, relativisation de l’enjeu sanitaire du hajj), à l’émergence de nouveaux objectifs (éducation à la santé et à l’hygiène, gestion des épidémies de typhus, paludisme, variole, tuberculose, développement d’une politique de santé publique sur la base d’une justice sociale…) et à la création de nouvelles institutions non plus européennes, mais véritablement internationales (OIHP, Organisation d’hygiène de la SDN, OMS… ).

11Le livre, extrêmement touffu, fondé sur des archives nombreuses, dresse ainsi un panorama saisissant de la naissance de ce souci d’une gestion mondialisée de la maladie d’abord, de la santé ensuite. Ce n’est pas la moindre des qualités de l’ouvrage que de restituer un nom aux acteurs individuels et/ou locaux dans le jeu international des États et de suivre leurs multiples destins. Le lecteur est fasciné par l’entrecroisement des causalités diverses et complexes mises à jour. On saluera également la grande attention à la question de la représentation des autres, à la question de la considération des individus dans les traitements collectifs modernes, qui constitue sans doute le cœur du problème biopolitique. Se dessine en creux l’idée que, contrairement à une approche trop courante du sens commun, l’éthique pourrait ne pas être antagoniste d’une politique sanitaire des masses réellement efficace, bien au contraire.

12Pourtant, et paradoxalement, malgré la densité du propos – ou peut-être à cause d’elle –, on regrettera la trop grande rapidité de la comparaison des situations faites aux émigrants européens et aux pèlerins musulmans, ou celle du dernier chapitre, sur la construction des institutions véritablement internationales et le redéploiement des enjeux sanitaires, après la longue et si riche genèse des origines de la santé publique internationale. Si l’on comprend également que le rôle moteur de la France a conduit à examiner de près ses archives, et que le passé colonial rend celles de l’Orient lacunaires, on aurait souhaité voir, au moins partiellement, exploitées les archives des autres pays européens, notamment de l’Angleterre, autre protagoniste fondamental dans le jeu international initial. Ce ne sont pas tant des regrets d’ailleurs qu’un désir renouvelé de savoir, nourri par la lecture même de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jocelyne Sfez, « Sylvia Chiffoleau, Genèse de la santé publique internationale. De la peste d’Orient à l’OMS », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 mars 2013, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11043

Haut de page

Rédacteur

Jocelyne Sfez

Docteure en philosophie de l’ENS-Lyon. Lauréate de la bourse Gustave Monod de l’IFHA en 2011 et de la bourse Fernand Braudel de la FMSH en 2012 pour un projet post-doctoral portant sur « la bibliothèque médicale de Nicolas de Cues »

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page