Navigation – Plan du site

Ginette Francequin, Cancer du sein : une féminité à reconstruire

Alexandra Quatrehomme
Cancer du sein : une féminité à reconstruire
Ginette Francequin (dir.), Cancer du sein : une féminité à reconstruire, Toulouse, Erès, coll. « Sociologie clinique », 2012, 266 p., préface du docteur Rémy Salmon, ISBN : 978-2-7492-3422-9.
Haut de page

Texte intégral

1Au lendemain du scandale des prothèses Poly Implant Prothese et des menaces contre l’usine Lejaby, Ginette Francequin écrit cet ouvrage « pour témoigner de la force des femmes touchées par le cancer du sein ».L’auteure a pour ambition d’informer et de sensibiliser le plus grand nombre à travers le recueil de données qualitatives (entretiens, témoignages, récits de vie), et ceci, pour rester en accord avec la collection « Sociologie clinique » dans laquelle est publié l’ouvrage.

2À la suite d’une préface quelque peu déroutante dans laquelle son auteur met d’emblée le doigt sur les manques et les inexactitudes de cette recherche, précisant qu’il aurait « dû refuser d’écrire cette préface », la première partie basée sur des récits de vie de patientes et prenant appui sur une littérature pertinente, nous plonge dans le temps de l’annonce du cancer du sein. Un travail de terrain marqué par l’attente du diagnostic et ponctué par les réactions de ces femmes qui acceptent de témoigner de l’inenvisageable perte d’une partie de leur féminité à l’image d’Iris, 43 ans, qui témoigne : « Je ne veux pas de ce traumatisme à vie ! Je défends mon corps face au chirurgien ». Il est néanmoins regrettable qu’à l’issue de ces récits de vie, aucune analyse sociologique du matériel qualitatif recueilli ne soit proposée au lecteur.

3Par la suite, dans un discours plus médical, Ginette Francequin nous familiarise avec ce qu’est le cancer ou plutôt ce que sont les « quatre types [de cancer] dont les plus fréquents ne sont pas forcément les plus graves » ainsi qu’avec les recherches sur des questions cancer. Si l’on aime et comprend l’intérêt de ce second chapitre, il est compliqué de comprendre le lien entre chacune des parties de ce dernier. Dans une démarche clinique, l’auteure nous renseigne d’abord sur des explications cellulaires, sur l’évolution des soins du cancer, du dépistage précoce et de la prévention. Puis, elle témoigne de l’importance « d’intégrer aux soins des personnes malades, du soutien moral et social, ceci de manière conjointe aux traitements spécifiques ». Cet accompagnement est possible grâce aux structures mises en place (La Maison de la Femme, La Maison de l’Espoir, L’Embellie…) dans le but d’écouter, de conseiller et de permettre aux femmes atteintes d’un cancer du sein de reconquérir leur féminité et de faciliter leur réinsertion dans les sphères sociales, familiales et professionnelles.  

4Pour nous parler des étapes traversées par ces femmes atteintes d’un cancer du sein, les témoignages de différents acteurs, forts de leurs expériences professionnelles, (esthéticiennes, psychomotriciennes, kinésithérapeutes…) permettent au lecteur de comprendre comment ces derniers tentent de faciliter la reconstruction de l’identité des malades au-delà des traitements. L’auteure poursuit par la présentation de dispositifs d’éducation thérapeutique proposés pour une reconstruction morale et physique du malade. Elle insiste ici sur les apports d’une pratique physique, comme moyen thérapeutique, pour pallier à la déprime et se réapproprier son corps. Dans le même temps, l’esthétisme et le cosmétique sont aussi présentés pour reconquérir l’estime de soi que ces femmes ont perdu au cours de la maladie.   

5À la lecture du dernier chapitre, le lecteur comprend le double impact entre cancer et travail. Si une telle maladie a de lourdes conséquences sur la poursuite d’une activité professionnelle, on remarque aussi l’importance primordiale d’un emploi dans l’évolution de cette maladie. Dès l’annonce du cancer, le malade est taraudé par les questions liées à son emploi. Un état indépendant de sa volonté qui l’oblige à choisir entre le maintien de son activité professionnelle en dépit de sa santé ou la perte de son emploi joint à la difficulté de la réinsertion professionnelle après la maladie. Les enquêtes et des projets cités par Ginette Francequin sont pertinents. Ces derniers visent à améliorer et personnaliser la reprise du travail des malades notamment à travers des clubs thématiques qui offrent à leurs participants un lieu de socialisation, un mode organisationnel particulier qui permet de résoudre de manière collective et non plus individuelle les questions liées à l’insertion professionnelle.

6Sur le fond, les quatre parties qui composent l’ouvrage de Ginette Francequin nous offrent une vue d’ensemble sur la manière dont les femmes vivent avec cette maladie ainsi que sur ce qui est mis en œuvre pour accompagner, soutenir et aider les femmes atteintes de ce cancer à se réconcilier avec leur corps et leur statut de femme, tant sur le plan social que médical. Un travail clinique riche d’informations que Ginette Francequin prend le temps d’expliquer permettant aux plus novices d’entre nous de comprendre la totalité de l’ouvrage, des enjeux de ce cancer et des dispositifs mis en place pour accompagner la reconstruction identitaire de ces femmes atteintes d’un cancer du sein.

7Le travail de fond permet de satisfaire l’envie d’apprentissage du lecteur en dépit des manquements tant au niveau de la forme que sur des points de méthodologie. Notamment, on peut lire sur la page de couverture : « Sous la direction de Ginette Francequin ». Mais lorsque l’on cherche le nom des autres auteurs, il est impossible de savoir qui ils sont. Les co-auteurs font-ils partie de la soixantaine de noms inscrits sur la page de remerciements ? Sont-ils ceux inscrits en notes de bas de pages – à la page 117 ou à la page 153 par exemple – et qui correspondent à l’un des intertitres d’un chapitre ? Pareillement, dans le sommaire, des noms figurent. Mais sont-ils les noms de ceux qui témoignent, ceux qui écrivent, ceux dont on parle… ? Il paraît inconcevable que sur les premières pages de présentation des caractéristiques de l’ouvrage ne figurent pas clairement les noms de ceux qui ont écrit cet ouvrage, dit, « collectif ».

8Bien que le travail de terrain permette un recueil de données qualitatives très intéressant – et il faut souligner la qualité et la quantité des récits de vie et des témoignages recueillis par Ginette Francequin – il semble tout de même manquer l’essentiel : un traitement plus poussé de ces données. Des analyses permettant de faire apparaître des faits sociaux, des comportements humains, etc., à travers les dires des femmes interrogées et en fonction, par exemple, de leurs caractéristiques démographiques, sociales, psycho-sociales, familiales…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Quatrehomme, « Ginette Francequin, Cancer du sein : une féminité à reconstruire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 mars 2013, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11046

Haut de page

Rédacteur

Alexandra Quatrehomme

Etudiante en Master 2 Economie et société, spécialité socio-anthropologie du monde contemporain, Université Paris Ouest, Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page