Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2010Martine Court, Corps de filles, c...

Martine Court, Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale

Pierre Bataille
Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale
Martine Court, Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale, La Dispute, coll. « Corps santé société », 2010, 241 p., EAN : 9782843032066.
Haut de page

Texte intégral

1Le point de départ de ce premier livre de Martine Court est un constat relativement élémentaire : on explique souvent les cas de filles ou de garçons atypiques au regard de la moyenne statistique par des causes extra sociologique. Ceux et celles qui échappent au « formatage » que leur promet l'éducation tant familiale que scolaire feraient preuve, de par leur caractère ou leur profil psychologique, de caractéristiques individuelles de résistance hors du commun. Ces éléments « hors social » leur permettraient de passer entre les mailles du corset socialisateur. L'ambition de l'auteure est donc ici de démontrer que contrairement à cette idée largement rependue, une observation fine des modalités concrètes de socialisation permet de rendre compte avec les outils du sociologue, non seulement de la reproduction des stéréotypes mais aussi des écarts à la norme. Cet ouvrage basé sur un travail empirique conséquent tente donc de se saisir « à bras le corps » de la question de la construction des corporéités chez les jeunes filles et jeunes garçons. En s'attaquant à un objet d'analyse clairement circonscrit, soit la socialisation corporelle des filles et garçons entre 10 et 11 ans, l'auteure se donne ainsi les moyens sociologiques d'observer finement la construction des différences sexuées dans l'enfance.

2Pour introduire son analyse, l'auteure commence par distinguer deux domaines de pratiques corporels très marqués sous l'angle du genre : le travail de l'apparence (le goût pour l'habillement, la coiffure, etc....) et la pratique sportive. L'opposition entre ces deux domaines constitue le canevas à partir duquel est construite par la suite son analyse. Organisé autour de la présentation de dix portraits sociologiques de filles « plus ou moins filles » et de garçons « plus ou moins garçons » selon les critères retenus, l'ouvrage donne ainsi à voir une large palette de profils où se déclinent différemment les éléments de socialisation corporelle caractéristiques de l'une ou l'autre classe de sexe. Ces variations s'opèrent différemment suivant le sexe d'assignation de l'enfant, mais aussi suivant la configuration familiale, l'histoire individuelle des parents, leur classe sociale, les relations avec les pairs ou encore la relation aux différents médias. C'est d'ailleurs une des réussites de ce livre que d'apporter des éléments empiriques propres à montrer combien l'influence des médias sur la socialisation enfantine est bien souvent surestimée. Contre certains présupposés, de celui de la « démission généralisée des parents » à celui de la toute puissance des images et références médiatiques, l'enquête sociologique montre la prégnance de l'environnement social direct des enfants. Les parents, les membres de la fratrie, les membres du cercle familial étendu (grands parents, cousins plus ou moins éloignés) mais aussi les pairs et camarades de classes apparaissent ainsi comme les principaux agents de socialisation des enfants des deux sexes. L'influence des médias semble de la sorte largement subordonnée à l'attitude des agents socialisateurs vis à vis des produits de la culture de masse (p.54-58). Mais ici aussi, rien de mécanique. Si l'influence des parents apparaît bien souvent primordiale (p.96-97), surtout dans les configurations familiales les plus proches du modèle de la famille nucléaire, le rôle socialisateur joué par les membres de la fratrie, les pairs, les grands parents ou les cousins n'est pas négligeable. L'action de ces autres agents peut venir renforcer ou au contraire rentrer en opposition avec les principes transmis par les parents. La prise en compte de ces multiples facteurs de socialisation vient ainsi répondre à l'exigence de l'auteure d'expliquer avec les outils sociologiques les cas généralement traités comme sociologiquement atypiques. De même, si l'on observe des transmissions entre parents et enfant du même sexe dans les domaines sportifs ou du travail de l'apparence, certains cas offrent à voir des « transmission croisées » (p.102-117), entre parents et enfants de sexes différents. Précisons que l'originalité du présent travail n'est pas de mettre en lumière des éléments du processus de socialisation qui auraient été laissé jusqu'ici de côté par les chercheur-e-s sur cette question. En effet, la plupart des éléments repérés par l'auteure ont déjà été présentés dans d'autres travaux. L'intérêt est plutôt cette présentation fine des configurations de transmissions qui donne à voir directement la complexité du processus de (re)production des stéréotypes corporels et de construction des corporéités.

  • 1 Héritier Françoise Masculin/Féminin. La pensée de la différence, Odile Jacob, Paris 1996.
  • 2 « Pudibonderie contre le “Le baiser de la lune“ ». Le Monde, 14 février 2010.

3S'il se révèle très pointu quant à l'analyse de la socialisation, l'ouvrage laisse néanmoins dans l'ombre deux points cruciaux, mis au jour par les études plus centrées sur le genre. Les analyses sous l'angle du genre articulent généralement deux dimension : l'une horizontale, celle de la différenciation des groupes humains entre différentes classes de sexe ; l'autre verticale, celle de la construction de la « valence différentielle des sexes », pour reprendre l'expression de F. Héritier1. Alors que la première dimension est particulièrement bien documentée dans le présent travail, la deuxième en est quasiment absente et n'est jamais thématisée concrètement par l'auteure. Tout semble se passer comme si développer des dispositions corporelles plutôt « masculines » pour une petite fille équivalait en miroir à développer des dispositions plutôt « féminines » pour un jeune garçon. Or, dans les propos rapportés par l'auteur, on peut pourtant bien se rendre compte qu'à la relative fierté de certains parents de jeunes filles d'élever un « garçon manqué » (p.128-133) répond la hantise des parents de garçons d'engendrer une « fifille » (p.171) ou une « fifillette » (p.221). De par la connotation plus négative accordée par cette dernière appellation, il apparaît par exemple ici que réside dans cette prise en compte de la « valence différentielle » un élément d'analyse intéressant, largement sous exploité par l'auteure. Autre objet d'attention de première importance dont le manque se fait aussi ressentir à la lecture de cet ouvrage : la question de l'hétéro normativité dans les attentes implicites ou explicites des agents socialisateurs. Si à aucun moment il ne semble que la question de l'homosexualité n'ait été abordée dans les entretiens, on aurait néanmoins pu attendre de la part de l'auteure un développement plus important à ce sujet. En effet, la récente controverse médiatique autour de la diffusion en classe de primaire du film pédagogique Le Baiser de la Lune2 a bien montré la forte sensibilité chez les parents et les professeurs à propos du traitement des questions touchant aux homosexualités auprès d'un jeune public.

4Pour conclure, on peut dire que du point de vue de la méthode de la finesse d'analyse des variations sexuées interindividuelles du processus de socialisation, l'ouvrage de Martine Court s'avère être une réussite. Il laisse pourtant de côté trop d'éléments potentiellement intéressants pour être complètement satisfaisant.

Haut de page

Notes

1 Héritier Françoise Masculin/Féminin. La pensée de la différence, Odile Jacob, Paris 1996.

2 « Pudibonderie contre le “Le baiser de la lune“ ». Le Monde, 14 février 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bataille, « Martine Court, Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 août 2010, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1104 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.1104

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search