Navigation – Plan du site

Charlotte Vorms, Bâtisseurs de banlieues à Madrid (le quartier de la Prosperidad, 1860-1936)

Farid Abachi
Bâtisseurs de banlieue à Madrid
Charlotte Vorms, Bâtisseurs de banlieue à Madrid. Le quartier de la Prosperidad (1860-1936), Créaphis éditions, coll. « Lieux habités », 2012, 364 p., ISBN : 978-2-35428-027-7.
Haut de page

Texte intégral

1Cette monographie raconte la genèse d'une excroissance spontanée extrarradio (le périmètre au-delà de l'ensanche — ville planifiée) de Madrid, La Prosperidad, née de l'initiative d'un groupe d'individus, construit, loti et développé sous l'impulsion de particuliers, propriétaires, entrepreneurs et habitants, puis son passage progressif à la qualité de faubourg intégré à la ville. L'ouvrage est structuré en trois parties, correspondant aux trois périodes par lesquelles passe ce quartier, trois vagues de mise de foncier sur le marché, trois modalités de fabrication de la ville.

2La première période, de 1860 à 1880, traite de la naissance du quartier et des premières transactions : si l'extrarradio offre encore la possibilité aux ouvriers de devenir propriétaires et de construire des casas bajas (maisons basses), c'est que des petits hommes d'affaire ont saisi l'opportunité de leur proposer des terrains à bon marché et inventé des procédures de financement valorisant l'apport en travail. Ces conditions créent un équilibre économique et social particulier, une société à forte cohésion. La seconde période, de 1880 à 1920, est celle de l'intégration progressive de La Prosperidad à la ville madrilène, par la consolidation des marchés immobilier et foncier locaux, dans un contexte de forte croissance démographique. C'est alors que se met en place un système d'aménagement informel, compensant le vide juridique et l'absence de planification urbaine.

3Enfin, à partir de 1920, l'explosion urbaine dans un cadre législatif renouvelé met à l'épreuve la cohésion du quartier et la capacité des mécanismes élaborés lors de la précédente période à résister à la nouvelle pression démographique et économique. Cette chronologie générale est issue du traitement et de la mise en série des données. « Si les bornes sont mouvantes [selon l'angle d'approche], le rythme est clair : trois phases scandent l'histoire de La Prosperidad, qui reflètent globalement la conjoncture madrilène […]. À chacune correspond certaines modalités de fabrication de la ville » (p. 24).

  • 1 Citons les travaux suivants : Dyos Harold James, Victorian Suburb, a study of the growth of Camber (...)

4L'étude ne porte pas sur les caractéristiques urbaines, démographiques, géographiques, typologiques ou fonctionnelles, sur l'apparition d'éléments de structures identifiables distincts entre la vieille ville, l'ensanche et les faubourgs extrarradio, études que livrent géographes ou architectes urbanistes. Le point de vue de l'auteure est original : elle recherche les hommes à l'œuvre derrière la forme urbaine et, plus précisément, « la façon dont, dans un cadre aux contraintes déterminées, ils façonnent leur environnement, sont acteurs de leur destin individuel et collectif et se structurent en société ». Elle montre l'évolution des stratégies des acteurs en présence, les ressorts humains de la croissance urbaine au tournant du XXe siècle. Peu d'études ont traité de tels sujets1. C. Vorms aborde la naissance et la cristallisation d'une communauté citadine, de gouvernance urbaine, l'irruption de nouveaux acteurs et leur professionnalisation progressive (lotisseurs, promoteurs...), la nécessaire définition d'un cadre réglementaire et de son interprétation locale face aux stratégies des grands acteurs économiques, au rôle des techniciens et élus et au poids des partis politiques.

5L'ouvrage est déjà en soi une micro-histoire du faubourg La Prosperidad entre 1860 et 1936, par le suivi longitudinal de l'histoire de trois panels de parcelles et d'habitants, et dont on appréciera la qualité par la richesse des sources consultées, la rigueur de leur analyse et leur mise en perspective (traitement des permis de construire, reconstitution d'histoire familiales, actes notariés des transactions, recensements, lecture systématique des minutes du conseil municipal etc.). Mais, cette étude de cas contribue à plusieurs autres questions essentielles. Comment se construit la ville ? Comment éclairer les articulations entre une ville officielle à conception planifiée (née d'une décision politique) et son pendant informel (résultant d'une lente transition de la campagne à la ville) ? Plus précisément, comment un quartier informel populaire finit-il par être intégré à la ville planifiée ? Quel est son fonctionnement propre, son insertion dans un marché immobilier plus vaste, dans l'économie et la société de l'ensemble de la ville ? Et surtout, au regard du volume de construction et de population concernés par l'extrarradio face à celui de l'ensanche, quelles sont la pertinence et la spécificité d'une telle catégorie d'analyse ?

6Dans le cas madrilène, qu’apprend-t-on de la recherche ? Alors qu'elle n’est encore gérée par aucun texte, la réalisation des premiers lotissements montre bien que leurs concepteurs ont déjà conscience de fabriquer un espace destiné à s'intégrer à cette ville encore distante, par la régularité des tracés, les modalités d'action, les choix de gestion, l'homogénéité des transactions (superficie des terrains, nature des constructions, prix, clientèle ciblée etc.). Il en ressort une logique, un projet d'ensemble consacré par quelques évènements fondateurs (une chapelle en juin 1871), plutôt que des opportunités d'affaires inspirées les unes des autres — ce qui remet en cause leur caractère « spontané » et relativise la spéculation observée. Une logique qui prend tout son sens au regard des valorisations foncières alors en cours dans l'ensanche. La restitution de monographies familiales montre toutefois la diversité des situations et des mobiles. L'auteur précise le rôle et l'initiative de certains instructeurs, qui perçoivent rapidement à la fois la difficulté d'appliquer une règle de droit, inexistante en-deçà des frontières de l'ensanche, et la finalité d'une norme au-delà des pratiques administratives. Le traitement des pétitions successives (« de l'éclairage, de l'hygiène, de l'eau pour l'amour de Dieu ») au nom d'une justice sociale et les sources de pression sollicités (journaux, notables locaux, industriels) font état de la capacité d'organisation des habitants face aux autorités municipales.

7Pour autant, cette reconnaissance obtenue modifie les modalités du développement du quartier, désormais relié à la ville par un tramway. Le sol est viabilisé avant même que d'être bâti, comme dans l'ensanche, bien qu'ici cela relève encore d'initiatives privées et non des pouvoirs publics. C'est une intégration au marché madrilène de fait. Cela impacte la structuration des financements mobilisés et les modalités de crédits. La petite épargne de la première époque disparaît, au profit d'un recours bancaire et de prêts hypothécaires, ce qui réoriente vers une production massive de logements modestes locatifs, transformant l'habitat du faubourg en un objet de placement rentable. Cette dynamique est manifeste, avec apparition de casas de vecinos (immeubles de rapport de banlieue) en place des premières casas bajas (maisons basses). Cette étude montre très finement les conséquences, dont les disparités entre rues des valeurs foncières et locatives et les recompositions sociales qui s'y produisent, accentuées par la forte croissance démographique.

8Cette croissance autant que l'intérêt récent porté par les investisseurs mettent au jour tant l'importance de cette ville périphérique que son statut marginal, c'est-à-dire les problèmes latents que pose son intégration, malgré l'équipement progressif du site (réalisé avec des matériaux de seconde main provenant de la vieille ville !). Cette urbanisation non planifiée a désormais un coût pour la municipalité, généré par l'insuffisance des anciennes ordonnances municipales. Sous quel régime aménager les anciennes voies privées ? Celui de l'expropriation ? Que peut-on encore planifier dans un secteur aussi densément loti et bâti ? Comment financer de grands équipements structurants (électrification de l'éclairage publics, réservoir et adduction d'eau potable) ?

9La restitution documentée des débats politiques et de leurs enjeux montrent l'oscillation entre pragmatisme et affairisme (voire corruption), jusqu'à l'intégration juridique de l'extrarradio à l'ensanche (1923). Mais elle montre surtout le renouveau des modalités de production de la ville, par la dernière vague de lotissement. De nouvelles filières immobilières et de nouvelles typologies apparaissent, avec les colonies d'habitation à bon marché d'une part et, d'autre part, les cités-satellites et leur colonias de hotelitos (colonies de pavillons), références explicites aux Cités-jardins alors en vogue dans cette Europe des années 1920. Aux marges du quartier, se montent des lotissements privés plus orientés vers une rentabilité immédiate que soucieux de la cohérence globale. « Les lotisseurs ne se concertent plus », ce qui engendre une dégradation manifeste du cadre bâti, voire la création de véritables poches de pauvreté. Cela rompt l'équilibre de la cohésion sociale précédente, dans un quartier qui attire désormais des cols blancs.

10L'ouvrage se termine par un rappel historique sur la politique menée par la République socialiste espagnole, et ses tentatives de mettre fin aux situations de non-droit généré par les soixante-dix ans d'urbanisation de l'extrarradio, entre amélioration des conditions de vie des banlieusards, contrôle du prix du sol et équipement des faubourgs — des politiques aux temporalités différentes et difficilement conciliables. Mais c'est une œuvre qui ouvre la porte aux politiques volontaristes d'intervention publique, le laboratoire d'outils modernes d'urbanisme.

Haut de page

Notes

1 Citons les travaux suivants : Dyos Harold James, Victorian Suburb, a study of the growth of Camberwell, Leicester, University Press, 1961 ; Fourcaut Annie, Bobigny, banlieue rouge, Editions ouvrières, 1984 ; Jacquemet Gérard, Belleville au xixe, du faubourg à la ville, Editions de l'EHESS, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Farid Abachi, « Charlotte Vorms, Bâtisseurs de banlieues à Madrid (le quartier de la Prosperidad, 1860-1936) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 26 mars 2013, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11053

Haut de page

Rédacteur

Farid Abachi

Docteur EHESS en sociologie (études urbaines), associé au Centre Maurice Halbwachs (ENS Jourdan, Paris) et à l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis, Tunisie)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page