Navigation – Plan du site

Karine Roudaut, Ceux qui restent. Une sociologie du deuil

Didier Bastide
Ceux qui restent
Karine Roudaut, Ceux qui restent. Une sociologie du deuil, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2012, 200 p., ISBN : 978-2-7535-2085-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  P.-Y. Balut., « Deuil » in P. Di Folco, Dictionnaire de la mort, Larousse, Paris, 2010.

1« Le deuil fait d’une disparition, à mesure que le temps passe, un habitus, un lieu de mémoire idéalement pacifié, du moins fréquentable », écrit Pierre-Yves Balut à l’article du même nom du Dictionnaire de la Mort. L’auteur fait remarquer au préalable « qu’universellement reconnu comme la marque temporelle de l’après-décès », le processus du deuil demeure encore mystérieux. Aujourd’hui essentiellement perçu comme un état psychologique, combinant parfois considérations psychanalytiques et religieuses, le deuil demeure « une histoire  que nous composons avec l’événement de la mort [et qui] a besoin de s’écrire en chacun et chacune d’entre nous »1. Cette histoire, saisie du point de vue des individus endeuillés,  constitue le matériau de l’ouvrage de Karine Roudaut, issu d’un travail de thèse dirigé par François Chazel. Dans la préface, ce dernier synthétise l’ambition de l’auteure : analyser le deuil sous l’angle d’une « socialisation active » car il n’existe « pas (ou plus) une unique manière de faire son deuil qui serait celle du rituel ».

2De l’enquête constituée principalement d’entretiens semi-directifs, Karine Roudaut dégage trois niveaux d’analyse, qui composent également trois « temps » du deuil. Le rituel funéraire est d’abord interrogé « comme modèle d’organisation sociale du deuil ». Quel est le rôle des normes, des modèles de conduite etc. dans une situation de deuil singulière ? Autrement dit, quel rapport à la ritualité du deuil les individus ont-ils ? La deuxième partie porte le regard sur le « cadre de la vie quotidienne » dans le prolongement du deuil. Comment ce dernier s’y inscrit-il ? Quelles formes de socialisation plus ténues que précédemment sont à l’œuvre ? Cela permet dans un troisième temps d’ouvrir le questionnement sur l’itinéraire biographique pour examiner les manières dont les endeuillés « réaffirment une certaine continuité du soi ».

3Les deux premiers chapitres proposent un « état de la question » concernant le rituel, à partir des analyses de Durkheim et de Parsons. Minutieusement décrite, l’approche de ce dernier dans The Social System (1951) privilégie l’étude des mécanismes assurant la « régulation sociale » lors d’une confrontation à la mort. L’analyse de cette régulation des tensions et des émotions s’impose également comme fil conducteur ici, moins du point de vue de la réintégration de l’endeuillé dans le groupe, que de son « rapport individuel au rituel du deuil ».

4À cet effet, le chapitre suivant s’intéresse aux activités de deuil. Différentes formes sont identifiées à partir des entretiens réalisés. Qu’il s’agisse des lieux (la maison familiale bien souvent, le cimetière, la tombe), des objets ayant appartenu au défunt, de la « fabrication d’une mémoire » le concernant à l’aide de photos et de films, de la croyance en l’au-delà, du rite (consistant à se rendre sur la tombe), du rapport au travail de l’endeuillé, de la parole (dans le cadre familial notamment), chaque activité est traitée avec minutie afin d’en reconstituer la diversité de ses motifs.

5Dans la même veine, la fin de l’ouvrage s’intéresse au deuil comme « déstructuration et restructuration de l’endeuillé avec son environnement, les autres et lui-même », l’analyse s’orientant vers l’étude de la recomposition du sentiment identitaire. Le propos a ici une double visée. Il entend montrer que le deuil constitue une « rupture », (plus généralement un sentiment de rupture) dans un itinéraire biographique. Il souhaite également mettre à jour des formes d’appropriation subjective et symbolique du deuil.

  • 2  C. Parayre, « Récits de deuil : Annie Ernaux et Jean-Noêl Pancrazi témoignent », Dalhousie french (...)
  • 3  Une année avec mon père de Geneviève Brisac (L’Olivier, 2010), Le bleu de la nuit de Joan Didion ( (...)

6Le seul petit regret à la lecture de l’ouvrage réside dans la faible restitution des autres données de l’enquête, à savoir le travail documentaire effectué dans la presse et la littérature. Une analyse sociologique de « récits de deuil »2 pouvait par exemple constituer un contrepoint intéressant, tant ce genre littéraire qui mêle les portraits d’un défunt et d’un témoin, est l’objet d’une importante production3 et révèle aussi des « manières d’agir » face à un deuil.

  • 4  Balut, op. cit.

7« Au scandale de la mort, le deuil oppose une césure et promet une compréhension littérale : un apaisement, une réconciliation avec et pour les vivants »4 : c’est de ce processus dont rend parfaitement compte Karine Roudaut. La description et l’analyse du rituel funéraire et des diverses formes de socialisation actives restituent ce que « font pour leur deuil » ceux qui restent, tout en établissant — pour reprendre les mots de Chazel — « les bases solides d’une véritable sociologie du deuil » susceptible d’être prolongée et complétée.

Haut de page

Notes

1  P.-Y. Balut., « Deuil » in P. Di Folco, Dictionnaire de la mort, Larousse, Paris, 2010.

2  C. Parayre, « Récits de deuil : Annie Ernaux et Jean-Noêl Pancrazi témoignent », Dalhousie french Studies, vol. 28, 2008.

3  Une année avec mon père de Geneviève Brisac (L’Olivier, 2010), Le bleu de la nuit de Joan Didion (Grasset,  2013) ou la réédition de L’année de la pensée magique (Le Livre de Poche, 2010)du même auteur, constituent trois exemples récents de récits de deuil d’un père, d’un époux et d’une fille.

4  Balut, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « Karine Roudaut, Ceux qui restent. Une sociologie du deuil », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 26 mars 2013, consulté le 19 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11056

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page