Navigation – Plan du site

« Varia », Gouvernement et action publique n° 3, juillet-septembre 2012

Maxence Morel
Varia
« Varia », Gouvernement & action publique, n° 3, juillet-septembre 2012, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3292-7.
Haut de page

Texte intégral

1Après deux premiers numéros présentant les principales approches développées en matière d'analyse de l'action publique, le numéro de Gouvernement et Action Publique de juillet-septembre 2012 n'est pas thématique. Les différentes contributions qu'il rassemble peuvent toutefois être vues comme un prolongement, une illustration du panorama d'approches utilisées en sociologie de l'action publique. On retrouve ainsi des travaux inspirés du néo-institutionnalisme, de la sociologie cognitive ou encore de l'approche par les instruments.

  • 1  Plus développée aux États-Unis qu'en France. Voir sur le sujet: Philippe Bezes et Frédéric Pierru, (...)
  • 2  Pour cela, Guigner rappelle que la « dépendance au sentier » ne doit pas s'interpréter comme un dé (...)

2Dans le premier article, Sébastien Guigner cherche à défendre l'approche néo-institutionnaliste1 mais aussi à démontrer la compatibilité de ses deux principaux courants : le choix rationnel et la « dépendance au sentier ». L'exemple de la directive « temps de travail » lui permet d'abord de montrer, en reprenant le modèle principal–agent, la stratégie d'extension et d'intégration juridique de la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE). Guigner mobilise ensuite la théorie de la path-dependency pour mettre en avant les obstacles qui empêchent de revenir sur cette décision initiale, parmi lesquels on trouve justement les choix et les intérêts de certains acteurs. Loin de s'opposer, institutionnalismes rationnel et historique pourraient donc au contraire se renforcer mutuellement2. Les approches néo-institutionnalistes peuvent donc s'avérer utiles à partir du moment où elles prennent en compte la complexité du réel et des configurations d'acteurs interdépendants. Guigner invite ainsi à nuancer le constat de l'intégration juridique en élargissant la focale aux scènes domestiques, dans une perspective de « jeu à deux niveaux ».

  • 3  Ces deux dimensions se retrouvent d'ailleurs dans la notion « d'élite programmatique ». Voir Genie (...)

3Fabrice Colomb étudie ensuite la création de la Prime Pour l'Emploi (PPE) comme le symbole d'un changement de « référentiel ». Jusque dans les années 1990 dominait une vision privilégiant les emplois typiques et stables et où les chômeurs sont décrits comme victimes de mécanismes économiques et sociaux. Elle est encore représentée en 1998 par le principe de l'intéressement. Cette vision est contestée à partir de la fin des années 1990 au profit d'une autre qui valorise « l'activité », quelle qu'en soit la forme, et où le chômeur est « responsable » des arbitrages qu'il réalise entre travail et loisirs. Ce nouveau référentiel est porté par des acteurs extérieurs à l'administration, notamment réunis au sein du Conseil d'Analyse Économique (CAE), qui s'imposent face aux acteurs traditionnels de l'emploi. À travers une série de rapports, ils réussissent à produire un « interdiscours » donnant un fondement scientifique mais aussi une caution de gauche à leur position, permettant à celle-ci d'être reprise par le gouvernement socialiste. Les changements cognitifs sont donc interdépendants3.

  • 4  Le Galès Patrick et Scott Alan, « Une révolution bureaucratique britannique ? Autonomie sans contr (...)

4Christine Rolland et François Sicot prolongent la réflexion sur le néo-libéralisme mais à partir de l'approche instrumentale développée par Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès. Ils se fondent sur l'introduction des recommandations de bonne pratique (RBP) pour analyser la gestion néo-libérale de la santé publique. Conçu au départ dans le milieu médical dans le cadre d'une stratégie de légitimation scientifique de la profession, cet outil est repris à partir des années 1990 par l'État et l'Assurance maladie dans un but de maîtrise des dépenses. Après l'échec des références médicales opposables (RMO), les recommandations de bonnes pratiques représentent un nouveau mode de gouvernement « à distance » de la médecine libérale. Plutôt que des sanctions, des récompenses financières sont mises en place pour inciter au respect des RBP. La logique de responsabilisation individuelle s'étend aussi aux patients, enrôlés à la fois comme promoteurs et contrôleurs des RBP. À travers cet article, Rolland et Sicot démontrent donc que le néo-libéralisme se caractérise non seulement par des changements organisationnels ou de nouvelles relations entre l'État et le marché mais représente aussi de nouvelles pratiques et de nouveaux outils. Il offre en outre une bonne illustration du poids des « structures de récompenses » (structures of rewards) sur les comportements, déjà mis en avant par Le Galès et Scott4.

  • 5  Cet argument se retrouve dans d'autres recherches en sociologie des organisations ou dans des ouvr (...)

5L'article d'Aurélie Lobet inverse la perspective par rapport aux autres contributions et privilégie une approche bottom, se concentrant sur les stratégies de résistance des enseignants face au dispositif « ambition-réussite ». Comme la plupart des réformes de l'éducation prioritaire, celle-ci a notamment le défaut d'avoir été imposée d'en haut, sans que les enseignants puissent véritablement participer à la prise de décision, ne leur permettant pas de pouvoir s'approprier cette réforme. Ils se tiennent à l'écart des projets et des personnels, enseignants comme étudiants. Cette résistance, qui ne s'exprime pas toujours ouvertement mais peut correspondre à des discours de « loyauté », limite nécessairement l'efficacité des dispositifs « ambition-réussite », qui à défaut reposent plutôt sur des volontés individuelles. L'argument du manque de consultation5 peine toutefois à convaincre à lui seul. On retiendra plutôt les développements sur le maintien d'une identité professionnelle face à l'émergence de nouvelles pratiques et de nouveaux personnels.

  • 6  Cette distinction entre « gouvernement » et « gestion-régulation » peut être utilement exportée da (...)

6À travers l'étude des squats parisiens, Thomas Aguilera appelle, dans la lignée de Foucault, à dépasser une vision purement juridique des « illégalismes » pour voir comment ceux-ci sont gouvernés par les pouvoirs publics. Il cherche aussi à se placer au-delà des recherches déjà menées, notamment en sociologie du droit, sur la « gestion » et la « régulation » des illégalismes. En effet, alors que la régulation consiste en des ajustements avec la règle de droit afin de préserver l'ordre politique, la gouvernance suppose un rôle pro-actif et l'imposition d'une direction6. Ainsi, si la mairie de Paris dirige régulièrement des médiations entre propriétaires et squatteurs, elle a aussi mis en place des dispositifs durables de gouvernement des squats. Les conventions d'occupation précaire comme les appels à projet permettent en effet de « normaliser » les squatteurs et de les intégrer dans une relation institutionnelle. Dans le même temps, ils peuvent être utilisés pour délégitimer certains squats. Enfin Aguilera pointe l'aspect différencié du gouvernement des illégalismes. Les squats ne sont en effet pas traités de la même façon, selon leur degré de « visibilité » et selon le degré « d'indésirabilité » des squatteurs. Les squats qui s'opposent à un projet ou ne contribuent pas à la vie de quartier ‑ les squats d'hébergement, par exemple ‑ ont ainsi plus de chances d'être vidés.

7Si ce numéro de Gouvernement et Action Publique n'est pas construit autour d'un thème central, on retrouve dans les différents articles, mais aussi dans les notes de lecture, des problématiques communes : le néo-libéralisme, la politique urbaine, l'Europe, etc. On comprend surtout l'utilité de recourir à différentes approches pour pleinement saisir les dimensions d'un même objet. Cette nécessité trouve d'ailleurs une justification épistémologique dans le dernier ouvrage de Bernard Lahire, Monde Pluriel, présenté en « Grand Angle ».

Haut de page

Notes

1  Plus développée aux États-Unis qu'en France. Voir sur le sujet: Philippe Bezes et Frédéric Pierru, « État, administration et politiques publiques : les dé-liaisons dangereuses. La France au miroir des sciences sociales nord-américaines », Gouvernement et action publique, vol. 2, n 2, 2012, pp. 41-87.

2  Pour cela, Guigner rappelle que la « dépendance au sentier » ne doit pas s'interpréter comme un déterminisme strict mais comme une simple limitation du « champ des possibles », au sein duquel le changement reste un possible.

3  Ces deux dimensions se retrouvent d'ailleurs dans la notion « d'élite programmatique ». Voir Genieys William et Hassenteufel Patrick, « Qui gouverne les politiques publiques ? Par delà la sociologie des élites », Gouvernement et action publique, vol. 2, n. 2, 2012, pp. 89-115.

4  Le Galès Patrick et Scott Alan, « Une révolution bureaucratique britannique ? Autonomie sans contrôle ou "freer market, more rules" », Revue française de sociologie, vol. 49, n° 2, 2008, pp. 301-330.

5  Cet argument se retrouve dans d'autres recherches en sociologie des organisations ou dans des ouvrages de gestion.

6  Cette distinction entre « gouvernement » et « gestion-régulation » peut être utilement exportée dans d'autres domaines que les illégalismes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxence Morel, « « Varia », Gouvernement et action publique n° 3, juillet-septembre 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 27 mars 2013, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11063

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page