Navigation – Plan du site

Joseph Cedar, Footnote

Pierre France
Footnote
Joseph Cedar, Footnote, Blaq Out, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Il est fort probable que les universitaires qui voient ce film n’en aient pas exactement la même lecture que les critiques de cinéma. En effet, si la figure du professeur d’université ou du chercheur est parfois mise en scène, il est beaucoup plus rare d’avoir entre les mains un film où tout se passe dans le petit milieu de la recherche, en l'occurrence ici les spécialistes du Talmud à l’Université Hébraïque de Jérusalem. Et il est parfois beaucoup plus tentant de s’amuser à repérer les éléments qui ancrent le film dans ce milieu que de rester attentif au scénario.

2Lorsque l’université ou l’universitaire apparaît au cinéma, c’est effectivement moins pour parler du milieu de la recherche que pour prendre l’université comme lieu (le campus américain) ou les étudiants comme personnages (et surtout ce qu’ils font en dehors des cours). La figure du professeur est souvent plus ambiguë, entre comique malgré lui (Ross de Friends, Tanguy), dépressif souvent désabusé par son métier (le héros de A Single Man, la mythique doctorante campée par Agnès Jaoui dans On connaît la chanson, Fabrice Luchini dans Paris, Louise Bourgoin qui campe une - improbable - doctorante dans Un heureux Evénement), ou, et c’est probablement plus comme ça que les universitaires aiment à se rêver, sauveur ou prophète (Le Cercle des poètes disparus, Will Hunting). Mais surtout, très peu de films abordent le monde universitaire, ses luttes de pouvoir, ses codes, ses particularités, et celui-ci fait exception (sur ce critère, on pourra cependant le ranger à côté d’un autre plus ancien, Le Déclin de l’empire américain). C’est peut-être dans cet arrière-plan inhabituel qu’il faut trouver les raisons d’un prix du scénario à Cannes, ou sa nomination aux oscars 2012 dans la catégorie de meilleur film étranger.

3Le personnage principal, Eliezer Shkolnik est un vieux professeur de philologie du Talmud qui s’est construit une célébrité sur deux éléments, à son corps défendant : une recherche devenue mythique, en cela qu’elle a été rendue inutile par cet autre chercheur, qui a publié le même résultat avant. Ensuite, une note de bas de page qui lui a été dédiée par un des fondateurs de la discipline (la seule note de bas de page de l’ouvrage qui cite un auteur vivant). On ne saura presque rien de plus, si ce n’est qu’il a peu publié. Depuis 14 ans, ce chercheur rate le prestigieux « prix d’Israël » sans discontinuer, et se voit contraint d’assister aux remises de prix qui honorent son fils. Celui-ci officie dans le même domaine avec un succès médiatique et universitaire beaucoup plus franc que son père : c’est autour de cette relation à distance père/fils (presque tout se joue sans qu’ils se retrouvent jamais dans la même pièce) que le film se noue dès le départ, et c’est cet équilibre entre frustration d’une part et admiration muette de l’autre qui sera mis à mal par un événement inattendu : un Shkolnik qui se voit attribuer ce Prix d’Israël.

4Le monde universitaire est dans Footnote plus qu’un arrière-plan : les trois éléments de tension sont liés à la recherche, que ce soit cette remise d’un prix scientifique qui se retrouve intimement liée à la relation entre père et fils ; cette note de bas de page à laquelle ce vieux professeur se rattache ; et enfin une brouille entre deux spécialistes du Talmud, l’un ayant eu la chance de trouver par hasard ce que l’autre cherchait à prouver par addition d’indices, avec une recherche colossale. Entre le père et le fils ensuite, ce sont deux visions de la recherche qui s’affrontent : l’une érudite, nettement solitaire (Eliezer Shkolnik travaille à l’écart, et se coupe du monde en portant un casque de chantier), à l’image d’un champ scientifique clos sur lui-même et ésotérique, l’autre plus ouverte à d’autres méthodes et d’autres objets (ces « folkloristes » que le père abhorre) plus poreuse à d’autres champs (Uriel Shkolnik représente nettement la figure de l’intellectuel médiatique), performante (là où Eliezer Shkolnik a publié une poignée d’articles, Uriel aligne les faits d’armes, dont notamment une journée avec six conférences à la suite).

  • 1  Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998

5Il y a donc une attention aux petits et aux grandes choses de la recherche qui est attachante dans ce film, malgré une musique quelque peu omniprésente, quelques effets de mise en scène répétitifs et un scénario parfois un peu évanescent : ses luttes de pouvoir (le commentaire que font deux jeunes chercheurs à propos de Shkolnik fils sur la nécessité d’entretenir de bonnes relations avec lui), ses drames (cette recherche rendue inutile, la distribution injuste de la consécration, le film commence ainsi sur une remise de prix vue du côté de celui qui a vainement attendu celui qu’il pense mériter), ses brouilles mythiques (celle qui oppose le vieux Shkolnik à cet autre Talmudiste, qui l’a probablement doublé dans sa recherche par jalousie… pour cette note de bas de page), ses dilemmes (être un « pur » chercheur, au risque d’être victime de ses injustices en l’absence de stratégie alternative) Et en toile de fond aussi une place dérisoire laissée aux femmes, les épouses restant dans la sphère familiale et domestique, et subissant les contrecoups de ces jeux uniquement masculins, véritable illustration de la libido academica dont Pierre Bourdieu parlait en citant Virginia Woolf1. Si Footnote montre des rapports entre père et fils altérés par cette course aux trophées, il montre aussi par petites touches comment cette obsession s’immisce dans l’intimité.

Haut de page

Notes

1  Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre France, « Joseph Cedar, Footnote », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 28 mars 2013, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11085

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page