Navigation – Plan du site

Bruno Lefebvre, Ethnographie des travailleurs en déplacement. Voyages en Europe sociale

Marie-Aurore Ghis Malfilatre
Ethnographie des travailleurs en déplacement
Bruno Lefebvre, Ethnographie des travailleurs en déplacement. Voyages en Europe sociale, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2012, 370 p., ISBN : 978-2-336-00190-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lefebvre Bruno, Les routiers : des hommes sans importance ?, Édition Syros, 1993.

1Professeur à l’Université de Nantes et membre du Laboratoire Interdisciplinaire pour une Sociologie Économique (LISE-CNRS), Bruno Lefebvre enquête depuis près de vingt ans sur la circulation des travailleurs ouvriers en Europe. Après une thèse consacrée au groupe professionnel des chauffeurs routiers1, il a étendu ses recherches aux phénomènes de sous-traitance et d’appauvrissement des travailleurs ainsi qu’à l’étude des migrations liées au travail. Ce nouvel ouvrage prend la forme d’un voyage en Europe sociale parmi les salariés des chantiers navals embauchés en France, en Pologne ou en Bulgarie, ou encore parmi les travailleurs de l’industrie agroalimentaire ou ceux de l’agriculture intensive. L’auteur cherche à saisir la condition des ouvriers nomades à travers l’étude des activités de travail et des parcours migratoires, mais aussi à comprendre le phénomène de mobilité géographique de cette main d’œuvre et de son rapport aux institutions politiques et administratives, aux revendications syndicales et citoyennes et aux cultures locales, tant dans les ex-pays de l’Est que dans ceux de la « vieille » Europe.

2Dans l’introduction, l’auteur souligne que l’ouvrage est le résultat de dix années d’enquête financées sur ses « économies de salaire de fonctionnaire ». Il annonce ainsi que le corps du livre se présente comme le résultat d’une exploration, une série d’observations ethnographiques comparées avec celles déjà menées en France auparavant. Cette enquête de terrain multi-située dans l’espace et dans le temps est complétée par une approche interdisciplinaire où se côtoient des comparaisons sociologiques, économiques, historiques et juridiques dans les différents pays étudiés. L’ouvrage s’organise autour de neuf chapitres reconstituant l’itinéraire de ce périple en Europe sociale, la plupart étant consacrés à un pays en particulier.

3L’ouvrage démarre par la rencontre directe avec des travailleurs étrangers embauchés par des entreprises sous-traitantes dans les chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire et dans les zones rurales alentours. L’accès à ces travailleurs se fait par des militants syndicalistes et les entretiens souvent collectifs sont réalisés à l’aide de traducteurs dans les langues maternelles des ouvriers ou dans un anglais approximatif. Ils sont ensuite complétés par des observations directes menées sur les lieux de vie de ces travailleurs nomades (gîtes ruraux autour de l’agglomération nantaise, mobiles-homes sur des campings municipaux, voire caves et greniers chez des particuliers) puis, selon le mode de la filature ethnographique, l’enquête remonte les réseaux de sous-traitance des entreprises jusqu’à rencontrer les mêmes salariés chez eux, dans leur pays d’origine. L’enquêteur mène aussi des entretiens avec des inspecteurs du travail, des salariés des administrations d’État ou encore des entrepreneurs, comme avec ce patron interviewé en allemand à Hambourg, au siège social d’une des entreprises impliquées à Saint-Nazaire.

4Le deuxième chapitre mène à l’industrie polonaise, le long de la Baltique, jusqu’au chantier naval de Gdansk, à la frontière russe. Tout en prenant soin de restituer l’histoire de ce chantier naval privatisé et nationalisé plusieurs fois et marqué par le puissant syndicat Solidarnosc, l’auteur explore aussi les à côtés du travail en montrant ces zones d’habitation pavillonnaires qui parsèment les alentours du site. Ces zones sont désertées par les hommes de 20 à 40 ans qui pour la plupart sont partis se faire embaucher à l’étranger. Le voyage se poursuit avec une enquête en Bulgarie sur les rivages de la mer Noire. Dans ce troisième chapitre sont également abordées les conséquences de la privatisation des chantiers navals et les tentatives de résistances collectives élaborées par les syndicats. Le quatrième chapitre nous ramène en France, dans les zones rurales de l’Ouest du pays où des mobilisations syndicales et citoyennes s’organisent autour de travailleurs sans-papiers embauchés dans l’industrie agroalimentaire ou dans l’agriculture. Ce chapitre aborde aussi la question du racisme dont sont victimes les travailleurs migrants. L’auteur restitue notamment un entretien d’une grande richesse biographique avec un travailleur marocain originaire de Marakech qui retrace son parcours migratoire à travers l’Europe en quête d’un travail. L’auteur part ensuite au Portugal — il a par ailleurs enseigné à l’université de Porto — et restitue avec plusieurs entretiens biographiques les parcours migratoires de femmes à cheval entre leur pays d’origine et la France. La fin du chapitre se tourne vers Lisbonne et l’organisation des bidonvilles où vivent des travailleurs sans-papier angolais, capverdiens ou brésiliens.

5La filature ethnographique mène l’auteur à rejoindre le sud du Portugal pour passer en Andalousie, lieu principal du sixième chapitre. Autour de Séville, Bruno Lefebvre rencontre les militants du SOC (Sindicato de Obreros del Campos), syndicat agricole proche de la CNT (Confédération Nationale des Travailleurs) qui revendique une réforme agraire et est principalement composé d’ouvriers agricoles étrangers. L’enquêteur se rend ensuite aux abords d’Almeria où se trouve la « mer de plastique » qui produit 40 000 tonnes de légumes par jour et qui emploie environ 120 000 ouvriers agricoles par an. Parmi ces 120 000 ouvriers, la moitié sont marocains, un quart viennent « d’Afrique Noire » et le dernier quart des pays d’Europe de l’Est. Ce chapitre est aussi l’occasion d’évoquer le rapport entre précarité du travail et division sociale des risques au travail à travers l’exemple de l’exposition aux pesticides dont sont victimes les travailleurs agricoles temporaires.

6Le septième chapitre nous amène en Moldavie, le long du Danube, à la frontière de l’Ukraine et de la Roumanie. L’auteur revient sur la transition de régime après 1989 et la chute de Ceaucescu et les expatriations vers l’Italie de nombreux hommes en quête d’un emploi. À travers l’exemple de la modification des hiérarchies sociales, ce chapitre montre les implications en terme d’organisation sociale de ces grands déplacements pour les pays d’émigration. L’auteur évoque notamment ces anciens ingénieurs qui partent travailler dans les pays voisins et sont alors accusés de « voler le travail » des autres, moins diplômés.

  • 2 Thébaud-Mony Annie, L’envers des sociétés industrielles. Approche comparative franco-brésilienne, P (...)
  • 3 Jounin Nicolas, Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, La Découve (...)

7L’avant dernier chapitre se penche pour sa part sur la prise en compte institutionnelle du problème public des travailleurs étrangers nomades par les différentes institutions (syndicats, associations et administrations d’État) tandis que le dernier chapitre s’intéresse plus précisément à la question de la sous-traitance. En effet, le dénominateur commun à la multiplicité des situations étudiées est le type de relation salariale dans lequel les travailleurs sont pris, une relation caractérisée par la sous-traitance et les grands déplacements. D’après l’auteur, ce phénomène ancien qui organise la division du travail et la répartition des richesses consiste à externaliser les risques financiers, juridiques, techniques des donneurs d’ordres vers les travailleurs extérieurs. Partagée par d’autres chercheurs qui ont pris pour objet la relation de sous-traitance comme Annie Thébaud-Mony avec ses travaux portant sur l’envers des sociétés industrielles2 ou Nicolas Jounin et son enquête ethnographique sur les chantiers du bâtiment3, cette définition de la sous-traitance permet également de mettre en évidence un phénomène de division sociale des risques dans laquelle les salariés les plus précaires et les moins bien rémunérés supportent les coûts les plus élevés.

  • 4 Noiriel Gérard, Les ouvriers dans la société française, Éditions Points, 2002.
  • 5 Vignal Cécile, « Injonctions à la mobilité, arbitrages résidentiels et délocalisation de l’emploi » (...)
  • 6 Le Marchand Arnaud, « Inégalités et qualités : travail et habitat mobile » in Remillon Delphine et (...)

8L’ouvrage de Bruno Lefebvre présente la particularité d’explorer le lien entre le développement de la sous-traitance et le renforcement de la mobilité géographique exigée pour une partie du salariat ouvrier. Tandis que l’instabilité de la main-d’œuvre ouvrière a longtemps été un souci épineux pour les entreprises qui tentaient d’immobiliser les travailleurs au XIXe siècle4, la mobilité professionnelle et géographique s’impose désormais comme une modalité de gestion des salariés dans de nombreux secteurs de l’économie5. Pourtant, l’« intermittence spatiale »6 du travail ouvrier reste un angle mort des sciences sociales, ce qui rend la démarche de Bruno Lefebvre précieuse.

9La lecture de cet ouvrage foisonnant laisse toutefois quelques regrets. À l’exception du premier chapitre qui livre les matériaux d’une longue enquête sur les chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire et aux alentours, on regrette notamment le peu d’informations disponibles sur les conditions de réalisation des entretiens et le peu d’éléments permettant de situer davantage les enquêtés dont les paroles sont abondamment restituées. Pour exemple, l’entretien avec des militants syndicalistes du chantier naval de Bourgas, en Bulgarie, s’ouvre avec pour seule information qu’il s’agit d’un collectif de militantes qui prépare une manifestation, composé en majorité de femmes, et qui s’exprime dans un anglais approximatif. Si la dimension collective de la parole peut informer la recherche à de nombreux égards, on peut néanmoins regretter de ne pas en savoir davantage sur ce groupe de femmes. Le chapitre se termine avec la description de la fin de la manifestation où « les policiers présents ôtent leurs casques, armements et fraternisent avec la foule ». L’auteur conclut en exprimant sa surprise : « Le personnel politique français se ferait du souci en de telles circonstances, mais ici, les règles sont différentes ». Le lecteur reste ainsi sur sa faim, sans bien saisir les enjeux d’une présence policière si amicale avec les militants syndicalistes. Plus généralement, et c’est certainement la contrepartie d’un projet si ambitieux, les descriptions sont parfois rapides et leur densité ethnographique trop sèche pour que les montées en généralité ne paraissent pas abruptes. Cette dimension est néanmoins contrebalancée par la richesse d’un projet permettant de cerner les enjeux contemporains du « marchandage de main-d’œuvre » qui conduit à un phénomène de prolétarisation de tout une partie du salariat dans les différents pays étudiés, un phénomène que l’UE n’empêche nullement de se renforcer.

Haut de page

Notes

1 Lefebvre Bruno, Les routiers : des hommes sans importance ?, Édition Syros, 1993.

2 Thébaud-Mony Annie, L’envers des sociétés industrielles. Approche comparative franco-brésilienne, Paris, L’Harmattan, 1990. Dans cet ouvrage, Annie Thébaud-Mony rend compte des tout premiers travaux sur la sous-traitance et montre la complémentarité des stratégies des grandes entreprises entre la sous-traitance (en France d’une part, au Brésil d’autre part) et la délocalisation Nord-Sud. L’auteur a ainsi mis en lumière comment sur « l’envers » (sous-traité), le travail et les travailleurs devenaient invisibles.

3 Jounin Nicolas, Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, La Découverte, 2009.

4 Noiriel Gérard, Les ouvriers dans la société française, Éditions Points, 2002.

5 Vignal Cécile, « Injonctions à la mobilité, arbitrages résidentiels et délocalisation de l’emploi », Cahiers internationaux de sociologie, 2005/1 n° 118, p. 101-117.

6 Le Marchand Arnaud, « Inégalités et qualités : travail et habitat mobile » in Remillon Delphine et al, Approches institutionnalistes des inégalités en économie sociale - Tome 2 : Politiques, Paris, L’Harmattan, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aurore Ghis Malfilatre, « Bruno Lefebvre, Ethnographie des travailleurs en déplacement. Voyages en Europe sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11093

Haut de page

Rédacteur

Marie-Aurore Ghis Malfilatre

Doctorante en sociologie (CEMS/EHESS) travaillant sur les sous-traitants de l’industrie nucléaire, recherche soutenue par le DIM Gestes (Groupe d’étude sur le travail et la souffrance au travail.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page