Navigation – Plan du site

Franck Moraux, Laurent Bironneau (dir.), Recherches et innovations en sciences de gestion

Guillaume Arnould
Recherches et innovations en sciences de gestion
Franck Moraux, Laurent Bironneau (dir.), Recherches et innovations en sciences de gestion, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés », 2013, 210 p., ISBN : 978-2-7535-2202-2.
Haut de page

Texte intégral

1L’introduction du livre permet de préciser les enjeux de cette publication : les sciences de gestion forment un domaine où la recherche académique n’a pas réussi à asseoir sa légitimité. S’y ajoute la contrainte institutionnelle puisque les contributions collectées dans cet ouvrage sont issues du laboratoire de l’Institut d’Administration des Entreprises de Rennes. Les IAE se présentent en effet comme des écoles de commerce universitaires et produisent depuis de nombreuses années des analyses tant théoriques qu’appliquées réellement novatrices mais insuffisamment exploitées. On pense dans ce cadre à l’ouvrage Sciences de gestion et pratiques managériales publié par le réseau des IAE en 2002 aux éditions Economica. Les deux enseignants chercheurs qui ont dirigé ce livre soulignent avec regret l’absence de prise en compte sérieuse des travaux de recherche dans le débat public. Recherches et innovations en sciences de gestion vise donc à combler ce manque.

2Les sciences de gestion sont en effet souvent éclairées par des analyses qui relèvent plus du discours ou du récit que de l’analyse proprement dite. Dès l’origine de la théorie des organisations on peut constater cet étrange mélange de conception et d’idéologie. Ainsi des fondateurs tels que Frederick Taylor, Henri Fayol ou Alfred Sloan combinent leur propre expérience à leur théorie. Cette démarche qui pouvait se comprendre en l’absence de structuration du champ académique des sciences de gestion se traduit aujourd’hui par la persistance d’un discours de « gourous » et de « cassandres » incarné dans une succession de modes peu adaptées à la diversité des organisations : benchmarking, reengineering, empowerment, lean management… Ces thématiques font d’ailleurs à présent l’objet d’une analyse sociologique permettant d’en déceler l’archéologie intellectuelle. On songe ici aux ouvrages récents parus aux éditions La Découverte : celui de Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener sur l’empowerment (prise en charge de l’organisation par ses membres) et celui d’Isabelle Bruno et Emmanuel Didier sur le benchmarking (pratique de pilotage par comparaison d’indicateurs).

3Recherches et innovations en sciences de gestion aborde plusieurs thématiques faisant l’actualité de la gestion des entreprises et des organisations. Les premières entrées portent sur les aspects comptables et financiers. Sont ainsi discutées les normes comptables internationales adoptées dans l’Union Européenne par le biais des IAS-IFRS. L’article de Benjamin Poulard et Lionel Touchais en expose clairement les enjeux : afin d’obtenir une meilleure lisibilité dans l’analyse financière de sociétés côtés sur des marchés financiers internationalisés, le choix d’harmonisation qui a été opéré traduit en réalité le point de vue d’une seule communauté concernée par le financement des entreprises, celle des apporteurs de capitaux. Ces normes ont certainement pu améliorer la comparabilité des résultats par rapport à d’autres techniques existantes, il n’en reste pas moins qu’elles reposent sur un cadre conceptuel discutable qui laisse une place prééminente au processus de marché.

4Les contributions suivantes sont extrêmement stimulantes et montrent en quoi la recherche peut alimenter la réflexion. Roselyne Crambert et Marc Gaugain décrivent ainsi les évolutions de la gestion de trésorerie. Sur un sujet qui paraît très technique (puisqu’il s’agit de disposer de liquidités permettant de faire face à l’activité quotidienne) les auteurs nous amènent à prendre de recul en incorporant le cadre européen et la place de la monnaie unique, ainsi que les développements théoriques qui permettent de décrire les pratiques actuelles de détention d’une trésorerie élevée (saisir rapidement des opportunités d’investissement, récompenser des apporteurs de capitaux, constituer une menace pour des concurrents potentiels…). Florence André-Le Pogamd et Patrick Navatte analysent quant à eux les rachats d’entreprise avec effet de levier (les LBO) et montrent que cette pratique d’acquisition avec un fort niveau d’endettement nécessite de dégager une forte rentabilité rapidement. Ainsi, le rôle de la conjoncture macroéconomique (croissance, distribution de crédits) et du management mis en place sont mis en valeur pour relativiser l’efficacité d’une pratique qui a pu incarner certains excès des bulles financières spéculatives des années 1980 à nos jours.

5Après deux autres contributions beaucoup plus techniques sur les outils modernes de la finance (les modèles d’évaluation des actifs et l’hypothèse de normalité de l’évolution des cours des actifs), Jessica Fouilloux et Jean-Laurent Viviani abordent la question de la finance verte, soit l’application de la théorie financière à l’environnement écologique. Le développement des processus de marché pour les matières premières (bourses pour l’électricité, le gaz ou les permis d’émission) comme les questions d’irréversibilité des investissements dans des technologies moins polluantes sont autant de réflexions urgentes et sociétales que les sciences de gestion se doivent d’éclairer. L’article suivant illustre ces évolutions en décrivant les modifications intervenues en droit des sociétés vers plus de souplesse contractuelle, une meilleure adéquation aux attentes de la financiarisation comme à l’internationalisation des économies. De même les systèmes de contrôle de gestion ont suivi cette tendance et proposant des outils toujours plus puissants pour apprécier et mesurer l’efficience des stratégies poursuivies par les organisations.

6Les dernières contributions de l’ouvrage traitent d’aspects moins médiatisés des sciences de gestion : l’entrepreneuriat et l’innovation, la logistique, les franchises, le géomarketing, la grande distribution ou les nouveaux risques au travail. On y découvre ainsi que la notion d’entrepreneuriat est enfin enseignée en tant que telle et constitue un objet de recherche à part entière notamment pour son rôle clé dans l’introduction de nouveautés sur les marchés. On constate par ailleurs que la gestion de la chaîne logistique (le supply chain management) mobilise à la fois des flux d’information et des compétences humaines de pointe afin de favoriser la réactivité des organisations et leur capacité à répondre aux attentes de leurs clients et usagers. De même les enjeux des réseaux de franchise sont présentés au lecteur : forme emblématique de la mondialisation, constituant d’une certaine manière un taylorisme organisationnel, elles mobilisent la notion de réseaux et permettent le développement des marques à l’échelle globale. Gérard Cliquet et Dany Vit décrivent ensuite à quel point le géomarketing a permis de développer la dimension spatiale du commerce. Les technologies de localisation et de mobilité ont permis d’influencer les pratiques de distribution, de prix ou de communication. Enfin les deux dernières entrées du livre traitent de la grande distribution, de manière générale tout d’abord, puis dans sa dimension ressources humaines. Il en ressort que ce secteur a su s’adapter historiquement aux évolutions du comportement des consommateurs mais que l’environnement juridique comme le pouvoir de négociation croissant en rendent le management complexe et susceptible de changements de fond. La contribution de David Alis et de ses collègues aborde les nouvelles dimensions du travail dans la grande distribution où le passage d’une organisation du travail taylorienne à une prise en compte explicite de la relation client (offrir le meilleur service au meilleur coût) s’est traduit par une dégradation des conditions de travail tant d’un point de vue matériel que psychique.

7Au final, la lecture de cet ouvrage répond bien aux ambitions des auteurs : le débat en sciences de gestion est alimenté et ouvert par les pistes de la recherche. Il ne reste plus aux acteurs qu’à s’en emparer…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Franck Moraux, Laurent Bironneau (dir.), Recherches et innovations en sciences de gestion », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11098

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Inspecteur d’académie Inspecteur pédagogique régional – Académie de Strasbourg – Agrégé d’Economie gestion

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page