Navigation – Plan du site

Les soldats du refus pendant la Guerre d'Algérie. Appelés réfractaires et journalistes combattants

Fella Adimi
Les soldats du refus pendant la guerre d'Algérie
Les soldats du refus pendant la guerre d'Algérie. Appelés réfractaires et journalistes combattants, Les Éditions de l'Épervier, coll. « La parole aux témoins », 2012, 96 p., ISBN : 978-2-36194-013-3.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cette publication de l’Épervier, huit appelés et journalistes se souviennent et s'expriment cinquante ans plus tard, sur leur refus de combattre au sein de l'armée française pendant la Guerre d'Algérie (1954-1962) et sur leur lutte en faveur de la cause algérienne, au péril de leur vie. Cet ouvrage est un recueil de témoignages d'acteurs directs de la lutte anticoloniale en Algérie. Certaines interventions ont eu lieu lors de conférences à Montr'up, université populaire à Montreuil, et d'autres ont été réunies par l'Institut CGT d'histoire sociale du Livre parisien.  

2Alban Liechti, Jean Clavel, Raphaël Grégoire, Yolande Liechti, Jean Vendart, Henri Alleg, William Sportisse et Alfred Gerson racontent la rançon de la désobéissance — les séjours en prison, au bagne. Ils rappellent au fil de ces interventions certains éléments de contexte mais c'est surtout le récit de leur démarche, les raisons qui les ont poussés au refus et les épreuves vécues suite à ce choix qu'ils développent. Ils nous font entrer dans la réalité de la lutte au quotidien en racontant leur parcours. La petite histoire dans la grande.  

3Heureux de s'exprimer, ils ont le souci de faire connaître des actions clandestines qui n'ont eu que peu d'écho. Leurs récits sont donc, d'un point de vue historique, des sources importantes, même si leurs propos sont assez courts. Les appelés réfractaires se souviennent de leur lettre écrite au Président de la République pour l'informer de leur non-participation à la guerre. Ils expliquent ce refus par le soutien au combat algérien, par leur impossibilité à se mettre sur le chemin d'un peuple qui lutte pour sa liberté et subit des injustices. Ils précisent aussi avoir voulu dénoncer les actes commis par l'armée française, leur objectif étant aujourd'hui encore de dire leur vérité sur un épisode militaire sanglant.  

4Le portrait de ces personnes courageuses et combatives s’esquisse tout au long de l’ouvrage. Pour leur refus d'obéissance, ils ont écopé de peines de prison. Ils décrivent leurs séjours dans les centres pénitenciers français ou algériens, les transferts, les violences, le froid, l'absence de toilettes, l'épuisement, la détérioration physique, la soif, la nourriture rare. Un des appelés réfractaires, Jean Clavel, revient sur un moment douloureux : « Je suis resté six mois et demi au cachot, sans voir personne, dans l'obscurité la plus complète » (p. 35). Il se souvient aussi de ses mois au bagne militaire de Timfouchi dans le désert algérien et parle « d'une hiérarchie militaire impitoyable » (p. 36). Où les prisonniers dormaient au « tombeau » (p. 36),  c'est-à-dire dans un trou qu'ils creusaient dans le sable. Ces soldats racontent la solidarité entre détenus qui sont regroupés selon leurs origines, Arabes, Kabyles, Français mais aussi la solitude du réfractaire, expliquant comment l'armée préférait les déserteurs aux soldats du refus car il n'y avait pas d'effet politique dans la désertion.

5L'ouvrage met en lumière les actions clandestines du Parti communiste (PC) en faveur de la lutte anticoloniale auquel les témoins de l'ouvrage étaient affiliés. Le Parti communiste avait décidé de ne pas officiellement appeler à se joindre aux réfractaires de peur des représailles et de crainte que le parti ne soit interdit, préservant ainsi la possibilité de diffuser les revendications des combattants. Le PC français aidait ainsi discrètement les camarades du PC algérien tout en faisant « un travail de pédagogie dans l'armée » (p. 29). L'objectif des soldats du refus était de convaincre leurs camarades de les suivre, d'éveiller les consciences des Français et de les persuader de la légitimité des revendications des combattants algériens. Plus largement, les actions menées visent un mouvement plus ample de solidarité à la fin de la guerre. Parmi les témoins, certains émettent des regrets : ils auraient aimé faire davantage pour cette cause que ce qui a finalement été fait.

6Yolande Liechti apporte son témoignage pour parler du rôle des femmes dans l'organisation d'un collectif de soutien aux soldats du refus. Des femmes qui ont voulu médiatiser les refus de leur époux, fils, frère, éveiller les consciences en participant à des réunions et aussi parler des actions menées par l'armée à l'encontre de la population algérienne. Yolande Liechti cite une discussion qu'elles ont été plusieurs à avoir lors d'une réunion à la direction du Parti d'Ile de France : « D'accord, il faut poursuivre un travail d'explication et de critique auprès des appelés, à l'intérieur de l'armée, mais quand même, on les envoie dans un bourbier où ils vont devenir des assassins. Il est donc juste qu'il y en ait qui refusent, et nous devons les soutenir! » (p. 49). Elle raconte aussi comment elles se faisaient le relai auprès de leurs compatriotes de témoignages des jeunes Algériens qu'elles rencontraient et qui leur racontaient l'occupation, la prison et la torture. Liechti finit son exposé en regrettant ne pas avoir fait davantage à l'époque : « Et je pense qu'il aurait fallu faire plus car l'opinion était mûre, plus que nous communistes ne l'avons cru, pour refuser la guerre coloniale » (p. 50).  

7Les journalistes combattants ont aussi la parole dans ce recueil : Henri Alleg, auteur de La Question — sur la torture, William Sportisse et Alfred Gerson. Ils racontent les conditions dans lesquelles des journalistes, qui dénonçaient l'entreprise coloniale, ont travaillé allant même jusqu'à fabriquer leur encre pour éviter de se faire repérer et dénoncer par les libraires qui en vendaient.  

8Ils écrivent dans les journaux La Voix du soldat, La Jeune Algérie, Alger Républicain. Ce dernier se voulait la voix des Algériens, la parole de ceux qui n'en avaient pas. Les journalistes voulaient médiatiser les préoccupations et les injustices subies par le peuple. Porter l'information dans les foyers d'Algérie et soutenir les combattants en diffusant leurs actions et leurs revendications, soutenus par une partie de la population qui n’hésite pas à mettre ses ressources à profit pour défendre la cause. Les journalistes concernés ont vécu les censures, les menaces de fermeture et la peur d'être attaqués. Les journalistes d'Alger Républicain ont dû fuir le siège de leur journal par mesure de sécurité et écrire leurs papiers depuis un hôtel. Interdit, le journal a continué à être imprimé clandestinement et à entrer illégalement dans des casernes. Alfred Gerson explique: « Pour le PC, les soldats font partie du peuple, ils ne peuvent être isolés des travailleurs, on ne doit pas les laisser sous l'influence du pouvoir » (p. 77).

9Le combat se poursuit après l'indépendance, Henri Alleg raconte qu'Alger Républicain a eu des problèmes avec le Front de Libération National (FLN) parce qu'il était favorable à la poursuite de la lutte pour l'égalité et la justice. Membres de l'association Agir contre le colonialisme aujourd'hui (ACCA), ces huit témoins continuent la lutte de nos jours. Et c'est dans cet esprit que s'inscrit ce recueil composé de paroles de militants. Jean Clavel invite au prolongement du combat : « Mais notre gouvernement poursuit de nos jours encore une politique d'agression sur de très nombreux théâtres d'opérations, en Afghanistan, en Afrique ou ailleurs. La lutte n'est donc pas terminée » (p. 39).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fella Adimi, « Les soldats du refus pendant la Guerre d'Algérie. Appelés réfractaires et journalistes combattants », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11099

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page