Navigation – Plan du site

Les célibataires, des femmes singulières : une réponse de Geneviève Guilpain à François-Ronan Dubois

Geneviève Guilpain
Les célibataires, des femmes singulières
Geneviève Guilpain, Les célibataires, des femmes singulières. Le célibat féminin en France (XVIIe-XXIe siècle), Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2012, 246 p., ISBN : 978-2-336-00039-8.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Monsieur,

2J’ai lu avec attention votre compte rendu.

3Les critiques que vous adressez à mon ouvrage, notamment sur le plan méthodologique, traduisent, je le crains, une mécompréhension du statut de cet écrit, des objectifs et des destinataires visés.

4Il me semble tout d’abord utile de vous rappeler que cette réflexion est celle d’une philosophe et non d’une historienne ou d’une spécialiste d’histoire littéraire. La quatrième de couverture ne laisse subsister aucune ambiguïté à cet égard : « Cet ouvrage ne propose pas une histoire du célibat laïque féminin » et l’introduction précise d’ailleurs que celle-ci reste à écrire (p. 19). Le projet est celui de prendre appui sur des figures et des écrits de femmes célibataires afin de penser la condition et le sens du célibat à travers l’histoire : [ce livre] « a pour ambition d’offrir à la méditation des pensées souvent méconnues, dont la force et la pertinence nous aident à mieux comprendre la complexité d’une situation sociale ambivalente, ainsi qu’à affûter notre regard critique sur le fonctionnement de notre société» (p. 20). Aussi est-il pour le moins surprenant que vous vous étonniez de l’absence de sources primaires - ce qui d’ailleurs n’est que partiellement exact puisque dans certains cas, des archives ont été consultées - et que vous en concluiez que ce livre ne saurait satisfaire les historiens.

5Dans ce même ordre d’idées, on ne saurait reprocher à un ouvrage de ne pas remplir des exigences qu’il ne s’est pas données. Une partie de vos critiques fait état de lacunes ou propose des références qui excèdent les limites de cette étude. Il est curieux que vous déploriez l’absence de femmes savantes mariées, dans un livre qui traite des célibataires ou que vous vous plaisiez à souligner les figures absentes alors que je m’explique dès l’introduction sur le caractère nécessairement et volontairement subjectif des choix effectués : « (…) l’histoire de ce livre fut aussi une affaire de rencontres et d’enthousiasmes intellectuels pour certaines figures » (p. 20).

6En reprochant à cet ouvrage son caractère hybride, il apparaît que vous passez à côté de ce qui en fait précisément l’originalité : proposer une réflexion qui se nourrit de sources diversifiées et met en résonance des textes de nature différente, ce que ne peut en effet s’autoriser aucune étude qui s’inscrit dans les limites d’un savoir scientifique particulier et épouse une méthodologie spécifique. Votre approche me paraît relever du présupposé selon lequel seule la parfaite maîtrise de savoirs érudits et exhaustifs - ce qui suppose que cet idéal soit accessible - autorise une parole qui vise à rendre plus intelligible la condition humaine au fil de l’histoire. Vous me permettrez de ne pas partager ce point de vue.

7Enfin, la dernière partie n’a nullement pour objectif de faire un état des lieux des débats sur le beauvoirisme, les problématiques des féminismes et du genre ni la prétention de produire une analyse des problèmes contemporains - formule bien générale. J’y analyse au contraire ce qui empêche les célibataires de s’inscrire dans les termes du débat tels qu’ils sont actuellement formulés. Considérer que ceux dans lesquels je décide de réfléchir au célibat féminin sont obsolètes et inadéquats pour penser le monde contemporain illustre parfaitement  l’incompréhension du caractère polémique et intempestif de cette position ainsi qu’une allégeance au diktat d’une pensée intimant l’usage des vocables en vigueur.

8Je vous accorde volontiers que cette dernière partie se garde bien de dire le dernier mot et offre plutôt des pistes, des hypothèses qui renouvellent la lecture d’une condition sociale qui n’est plus guère pensée ; il  me semble toutefois que vous confondez le travail de clarification et celui qui consiste à exposer une thèse univoque. Je gage que les lectrices et lecteurs sont capables de penser eux-mêmes les questions contemporaines à partir de simples suggestions, néanmoins étayées.

9Pour terminer, je vous ferais remarquer que la présence dans votre commentaire de propos arbitraires (vous faites mention par exemple de contresens conceptuels et vous utilisez certains mots de façon sinon inappropriée du moins équivoque comme ceux d’hagiographie ou de doxa féministe) participe de façon dommageable à décrédibiliser votre recension, laissant l’impression que vous vous complaisez dans une rhétorique gratuite au lieu d’éclairer la lecture de celles et ceux auxquels vous vous adressez.

10Cordialement,

11Paris, le 2 avril 2013

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Guilpain, « Les célibataires, des femmes singulières : une réponse de Geneviève Guilpain à François-Ronan Dubois », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11133

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page