Navigation – Plan du site

Dominique Labbé, Denis Monière La campagne présidentielle de 2012. Votez pour moi !

François Féliu
La campagne présidentielle de 2012
Dominique Labbé, Denis Monière, La campagne présidentielle de 2012. Votez pour moi !, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques politiques », 2013, 182 p., ISBN : 978-2-336-00671-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Éric Agrikoliansky, Jérôme Heurtaux, Brigitte Le Grignou (dir.), Paris en campagne. Les élections (...)
  • 2  Catherine Achin (dir.), Sexes, genre et politique, Economica, coll. « études politiques », 2007, 1 (...)
  • 3  Anouk Flamant, Renaud Payre, Mili Spahic, Julie Vaslin (dir.), Vox populy. Radiographie du vote ly (...)
  • 4  http://www.trielec2012.fr/.

1Les campagnes électorales sont des moments privilégiés par les chercheurs en SHS pour saisir et analyser différents aspects de la vie politique française. En effet, des chercheurs ont qualifié les campagnes électorales de « fait politique total »1. Ce fait politique total peut servir de révélateur pour une analyse en termes de genre2 ou encore pour sonder les rapports à la politique des habitants d’une ville3 selon le prisme choisi pour étudier les élections. La campagne pour les élections présidentielles de 2012 a également permis à une équipe de recherche4 travaillant sur les discours politiques d’approfondir les connaissances scientifiques sur la communication politique des candidats. L’originalité de cette recherche, dont l’ouvrage restitue les premières analyses, est d’avoir voulu comprendre comment les candidats produisent des discours pour convaincre les électeurs, notamment à travers l’analyse exhaustive des communiqués de presse produits par les cinq principaux candidats à l’élection présidentielle (F. Bayrou, F. Hollande, M. Le Pen, J.-L. Mélenchon et N. Sarkozy). Grâce à l’analyse d’un vaste corpus de 2 241 textes, les auteurs cherchent à analyser « quelles ont été les principales caractéristiques de la communication des candidats » (p. 18), et donc, quelles ont été les différentes stratégies adoptées. Deux lectures de l’ouvrage sont possibles : l’une pour sa dimension méthodologique et l’autre pour la dimension analytique en réponse à la problématique des auteurs.

2Au fil de la campagne électorale, Dominique Labbé et Denis Monière ont recueilli 2 241 discours, entretiens et communiqués de presse. L’originalité de ce corpus, par rapport aux analyses déjà produites sur la communication politique, est la présence de l’ensemble des communiqués de presse des candidats et des partis les soutenant, constituant l’essentiel du corpus (1 960 communiqués). Grâce à l’utilisation croissante d’Internet dans la vie politique, les chercheurs ont pu suivre au jour le jour la production des communiqués permettant ainsi de réaliser une enquête innovante qui n’aurait pas été possible auparavant.

3Les deux auteurs réalisent d’incessants va-et-vient méthodologiques entre des analyses de contenu et des analyses lexicographiques, mettant ainsi en valeur l’ensemble du corpus. Les différentes étapes de la constitution du corpus et sa préparation, en vue des analyses lexicographiques, sont pertinemment décrites dès l’introduction. Le lecteur est mis dans la posture d’un explorateur découvrant petit à petit les richesses de ce corpus. La méthodologie ‑ et ses biais ‑ sont explicités tout au long de l’ouvrage, servant de guide aux lecteurs. Les analyses lexicales et morphosyntaxiques se suivent dans l’ensemble de l’ouvrage pour décortiquer les stratégies de communication de chaque candidat et complètent ainsi les analyses de contenus réalisés sur le corpus global ou sur des sous-corpus. Cette complémentarité fait de cet ouvrage un éventuel manuel de méthodologie pour les chercheurs et étudiants voulant travailler sur la communication politique ou, plus généralement, pour ceux voulant combiner analyses de contenus et analyses lexicographiques. En effet, chaque étape est décrite et permet de suivre, pas à pas, les deux auteurs dans l’analyse des données. Toutefois, il est à noter que le logiciel utilisé pour l’analyse informatique n’est pas explicitement décrit, mais les auteurs renvoient continuellement à leurs précédentes publications. Une description du logiciel aurait permis de mieux cerner les opérations effectuées. Mais cette dernière réserve n’enlève rien aux résultats présentés.

4Cette méthodologie est mise au service de l’explicitation des stratégies mises en place par les cinq principaux candidats à l’élection présidentielle de 2012. Partant du constat que l’électorat est de plus en plus indécis, les auteurs analysent les stratégies de communications politiques qui répondent à cette volatilité. En comparant le nombre de communiqués émis chaque semaine, l’intensité de la campagne est mise en avant et permet de montrer « les temps forts et les passages à vide » (p. 26). Nicolas Sarkozy a été le candidat le plus prolifique avec en moyenne 50 communiqués par semaine contre 34 pour François Hollande et moins de 20 pour les trois autres candidats. Lors de la campagne de 2012, par exemple, un seul passage à vide a été recensé, en lien avec l’affaire Merah. En plus de cette différence quantitative, les auteurs perçoivent deux registres de discours différents : le registre pédagogique (communiqués longs et argumentatifs) plutôt l’apanage de F. Bayrou et le registre polémique (communiqués courts et virulents) essentiellement utilisé par N. Sarkozy.

5La campagne est aussi caractérisée par l’intensité de la « spirale de la négativité ». Pour la mesurer, les chercheurs ont classé les phrases constitutives du corpus dans deux sous-ensembles afin de calculer un indice de négativité, où le candidat utilise essentiellement un ton polémique et critique envers leurs adversaires et un indice de positivité rendant compte de la mise en valeur des candidats, ainsi que leur programme, à travers leurs communications. Cette spirale de la négativité est mise en avant à la fois par l’analyse de contenu et par des analyses lexicales (les mots utilisés) et morphosyntaxique (la construction des phrases et l’utilisation des différentes formes grammaticales) issue de l’analyse lexicographique. La négativité et la critique ont toujours été présentes dans les campagnes électorales, mais le fait marquant est ici l’intensité avec laquelle la négativité a été utilisée par les candidats. L’intensité est marquée par la répétition des attaques proférées par des candidats contre d’autres candidats. Par exemple, l’UMP et N. Sarkozy ont cité, pour le critiquer, 2 043 fois F. Hollande avec un indice de négativité de plus de 50%, c’est-à-dire que plus de 50% du contenu des communications sont polémiques ou contiennent des critiques. En lien avec la négativité, la campagne s’est polarisée autours de deux candidats : F. Hollande et S. Sarkozy. Cette bipolarisation est visible par le fait que N. Sarkozy recueille 36,5 % des attaques négatives et F. Hollande 59,9 %. Les trois autres candidats sont à moins de 3 %. La valorisation et la critique n’émanent pas des mêmes acteurs : le candidat, son équipe de campagne et le parti le supportant. Les candidats, lors de leurs discours et entretiens, ont plus tendance à se mettre en avant, ainsi que leur programme, alors que les communiqués sont essentiellement utilisés comme vecteur de critiques. Les critiques les plus virulentes sont émises par les communiqués de presse des équipes de campagne. La présence de ces trois acteurs permet aux auteurs de parler de division du travail pour la fabrication de la communication politique.

6La campagne a été polarisée autour de trois thématiques représentant entre 17% et 24% de la communication des candidats. Les candidats ont mis en avant trois thématiques (la situation économique, l’emploi et le chômage et, enfin, les finances publiques) qui étaient celles qui ressortaient des sondages d’opinion au début de la campagne. L’analyse met aussi en exergue que les questions internationales et l’écologie ont été les grandes absentes des débats de la même façon que l’éducation, la sécurité, l’immigration et les jeunes ont eu une place marginale dans les échanges. Les auteurs montrent habilement les nuances, quant aux interprétations des principales thématiques, faites par les différents candidats. L’analyse lexicographique permet ainsi de voir, par exemple, que le terme « travail » est mobilisé différemment par les candidats. N. Sarkozy l’utilise afin de mettre en exergue les valeurs qu’il associe à ce terme (« mérite », « effort », etc.), alors que F. Hollande l’utilise comme un synonyme d’« emploi » et que F. Bayrou parle, lui, de création d’emploi et du droit du travail. L’analyse lexicographique permet, ici, de monter toutes les nuances qui peuvent être perçues lorsqu’une thématique est abordée, en fonction des références de chacun des cinq locuteurs. De plus, « la France » a aussi été au centre des débats, mais avec des significations bien différentes selon les candidats. La mise en avant des thématiques par l’analyse lexicographique permet d’identifier deux stratégies de communication distinctes et opposées. L’une est caractérisée par la diversité et l’exhaustivité des thèmes traités, et l’autre par la répétition et la simplicité.

7La plus-value de cet ouvrage est d’offrir une grande quantité de données empiriques permettant de mieux saisir la complexité des discours politiques, tout en proposant une méthodologie d’analyse pouvant être adaptée à d’autres scrutins. Par cette attention portée aux données, les auteurs réussissent doublement leurs objectifs : aboutir à une meilleure compréhension de la structure de la communication politique et montrer quelles sont les stratégies mises en place par les cinq candidats. Maintenant que les stratégies de communication sont mieux connues, il serait pertinent, comme le souligne les auteurs, d’étudier comment elles ont été reprises par la presse et quels sont ses effets sur les électeurs.

Haut de page

Notes

1  Éric Agrikoliansky, Jérôme Heurtaux, Brigitte Le Grignou (dir.), Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2011, 335 p.

2  Catherine Achin (dir.), Sexes, genre et politique, Economica, coll. « études politiques », 2007, 184 p.

3  Anouk Flamant, Renaud Payre, Mili Spahic, Julie Vaslin (dir.), Vox populy. Radiographie du vote lyonnais à la présidentielle de 2012, LIBEL, 2013, 156 p.

4  http://www.trielec2012.fr/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Féliu, « Dominique Labbé, Denis Monière La campagne présidentielle de 2012. Votez pour moi ! », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11135

Haut de page

Rédacteur

François Féliu

Ingénieur d’études, laboratoire Dysola, Université de Rouen.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page