Navigation – Plan du site

Aline Chevalier, La conception des documents pour le web

Émilien Schultz
La conception des documents pour le Web
Aline Chevalier, La conception des documents pour le Web, ENSSIB, coll. « Papiers », 2013, 224 p., ISBN : 9791091281034.
Haut de page

Texte intégral

1Avec l'importance prise par la diffusion des informations par internet, l'injonction d'être présent sur la toile rend souvent incontournable la mise en ligne d'un site pour les acteurs devant accéder à l'espace public. Ce passage imposé qui concerne autant les acteurs économiques que les pouvoirs publics ou les communautés associatives peut s'avérer crucial pour la visibilité ultérieure du collectif. S'inscrivant résolument dans une approche de psychologie cognitive ergonomique, Aline Chevalier réalise dans La conception des documents pour le web une synthèse des nombreuses recherches qu'elle a menées sur les dimensions ergonomiques de l'activité de création de sites internet, qu'elle adosse à une revue de littérature conséquente du domaine. Elle propose de s'inscrire dans la continuité des travaux qui se sont attachés à décrire l'activité cognitive des utilisateurs pour interroger à travers des études expérimentales l'activité cognitive des concepteurs et la façon dont ils prennent en compte les besoins des futurs utilisateurs des systèmes qu'ils conçoivent. « Cette étude a visé, plus particulièrement, à déterminer comment les concepteurs tenaient compte (ou ne parvenaient pas à tenir compte) des besoins des futurs utilisateurs des sites créés ainsi que des difficultés auxquelles ils étaient confrontés » (p. 33). Le livre aborde à travers ses six chapitres le cadre de l'activité de conception, de gestion de contraintes, l'adoption de points de vue différents entre concepteurs et utilisateurs, les aides à l'ergonomie et les questions d'esthétiques en composant des résultats empiriques. Dans la suite, nous reprenons les éléments principaux de l'ouvrage pour amener une discussion sur le cadre de l'analyse, qui peut donner l'impression de manquer d'une certaine contextualisation de l'activité de création dans l'espace réel des pratiques.

2La création d'un site web relève d'une activité de conception, qui s'est démocratisée avec la mise à disposition d'outils permettant l'accès à des concepteurs débutant et à la diversification des profils. Cependant, les concepteurs partagent la caractéristique d'un manque voire d'une absence de familiarisation avec les démarches d'ergonomie des interfaces Web. Pour guider ses expériences, l'auteure relie son questionnement aux études plus générales des activités de conceptions et établie à partir d'une réflexion sur l'expertise une typologie simple des concepteurs : elle identifie d'une part les concepteurs débutants et les concepteurs professionnels. Ces concepteurs doivent composer avec les contraintes prescrites ou inférées provenant du commanditaire, à travers le cahier des charges, et des comportements perçus des utilisateurs. Le résultat d'une expérience rapportée « suggère que les contraintes prescrites (par le commanditaire) sont considérées par les concepteurs comme incontournables et sont, de ce fait, respectées dans les maquettes, que ces contraintes soient prescrites ou inférées » (p. 71), et qu'ils tendent à sacrifier les contraintes tournées vers les utilisateurs. La recommandation qu'en fait alors l'auteure est d'inscrire dans le cahier des charges du commanditaire les contraintes utilisateurs.

3Cette absence de priorité donnée au point de vue de l'utilisateur est renforcée par une forme de fixation psychologique aux solutions antérieures, favorisée par la phase préalable à la conception de l'analyse de l'existant. Ainsi, si les études montrent que « plus les concepteurs changent de point de vue fréquemment moins leurs pages web comportement d'erreurs ergonomiques » (p. 90), elles montrent aussi l'expérience du rôle d'utilisateur qu'à chaque concepteur est difficilement convertible en ressource pour la création. « Dans le domaine de la production, les travaux ont mis en évidence qu'il était plus facile pour les rédacteurs d'évaluer et d'identifier des erreurs dans les productions d'autrui que dans leurs propres travaux » (p. 109). De plus, les concepteurs semblent avoir une représentation très partielle de l'activité de recherche mise en œuvre par les utilisateurs.

4Si différentes normes et systèmes experts permettent de guider les concepteurs dans la réalisation ergonomique de leur site, dont l'auteure dresse un état des lieux, leur utilisation donne des effets contrastés. Ainsi pour les outils d'évaluation automatique, l'auteure remarque que « les concepteurs ayant utilisé ces outils ont corrigé moins d'erreurs qu'en évaluation libre » (p. 147). Cependant, un effet d'incitation est observé : « l'initiation à l'application des critères ergonomiques a encouragé les concepteurs à réaliser une évaluation de toutes les pages du site ». Les outils permettent ainsi, à défaut d'une correction directe des erreurs, une sensibilisation aux questions d'ergonomie. Enfin, si le dernier chapitre est consacré à la question des relations entre ergonomie et esthétique, l'auteure souligne surtout l'absence de résultats clairs et stabilisés sans pour autant apporter d'éléments qui permettrait d'entrevoir une issue à la question.

5Pour les résumer de manière lapidaire, les résultats du livre sont les suivants : l'utilisateur est peu pris en compte naturellement, le concepteur à tendance à se focaliser sur les contraintes du commanditaire et enfin des dispositifs instrumentaux permettent de sensibiliser le changement de point de vue. Si l'auteure propose une contextualisation disciplinaire très forte de ses travaux dans la littérature de la psychologie cognitive ergonomique, le lecteur extérieur à ce champ de recherche peut rester néanmoins un peu désappointé par l'impression de trivialité des résultats, et les aspects qui échappent à l'investigation. Nous nous contenterons de souligner quelques éléments qui nous semblent pertinents pour interroger l'activité de conception, et sa dimension ergonomique, qui n'interviennent pas dans l'ouvrage.

  • 1 En référence aux « mondes de l'art » du sociologue américain H. Becker

6Le premier est la construction des catégories que choisit l'auteure – concepteur expert ou débutant – et la notion de « représentation de l'utilisateur » qu'ont les concepteurs. Nous pouvons nous attendre à ce qu'un concepteur engagé dans une activité commerciale n'ait pas les mêmes cadres d'action qu'un concepteur bénévole. De même, un site dédié à la vente ne poursuit pas les mêmes objectifs auprès de l'utilisateur qu'un site à visée informative. Cependant, ces distinctions ne donnent pas lieu à discussion, ce qui conduit à agréger des acteurs qui ne sont pas nécessairement engagés dans le même type d'activité. Plus généralement, le lecteur aurait trouvé profit d'une partie consacrée à analyser les représentations de l'utilisateur que portent les concepteurs, la construction de ces catégories, et l'analyse des « mondes de la conception »1 dans lesquels évoluent les individus. Ainsi, en ce qui concerne le résultat qui met en avant une attention plus forte du concepteur au cahier des charges réalisé par le commanditaire, l'explication pourrait résider dans l'application d'une rationalité économique en termes de coût/bénéfice par des acteurs qui sont soumis à des contraintes de rentabilité forte du secteur commercial.

7Un deuxième aspect qui est absent est l'intégration de la dimension technique, des différentes normes ergonomiques qui se co-construisent en fonction des possibilités existantes et les choix ergonomiques qu'ils conditionnent. Par exemple, l'utilisation de technologies comme Flash, de framework préexistant comme Drupal, et les stratégies de découplage et de couplage des différents aspects au sein d'un site ne sont pas discutées. Un autre exemple serait de constater l'influence qu'a eue Google comme référence d'un certain type d'ergonomie dépouillée et les différentes « cultures » de l'ergonomie pratiquées. Cette limite de la place accordée à la dimension technique d'une part, et normative de l'autre, réside sûrement dans le format des études qui sont limitées à des maquettes de sites peu complexes. Mais cela oblitère l'existence de conventions fortes qui peuvent participer à façonner les stratégies et les attendus de la part des utilisateurs, des commanditaires, et des concepteurs.

8En conclusion, si cet ouvrage propose une synthèse actuelle des travaux en psychologie cognitive ergonomique sur les questions de conception de site web et une discussion empiriquement étayée de la place qu'occupe l'utilisateur dans les choix ergonomiques, il s'avère néanmoins trop disciplinaire pour ouvrir un dialogue fertile avec des lecteurs hors de ce domaine, en particulier avec l'inscription de la conception dans l'espace des pratiques réelles. Comme l'annonce la quatrième de couverture, « l'ergonome ainsi que le concepteur de documents web pourront également y trouver des connaissances intéressantes pour leurs pratiques », mais sans pour autant dépasser la notification de l'existence de quelques logiciels d'aide à l'ergonomie et de critères formalisés d'évaluation.

Haut de page

Notes

1 En référence aux « mondes de l'art » du sociologue américain H. Becker

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilien Schultz, « Aline Chevalier, La conception des documents pour le web », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 03 avril 2013, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11158

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page