Navigation – Plan du site

Georges Guille-Escuret, Sociologie comparée du cannibalisme 3 – Ennemis intimes et absorptions équivoques en Amérique

Charles H. Gerbet
Sociologie comparée du cannibalisme
Georges Guille-Escuret, Sociologie comparée du cannibalisme. Tome 3 : ennemis intimes et absorptions équivoques en Amérique, Paris, PUF, 2013, 382 p., ISBN : 978-2-13-059323-2.
Haut de page

Texte intégral

1Troisième et dernier tome d'un triptyque consacré à l'anthropophagie, au concept anthropologique de « cannibalisme » - endo-canniblisme et exo-canniblisme -, le présent opus nous délivre, outre l'analyse des particularités du cannibalisme américain, une conclusion générale de cette étonnante et prolixe entreprise. Le cheminement étant effectué selon une sociologie comparée qui amena l'auteur, à travers un découpage qui dirigea les publications en trois régions distinctes du globe (l'Afrique, l’Océanie et, ici, l'Amérique), à s'intéresser aux enjeux de cette pratique méconnue et fantasmée. L'ouvrage nous ramène ainsi aux sources des Temps modernes et à la découverte de cette problématique par les Occidentaux : « le cannibalisme africain a imprégné les esprits à partir de la fin du XIXe siècle et celui de l'Océanie concentra un maximum de curiosité à partir des Lumières, mais l'Amérique nous renvoie aux conquistadores et au séisme initial d'une rencontre qui n'avait pas même été imaginée : le contact soudain avec un monde intact, vierge de notre histoire, « donc » finalement vierge de toute histoire » (p. 1). Pour cela, ce travail érudit, patient et volontaire, en un certain sens rendu indispensable par les criants manques universitaires en la matière, se trouve véritablement être très stimulant même si l'on ne partage pas toutes les conclusions ou ouvertures présentées.

2Le cannibalisme est une pratique véritablement méconnue, trop peu étudiée, trop souvent humiliée - aimant au paternalisme -, même si, dès le XVIe siècle, et à rebours des inepties qui circulaient à l'époque (et qui s'observent malheureusement toujours de nos jours), Montaigne a pensé d'une manière rarement égalée ce phénomène et les sociétés qui le pratiquent : « nous les pouvons donc bien appeler barbares, eu égard aux règles de la raison, mais non pas eu égard à nous, qui les surpassons en toute sorte de barbarie »1. De plus, une récente publication du célèbre anthropologue français Claude Levi-Strauss, qui est en fait un regroupement des articles qu'il rédigea pour le quotidien italien « La Reppublica », rappelle à l'aide de deux articles majeurs qui figurent au sommaire, que sous une forme généralisée qui embrasse la totalité du phénomène décrit mais que l'on ne peut pas relayer ici, « le concept du cannibalisme et ses applications directes ou indirectes sont le fait de toutes les sociétés […] on peut aller jusqu'à dire qu'il existe parmi nous »2.

  • 3 Cf Vivieros de Castro Eduardo, Métaphysiques cannibales, Paris, PUF, 2009, ou, From the Enemy's Po (...)

3C'est ainsi par une critique analytique, très scientifique, des anthropologues américanistes actuellement les plus en vue comme Eduardo Vivieros de Castro3, taxés premièrement d'idéalisme et, ensuite, tout au long des développements, raillés de quelque chose que l'on peut appeler un primitivisme nostalgique, puis par l'étude des sources premières (rapports d'explorateurs, de missionnaires, carnets de voyages, études historiques de diverses époques, travaux anthropologiques divers etc.), que Guille-Escuret, par un accent mis sur l'Histoire, selon lui trop négligée par les spécialistes des Amérindiens et du phénomène, intensifie son propos. Des analyses pointues et précises nous sont alors proposées des différentes formes de cannibalismes, des multiples rapports que cette pratique véhicule au sein des innombrables peuples, tous différents dans leurs modes d'existences, et dans les lieux variés et nombreux qui découpent le continent (ex : les Antilles, l'Amazonie, les Andes, l'Amérique du Nord, etc.). Aussi, en Amérique, le cannibalisme a pour notion cruciale l'ennemi, la préhension du corps de l’ennemi par l'ingestion : on se transforme, et on devient quelque chose d'autre, plus puissant, intense, par l'absorption du corps de l'ennemi. Cela entraîne guerres sans fin, vengeances infinies (et acceptées) avec cette expérience qui est admise tout naturellement. C'est même ainsi un honneur d'être capturé et mangé par son ennemi - les prisonniers étant traités avec le plus grands des égards (nourriture, logis, compagnies, etc.) : les anthropophages tuent mais sans injures…

4Alors, à l'aide d'un trajet entre les conditions d'énonciations et les objets énoncés, entre la petite et la grande échelle, des sources utilisées à parts égales, avec une sociologie scientifique (méthode épistémologique consistant à réfuter, questionner par l'interne et l'externe, comparer, travailler par symétrie et à localiser les événements qui font exceptions), l'auteur affirme que « la véritable calomnie ne consiste pas à affirmer le cannibalisme : elles consistent à l'amputer de tout sens possible » (p. 369). Il n'hésite ainsi pas à critiquer les « autres », en montrant la cruauté d'une pratique, l'impossibilité pour une démocratie parlementaire (occidentale) de l'accepter, mais tout en prenant garde d'une position de surplomb narcissique, colonisatrice. Sans sanglots humanitaires, sans compassions ou « larmes de crocodiles », il est selon lui possible de penser rationnellement le cannibalisme, phénomène somme toute relativement rare : « le tueur cannibale n'est pas « gentil » et, sur le plan des comportements individuels, sa violence ne contient pas mieux les accès de cruauté volontaire que celle du civilisé » (p. 369). Car, il ne s'agit pas de s'étudier à travers l' « autre », son mode de vie ou ses pratiques, mais d'étudier l' « autre » pour expérimenter des variations, observer des différences et qui, en les méditant, auront des résonances sur nous, un impact anti-narcissique.

5Ethnologie du cannibalisme, cette entreprise prendra enfin tout son sens comme prolégomènes à une sociologie comparative de la domination et de ce fait à une ethnologie de la civilisation : « le cannibalisme n'est pas plus détestable que la guerre. Il ne l'est pas moins que la mort. Et il a l’avantage de ne pas se prêter à l'exercice de l'humiliation […] S'il faut des massacres pour l'aider à voir plus clair, l'anthropologie vit une époque propice » (p. 372).

Haut de page

Notes

1 Montaigne, Essais, Livre I chapitre XXXI, Paris, Pocket, 1998

2 Levi-Strauss Claude, Nous sommes tous des cannibales, Paris, Seuil, 2013

3 Cf Vivieros de Castro Eduardo, Métaphysiques cannibales, Paris, PUF, 2009, ou, From the Enemy's Point of View, Chicago, The University of Chicago Press, 1992 ; cf aussi Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005 et Carneiro da Cunha Manuela, Savoir autochtones : quelle nature, quels apports ?, Paris, Fayard, 2012

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles H. Gerbet, « Georges Guille-Escuret, Sociologie comparée du cannibalisme 3 – Ennemis intimes et absorptions équivoques en Amérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 03 avril 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11159

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page