Navigation – Plan du site

Vincent de Gaulejac, Fabienne Hanique, Pierre Roche (dir.), La sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques

Frédéric Parent
La sociologie clinique
Vincent de Gaulejac, Fabienne Hanique, Pierre Roche (dir.), La sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques, Erès, coll. « Erès Poche », 2012, 398 p., ISBN : 978-2-7492-3461-8.
Haut de page

Texte intégral

1Courant de recherche relativement peu connu des sociologues, la sociologie clinique présente pourtant un intérêt et une originalité indéniables. En effet, les travaux sociologiques actuels qui ont aussi clairement le souci du réel sont trop peu nombreux. Ce livre collectif, réédition en poche du livre de 2007, remet aussi en cause un certain positivisme naïf qui néglige la prise en considération de la subjectivité dans tout processus de recherche.

2La première partie porte sur les enjeux théoriques et s'ouvre avec un texte de Vincent de Gaulejac qui retrace les filiations scientifiques de la sociologie clinique. Pratique de recherche qui va au plus près du vécu des individus, la sociologie clinique serait, selon lui, l'étude des « rapports mutuels de l'être de l'homme et de l'être de la société ». Autrement dit, il s'agirait d'analyser « les interférences entre les processus psychiques et sociaux ». Jacques Rhéaume défend ensuite le développement d'une « épistémologie pluraliste » qui différencierait et définirait les différentes formes de savoirs présents en sociologie clinique (scientifique, professionnel, sens commun) sans les hiérarchiser. Jean-Philippe Bouilloud propose des réflexions théoriques sur l'usage de l'autobiographie alors que Fabienne Hanique montre les affinités de la sociologie clinique avec la sociologie compréhensive. Par une relecture des travaux de Durkheim et de Simmel, Richard Gaillard propose une « analyse dialectique » des faits sociaux qui tient compte des dimensions psychique et sociale de ces phénomènes. Gilles Herreros développe plus longuement la visée « émancipatoire » de la sociologie clinique en définissant plus particulièrement ce qu'il faut entendre par « sujet » et son « advènement » ou son « déploiement ». Xavier Mattelé poursuit les réflexions épistémologiques de Rhéaume et différencie les différentes « positions » du chercheur (subjectivante, objectivante, intersubjective et politique) qui assurerait la validité du savoir produit. Dans le dernier texte de la partie, Pierre Roche explore lui aussi la question du sujet, mais plus précisément à travers le processus de « subjectivation ».

  • 1  Cinq femmes sur huit auteurs écrivent dans cette partie, contrairement la partie plus théorique où (...)

3La deuxième partie du livre propose des réflexions méthodologiques intéressantes  à partir de terrains empiriques1. Les auteures et auteurs questionnent l'implication de la subjectivité dans la connaissance de la réalité étudiée et par conséquent des conditions sociales d'objectivation du savoir produit qu'explicitent notamment Jacqueline Barus-Michel, Lise Poirier Courbet, Stéphanie Rizet et Sylvette Uzan Chomat. Frédéric Blondel intègre l'approche clinique dans les particularités méthodologiques de la recherche-action et de ses diverses pratiques (les entretiens, le journal de bord etc.). Lise Causse montre comment peut se réaliser la prise en considération de la subjectivité dans un travail de terrain en établissement gérontologique, alors que Jean-Marc Fridlender nous décrit l'objectivation de sa propre position sociale de sociologue et d'enquêteur à la RATP. À travers ses entretiens avec des pères gays, Emmanuel Gratton revient sur son implication et sur les manières de « co-construire » une sociologie clinique avec l'implication des principaux sujets d'étude.

4Le résumé critique d'un ouvrage collectif est souvent une tâche difficile en raison de l'hétérogénéité des diverses contributions. Dans ce cas-ci, la plupart des auteurs partagent plusieurs interrogations communes. J'en retiens deux, parmi les plus importantes, qui me semblent traverser l'ensemble de l'ouvrage : Quel est l'objet/sujet de la sociologie clinique? Quelle est la visée de la sociologie clinique ?

  • 2  La « dimension symbolique » des rapports sociaux déplace le regard du sociologue clinicien, attent (...)
  • 3  Cette hypothèse vient de Nicole Ramognino (op. cit., p. 68) lors du colloque sur l'analyse cliniqu (...)

5La sociologie clinique ne propose pas un objet nouveau, mais bien une prise en considération plus importante de la « dimension subjective » des rapports sociaux. Tout au long de l'ouvrage, nous avons cependant noté la polysémie de ce que nous appellerons plus généralement la « dimension symbolique des rapports sociaux »2. Cette dernière signifie parfois le « vécu », « l'expérientiel », « l'existentiel », le « psychique », le « subjectif », etc. Une analyse de discours montrerait à quelles réalités particulières renvoient ces différentes notions. Cette polysémie est-elle l'indice d' « une hésitation de l'approche clinique entre une ontologie psychologique et une ontologie qui serait plus sociologique »3 ? Il n'est pas nécessaire de souligner « le “primat” des rapports sociaux sur le psychisme », puisque l'humain est tout autant un être psychique qu'un être social, et ce, même à l’instant de sa naissance.

  • 4  Jacques Rhéaume, « Le projet de la sociologie clinique au Québec », dans Vincent de Gaulejac et Sh (...)

6En plus d'une définition polysémique des rapports sociaux, nous constatons, à plusieurs endroits, l'occultation de leur dimension matérielle, ou de ce que Durkheim appelait la morphologie sociale. Cela n'est peut-être pas étranger à la quasi-disparition de l'orientation sociographique de la sociologie clinique, déjà observée par Jacques Rhéaume en 1992.4 Que nous dit la sociologie clinique sur l'état plus général des rapports sociaux dans une société ? Que nous disent par exemple les cas des femmes « bénéficiaires » du RMI et des aides-soignantes en établissements gérontologiques sur les rapports sociaux de sexe ? Que nous disent, également, tous les cas marginaux sur la normativité dominante d'une société ?

  • 5  Voir aussi Gilles Houle, « Le sens commun comme forme de connaissance : de l'analyse clinique en s (...)
  • 6  Je saisis mal ce que peut signifier une « validation intersubjective du savoir » qui « se base sur (...)

7La particularité de la sociologie clinique réside finalement dans sa pratique, dans ses réflexions explicites sur les relations entre observateur et observé (transfert et contre-transfert), et surtout dans sa visée « émancipatoire » qui repose sur la « possibilité pour un individu ou un groupe de se poser en tant que sujet », « pour l'aider à advenir » ou encore à « devenir sujet au sens plein ». La plupart des auteurs s'entendent pour ne pas hiérarchiser les savoirs, mais concevoir l’autre comme un futur « sujet » de sa propre histoire est tout à fait différent de considérer l’autre comme déjà « sujet ». Dans le premier cas, il est induit que l'individu est d'abord un « objet » (ou une « victime ») qui tente de devenir sujet, par notre intervention. Il faut reconnaître que nous sommes tous déjà des « sujets de connaissance »5. La visée émancipatoire de la sociologie clinique, à travers notamment l'appropriation de la « significativité », semble laisser peu de place à la connaissance de la réalité visée propre à toute connaissance scientifique. Le savoir de sens commun exprime un sens de la vie en société que le sociologue cherche à décrire (à comprendre) pour ensuite l'expliquer. À mon avis, plusieurs auteurs semblent confondre le moment de recueil des données de celui de l'analyse. Les entretiens par exemple ne sont pas une expérience scientifique ou expérimentale. Il impossible de mettre en parenthèse la subjectivité, les préjugés, les prénotions, les « biais » etc. du chercheur. Ceci ne signifie pas pour autant que l'on doive « laisser tomber toute prétention à l'objectivité ». Cette subjectivité sera objectivée dans un travail ultérieur d'écriture où les règles de connaissance seront explicitées, où nous prendrons notre propre mesure, du lieu à partir duquel nous connaissons, en prenant la mesure des autres. Autrement dit, la validité d'une pensée scientifique ne se mesure pas par son adéquation ou non avec la pensée de sens commun6.

8La sociologie clinique existe dans le champ de la sociologie depuis les années 1980 et pose des questions fondamentales à une sociologie plus « généraliste » qui intègre encore trop peu les acquis de la sociologie clinique. Les sociologues (re)connus se posent peut-être trop souvent comme des exégètes du social (parfois comme des prophètes) oubliant que les individus rendent leur existence significative bien indépendamment du discours sociologique. L'une des pertinences de la sociologie clinique réside précisément dans la volonté de ne pas reproduire les rapports de domination. Ce n'est pas rien, dans un monde qui se nourrit trop souvent des inégalités sociales et à la reproduction duquel la sociologie participe malheureusement trop souvent, lorsqu'elle ne reconnaît pas le sens commun comme forme de connaissance.

Haut de page

Notes

1  Cinq femmes sur huit auteurs écrivent dans cette partie, contrairement la partie plus théorique où nous ne retrouvons qu'une seule femme parmi les huit auteurs. Cette division sexuelle du travail intellectuel reconduit d'une certaine façon ce que qui a été observée en France à la naissance des sciences sociales à la fin du XIXe siècle jusqu'à 1940. Voir Hélène Charron, Les formes de l'illégitimité intellectuelle : genre et sciences sociales en France entre 1890 et 1940, Montréal, Thèse de doctorat, 2009 (http://hdl.handle.net/1866/3209).

2  La « dimension symbolique » des rapports sociaux déplace le regard du sociologue clinicien, attentif à la dimension existentielle du sujet (émotivité, subjectivité, etc.) vers la pratique « matérialisée aussi bien dans le langage que dans les comportements » (Ramognino, dans Enriquez, Houle, Rhéaume et Sévigny, L'analyse clinique dans les sciences humaines, Montréal, Éditions Saint-Martin, 1993, p. 70).

3  Cette hypothèse vient de Nicole Ramognino (op. cit., p. 68) lors du colloque sur l'analyse clinique tenu à Montréal en 1990.

4  Jacques Rhéaume, « Le projet de la sociologie clinique au Québec », dans Vincent de Gaulejac et Shirley Roy (dirs.), Sociologies cliniques, Paris, Desclée de Brouwer, 1993, pp. 51-61.

5  Voir aussi Gilles Houle, « Le sens commun comme forme de connaissance : de l'analyse clinique en sociologie », Sociologie et sociétés, vol. 19, n° 2, octobre 1987, pp. 77-86.

6  Je saisis mal ce que peut signifier une « validation intersubjective du savoir » qui « se base sur la confiance et le respect entre chercheur et acteur social, ainsi que sur leur accord mutuel sur la validité des résultats produits ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Parent, « Vincent de Gaulejac, Fabienne Hanique, Pierre Roche (dir.), La sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 avril 2013, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11169

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Parent

Chercheur postdoctoral, Université Paris 8. Professeur de sociologie Cégep de Lévis-Lauzon, Québec, Canada.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page