Navigation – Plan du site

Vétérinaires et politiques de santé publique. Etat des lieux sur un groupe professionnel en voie de mutation

François Granier
Vétérinaires et politiques de santé publique
« Vétérinaires et politiques de santé publique. Etat des lieux sur un groupe professionnel en voie de mutation », Revue d'études en agriculture et environnement, n° 4, 2009.
Haut de page

Texte intégral

1La France des années quatre-vingt-dix a traversé deux crises majeures qui ont placé les politiques de santé publique et deux professions établies sur le devant des scènes médiatiques. L'affaire du sang contaminé puis celle de l'encéphalopathie spongiforme bovine - « la vache folle» - ont fait entrer brutalement chacun d'entre nous dans une « société du risque » [Beck, 2001]. Médecins et vétérinaires ont été sollicités par les pouvoirs publics afin que les impératifs de santé et de sécurité soient assurés. Dans le domaine de l'alimentation humaine, les différentes épizooties ont entrainé de profondes évolutions dans les relations entre vétérinaires et autorités publiques mais aussi entre opérateurs économiques et fonctionnaires en charge du contrôle des denrées. Ces crises ont en outre contribué à un large débat parlementaire qui a conduit à inscrire le principe de précaution dans notre Constitution. Plus de quinze ans après ces évènements, que révèle l'analyse des activités assurées par les vétérinaires libéraux et leurs collègues du secteur public ?

2Cette profession, fortement ancrée dans l'imaginaire collectif français, a vécu de profondes transformations. Sous l'influence conjuguée des instances européennes, plutôt réceptives aux conceptions anglo-saxonnes du rôle des pouvoirs publics et des attentes des acteurs économiques, ces professionnels sont sollicités pour des missions d'expertise, de veille sanitaire, mais aussi d'accompagnement des éleveurs et des industriels de la filière. Avec la visée d'une traçabilité des produits toujours plus assurée car seule celle-ci assure la sécurité des consommateurs, les inspecteurs de santé publique vétérinaire sont invités à modifier leurs pratiques d'examen des denrées. Il leur est demandé de favoriser des pratiques d'autocontrôle qui visent à rendre les opérateurs toujours plus toujours plus responsables de leurs activités. Symétriquement, ils sont invités à s'investir de manière moindre dans des contrôles sur les lieux d'abattage et dans sur ceux où sont transformées les viandes : pratiques qui furent, durant des décennies, leur mode d'intervention majeur. Ces orientations inspirées par le « New public management » sont mises en œuvre concrètement en France au travers de la Révision Générale des Politiques Publiques. Ces options valorisent une harmonisation règlementaire pilotée par les instances nationales voire mondiales : le poids de la « Food & Drug administration » états-unienne ne saurait en effet être sous-estimé. Cependant, leur mise en œuvre est largement déconcentrée.

3L'article de Thomas Adam, celui cosigné par Laure Bonnaud et Jérôme Coppalle, ainsi que celui de Philippe Fritsch nous permettent une appréhension des transformations vécues par les vétérinaires publics. Ils analysent non seulement les rapports entre ce groupe professionnel singulier - nombre de missions publiques sont en effet assurées ponctuellement par leurs confrères libéraux - et leurs autorités de tutelle mais aussi avec des acteurs économiques très diversifiées. Si certains sont des « poids lourds » de l'industrie agroalimentaire française, bon nombre sont des entreprises modestes voire des artisans locaux. Ces analyses mettent notamment en évidence qu'au-delà des normes éditées, « les espaces juridiques et le droit sont par essence négociables car investis par les acteurs ».

4Grâce à une observation participante de longue durée réalisée par Séverin Muller, nous accédons à l'univers des abattoirs. Dans ces lieux où le taylorisme règle en maître absolu, les agents publics vivent au rythme des chaînes d'abattage. Ils réalisent des tâches de contrôle des carcasses conjointement au travail posté des ouvriers mais aussi des contrôles documentaires qui les conduisent à des négociations avec l'encadrement. Ils vivent ainsi quotidiennement avec l'empilement des normes et leurs inévitables injonctions contradictoires. La contribution de Philippe Fritsch met en évidence plusieurs phénomènes socio démographique. Il met en lumière la forte féminisation du corps des inspecteurs de santé publique vétérinaire, processus qui concerne également les vétérinaires libéraux. Ces praticien(ne)s issu(e)s de classes sociales plus favorisées que par le passé s'orientent plus largement vers le salariat, la fonction publique et des activités en milieu urbain. Ainsi, la « canine » accueille aujourd'hui plus de trois fois plus de praticiens que la traditionnelle activité « rurale »... Il rappelle aussi comment les postulants à ce métier ont su contourner le numerus clausus français en obtenant leurs diplômes hors de nos frontières et notamment en Belgique.

5Le numéro se conclut par l'article de Muriel Surdez qui offre une comparaison internationale. Elle montre comment la féminisation de cette profession, processus qui traditionnellement conduit à une dévalorisation symbolique de celle-ci, n'est pas advenue en Suisse. Ces praticiennes ont su au contraire investir les soins aux animaux de compagnie, un marché particulièrement rentable. Cette option, exercée souvent en qualité de salariée, facilite ainsi la conciliation de leurs engagements professionnels et familiaux.

6En France comme en Suisse, les évolutions observées mettent en évidence une érosion, sinon une remise en cause, de l'un des attributs des professions libérales qualifiées : celui de leur pouvoir d'autorégulation. Au-delà des analyses conduites sur une profession en recomposition identitaire, ce corpus d'articles trouve sa pertinence dans la congruence des angles d'analyse, la diversité des méthodes d'enquête et la variété des références théoriques mobilisées. Il constitue un bel exemple pour tous ceux qui souhaitent mieux comprendre les transformations des univers de travail de nos sociétés postindustrielles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Granier, « Vétérinaires et politiques de santé publique. Etat des lieux sur un groupe professionnel en voie de mutation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 30 août 2010, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1118

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page