Navigation – Plan du site

Spyros Théodorou (dir.), Emprises de la violence

Caroline Robinet
Emprises de la violence
Spyros Théodorou (dir.), Emprises de la violence, Parenthèses Editions, coll. « Savoirs à l'oeuvre », 2013, 240 p., ISBN : 978-2-86364-149-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cette association a pour partenaire principal le Conseil Général des Bouches-du-Rhône. Les program (...)
  • 2  Programme 2003-2004 « l’état d’exception » et 2007-2008 « la guerre » qui ont abouti aux publicati (...)

1Depuis plus de dix ans, l’association « Échanges et diffusion des savoirs »1 invite à la réflexion. Chaque saison, elle organise des conférences thématiques afin de comprendre le monde tel qui l’est, de l’éclairer et d’en expliciter les enjeux présents et futurs. Dans une continuité réflexive (ayant au préalable détaillé les formes proprement politiques, juridiques et militaires de violence ouverte2), le programme de l’année 2008-2009 a souhaité rendre compte de l’existence d’autres types d’oppressions. D’éminents conférenciers, réunis au sein d’un débat pluridisciplinaire, ont discuté publiquement de certaines formes de violences indirectes émises à l’encontre des individus et du corps social. Sous la direction de Spyros Théodorou, cette présente publication rassemble l’ensemble de leurs développements.

2Dans un contexte économique, social et politique déjà difficile, il semblerait que ces coercitions soient à l’origine d’autres maux fragilisant encore davantage le collectif et les singularités. Individus et société seraient victimes d’oppressions particulièrement insidieuses, indirectes et globales. Immiscées dans notre quotidien, elles seraient même acceptées et considérées comme étant des éléments naturels de notre existence. Philosophe, historien, linguiste, économiste, sociologue, politologue ou encore magistrat ont cherché à rendre compte de ces coercitions, de leurs ampleurs et de leurs influences. Leurs principales interrogations sont les suivantes : quelles sont ces emprises violentes et naturelles ? Quels effets ont-elles sur l’Homme et la société ? Quels en sont les enjeux pour aujourd’hui et pour demain ?

3La préface de Spyros Théodorou donne le ton de cet ouvrage ; nous serions victimes de « la prégnance devenue presque absolue des formes amorphes qu’a pris la domination économique, sociale, esthétique sur nos vies, notre temps et notre désir même » (p. 6-7). Sans que personne l’ait voulu ou même décidé (naturellement donc) des formes de violence se sont installées dans l’existence quotidienne de chacun. Publicités et images omniprésentes, mobilité urbaine difficile, déprise de la langue ou encore effondrement des savoirs ne sont que quelques exemples. Leurs emprises, invisibles et sournoises, nous rendent désormais dépendants d’un système qui écrit à lui seul l’Histoire, qui dicte les lois et la pensée. Même si leur champ d’application n’est pas physique, cette multitude d’agressions chroniques et quasi-invisibles ainsi que leurs dominations ont entraîné le « massacre des innocents ». En d’autres termes, sans en avoir pleinement conscience, elles ont considérablement modifié l’autonomie, la liberté et l’existence individuelles et collectives. C’est de cela que discutera cet ouvrage ; de ces violences indirectes, de leurs emprises et de la transformation anthropologique qui en découle.

4Afin d’illustrer et de confirmer ces propos introductifs, onze conférenciers ont apporté leurs contributions. Selon leurs domaines de compétence, ils ont décrit différentes formes d’oppressions et de dominations portant atteinte à l’individu et au vivre ensemble.

  • 3  Concept clé de la psychanalyse lacanienne

5La première intervention de Jean-Pierre Lebrun est une problématisation de notre société d’un point de vue psychanalytique. Le néolibéralisme aurait entraîné le refus de l’absence de l’objet, de la perte et de la discontinuité3. Or ce refus de toutes insatisfactions et de toutes incomplétudes par la consommation entraînerait des addictions, un narcissisme grandissant, une perte de solidarité et surtout la destruction progressive du lien social.

6S’ensuit et en découle l’exposé de Dany-Robert Dufour. La somme des vices individuels, ainsi créés, a des impacts forts et divers (délocalisation, affaiblissement du politique et du psychique…). Au même titre que pour l’économie ultralibérale, il n’y a aucun mécanisme invisible qui autorégule les perversités singulières. En définitive, introduites par le marché et l’ultralibéralisme, elles nécessiteraient un encadrement étatique et collectif pour pallier à leurs méfaits.

7Bernard Stiegler accentue encore davantage ce malaise. À l’absence de ces régulations extérieures s’ajoute l’incapacité des parents à éduquer leurs enfants. En devenant la principale source de repères, d’identifications et de réalités pour ces jeunes générations, l’industrie culturelle (plus précisément les mass media) a effacé leur puissance symbolique et leur autorité. En d’autres termes, elle s’est substituée à la responsabilité parentale. Cette emprise a introduit une grave crise intergénérationnelle qu’il s’agit de régler au plus vite par une reconstruction de l’être adulte.

8Dans la continuité, l’analyse de Marie-José Mondzain porte sur la difficulté parentale à créer un espace de dialogue et d’échange avec leurs enfants. Le fossé créé par l’abondance de l’image et le renouvellement constant des objets les prive de leur autorité et de la construction intergénérationnelle du regard et de la pensée.

9Pour Alain Bentolila, la non-maîtrise de la langue orale entraîne une insécurité linguistique. Elle suscite un destin scolaire et un destin social défavorables. Lorsqu’un individu ne dispose pas de cette capacité, il ne peut pas comprendre, se faire comprendre et donc être totalement maître de lui-même.

10Marcel Gauchet parle, lui, d’une déculturation et d’une détraditionnalisation. Notre société assiste à la fois à l’avènement d’une culture utilitaire et au renoncement de notre relation avec le passé. Ces changements anéantissent le contrôle de notre présent collectif et de la destinée humaine.

11Selon Alain Caillé, la société contemporaine serait portée par un individualisme « parcellitaire ». Outre quelques disparités (exaltation de la différence, instantanéité, espace mondialisé…), cela aurait des effets comparables à ceux issus du Totalitarisme. L’émanation du pouvoir et l’avènement d’un homme nouveau dans un monde fictionnel où l’ennemi imaginaire tenant toute la société en tension en est les caractéristiques.

12En référence à la Grande Dépression de 1929, Jacques Généreux appelle notre temps la « Grande Récession ». Par une réflexion anthropologique, il affirme un retour en arrière général. La modernité libérale aurait entraîné l’atomisation et la destruction des liens qui unissaient autrefois société et individus.

13Sophie Body-Gendrot analyse la place d’une thématique sociale intemporelle à savoir, la peur. Au lieu de l’utiliser comme un élément favorisant l’avancée, elle est instrumentalisée par le politique pour asseoir sa domination et son contrôle de l’espace public.

14Jacques Donzelot détaille comment nos sociétés contemporaines sont passées d’une prévention sociale de la délinquance à un processus de dissuasion du crime. Surveillance des lieux, fermeture des villes, aggravation des sanctions judiciaires, usage immodéré de la prison témoignent de ce processus de correction et d’étouffement par la répression.

15Pour Jean-Pierre Rosenczveig, l’État lui-même a abandonné ses prérogatives de protection de l’enfant. Même si des lois améliorent certaines prises en charges, elles ne sont ni pleinement efficaces ni destinées à prévenir les dangers auxquels ils peuvent être confrontés.

16Pour conclure, la construction et la succession progressives de ces démonstrations aboutissent à une véritable mise en lumière de l’ampleur de ces emprises. Par leurs richesses et leurs véracités, cet ouvrage dénonce et condamne. Il redonne toutes leurs lisibilités à ces coercitions pourtant non ressenties et non dénoncées par nos contemporains. Il en dégage leurs effets et dépeint avec une grande justesse les problèmes de notre société. Néanmoins, cela n’est pas son unique ambition. Il s’agit aussi et surtout « de porter plainte » (p. 9). Cette succession de clarifications et d’analyses a donc un objectif : informer pour faire réagir et agir. Les enjeux présents et futurs, ainsi explicités, appellent aux réinvestissements singulier et collectif de nos existences. Il est impossible de se délivrer de ces emprises si le politique, dans le sens premier de principe fondateur de notre société, ne reprend pas son rôle en main. Les hommes, la société et in fine la démocratie de demain en dépendent.

Haut de page

Notes

1  Cette association a pour partenaire principal le Conseil Général des Bouches-du-Rhône. Les programmations de l’année en cours, dont la thématique s’intitule « Rêves et cauchemars de la mondialisation », sont disponibles sur le site: http://www.cg13.fr/culture/culture/conference/"

2  Programme 2003-2004 « l’état d’exception » et 2007-2008 « la guerre » qui ont abouti aux publications suivantes : Spyros Théodorou, L'exception dans tous ses états, Parenthèses, coll. « Savoirs à l'œuvre », 2007, 294 p. ; Spyros Théodorou (dir.), Masques et figures de la guerre, Marseille, Parenthèses, coll. « Savoirs à l'œuvre », 2012, 224 p.

3  Concept clé de la psychanalyse lacanienne

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Robinet, « Spyros Théodorou (dir.), Emprises de la violence », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 05 avril 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11181

Haut de page

Rédacteur

Caroline Robinet

Étudiante en Master 2 de Sociologie, spécialité « Construction Européenne et Sciences de la Société » à l’Université Paris Descartes

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page