Navigation – Plan du site

Nina Eliasoph, L'évitement du politique. Comment les Américains produisent l'apathie dans la vie quotidienne

Corinne Delmas
L'évitement du politique
Nina Eliasoph, L'évitement du politique. Comment les Américains produisent l'apathie dans la vie quotidienne, Economica, coll. « Etudes Sociologiques », 2010, 352 p., EAN : 9782717858624.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ouvrage issu d'une thèse, parue aux Etats-Unis en 1998 - cf. Eliasoph N., Avoiding Politics. How Am (...)
  • 2 Selon ces analyses, les associations favoriseraient l' « esprit civique », l'apprentissage de la to (...)

1« Comment les citoyens créent-ils des contextes propices à la discussion politique dans leur vie quotidienne ? » (p. 18). Afin d'y répondre, l'auteur de cet ouvrage1, partie « à la recherche de l'espace public américain » (p. 15), a observé pendant deux ans et demi la circulation des idées politiques dans la vie quotidienne de trois types de collectifs : des associations de bénévoles à vocation sociale, des clubs de loisirs et des groupes d'activistes. Prêtant l'oreille aux discours publics et aux propos en coulisses, « au non-dit, à tout ce qui semble aller de soi, mais aussi à la façon dont les citoyens créent en pratique l'espace public » (p. 18), l'auteur révèle des citoyens qui, sans être indifférents ni satisfaits, n'expriment des préoccupations politiques que dans les conversations les plus privées. « Dans l'ensemble, souligne-t-elle, je n'ai entendu ces discussions marquées par l'esprit public que dans les coulisses et à mi-voix » (p. 27). A rebours d'études sur la démocratie, la participation politique et l'espace public percevant les associations comme des écoles de citoyenneté2, l'ouvrage montre combien, plus l'arène devient publique, moins le souci du bien commun semble pouvoir s'exprimer légitimement ; l'auteur décrit ainsi un « cycle d'évaporation du politique » dans les collectifs étudiés dont elle analyse les différents rouages.

2Soucieux de convaincre et de se persuader que « l'on peut vraiment changer les choses » et que « chacun peut apporter sa pierre » (p. 37), et conserver leur optimisme et leur espérance, les bénévoles s'évertuaient à éluder des problèmes politiques supposant de longues discussions pour ne se préoccuper que des tâches limitées. Tout en partageant un idéal de participation civique, ils devaient ainsi paradoxalement « couper court à toute discussion politique pour faire vivre cet espoir et cette foi. En groupe, ils étaient moins soucieux de l'esprit public, et moins créatifs politiquement qu'ils ne l'étaient individuellement. » (p. 37-38). Confrontés à des questions telles que les problèmes raciaux, l'éducation des enfants, la pauvreté ou les inégalités entre hommes et femmes, qui auraient pu donner lieu à des débats politiques enflammés dans un autre contexte, ces groupes tenaient ainsi à définir leur action comme non politique. Loin de débattre de questions potentiellement pénibles, leurs réunions étaient largement consacrées à discuter longuement d'activités pragmatiques.

3Dans le cas des associations de loisirs, en l'occurrence un club de danse country se réunissant dans un bar de banlieue, Nina Eliasoph explore le désir d'une camaraderie humaine « qui essaie de tenir à l'écart toute les institutions, hormis les institutions commerciales » (p. 110). Dans des groupes exclusivement formés à l'origine autour de goût communs pour des produits de consommation, et permettant de réunir des Américains disséminés en zone périurbaine, la désinvolture est de mise conformément à la valorisation de la « liberté » par la culture marchande ; « il fallait beaucoup d'efforts et de discipline pour cultiver cette impression de désinvolture. C'est seulement en coulisses que le sérieux longtemps contenu refaisait surface, aux marges de la façade obligée de désinvolture. » (p. 122). Ces particularités éclairent la place réduite occupée par la conversation, le poids de la taquinerie coupant court à toute discussion, l'idéal des personnes privées consistant « à s'amuser à rivaliser pour se rabaisser mutuellement » (p. 132) ; majoritairement tenus par des hommes « leaders d'opinion » (p. 131), ces discours étaient plus violent voire racistes, que ne le souhaitait la majorité des participants. Les entretiens révèlent par ailleurs combien « la plupart trouvait dangereux et bizarre de parler politique » (p. 163). Le cas de ces amateurs de country montre là encore « que ce qui semble n'être qu'une ignorance apathique est en réalité beaucoup plus complexe que cela. Ils maîtrisaient nombre d'informations techniques, mais ils ne savaient tout simplement pas comment s'y prendre pour les appréhender tout à la fois et les analyser. » (p. 164). Ayant une approche privée et technique des problèmes politiques, mettant l'accent sur les faits, ce qui rend le débat intimidant et lui ôte toute pertinence, ils préféraient les laisser entre les mains des experts, considérant la discussion superflue.

4Certes, certains membres semblaient faire preuve d'une certaine appétence pour les discussions politiques. L'auteur distingue ainsi, parmi les personnes fréquentant les clubs de country, entre les « personnes privées » et un autre sous-groupe, celui des « cyniques » qui, tout en s'appliquant à ne pas être sérieux, se distinguent des autres adhérents par le fait que « la conversation ne leur paraissait pas dangereuse. » (p. 187) Parler politique était pour eux un divertissement ; moyen d'affirmer leur union dans leur croisade contre la crédulité, « rassembler des informations pour les tourner en dérision était une manière de se protéger contre le risque d'être emportés par des forces incontrôlables. Arborer l'apparence de celui qui contrôle la situation était une manière de contourner la question de la maîtrise réelle des problèmes. » (p. 191). Soumise à « un régime d'ironie et de désengagement » qu'ils essayaient d'imposer à tous, leur approche « consistait à se moquer de la société, pas à essayer de la changer. » (p. 192). Comme le souligne l'auteur, « les connaissances seules ne suffisent pas à rendre possibles les manifestations d'engagement. [...] Au bout du compte, les fondements de l'appartenance au Club étaient remarquablement similaires : dans les deux cas, l'objet de la conversation était d'affirmer la non appartenance et le désengagement, de paraître irrévérencieux et impie, de ne prendre ni le groupe ni le monde trop au sérieux. » (p. 197)

  • 3 Kaminstein D., « Toxic Talk », Social Policy, 19(2), 1988.

5Si les militants produisaient au contraire des « discours marqués par l'esprit public », ils devaient pour leur part résister à la dévalorisation de la discussion émanant de responsables administratifs et de journalistes les poussant à s'exprimer dans le même registre que les bénévoles : « celui des gens qui ne s'engagent que parce qu'ils se préoccupent du sort de leur famille, qui ne s'expriment en public que pour défendre leurs intérêts et qui, de ce fait, se laissent convaincre lorsque les responsables publics leur disent que l'usine d'incinération ne présente aucun risque. » (p. 200) Nina Eliasoph s'est centrée sur les Communautés pour la Sécurité environnementale (CESE) globale qui essayaient d'empêcher la construction d'une usine d'incinération de déchets toxiques à Evergreen City. Se percevant comme « des citoyens démocratiques en République » (p. 202) valorisant les discussions guidées par l'esprit public, ces militants souhaitaient donner une impression de sérieux et de responsabilité et se démarquer ainsi du style radical faisant « resurgir quelques unes des pires craintes des Américains au sujet du militantisme » (p. 216). La difficulté à « figurer dans les journaux en tant que « citoyen responsable » » (p. 220), le dévouement et l'engagement personnel comptant plus aux yeux des journalistes que les principes défendus, ainsi que la croyance selon laquelle le public était égoïste et borné, les incitaient cependant à mettre l'accent sur leurs intérêts et craintes personnels ; cela ne pouvait toutefois pas servir le but recherché, à savoir amener à un débat public, ce « style maman » donnant « simplement l'impression que les militants avaient des intérêts dont on pouvait aussi peu débattre que ceux des grandes entreprises. » (p. 221). Les activistes étaient par ailleurs confrontés à la conception étroite de l'engagement citoyen véhiculée par les responsables de municipalités et des entreprises pour lesquels, à l'instar des bénévoles, « les citoyens devaient s'impliquer dans la résolution des problèmes locaux par un travail concret » (p. 224). Excluant toute discussion ouverte et faisant « tout leur possible pour préserver leur rôle de pourvoyeurs uniques d'informations » (p. 231), les fonctionnaires traitaient les questions des militants de base comme des demandes d'informations techniques. Les exposés et réponses officiels, largement fondés sur les données fournies par l'entreprise elle-même, étaient exprimés « dans un style technique et parfaitement maîtrisé » (p. 232) ; « dès l'instant que l'on n'avait pas affaire à un fait neutre et inerte, les officiels y voyaient une émotion » (p. 233). Face à cette attitude, « certains militants décidèrent que la seule façon pour eux de participer efficacement au débat public était de devenir eux-mêmes des experts » (p. 234), certains étant d'ailleurs « devenus des experts autodidactes après avoir consacré des années à étudier les problèmes écologiques locaux et le labyrinthe bureaucratique qui en a la surveillance » (p. 234-235). S'efforçant de parler en public comme des experts « par l'emploi d'un vocabulaire affecté, de tournures exagérément recherchées » (p. 235), ils imitaient ce que Dana Kaminstein appelle « la « parole toxique3 » : un discours officiel, technique, qui n'a nullement pour objet d'élargir les connaissances du public, mais qui est souverain pour couper court à toute conversation » (p. 236). Toutefois, ces militants se heurtaient alors à la censure de journalistes considérant que seuls les experts étaient « autorisés à utiliser le langage apparemment neutre et rationnel de la science et de la bureaucratie. Les citoyens étaient relégués au registre de l'égoïsme étroit et « passionné », et dévalorisés » (p. 238). S'ajoute le refus des officiels et des entreprises de divulguer la totalité des informations nécessaires à leur participation. L'auteur décrit également avec finesse la « manière habile de rendre invisible la citoyenneté active [qui] impliquait de donner l'impression que les officiels étaient toujours à l'origine des réunions, et [qui] supposait que personne ne découvre que les citoyens pouvaient changer les choses. » (p. 240) Face à ces verrous et à cette tendance des officiels à préserver leur monopole de la connaissance légitime de manière « souvent non intentionnelle, en partant simplement du principe que le débat public n'engendre aucune idée intéressante » (p. 241), Nina Eliasoph pointe l'importance de l'encouragement et de l'écoute d'institutions alternatives telles que Greenpeace ou d'autres groupes de lutte contre les déchets toxiques, dont la présence aidait les militants « à apprécier leur propre parole et leur participation politique » (p. 243).

  • 4 Fishkin J., Democracy and Deliberation, New Haven, Yale University Press, 1991.

6L'ouvrage se conclut par une réflexion plus théorique sur l'évaporation du politique dans l'espace public américain où, « paradoxalement, ce qui désigne clairement un contexte comme « public » est précisément le fait que la parole n'y est pas du tout tournée vers l'esprit public » (p. 273). Si cette volatilisation diffère selon les groupes et les contextes, « on retrouve toujours le même glissement : plus on parle à voix haute et plus l'assistance est nombreuse, moins les locuteurs sont prompts à méditer sur des questions mettant en cause la justice et le bien commun, à présenter des analyses historiques et institutionnelles, à critiquer les institutions, à inviter au débat, bref, à s'exprimer en se référant à l'esprit public » (p. 305). Et les contextes permettant aux personnes « d'exprimer librement leur mécontentement politique et leur curiosité pour la grande société » (p. 274) sont finalement rares. Défendant une conception dialogique de la pensée politique selon laquelle « c'est ensemble, et par la discussion, que les citoyens doivent élaborer leurs idées politiques, et cela implique qu'il existe des lieux où la conversation politique informelle puisse se produire au quotidien » (p. 279), Nina Eliasoph évoque certaines propositions, telles que le « sondage délibératif » de James Fishkin4, pour renforcer l'espace public, restaurer « une conversation politique large et ouverte [pouvant] potentiellement remettre en cause implicitement bien des formes injustes de pouvoir » et rétablir ainsi « la capacité de décider de ce qui se passe en public, de nous représenter à nos propres yeux, et de donner ensemble une signification au monde » (p. 314-315).

  • 5 Bellah R., Madsen R., Sullivan W., Swidler A., Tipton S., Habits of the Heart, Berkeley, University (...)
  • 6 Ces recherches, à rebours de l'approche théorique de Jürgen Habermas, permettent de décrire des « e (...)
  • 7 L'ouvrage de Camille Hamidi sur le cas des associations issues de l'immigration, atteste par exempl (...)
  • 8 Cf. Eliasoph N., Lichterman P., « Culture in Interaction », American Journal of Sociology, 2003, 10 (...)
  • 9 Sur celui-ci et sur l'intérêt heuristique d'une enquête pragmatique, interactionniste et contextuel (...)

7D'une lecture aisée et reposant sur une démonstration rigoureuse, cet ouvrage apporte beaucoup sur le plan empirique mais également d'un point de vue théorique et méthodologique. Fondé sur une enquête de terrain solide permettant d'éclairer d'un jour cru la démocratie et « l'art de s'associer » américains, il comprend des discussions serrées de nombreuses thèses et auteurs, démontant par exemple les analyses de l'individualisme expressif de Robert Bellah ou de l'éthique de l'authenticité de Charles Taylor5, les acteurs pouvant avoir en contexte un sens aigu du bien commun et de la responsabilité collective. Des concepts tels ceux de « politique » et d' « espace public » sont longuement discutés dans le premier chapitre ; l'auteur s'appuie sur des gender studies pour en prôner une définition large prenant en compte toutes les formes non organisées de vie publique, insister sur le rôle de la conversation et relativiser la frontière entre espaces public et privé6. L'apport est enfin méthodologique, cet ouvrage attestant l'intérêt d'une enquête pragmatique, interactionniste et contextuelle sur l'esprit civique, hormis certains partis pris regrettables, dont celui de ne pas prendre en compte les propriétés sociales des acteurs7. A cet égard, une préface ou une présentation critique de l'ouvrage aurait été bienvenue, d'autant que les analyses contextuelles et relationnelles de la culture de Nina Eliasoph et Paul Lichterman8 s'inscrivent dans un profond renouvellement des recherches sur la politisation, l'espace public, les pratiques civiques, l'engagement et l'action collective9 ; depuis la parution initiale de l'ouvrage en 1998, ce corpus théorique s'est ainsi considérablement étoffé. Mais ne boudons pas notre plaisir ; il faut saluer la traduction française de ce classique de la sociologie américaine, particulièrement opportune dans un contexte de désengagement des Etats et d'exaltation de vertus associatives censées participer d'un « renouveau de la société civile ».

Haut de page

Notes

1 Ouvrage issu d'une thèse, parue aux Etats-Unis en 1998 - cf. Eliasoph N., Avoiding Politics. How Americans Produce Apathy in Everyday Life, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

2 Selon ces analyses, les associations favoriseraient l' « esprit civique », l'apprentissage de la tolérance, un développement de la confiance, la socialisation à l'action collective, voire constitueraient des points de passage vers des engagements de type plus politique. Cf. notamment : Tocqueville A., De la démocratie en Amérique, Paris, Garnier-Flammarion, 1981; Almond G., Verba S., Civic Culture, Boston, Little Brown and Cie, 1965 ; Putnam R., Bowling Alone. The Collapse and Revival of American Community, New-York, Simon and Schuster, 2000.

3 Kaminstein D., « Toxic Talk », Social Policy, 19(2), 1988.

4 Fishkin J., Democracy and Deliberation, New Haven, Yale University Press, 1991.

5 Bellah R., Madsen R., Sullivan W., Swidler A., Tipton S., Habits of the Heart, Berkeley, University of California Press, 1985 ; Taylor C., The Ethics of Authenticity, Cambridge, Harvard University Press, 1991.

6 Ces recherches, à rebours de l'approche théorique de Jürgen Habermas, permettent de décrire des « espaces publics bien vivant, sentant la sueur et les passions », de pointer ainsi le rôle des sentiments et montrer que les efforts pour les tenir à l'écart de l'espace public « pourraient bien avoir contribué au déclin de celui-ci » (note 5, p. 21).

7 L'ouvrage de Camille Hamidi sur le cas des associations issues de l'immigration, atteste par exemple l'intérêt de concilier la perspective interactionniste avec une approche davantage centrée sur les individus prenant en compte les parcours, caractéristiques et dispositions différenciées. Cf. Hamidi C., La société civile dans les cités. Engagement associatif et politisation dans des associations de quartier, Paris, Economica, Etudes sociologiques, 2010.

8 Cf. Eliasoph N., Lichterman P., « Culture in Interaction », American Journal of Sociology, 2003, 108, 4, p. 735-794.

9 Sur celui-ci et sur l'intérêt heuristique d'une enquête pragmatique, interactionniste et contextuelle sur la « culture » des actions collectives, cf. Cefaï D., Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l'action collective, Paris, La Découverte, coll. Recherches, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Nina Eliasoph, L'évitement du politique. Comment les Américains produisent l'apathie dans la vie quotidienne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 30 août 2010, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1119

Haut de page

Rédacteur

Corinne Delmas

Professeure, université de Nantes, UFR de sociologie, Centre nantais de sociologie (UMR CNRS 6025).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page