Navigation – Plan du site

Romain Lecler, Sociologie de la mondialisation

Yohan Favreau
Sociologie de la mondialisation
Romain Lecler, Sociologie de la mondialisation, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2013, ISBN : 9782707169822.
Haut de page

Texte intégral

1La mondialisation est un sujet qui fait régulièrement l’actualité. En cette période de crise économique durable, elle cristallise surtout un ensemble de critiques puisqu’elle est rendue responsable directement ou indirectement des délocalisations, des évasions fiscales, de la montée du chômage et autres dérives que la porosité des frontières et la multiplication des échanges semblent permettre. Les différentes opinions publiques ont donc plus que jamais un regard plutôt négatif sur ce phénomène diffus qui regroupe un ensemble de sujets tels que les migrations, l’économie transnationale, les investissements directs à l’étranger (IDE), ou encore les pays émergents.

2Expliquant l’émergence de la notion de mondialisation sur trois plans — géopolitique, économique et technique, Romain Lecler met en avant trois facteurs clefs : la chute du mur de Berlin, l’essor des marchés financiers aux flux mondiaux, et l’Internet. À l’origine, la mondialisation a surtout été traitée à travers un prisme purement économique alors que l’auteur met en exergue un « processus multicausal et multidimensionnel ».

3L’un des intérêts de cet ouvrage est ainsi de proposer une approche globale et de regrouper plusieurs champs d’études, à l’opposé de ce qui se fait habituellement à travers un traitement du phénomène par grands champs disciplinaires tels que l’économie, l’histoire, la géographie ou bien encore la sociologie politique.

4Au cours de cinq chapitres, l’auteur traite en premier lieu de l’émergence de la notion avant de la remettre dans une perspective historique. Il replace ensuite la mondialisation sur un plan spatial avant de vérifier si ce phénomène est un facteur d’inégalités supplémentaires entre les hommes à travers leurs différences face à la possibilité de mobilité. Enfin, dans son dernier chapitre, l’auteur cherche à déterminer si la mondialisation est un facteur de reproduction culturelle ou de diversité.

5Avec un souci de rigueur et par une approche empirique, l’auteur fait preuve d’une certaine originalité en analysant plutôt les origines du terme et des discours de la mondialisation plutôt que les causes réelles ou supposées de l’apparition du phénomène. Il s’agit ici d’une « sociologie du discours de la mondialisation », des origines aux dernières interprétations.

6Le terme même de « mondialisation » est présenté comme relativement récent puisque son emploi s’est particulièrement développé dans les années 80 avant d’atteindre son apogée vers la fin des années 90. À partir de ce moment, le nombre d’articles publiés chaque année et faisant référence à la mondialisation a légèrement baissé, à l’inverse du nombre d’articles publiés ayant pour sujet l’altermondialisme.

7L’auteur met ensuite en lumière différents points de vue sur l’existence même du phénomène de mondialisation. Que ce soit la théorie de la modernisation du sociologue Giddens, la théorie du système-monde de l’historien Wallerstein ou celle de la compression espace-temps du géographe Harvey, toutes situent les débuts de la mondialisation jusqu’à il y a plusieurs siècles, remettant en cause l’idée selon laquelle la mondialisation serait un phénomène uniquement contemporain. L’auteur met cette notion en regard de l’existence de l’État-nation qui verrait son emprise diminuer sous l’effet de l’essor d’un monde globalisé. Néanmoins, le recours aux États pour favoriser les échanges à travers la création de normes standardisées indique plus une interaction entre États et mondialisation qu’un déclin des premiers sous l’effet de la seconde.

8Concernant la géographie du phénomène de mondialisation, deux grandes visions s’affrontent selon que l’on raisonne en flux transnationaux ou en ancrage local. L’auteur met en effet l’accent sur deux conceptions avec des notions d’échelle et de « ville globale ». L’un des résultats inattendus de la prise en compte de la mondialisation à l’échelle de la ville est le développement de villes « bidonville », car elles ont « absorbé deux tiers de l’augmentation de la population mondiale depuis 1950 », remettant quelque peu en cause l’idée de migration des campagnes vers les villes pour gagner en confort et en niveau de vie.

9La mondialisation est également régulièrement interrogée sur sa capacité à générer encore plus d’inégalités entre les individus. Une certaine élite capitaliste « déterritorialisée » partageant les mêmes codes et ayant suivi des parcours académiques similaires récolterait ainsi la majorité des fruits de la mondialisation tandis que les autres, plus pauvres, seraient comme « bloqués ». L’auteur met alors en avant les migrants qui occuperaient des emplois peu qualifiés, mais qui leur permettraient d’envoyer de l’argent à une famille restée sur place et parfois même à un village, bénéficiant de ce fait également de la mondialisation.  Il souligne aussi l’existence de véritables entrepreneurs qui traverseraient les frontières et bénéficieraient d’un réseau « communautaire » pour réussir dans les affaires. Ces derniers ne représentant toutefois qu’une minorité.

10Enfin la mondialisation a bien souvent été critiquée, car soupçonnée de favoriser l’émergence d’une culture universelle américaine qui tendrait à s’imposer aux autres comme une sorte de néocolonialisme. Or l’auteur souligne plutôt l’existence d’une résistance locale voire d’une influence réciproque des différentes cultures avec une adaptation aux coutumes du pays qui voit les produits de la mondialisation pénétrer ses frontières, comme dans une sorte de syncrétisme culturel.

11L’ouvrage se veut concret et rigoureux. Il apparaît clairement que l’auteur a souhaité construire son propos sur des études empiriques et des éléments tangibles qui peuvent parfois faire défaut dans d’autres ouvrages traitant de la mondialisation. Le point de vue de Romain Lecler est clairement de démontrer que le phénomène de mondialisation est un « syndrome » et qu’il ne peut souffrir de raccourcis malheureux pour être pleinement appréhendé.

12En fournissant également de nombreux repères bibliographiques, l’auteur invite le lecteur avide d’éléments de réflexions complémentaires à poursuivre ces recherches. La mondialisation est un thème en effet complexe et aux multiples interactions qu’un seul ouvrage, même bien documenté et argumenté, ne peut suffire à traiter.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yohan Favreau, « Romain Lecler, Sociologie de la mondialisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 09 avril 2013, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11206

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page