Navigation – Plan du site

Nathalie Dedessus-Le-Moustier, Florence Douguet, La santé au travail à l'épreuve des nouveaux risques

Hervé Polesi
La santé au travail à l'épreuve des nouveaux risques
Nathalie Dedessus-Le-Moustier, La santé au travail à l'épreuve des nouveaux risques, Editions Tec & Doc, coll. « Sciences du risque et danger », 2010, EAN : 9782743012359.
Haut de page

Texte intégral

1La santé au travail est longtemps restée en France une affaire privée. Bien que le traitement des questions de santé au travail puisse être collectif, notamment dans le registre de la prévention, il a principalement été considéré comme ne relevant que de l'univers clôt de l'entreprise, avec l'ensemble des acteurs de ce monde-ci : employeur, salariés, médecin du travail, éventuellement partenaires sociaux. Ce positionnement avait notamment pour conséquence l'existence d'une frontière relativement imperméable entre la préoccupation de santé publique et les questions de santé au travail. Sur une période récente, cet isolement relatif de la santé au travail a été sérieusement entamé par différents moments qui ont amené la lumière des médias et, dans une moindre mesure, l'intérêt des citoyens et des pouvoirs publics, à éclairer sous un nouveau jour des problématiques pourtant anciennes : les conséquences sur la santé de l'exposition à l'amiante est l'exemple archétypique de la question qui a amené une nouvelle prise en compte publique des questions de santé au travail. Dans une moindre mesure, la médiatisation de suicides sur le lieu de travail participe également de cette évolution.

2La sociologie, et principalement la sociologie du travail, a également longtemps négligé cet aspect si particulier du travail : la question de la mise en danger de soi par l'exercice d'une activité salariée est aujourd'hui nettement plus présente dans la littérature. Il faut cependant reconnaître la difficulté qu'il y a à travailler un objet aussi complexe que la santé et les relations entre santé et travail : la dépendance par rapport à d'autres professionnels (médecins, ergonomes, juristes) est importante et peut entraver l'entrée dans un champ complexe. Cette transdisciplinarité nécessaire est une des valeurs de l'ouvrage coordonné par Nathalie Dedessus-Le-Moustier et Florence Douguet, La santé au travail à l'épreuve des nouveaux risques. Nous ne passerons pas en revue la liste des auteurs et de leurs qualifications : signalons simplement que les personnes réunies dans cette publication de 297 pages des éditions Tec & Doc ont en commun un intérêt fort de compréhension et de partage.

3Le titre retenu peut être trompeur : bien que les nanoparticules ou les nouvelles technologies de l'information et de la communication aient leur place parmi les thématiques traitées, tous les risques évoqués ne sont pas nouveaux. Même en glosant sur la notion de nouveauté, il serait difficile de faire passer la consommation d'alcool comme un nouveau risque. En revanche, tant la démarche de l'ouvrage que l'esprit d'ensemble dans lequel sont approchés les questions de santé au travail relèvent de la nouveauté. Au fil des quatre parties structurant l'ouvrage, c'est le regard porté en commun qui dépasse des frontières convenues et permet de saisir les enjeux d'évolution de l'expertise dont traite la contribution de l'Emmanuel Henry, « La reconfiguration de l'expertise en santé au travail : vecteur de transformation de l'action publique ? ».

4Ne citer que cette contribution n'est pas faire honneur aux autres, qui le méritent toutes largement. Simplement, je ne souhaite pas faire ici l'inventaire du contenu de l'ouvrage, par ailleurs très bien présenté par Vincent Grosjean dans l'introduction. Ce sur quoi je voudrais en revanche mettre l'accent tient dans les tous derniers mots de la présentation de l'ouvrage en quatrième de couverture : il est écrit qu'il s'adresse à un certain nombre de lectorats, « ainsi qu'à tout lecteur intéressé par ces débats ». Ce livre est intéressant et accessible : tout salarié devrait pouvoir prendre le temps et se donner la peine de le parcourir ces pages. Bien entendu, chacun, selon sa culture, rencontrera ici ou là une difficulté face à un objet inhabituel pour lui, comme par exemple les notations mathématiques proposées par Bénédicte Berthe, économiste. Mais ces écueils ne sont que passagers et n'obèrent en rien la qualité du propos ; pour revenir sur l'exemple des notations mathématiques, il faut savoir les passer pour découvrir que le propos de la contribution reste limpide, même pour celui qui n'entend rien aux mathématiques, et que la culpabilisation du salarié, puisque tel est l'objet dont traire Bénédicte Berthe, est un sujet tout-à-fait pertinent et qui éveillera des échos chez bien des lecteurs.

5La plupart des citoyens français travaillent (passé, présent ou futur), et une part non négligeable et difficilement quantifiable d'entre eux - d'entre nous, il y a des universités ou la souffrance au travail est une réalité observée et documentée - ont laissé un peu de leur santé au travail. L'objet d'étude que constitue la santé au travail est pleinement légitime, particulièrement dans cette transdisciplinarité qu'illustre La santé au travail à l'épreuve des nouveaux risques, mais plus encore il devrait s'agir d'une question politique majeure : ne soyons pas naïfs, cela n'arrivera que si les travailleurs s'emparent également eux-mêmes de cette préoccupation et sont en mesure de participer aux débats à la réflexion. L'ouvrage, que j'invite chacun à lire, n'est pas un traité ou un manuel de santé au travail : c'est outil pour le débat, un outil pour penser la sauvegarde de soi et des siens dans l'activité laborieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Polesi, « Nathalie Dedessus-Le-Moustier, Florence Douguet, La santé au travail à l'épreuve des nouveaux risques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 31 août 2010, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1121

Haut de page

Discipline

Droit

Économie

Histoire

Psychologie - sciences cognitives

Science politique

Sociologie

Haut de page

Rédacteur

Hervé Polesi

Chargé d'études en santé publique à l'ORS Alsace et doctorant au sein du laboratoire Cultures et sociétés en Europe (CNRS/Université de Strasbourg)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page