Navigation – Plan du site

Bertrand Hervieu & François Purseigle, Sociologie des mondes agricoles

Frédéric Nicolas
Sociologie des mondes agricoles
Bertrand Hervieu, François Purseigle, Sociologie des mondes agricoles, Paris, Armand Colin, coll. « U Sociologie », 2013, 318 p., ISBN : 978-2-200-35440-4.
Haut de page

Texte intégral

1Le manuel de Bertrand Hervieu et François Purseigle se fixe comme objectif de questionner l'héritage de la sociologie rurale au prisme d'un constat liminaire : celui du nécessaire renouvellement des outils des sociologues face aux nouveaux enjeux que connaissent les agriculteurs. La sociologie rurale s'est en effet construite comme discipline en même temps que s'est modernisée l'agriculture. Mais le caractère naturel de cet objet — l'étude des conséquences de la modernisation agricole — se trouve aujourd'hui remis sur le métier par un ensemble de processus dont les auteurs proposent une lecture stimulante. Ainsi, les six chapitres qui composent l'ouvrage reviennent chacun sur les acquis de la discipline, et sur les pistes de recherche développées récemment ou qui pourraient être développées dans les années à venir.

2Le premier chapitre propose un « regard cavalier » sur la manière dont les fondateurs de la sociologie ont envisagé les questions rurales et agricoles. Il permet également de comprendre comment l'influence de disciplines voisines (histoire, ethnologie, géographie, etc.) a permis d'orienter la sociologie rurale naissante dans quatre directions qui se sont depuis imposées comme des régularités des travaux de sociologie des mondes agricoles : la pluridisciplinarité, la combinaison d'approches monographiques et idéale-typiques, la propension à penser les mondes agricoles de manière comparative ou dans leur contexte international, et, enfin, la centralité de la réflexion sur la place des paysans dans les sociétés occidentales. Ce retour sur les fondements de la discipline permet en outre de revenir sur l'impact de deux grands principes qui structurent les mondes agricoles, soit l'opposition ville-campagne et la conversion de l'agriculture au capitalisme (appelée communément « modernisation »). Ce retour sur les fondements de la sociologie rurale permet enfin aux auteurs de souligner l'importance du lien entre la discipline — la sociologie des mondes agricoles — et son objet — les mondes agricoles. Bertrand Hervieu et François Purseigle rappellent, à juste titre, que la sociologie des mondes agricoles est comme la sociologie des religions : confrontée à la menace de la « disparition » de son objet. Cela a pour conséquence principale l'émergence d'approches que l'on pourrait qualifier de « patrimonialisantes » (« la déploration d'une dissolution annoncée du monde paysan ») d'un côté, et « normatives » (« réflexions sur les moyens à mettre en œuvre pour éviter cette disparition ») de l’autre.

  • 1  Entre 1962 et 1967 a été mené sous la direction d'Henri Mendras un « inventaire et typologie  des (...)
  • 2  Mendras Henri, La fin des paysans, Paris, Sedeis-Futuribles, 1967.
  • 3  Mendras Henri, Études de sociologie rurale. Novis et Virgin, Paris, Armand Colin, 1953.
  • 4  Les auteurs font remonter la naissance de la sociologie rurale en France au colloque « Villes et C (...)
  • 5  Voir le bilan de la controverse opposant les « fonctionnalistes » aux « marxistes » proposé par le (...)
  • 6  Œuvre d’Henri Lefebvre dont nous pouvons retenir la méthode régressive-progressive et la théorie d (...)
  • 7  Marcel Maget apportent à la sociologie rurale les « thématiques de l'interconnaissance, du rôle de (...)
  • 8  Pierre Bourdieu nous montre comment le célibat — qui participait auparavant de stratégies de prése (...)
  • 9  Wylie Laurence, Village in the Vaucluse, Cambridge, Harvard University Press, 1974 (3e éd.).
  • 10  La trilogie du sauvage, du paysan et de l'agriculteur de Robert Redfield fait ainsi l’objet d’une (...)
  • 11  Jollivet Marcel, Sociétés paysannes ou luttes de classe au village, Paris, Armand Colin, 1974, p.  (...)

3Le second chapitre, intitulé « Le village comme société paysanne », revient sur les travaux « classiques » de la sociologie des mondes agricoles, en en proposant une synthèse stimulante en même temps qu'en fournissant des éléments de contexte qui permettent de comprendre la sociogenèse des questionnements qui sont propres à ces travaux. La figure d'Henri Mendras — à qui l'ouvrage est dédié — occupe naturellement une position centrale puisqu'il a fourni à la discipline ses enquêtes les plus documentées1, ses hypothèses les plus reprises et les plus discutées2, ainsi que ses méthodes les plus utilisées (la monographie villageoise notamment3). Mais le mérite des auteurs est également de permettre aux lecteurs de comprendre que la sociologie rurale ne se limite pas à la sociologie mendrassienne : elle est dès sa naissance en 19514 le fruit d'influences disciplinaires et théoriques diverses (qui feront d'ailleurs émerger la « controverse » au cœur de la sociologie rurale mendrassienne elle-même5). Les œuvres d'Henri Lefebvre6, Marcel Maget7, Pierre Bourdieu8 ou encore d'auteurs anglo-saxons comme Laurence Wylie9 et Robert Redfield10 sont envisagées comme des « détours » obligatoires par les auteurs, qui insistent de cette manière autant sur la pluralité des mondes agricoles que sur la nécessité de multiplier les points de vue sur ceux-ci. Reprenant à leur compte le constat de Marcel Jollivet selon lequel « les campagnes ont cessé d'être une réserve de paysans pour devenir une réserve d'espaces»11, Bertrand Hervieu et François Purseigle mettent ainsi habilement en lumière la manière dont les espaces ruraux ont été convoités d'abord pour leur population « majoritaire », les paysans, disputés comme clientèle électorale par les républicains et les conservateurs ; puis comme espaces à aménager — aussi bien dans le cadre utopiste des mouvements de retour à la terre que dans celui aménagiste, qui a abouti à une forme de patrimonialisation de la nature (parcs naturels régionaux et nationaux).

  • 12  Caractérisées notamment par le poids du père dans la conduite de l’activité autant que par l’entre (...)
  • 13  Faure Alain, Gerbaux, F., Muller P., Les entrepreneurs ruraux : agriculteurs, artisans, commerçant (...)
  • 14  Jobert Bruno, Muller P., « Deux exemples de politiques sectorielles. Grands corps et professions f (...)
  • 15  Servolin Claude, « L’absorption de l’agriculture dans le mode de production capitaliste », in Tave (...)
  • 16  Blanc Michel & al., « L’agriculture française est-elle encore familiale ? », in Coulomb Pierre, De (...)

4Le troisième chapitre est quant à lui consacré à l’objet central de la sociologie des mondes agricoles de l’après-guerre, à savoir la modernisation agricole, dans sa dimension technique (la production et la diffusion de l’innovation principalement) mais surtout sociale (l’exode rural et la persistance du caractère familial de l’activité agricole). Alors que la France rurale se transforme en France rurale paysanne au milieu du XIXe siècle, et de France rurale paysanne en France rurale agricole au lendemain de la Seconde guerre mondiale, la dimension familiale de l’activité agricole est comme le rappellent fréquemment les auteurs une constante des mondes agricoles. La force de l’ouvrage est pourtant de ne pas réifier cette constante et d’en comprendre les mécanismes de production et d’appropriation, notamment par la jeunesse agricole modernisatrice (la Jeunesse Agricole) dont un des leitmotiv était avec la nécessité de se former, la nécessité de s’affranchir des formes familiales d’agriculture les plus oppressantes12. Le passage de la ferme familiale à l’exploitation agricole, qui correspond à l’émergence d’un référentiel modernisateur13 et/ou professionnel14 ne correspond ainsi pas tant à la disparition de la famille agricole qu’au renouvellement de ses formes sous l’impact de différents processus tels que la féminisation des chefs d’exploitation, le vieillissement des populations agricoles, l’émergence de formes sociétaires (GAEC, etc.) ou pluriactives d’agriculture. Bien que constituée en « anomalie » par les « lois économiques », l’exploitation familiale — qui ne vise pas à « rémunérer un capital mais [à] reproduire le producteur et sa famille »15 — demeure une réalité, à défaut d’être un invariant, dont la formule de Michel Blanc & al. résume le paradoxe : « l’agriculture est aujourd’hui d’autant plus familiale que les familles sont moins agricoles »16. Le chapitre se termine ainsi sur le constat que de nouvelles formes d’agriculture et d’organisation du travail agricole invitent la sociologie des mondes agricoles « à mettre en perspective ces formes familiales d’agriculture persistantes et elles-mêmes en continuelle évolution et diversification », ce que les auteurs font dans le sixième et dernier chapitre.

  • 17  Rémy Jacques, « Qui est agriculteur ? », in Coulomb Pierre, Delorme H., Hervieu B., Jollivet M., L (...)

5Avant cela, le quatrième chapitre du manuel fait état des travaux qui questionnent l’unité des mondes agricoles, tandis que le cinquième chapitre donne aux auteurs l’occasion de s’intéresser aux manières dont malgré tout, « une expression commune à ce milieu professionnel subsiste» à travers notamment les quatre « grands » ou piliers de « la profession » : la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA), les Jeunes Agriculteurs (JA), la Confédération Nationale de la Mutualité, de la Coopération et du Crédit Agricoles (CNMCCA) et l’Association Permanente des Chambres d’Agriculture (APCA). Si la diversité des mondes agricoles est attestée par des variables simples (différences de revenus entre les plus riches et les plus pauvres, attitudes face à l’innovation, taux d’équipement, etc.), elle se manifeste aujourd’hui principalement à travers le rôle que la société donne à l’agriculture. C’est ce que nous rappellent Bertrand Hervieu et François Purseigle dans le quatrième chapitre en soulignant que de la redéfinition des rapports entre l’homme, l’animal et le végétal, induite par de nombreuses avancées scientifiques depuis la Seconde guerre mondiale, émergent de nouveaux rôles pour l’agriculture et les agriculteurs. La « mission nourricière », si elle reste principale pour la profession agricole, est aujourd’hui « concurrencée » par une mission environnementale (production d’externalités positives tels que le paysage, l’énergie, etc.), incarnée dans des dispositifs censés la rémunérer. Il en ressort de nouvelles définitions de « qui est agriculteur » et de nouveaux systèmes de classements dont la profession — c’est-à-dire l’« ensemble sur lequel porte la politique agricole »17 — se fait le censeur et le courtier. Ainsi, bien que l’objectif de l’encadrement agricole ait été de « mettre les agriculteurs à parité avec le reste de la société», les auteurs constatent et démontrent comment paradoxalement l’émergence de la profession d’agriculteura participé à la construction et au renforcement d’un « isolat repérable » d’un point de vue institutionnel et du point de vue de ses systèmes de représentation (appartenance religieuse, normativité sexuelle, centralité du travail, vote à droite etc.).

  • 18  Voir la page 246 pour une synthèse graphique de la typologie.
  • 19  Familiale : paysanne (1.1), diversifiée pluriactive et territoriale (1.2), spécialisée et standard (...)

6La propension de la sociologie à faire reposer l’analyse des mondes agricoles sur des typologies est confirmée autant que réactualisée dans le dernier chapitre du manuel. Elle est confirmée en ce sens que la typologie proposée des « formes d’organisation sociale de la production en agriculture dans la période contemporaine »18 constitue une actualisation de la typologie proposée « en son temps » par Mendras (sauvage, paysan, agriculteur). Les auteurs isolent ainsi trois grands types d’agriculture (familiale, de firme et de subsistance) qu’ils déclinent selon leurs différentes modalités19. Mais cette typologie est réactualisée en ce sens que ces catégories ne sont en rien réifiées et supports de propositions normatives ou patrimonialisantes, mais qu’elles constituent au contraire des pôles d’un espace de luttes dont les forces de tension sont tout autant héritées (enjeux du foncier, de la transmission, du caractère familial de l’activité etc.) que renouvelées (enjeux de la financiarisation, de la production de services environnementaux, etc.).

  • 20  L’ensemble du programme de recherche formulé en conclusion vaudrait à lui seul une discussion plus (...)

7Ainsi, un des apports de l’ouvrage tient dans le constat de la nécessaire prise de distance vis-à-vis d’un modèle théorique surplombant qui consisterait à expliquer la disparition des paysanneries. Un décentrement du regard vers les agricultures des Suds — qui caractériserait une « sociologie des mondes agricoles dans la globalisation » — permet par exemple de se rendre compte que non seulement les paysanneries ne disparaissent pas, mais qu’elles se complexifient et qu’elles doivent être saisies en prenant pour point de départ de l’analyse (et non comme objectif de l’analyse) une démarche typologique fine. C’est à partir de cette démarche typologique que l’enquête sociologique doit permettre de confirmer ou d’infirmer les hypothèses et thèses soutenant le modèle théorique. C’est finalement à une sociologie des mondes agricoles très wébérienne à laquelle nous invitent Bertrand Hervieu et François Purseigle. Les auteurs, pour qui l’héritage mendrassien est digéré avec érudition, intelligence et distance critique, ne donnent de cette façon pas seulement à voir l’état d’une sous-discipline de la sociologie, mais proposent les modalités de son renouvellement, à travers un programme de recherche explicitement formulé en conclusion20, mais dont la riche substance imprègne habilement l’ensemble de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1  Entre 1962 et 1967 a été mené sous la direction d'Henri Mendras un « inventaire et typologie  des sociétés rurales françaises », dont Bertrand Hervieu et François Purseigle proposent un bilan de la page 77 à la page 83, soulignant que la monographie a constitué dès le départ une « entreprise collective et le projet [structurant] de la discipline ».

2  Mendras Henri, La fin des paysans, Paris, Sedeis-Futuribles, 1967.

3  Mendras Henri, Études de sociologie rurale. Novis et Virgin, Paris, Armand Colin, 1953.

4  Les auteurs font remonter la naissance de la sociologie rurale en France au colloque « Villes et Campagnes », organisé en 1951 par le Centre d'études sociologiques (CES).

5  Voir le bilan de la controverse opposant les « fonctionnalistes » aux « marxistes » proposé par les auteurs de la page 88 à la page 92. On peut également se reporter à Jollivet Marcel, « Un temps fort de la sociologie rurale française », Études rurales, n° 183, pp. 67-82.

6  Œuvre d’Henri Lefebvre dont nous pouvons retenir la méthode régressive-progressive et la théorie de la rente foncière : pp. 58-63.

7  Marcel Maget apportent à la sociologie rurale les « thématiques de l'interconnaissance, du rôle des parentèles et de la difficulté à diffuser le changement technique» (pp. 48-52).

8  Pierre Bourdieu nous montre comment le célibat — qui participait auparavant de stratégies de préservation du patrimoine familial et qui était de ce fait « choisi » — devient avec la phase de modernisation agricole une condition subie et une conséquence de la perte de valeur du paysan sur le marché matrimonial. Pierre Bourdieu montre également que l’intériorisation de leur propre domination par les paysans en fait une « classe-objet » (pp. 63-68).

9  Wylie Laurence, Village in the Vaucluse, Cambridge, Harvard University Press, 1974 (3e éd.).

10  La trilogie du sauvage, du paysan et de l'agriculteur de Robert Redfield fait ainsi l’objet d’une reprise par Mendras.

11  Jollivet Marcel, Sociétés paysannes ou luttes de classe au village, Paris, Armand Colin, 1974, p. 230.

12  Caractérisées notamment par le poids du père dans la conduite de l’activité autant que par l’entremêlement de la vie familiale et la vie professionnelle.

13  Faure Alain, Gerbaux, F., Muller P., Les entrepreneurs ruraux : agriculteurs, artisans, commerçants, élus locaux, Paris, L’Harmattan, 1989.

14  Jobert Bruno, Muller P., « Deux exemples de politiques sectorielles. Grands corps et professions face aux politiques », in Jobert B. & Muller P. (dir.), L'État en action. Politiques publiques et corporatisme, Paris, PUF, 1987, pp. 79-118 ; Rémy Jacques, « Qui est agriculteur ? », in Coulomb Pierre, Delorme H., Hervieu B., Jollivet M., Lacombe P. (dir.), Les agriculteurs et la politique, Paris, Presses de la FNSP, 1990, pp. 257-265.

15  Servolin Claude, « L’absorption de l’agriculture dans le mode de production capitaliste », in Tavernier Y., Gervais M., Servolin C. (dir.), L’univers politique des paysans dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, 1972, p. 59.

16  Blanc Michel & al., « L’agriculture française est-elle encore familiale ? », in Coulomb Pierre, Delorme H., Hervieu B., Jollivet M., Lacombe P. (dir.), Les agriculteurs et la politique, Paris, Presses de la FNSP, 1990, p. 323.

17  Rémy Jacques, « Qui est agriculteur ? », in Coulomb Pierre, Delorme H., Hervieu B., Jollivet M., Lacombe P. (dir.), Les agriculteurs et la politique, Paris, Presses de la FNSP, 1990, p. 264.

18  Voir la page 246 pour une synthèse graphique de la typologie.

19  Familiale : paysanne (1.1), diversifiée pluriactive et territoriale (1.2), spécialisée et standardisée (1.3), sociétaire (1.4). De firme : par délégation (2.1), financière (2.2), souverainiste (2.3). De subsistance : paupérisée (3.1), sans terre prolétarisés (3.2), exilé de l’intérieur (3.3).

20  L’ensemble du programme de recherche formulé en conclusion vaudrait à lui seul une discussion plus fournie : nous ne pouvons ici que renvoyer à la lecture de ces propositions stimulantes (pp. 267-273).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Nicolas, « Bertrand Hervieu & François Purseigle, Sociologie des mondes agricoles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11226

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Nicolas

Doctorant en science politique à l’IEP de Toulouse, rattaché au Laboratoire des sciences sociales du politique (LaSSP, EA 4715), et à l’Université Laval de Québec, rattaché au Groupement de recherche sur les institutions et les mouvements sociaux (GRIMS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page