Navegación – Mapa del sitio

Antoine Idier, Dissidanse rose. Fragments de vies homosexuelles à Lyon dans les années 70

Lilian Mathieu
Dissidanse rose
Antoine Idier, Dissidanse rose. Fragments de vies homosexuelles à Lyon dans les années 70, Lyon, Éditions Michel Chomarat, 2012, 164 p., ISBN : 2908185954.
Inicio de página

Texto completo

  • 1  Voir par exemple George Chauncey, Gay New York, Paris, Fayard, 2003.

1L’ambition initiale de cet ouvrage était aussi originale qu’utile en regard d’une histoire de l’homosexualité qui s’intéresse avant tout aux grandes capitales occidentales1 : prendre pour objet la sociabilité homosexuelle d’une agglomération de province, en l’occurrence Lyon, où la question de l’exposition au stigmate se pose dans des termes spécifiques. La période abordée était elle aussi tout à fait pertinente : les années 1970 sont, on le sait, celles de l’émergence d’une expression publique renouvelée de l’homosexualité au travers de différents mouvements revendicatifs, mais aussi de la mise en place d’un secteur commercial de la sociabilité et des loisirs homosexuels. Pour autant, l’ouvrage apparaît à bien des égards décevant, faute d’avoir cherché à produire de véritables analyses sur la base des faits collectés.

  • 2  Erving Goffman, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1975.

2Car Antoine Idier a indéniablement su récolter d’importantes données sur la vie homosexuelle (mais, il faut le préciser d’emblée, ici exclusivement masculine) lyonnaise des années 1970. Mobilisant surtout de riches archives (principalement celles du Fonds Chomarat déposées à la Bibliothèque municipale de Lyon) et une série d’entretiens avec des protagonistes directs, l’auteur évoque en sept chapitres les principaux sites (pissotières, établissements comme la Petite taverne ou le Cercle André Gide) et enjeux structurants (rumeurs, répression, ghetto, mobilisations…) d’une sociabilité qu’on n’appelait pas encore gaie. L’iconographie qui accompagne le livre donne une idée très concrète d’un univers qui se déploie dans ce que Goffman appelait des lieux retirés2, dans lesquels les stigmatisés se sentant affranchis du regard des normaux s’autorisent à développer rites et codes spécifiques où la dérision des normes est de rigueur. Les photos des fêtes (élections de « miss », spectacles de travestis…) de ce lieu central que fut le bar de nuit la Petite taverne donnent une image de l’exubérance de la vie homosexuelle de l’époque, tandis que la reproduction de publications du Groupe de libération homosexuelle de Lyon donnent une idée de la teneur des débats qui agitent alors la sphère militante.

3La déception naît de ce que ce matériau est plus exposé qu’analysé. Sans doute que des contraintes éditoriales, et le souci de toucher un public plus large que celui des publications académiques, ont incité l’auteur à éliminer de son livre tout ce qui pouvait trop pesamment évoquer le mémoire universitaire d’où il est tiré. Mais à trop alléger son écriture, l’ouvrage a perdu une large part de sa substance. Chaque chapitre est ainsi divisé en deux parties. La première livre un bref exposé du thème traité tandis que la seconde consiste en des retranscriptions d’entretiens avec des protagonistes. Outre que l’on aurait aimé en savoir plus sur ces enquêtés trop brièvement présentés, ces entretiens n’apportent bien souvent rien de significativement nouveau puisqu’ils forment une des bases de la première partie du chapitre.

  • 3  Norbert Elias, avec John L. Scotson, Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997.
  • 4  Michaël Pollak, « L’homosexualité masculine ou : le bonheur dans le ghetto ? », Communications, n° (...)

4Un effort de contextualisation à la fois temporelle et géographique aurait pourtant permis, sans nécessairement l’alourdir, d’approfondir un propos principalement descriptif et qui en reste à la surface des phénomènes. Il en est ainsi, par exemple, de l’inscription de la lutte homosexuelle dans le sillage de Mai 68 qu’évoque un des témoins, Jean-Paul, qui dit avoir alors découvert la lutte des classes et le tiers-mondisme en fréquentant une personnalité intellectuelle lyonnaise de l’époque, l’amie de Sartre et de Foucault Jeannette Colombel. Aucune explication n’est fournie sur l’échec de l’impulsion d’un Front homosexuel d’action révolutionnaire à Lyon au début des années 1970 et sur pourquoi il a fallu attendre le milieu de la décennie pour voir se constituer, cette fois avec succès, un Groupe de libération homosexuelle. De même les liens avec les autres mouvances militantes sont-ils simplement signalés alors qu’ils apparaissent décisifs pour certaines personnalités aux engagements multiples. La question des rapports avec les lesbiennes alors investies au sein du féminisme lyonnais aurait mérité davantage de place pour rendre compte d’un mouvement homosexuel dominé par les hommes. L’importance des rumeurs d’agressions, voire de meurtres, d’homosexuels venus draguer dans les pissotières aurait certainement bénéficié du double éclairage du Goffman de Stigmate et du Norbert Elias de Logiques de l’exclusion3 pour rendre compte du statut d’un groupe marginal dont la sociabilité se développe dans les interstices du monde des « établis ». La question de la répression policière méritait davantage d’explications, tant elle paraît sélective et dépendante des relations entretenues entre les homosexuels (et surtout ceux, parmi eux, qui font figure d’entrepreneurs en sociabilité homosexuelle) et les autorités publiques. L’arbitraire homophobe qui paraît présider à certaines rafles dans les pissotières paraît ainsi compensé par les relations négociées que les établissements sont à même de tisser avec la préfecture, leur permettant par exemple d’obtenir des autorisations d’ouverture de nuit. Enfin, la question de la commercialisation des modes de vie gais à la fin de la décennie et son entrée en tension avec la logique militante qui l’a précédée auraient gagné à être abordées en regard des réflexions fondatrices de Michaël Pollak4, dont on s’étonne qu’elles soient totalement absentes de la bibliographie. Portant sur les modes de vie des homosexuels masculins de la période traitée par l’ouvrage, ce texte de référence aurait permis de donner une portée plus large à l’étude d’Antoine Idier en lui permettant de faire ressortir les spécificités d’une grande agglomération de province. Pollak ayant été un pionnier de l’étude des liens entre homosexualité masculine et sida, on regrettera que l’ouvrage n’évoque à aucun moment la terrible épidémie qui, à peine l’homosexualité totalement dépénalisée après l’élection de Mitterrand, allait en grande partie dévaster la « subculture » gaie au début des années 1980 tout en impulsant une nouvelle forme de militantisme homosexuel.

5Les critiques adressées à cet ouvrage sont celles qui résultent d’un regard de sociologue, frustré de n’y avoir trouvé que des esquisses sommaires là où il espérait un portrait détaillé. Ce regard sociologique n’est cependant pas le seul qu’il soit possible de porter sur un livre dont la principale ambition n’est pas d’ordre scientifique et qui se présente explicitement comme une réunion de fragments. Ce que l’on retiendra comme une de ses principales qualités est, par son iconographie, de faire plonger le lecteur dans un monde social en grande partie disparu tant sont importantes les transformations qu’ont, depuis, connu tant l’identité homosexuelle que les modes de vie gais des grandes agglomérations.

Inicio de página

Notas

1  Voir par exemple George Chauncey, Gay New York, Paris, Fayard, 2003.

2  Erving Goffman, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1975.

3  Norbert Elias, avec John L. Scotson, Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997.

4  Michaël Pollak, « L’homosexualité masculine ou : le bonheur dans le ghetto ? », Communications, n° 35, 1982, p. 37-55.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Lilian Mathieu, « Antoine Idier, Dissidanse rose. Fragments de vies homosexuelles à Lyon dans les années 70 », Lectures [En línea], Reseñas, 2013, Publicado el 15 abril 2013, consultado el 22 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11253

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página