Navigation – Plan du site

Guillaume Garcia, La cause des "sans". Sans-papiers, sans-logis, sans-emploi à l'épreuve des médias

Abdou Rahim Sow
La cause des "sans"
Guillaume Garcia, La cause des "sans". Sans-papiers, sans-logis, sans-emploi à l'épreuve des médias, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2013, 285 p., ISBN : 978-2-7535-2163-6.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage de Guillaume Garcia met en lumière les nombreuses difficultés auxquelles sont exposés d’une part les journalistes de TF1 et de France 2 quant à leur manière de couvrir les revendications liées au mal-logement, au chômage et à l’immigration, et d’autre part les militants d’associations qui tentent de se frayer un chemin au-devant de la scène publique et politique à travers des stratégies d’actions collectives. Pour mieux comprendre ces dynamiques interactionnelles, l’auteur part du postulat selon lequel il existerait une période où les médias se sont intéressés plus largement aux grandes questions sociétales, en l’occurrence le chômage, l’immigration irrégulière et le mal-logement. Cette période, située entre 1990 et 2002, est marquée par un certain nombre d’événements : le mouvement des sans-logis de la rue du Dragon à l’hiver 1994-1995, le mouvement des sans-papiers de Saint-Bernard à l’été 1996, ou encore le mouvement des chômeurs à l’hiver 1997-1998. Guillaume Garcia oriente sa problématique autour de deux questionnements : à quelles conditions, et dans quelle mesure, les rencontres entre journalistes et porte-parole des groupes mobilisés sont-elles possibles ? Comment ces causes sont-elles (re-)traduites sous l’effet de leur médiatisation ?

  • 1  Préface de Jacques Gerstlé, professeur au département de science politique Université Paris 1-Pant (...)

2La méthodologie proposée dans cet ouvrage relève du protest paradigm, c’est-à-dire de l’étude du traitement médiatique de l’actualité et ses conséquences1. Concrètement, l’auteur est parti d’une analyse de contenus de l’information et d’une analyse des (dis)positions des acteurs. Guillaume Garcia a collecté deux types de matériaux : le premier consiste en « discours » médiatiques émis à propos des questions de logement, d’immigration et d’emploi ; le second provient d’une recherche de terrain menée entre 2003 et 2004. L’auteur a réalisé une trentaine d’entretiens semi-directifs avec des journalistes-reporters et des chefs de services ayant été confrontés aux questions de logement, d’immigration et d’emploi, et d’autre part avec les principaux leaders ou porte-parole des organisations de sans.

3Dans le premier chapitre, Garcia analyse ses données à l’aide d’outils statistiques et montre une courbe évolutive des topiques de l’immigration, du chômage et du mal-logement entre 1990 et 2002. Corrélativement, il analyse et compare le rôle des médias sur l’orchestration des informations. Par exemple, l’auteur montre qu’en 2001, TF1 était la première chaîne à médiatiser la crise liée au logement, tandis qu’en 1996, France 2 se positionnait alors en tête. Sur l’immigration et l’emploi, il observe un écart plus important car, entre 1991 et 1996, TF1 diffusait ces deux évènements et restait en première position derrière France 2. Selon l’auteur, les pics observés dans les médias sont liés à un ensemble d’évènements, notamment « les politiques répressives » contre les étrangers, initiées par le ministre Pasqua, les mesures impulsées par Sarkozy sur les questions d’immigration irrégulière autour du démantèlement policier des réseaux de travail clandestin, ou du contrôle douanier des flux de populations aux frontières.

4Dans le deuxième chapitre, Garcia met en exergue les déterminations structurelles sous-jacentes au rapport d’une part entre les collectifs de sans, et d’autre part les journalistes. Les freins au développement des performances communicationnelles tiennent autant à la faiblesse des ressources mobilisables à cette fin, elles-mêmes liées à la précarité constitutive de ces groupements, qu’à des modes d’organisation peu adaptés à la gestion des relations avec les médias (p. 56). Mais les professionnels des médias connaissent aussi des freins qui portent sur « les dispositifs pratiques et symboliques » qui encadrent l’exercice de la profession journalistique, au moins des grandes chaînes généralistes comme TF1 et France 2. Par ailleurs, il existerait des marques distinctives des collectifs de sans. Ces marques permettent d’identifier les positionnements de chaque militant au sein du groupe. La position qu’occupent plus spécifiquement au sein de ce milieu associatif, les divers collectifs de sans, permet de tracer une frontière bien qu’assez schématique, entre deux pôles organisationnels : un pôle réformiste et un pôle contestataire. La proximité vis-à-vis de ces pôles dépend de l’articulation d’au moins deux éléments, lesquels renvoient eux-mêmes à un positionnement spécifique vis-à-vis des buts et des modalités de l’engagement public : le niveau d’autonomie politique ainsi que le degré de radicalité du projet revendicatif (p. 51). Les journalistes, quant à eux, connaissent des freins dans l’exercice de leur métier. Deux raisons déterminent ces contraintes : un facteur organisationnel et un facteur normatif. La faible spécialisation des reporters, le fait qu’ils travaillent dans l’urgence, leurs possibilités limitées d’investigations, ou encore l’obligation de neutralisation des postures journalistiques, constituent autant d’éléments qui contraignent de manière générale l’activité journalistique (p. 60).

5Dans le troisième chapitre, l’auteur décrit les tentatives d’appropriation de l’espace public et médiatique par les collectifs à travers un ensemble de stratégies d’actions, notamment une exhibition de la souffrance : grève de la faim dans le cas des sans-papiers, ou les occupations d’Assedic à l’hiver 1997-1998 qui vont pousser les journalistes à théâtraliser les aspects dramatiques contenus dans cette protestation. Pour Garcia, la plupart du temps, ces modes d’actions constituent un moyen d’attirer ou de conserver l’attention des journalistes, mais aussi, simultanément, un moyen d’obtenir directement l’objet de la revendication. En d’autres termes, ces stratégies perturbatrices revêtent un double objectif : débloquer des situations concrètes, mais aussi susciter une visibilité publique conséquente.

  • 2  C’est-à-dire leur constitution en problème social.

6Le quatrième et le cinquième chapitre reviennent sur l’ensemble des grands évènements qui se sont déroulés entre 1990 et 2002 et les contraintes du travail de cadrage de l’information. Le cadrage est ici défini comme une démarche d’analyse qui consiste à caractériser ce qui, faisant particulièrement sens pour les journalistes, est rendu saillant, par contraste avec ce qui reste dans le hors-champ de la définition médiatique (p. 95). Ainsi, à travers une approche statistique basée sur une analyse des correspondances multiples, Garcia démontre l’existence d’une polarisation du chômage, du mal-logement et de l’immigration irrégulière. Ces polarisations participent, selon lui, à créer un besoin de cadrage des différents évènements, avec parfois des évolutions et des phases marquées par des pics lents ou rapides en fonction du contexte de revendication. Au cinquième chapitre, l’auteur préfère d’emblée utiliser une démarche analytique qui lui permet de mieux mettre en valeur les convergences et les divergences entre différents aspects du travail de cadrage. Selon Garcia, les questions du chômage, du mal-logement ainsi que de l’immigration irrégulière ont cessé d’être des problèmes sociaux du point de vue de leur saillance2. Car, explique-t-il, des mécanismes de résolutions ont pu être mis en place pendant certaines périodes. Mais, pour Garcia, si les mobilisations des collectifs de sans ont efficacement attiré l’attention des journalistes, c’est bien parce qu’elles ont émergé, comparativement à celles qui les ont précédées ou suivies, au sommet d’un cycle d’attention approprié aux problèmes qu’elles mettent en exergue.

7Les dénonciations effectuées par les collectifs de sans ont alors fonctionné comme autant de signaux d’alerte auprès des journalistes, redoublant d’autres circuits de sensibilisation plus institutionnalisés. Par ailleurs, le problème de cadrage se situe à un niveau plus profond, celui de la désignation de responsables lors de ces processus de revendications. L’État devient alors, comme l’affirme l’auteur, le plus petit dénominateur commun. Qu’il s’agisse du logement, de l’emploi ou de l’immigration, toutes ces variables sont concentrées entre les mains de l’État via les préfectures. Dès lors, on assisterait à un « dilemme des solutions » qui illustre les difficultés d’imposition d’un cadrage juridique pour délimiter le périmètre des propositions susceptibles d’être retenues dans les comptes rendus médiatiques.

  • 3  Rocheblave, « La notion de rôle : quelques problèmes conceptuels », Revue française de sociologie, (...)

8Enfin dans les sixième et le septième chapitres, Guillaume Garcia opérationnalise la notion de rôle et de cadrage, en adéquation avec la profession des journalistes. Le rôle, pour reprendre Rocheblave3, cité dans l’ouvrage par l’auteur, peut être défini comme un modèle de comportements prescrits, attendus, perçus et anticipés en tant que tel par l’ « acteur » qui s’y conforme plus ou moins fidèlement lorsqu’il doit entrer en interaction avec les membres de son groupe d’appartenance ou avec les partenaires de l’action. Ainsi, les trajectoires des journalistes diffèrent, certains d’entre eux adoptant une attitude empathique à l’égard des sans, d’autres se situant davantage dans un répertoire de l’anticonformisme. Ces prises de rôles permettent de mieux décrire les cadres situationnels dans lesquels s’inscrivent les interactions. Et comme l’affirme bien Garcia, l’enjeu pour les journalistes est surtout de pouvoir justifier de pratiques in situ et au cas par cas. Tenir son rôle confine donc à une forme de bricolage revenant à optimiser ce qu’il est possible de faire en situation réelle.

9La couverture médiatique n’apparaît pas nécessairement comme le fruit de stratégies conscientes maîtrisées, pas plus qu’une question d’hostilité, ni d’empathie envers les groupes et leurs causes. Dès lors, l’approche du cadrage devient pertinente. Elle permet de montrer que le traitement de telles causes sociales ne s’opère pas forcément sous la forme d’évaluations ou de dévaluations explicites, mais bien par l’imposition, selon Guillaume Garcia, d’un cadre qui borde l’espace du pensable et du dicible.

Haut de page

Notes

1  Préface de Jacques Gerstlé, professeur au département de science politique Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, p. 7.

2  C’est-à-dire leur constitution en problème social.

3  Rocheblave, « La notion de rôle : quelques problèmes conceptuels », Revue française de sociologie, vol. 4, n° 3, 1963, pp. 300-306.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdou Rahim Sow, « Guillaume Garcia, La cause des "sans". Sans-papiers, sans-logis, sans-emploi à l'épreuve des médias », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11255

Haut de page

Rédacteur

Abdou Rahim Sow

Étudiant en Master 2 MUSC (Mutations des Sociétés Contemporaines) à l’Université Paris X Nanterre.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page