Navigation – Plan du site

Michel Agier, La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire

Rachid Id Yassine
La condition cosmopolite
Michel Agier, La condition cosmopolite. L'anthropologie à l'épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2013, 240 p., ISBN : 9782707174086.
Haut de page

Texte intégral

1Michel Agier nous invite à une anthropologie ni nouvelle, ni neuve, mais renouvelée. Elle n’est pas nouvelle, parce qu’elle reste ici, dans ce livre, une discipline scientifique qui entend assumer son passé et son héritage intellectuel. Le parcours de l’anthropologie l’a en effet conduite d’un ethnocentrisme inconscient à la conscience des cultures avec laquelle elle s’est évertuée à dépasser l’universalisme étriqué de ses pionniers. Elle n’est pas non plus neuve, parce que l’anthropologie d’Agier ne prétend pas s’inscrire dans la continuité de ce mouvement autocritique, mais elle cherche à « repenser » la science anthropologique elle-même. L’ouvrage n’entend pas en effet poursuivre ce long et fastidieux périple ayant abouti à l’impasse du relativisme culturel, mais il défend une position paradoxale, celle d’un « décentrement anthropologique », tout à la fois à la lisière et au cœur du monde d’aujourd’hui.

2D’ailleurs, c’est précisément cette situation qui tend à se généraliser, et ce, à telle enseigne qu’elle finit par s’établir sous le mode d’une condition, celle du cosmopolitisme. Pour étayer cette thèse, le propos de l’ouvrage mobilise deux notions centrales avec lesquelles Michel Agier analyse cette « condition cosmopolite ». Il s’agit des termes de « frontière » et d’« identité », à chacun desquels vont d’ailleurs se consacrer les deux parties du livre.

3La première s’appuie sur la réalité vécue et concrète, celle qui façonne, à coup de « frontières », un « nouvel état du monde ». Pédagogiquement, le premier chapitre expose « les formes élémentaires de la frontière ». L’auteur y défend une distinction franche entre le mur et la frontière, celui-là étant la négation de celle-ci. Que l’on ne s’y méprenne pas, cet engouement pour la frontière ne se veut pas être « un “éloge” […] mais une tentative plus analytique de comprendre le double état de la question des frontières […]. Le premier état de la question concerne les fondements sociaux et non naturels de la frontière […]. Le second confronte ces principes à l’actualité ». La mondialisation contemporaine offre à voir des représentations paradoxales de la frontière, à la fois comme espace de circulation et de séparation, fluctuant d’un abolitionnisme utopique à un protectionnisme rétrograde. De nombreuses illustrations sont présentées au lecteur pour prendre la mesure de cette ambigüité des frontières d’aujourd’hui.

4Le chapitre suivant poursuit la réflexion en s’arrêtant sur le monde actuel en ce qu’il serait un « problème ». La « fermeture des frontières » et la rhétorique du « contrôle des “flux” migratoires » s’appuient sur des ressorts nationalistes présentés comme réactionnaires à l’égard d’une mondialisation toujours plus intrépide. La frontière se décline selon les configurations et les besoins de la Realpolitik, et semble dès lors échapper à l’humanisme « irréaliste » des anthropologues. Michel Agier entend ici relever ce défi à l’aide d’ « une anthropologie des frontières » permettant de penser les incidences, sur le long terme, des nouvelles technologies de circulation, de communication et d’information. Les velléités nationalistes contemporaines sont finalement perçues et conçues pour ce qu’elles sont : un récit et non une réalité. La perspective s’inverse. Mais « ce récit dit de la Realpolitik se déploie de manière spectaculaire […] dans les différents registres de violence » (police des frontières ; traque et expulsion ; instabilité des frontières en Afrique ; la frontière coloniale mouvante en Palestine etc.).

5La condition cosmopolite a donc besoin des frontières qui ne peuvent être réduites aux violences (il-)légitimes des États-nations. « La mondialisation n’a pas supprimé les frontières […]. Elle les multiplie et les élargit, tout en les rendant plus fragiles et incertaines ». Chacun est aujourd’hui amené à faire l’expérience de la frontière, ce que Michel Agier appelle ici « les situations de frontière ». C’est dans ces situations « que s’initient des transformations sur des personnes, des cultures et des mondes sociaux ». Elles produisent « l’homme-frontière » que nous sommes en train de devenir et qui vit une étrangeté fondamentalement relative que l’auteur dépeint à travers les différentes « figures de l’étranger » (l’errant, le  paria, le métèque, le pré-cosmopolite « dans son labyrinthe »). Avec et à travers une proximité grandissante entre familiarité et étrangeté, « l’intensité, l’intensification et la diversité des mobilités […] anticipent l’ordinaire de la condition cosmopolite ».

6Pour l’auteur, il faut donc revoir la méthode anthropologique « pour comprendre le monde qui nous entoure ». Cela passe par « repenser entièrement le décentrement » dans la mesure où cet impératif est engendré « par la crise de l’altérité dans le monde actuel ». Ce déplacement du regard anthropologique doit être réalisé sur « trois dimensions inséparables » et conduire ainsi à un triple décentrement : culturel, épistémologique et politique. Cela participe du renouvèlement de la méthode ethnographique en construisant une démarche que Michel Agier qualifie de « situationnelle ». Cette « approche situationnelle permet de fonder empiriquement une véritable anthropologie du sujet ». Elle rend dès lors possible une étude objective de l’identité en évitant « le piège identitaire » pour lui préférer « la politique du sujet ».

7C’est dans la seconde partie de l’ouvrage, que l’auteur étaye cette proposition. L’identité s’impose comme instrument de réponse à la perte de repère et à l’incertitude grandissante auxquelles nous conduit le vécue d’une altérité partagée et inscrite désormais dans la banalité de nos quotidiens. C’est, pour Michel Agier, le « piège identitaire » qui se dévoile à travers « trois erreurs essentielles » auxquelles se consacre le cinquième chapitre du livre. L’essentialisme qui décontextualise « les identités des autres » en est une première. À ce « déni d’actualité » s’ajoute le déni de subjectivité qui suppose « la soumission passive des individus aux identités collectives ». Enfin « un certain passéisme ethnique de l’anthropologie » entraînant un manque à voir considérable constitue un déni du changement identitaire, comme troisième erreur que Michel Agier nous propose de dépasser.

8Le chapitre suivant revient sur l’usage des termes de civilisation, culture et race. Il invite à « trois explorations conceptuelles » à travers lesquelles l’auteur entend illustrer la complexité et la nécessité du dépassement de l’explication identitaire des réalités sociales. Michel Agier s’arrête sur les « miroirs d’Afrique » (« civilisation » d’Afrique subsaharienne), les cultures identitaires (afro-américaine) et sur ce que d’aucuns appellent la négritude (« Africains de France ») pour explorer respectivement ces trois concepts et introduire ainsi à l’émergence — ou plutôt l’émancipation — du « sujet politique ».

9L’auteur fait du chapitre final de son livre « une dernière étape de cette réflexion [qui] portera sur le sens qu’on peut attribuer à celui ou celle qu’on nomme “sujet” ». C’est là une problématique majeure, tant et si bien que Michel Agier estime qu’ « une anthropologie du sujet est le nouveau chantier de recherches à ouvrir pour l’anthropologie contemporaine ». Cette anthropologie ne pourra faire l’économie de la mobilisation « les disciplines voisines » que sont l’ethnologie, la sociologie ou la philosophie. Elle s’intéressera ainsi au « sujet en situation » et ses analyses dites situationnelles donnent à voir trois « cas de cette figure du sujet » (le sujet rituel, le sujet esthétique et le sujet politique).

10L’ouvrage est stimulant et ambitieux. C’est même son ambition qui lui permet de stimuler la réflexion du lecteur sur les défis auxquels l’anthropologie et plus largement les sciences sociales se trouvent confrontées à travers les bouleversements qu’est en train de connaître le monde. Rien d’étonnant à ce que l’auteur le termine par la question de l’universalisme, affirmant que si sa « désoccidentalisation » est effective, il n’en reste pas moins qu’il faille substituer à l’universalisme occidental un universalisme cosmopolite encore à concevoir. Le livre s’offre alors comme un témoignage et un engagement optimistes à l’égard d’une anthropologie qui ne désespère toujours pas de « réinventer le programme de l’égalité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachid Id Yassine, « Michel Agier, La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11258

Haut de page

Rédacteur

Rachid Id Yassine

Docteur en sociologie de l’EHESS, enseignant à l'université Gaston Berger et l’université Perpignan - Via Domitia, chercheur associé au CADIS et à l’ICRESS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page