Navigation – Plan du site

Clément Therme, Les relations entre Téhéran et Moscou depuis 1979

Thomas Fourquet
Les relations entre Téhéran et Moscou depuis 1979
Clément Therme, Les relations entre Téhéran et Moscou depuis 1979, Paris, The Graduate Institute, coll. « International », 2012, 298 p., Pref. Mohammad-Reza Djalili & Farhad Khosrokhavar, ISBN : 978-2-940415-94-6.
Haut de page

Texte intégral

1Les relations entre l’Iran et l’Union soviétique et la Russie sont marquées par un mélange complexe de collaboration fondée sur des intérêts commun et de méfiance réciproque. C’est cet écheveau que s’est attaché à démêler Clément Therme dans cet ouvrage issu de son doctorat. L’auteur s’appuie sur deux hypothèses de travail : en premier lieu, « la politique étrangère de l’État islamique ne défend que partiellement les intérêts nationaux ». En effet, ce régime possède une base idéologique, le khomeynisme, dont il ne peut s’éloigner sans porter atteinte à ses fondements mêmes. Ce faisant, Clément Therme s’inscrit donc en faux contre les analyses dites thermidoriennes qui considèrent que l’Iran, après une période révolutionnaire, est revenu à une politique étrangère classique fondée sur la défense des intérêts nationaux. Ce point est un fort déterminant des relations avec la Russie, dans la mesure où une réconciliation avec les États-Unis n’est pas envisageable, en tout cas pas à court terme.

  • 1  Adam Tarock, « Iran and Russia in “Strategic Alliance” », Third World Quarterly, Vol. 18, No. 2, J (...)

2En second lieu, après une période de relative glaciation liée aux premières années tourmentées de la révolution, les relations avec la Russie à partir de 1991, débarrassées de l’hypothèque marxiste, se placent sous le signe non pas d’une alliance stratégique, comme ont pu le soutenir certains auteurs tel Adam Tarock1, mais d’une « entente tactique », la Russie ne souhaitant pas une rupture définitive avec les États-Unis. Le rapprochement entre les deux pays est donc fragile et perpétuellement en question.

3Au regard de ces hypothèses de départ, l’auteur entreprend de donner une profondeur historique à son analyse en revenant, dans le chapitre inaugural, sur les relations russo-perses de 1502 à 1979. Ce retour permet de mettre en évidence un arrière-plan de méfiance qui pèse sur la perception de la Russie par les élites au pouvoir, et plus encore par la population. Russie et Royaume-Uni se sont en effet ménagé de larges zones d’influence respectivement au Nord (provinces caspiennes) et au Sud du pays, profitant du déclin de l’empire sous les Qadjars et faisant de la Perse un élément du fameux « Grand Jeu ».

4Le tableau est profondément modifié par la révolution bolchevique, qui aboutit à la signature d’un « traité d’amitié » en 1921. S’ouvre alors une période marquée par un certain pragmatisme : si Reza Shah, arrivé au pouvoir en 1924, cherche avant tout à écarter le risque d’une révolution communiste, Moscou ne semble pas avoir cette intention, jugeant que la société iranienne n’est pas assez mûre. Dès lors, l’Union soviétique cherche avant tout à préserver ses intérêts politiques et commerciaux. Mohammad Reza Shah, qui succède à son père en 1943, ne remet pas fondamentalement en question ces équilibres, en dépit d’un resserrement des liens avec les États-Unis à partir de 1953 — date du renversement du Premier ministre Mossadegh. Le shah lance ainsi des programmes de coopération bilatérale avec l’URSS, allant même jusqu’à envisager un programme de coopération nucléaire.

5Le deuxième chapitre forme le fondement théorique de l’ouvrage : l’auteur s’y attache à définir les rapports entre l’idéologie d’un État révolutionnaire et sa politique étrangère. L’État islamique se distingue par l’extrême complexité de la prise de décision, marquée par une « superstructure révolutionnaire » qui tend à prendre le pas sur les institutions chargées de la définition de la politique étrangère. La République islamique a vocation à produire un discours totalisant sur la scène internationale, opposant les peuples du Tiers Monde, à commencer par les musulmans, à « l’arrogance mondiale » (estekbâr-e jahâni) incarnée par l’Occident, et au premier chef les États-Unis et Israël. En revanche, vis-à-vis du voisinage immédiat, la République islamique fait preuve d’une certaine prudence, cherchant à préserver la stabilité de ses alentours.

6Clément Therme dessine donc le tableau d’une politique étrangère à deux pistes, celles du voisinage et celle de la scène internationale : « dans le premier cas [le voisinage], Téhéran insiste le plus souvent sur les intérêts mutuels et relègue ses ambitions révolutionnaires au second plan. Dans le second cas [la scène internationale], l’identité contestataire du régime vis-à-vis du système international qualifié “d’ordre occidental” étant engagée, les préoccupations idéologiques l’emportent sur les considérations pragmatiques ». L’appui aux Palestiniens, de nature idéologique, s’oppose ainsi aux revendications très modérées des Iraniens vis-à-vis du partage territorial de la Caspienne.

7Le troisième chapitre est consacré aux relations proprement dites entre la République islamique et Moscou : l’auteur s’appuie sur une analyse de l’idéologie khomeyniste, laquelle, tout en s’opposant résolument au marxisme athée, prétend dépasser le capitalisme et identifie Moscou comme un allié de circonstance dans la lutte contre « l’arrogance mondiale » incarnée par les États-Unis. Au-delà des vicissitudes marquées par l’élimination des communistes du Toudeh de la scène intérieure en 1983 et de l’ambiguïté de la position soviétique vis-à-vis du conflit qui oppose l’Iran à l’Irak, la relation avec Moscou n’est jamais véritablement mise à mal.

8La fin du conflit et la mort de Khomeyni marquent l’amorce d’un rapprochement plus prononcé. En effet, la nature du régime qui émerge des décombres de l’URSS présente certains points communs avec la République islamique : tous deux sont des oligarchies dont la légitimé repose sur un mécanisme électoral faussé, et dont le pouvoir est assis sur la redistribution de la rente pétrolière. Face à l’ordre « unipolaire » issu de la fin de la Guerre froide, Russie et Iran plaident pour un monde multipolaire et dessinent une opposition au modèle libéral-démocratique dominant, sans toutefois présenter de modèle alternatif crédible. Ce rapprochement se concrétise par un développement du commerce bilatéral, vital pour la reconstruction d’un pays durement éprouvé par huit ans de guerre. La convergence est également favorisée par le contexte incertain issu de la désagrégation de l’URSS, qui incite l’Iran à privilégier la stabilité régionale.

9Après avoir envisagé les relations irano-russes du point de vue iranien, l’auteur aborde la perspective russe, avant tout guidée par une définition somme toute classique de l’intérêt national. La Russie utilise ainsi l’Iran comme monnaie d’échange dans la négociation avec les Etats-Unis. Ici est crûment mise en évidence la nature asymétrique de la relation irano-russe, particulièrement manifeste dans le domaine énergétique et militaire. Les géants russes comme Lukoil et Gazprom s’efforcent de contrôler le développement des secteurs pétrolier et gazier iraniens ; la centrale nucléaire de Bouchehr est construite par des entreprises russes ; enfin, la Russie facilite la reconstitution d’une force armée susceptible de soutenir une politique internationale indépendante, objectif ultime de la Révolution islamique. Mais ces coopérations sont constamment remises en cause par divers délais : ainsi la centrale de Bouchehr n’a été inaugurée « officiellement » qu’en 2010, soit avec quinze années de retard ! En apparence motivés par des différends commerciaux, ces contretemps révèlent en réalité la volonté russe de ne pas s’aliéner les États-Unis.

10Dans ce contexte, souligne l’auteur, il n’est pas étonnant que la Russie n’ait pas souhaité répondre aux multiples initiatives iraniennes visant à transformer cette entente pragmatique en véritable alliance. Finalement, en dépit d’une convergence d’intérêts certaine face aux prises de positions occidentales au Moyen-Orient, la relation irano-russe est marquée, côté iranien, par une frustration d’autant plus aiguë que l’Iran ne peut se passer de Moscou.

11Clément Therme conclut à l’échec d’une stratégie iranienne qui n’a pas su dépasser l’héritage idéologique du khomeynisme. L’Iran se trouve désormais « en position de faiblesse face à des puissances de dimension internationale qui instrumentalisent leurs relations avec Téhéran pour s’affirmer face aux États-Unis et proposer une alternative à la vision occidentale du système international ». Seule la volonté russe d’assurer la stabilité dans la région, et en particulier en Afghanistan, est susceptible de préserver une entente vitale pour un régime isolé et étranglé par les sanctions ; dans le même temps, cette alliance est de plus en plus contestée par une population qui a très mal perçu le soutien de la Russie à la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad, en 2009.

12Clément Therme présente ici un travail assis sur des sources de première main, en particulier des entretiens avec des responsables iraniens de haut niveau — entretiens qui figurent en annexe, et nourri par plusieurs séjours de longue durée dans le pays. L’auteur excelle à décrire la relation triangulaire entre Moscou, Washington et Téhéran, et la manière dont la Russie « jongle » entre ses intérêts économiques et ses intérêts politiques. L’ouvrage suggère également des pistes de réflexion pour l’avenir. Ainsi, un règlement global de la question du nucléaire iranien nécessiterait une révision totale des principes qui ont guidé la politique internationale de l’État islamique. Côté russe se pose la question suivante : au vu de la pression croissante des puissances occidentales sur les régimes iranien et syrien, la Russie est-elle prête à « lâcher » l’Iran ou continuera-t-elle à naviguer, au mieux de ses intérêts, entre la nécessité de préserver sa relation avec les États-Unis et le soutien à ses régimes clients au Moyen-Orient ?

Haut de page

Notes

1  Adam Tarock, « Iran and Russia in “Strategic Alliance” », Third World Quarterly, Vol. 18, No. 2, June 1997, pp. 207-223.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Fourquet, « Clément Therme, Les relations entre Téhéran et Moscou depuis 1979 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 16 avril 2013, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11270

Haut de page

Rédacteur

Thomas Fourquet

Journaliste, spécialiste de l’Iran.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page