Navigation – Plan du site

Romain Huret, L'Amérique pauvre

Pauline Gandré
L'Amérique pauvre
Romain Huret, L'Amérique pauvre, Thierry Magnier, coll. « Troisième culture », 2010, 121 p., EAN : 9782844208286.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Romain Huret est historien des Etats-Unis, maître de conférence à l'université de Lyon et membre de (...)

1«  J'ai compris qu'être pauvre, cela voulait dire ne pas être citoyen. » C'est par cette phrase significative, empruntée à un habitant de la Nouvelle-Orléans au lendemain du passage de l'ouragan Katrina en août 2005, que commence l'ouvrage de Romain Huret 1. L'historien y met en évidence le paradoxe américain en soulevant une question essentielle : comment se fait-il que dans un pays aussi prospère que les Etats-Unis, première puissance mondiale, temple de la réussite individuelle et de la consommation de masse, autant de gens soient si pauvres ? Plus de 3 millions de personnes y dorment encore chaque nuit sous les ponts ou dans des parcs. Quelles sont alors les implications de ce paradoxe sur la perception de la pauvreté aux Etats-Unis ?

2Dans cet ouvrage très agréable à lire, Romain Huret s'intéresse avant tout à la représentation sociale de la pauvreté, en adoptant un point de vue historique. Dans la première partie : « Entendre, écouter : le silence des pauvres », il met en évidence la faible visibilité sociale de ce groupe dont les membres se sentent différents et coupables face aux normes américaines de réussite et d'enrichissement personnels. Ceci est d'autant plus vrai à partir des années 1950, décennie de prospérité économique, moment auquel le pays pense avoir éradiqué la pauvreté héritée de la crise de 1929. Dans ce contexte les pauvres sont considérés comme devant ne s'en prendre qu'à eux-mêmes. Et lorsqu'ils s'expriment, ils mettent à mal la vision angélique de solidarité et de générosité entre individus déshérités, évoquant les violences familiales, le rejet des institutions d'aide perçues comme hostiles et un fort conservatisme autour des questions sociales comme le droit à l'avortement ou la peine de mort. Ainsi, pour l'auteur, « si les pauvres sont le plus souvent silencieux, la captation de leurs mots est riche d'enseignements ; ils disent les normes sociales en vigueur d'autant plus fortement qu'ils sont incertains de s'y conformer pleinement. »

3Dans la deuxième partie : « Voir, ne pas voir : la beauté des pauvres », Romain Huret montre que les groupes professionnels qui s'attachent à rendre visible la pauvreté dans les grandes villes américaines le font au prix d'une certaine esthétisation de celle-ci. Dans les années 1940 et 1950, le terme de « pauvreté » disparaît du répertoire des économistes et des sociologues et lorsqu'il est redécouvert, en écho notamment aux contestations étudiantes des années 1960, c'est pour mieux être mis en scène. En effet, ce sont majoritairement les membres des classes moyennes qui filment et photographient la pauvreté, alors souvent décrite comme exceptionnelle et temporaire et qui est associée à certains traits psychologiques. Cependant, les clichés de photographes et les écrits de sociologues sont bien souvent les seuls témoignages du maintien durable de la pauvreté aux Etats-Unis.

4Dans la troisième partie, « Compter, classer : l'existence des pauvres », l'auteur rappelle les polémiques statistiques incessantes qui ont eu lieu tout au long du XXème siècle concernant l'existence même d'une pauvreté durable dans le pays le plus riche du monde. Pour nombre d'Américains aisés, les travaux de l'économiste suédois Gunnar Myrdal très médiatisés dans les années 1950 furent une surprise : la pauvreté ne serait pas qu'un problème inhérent aux pays sous-développés. Ces polémiques soulèvent la question de la définition de la pauvreté qui est relative et souvent réduite à une « culture », à un manque d'adaptation au modèle américain, qui laisse la part belle aux jugements moraux et à la distinction entre « bons » et « mauvais » pauvres, les femmes, les enfants et les handicapés d'une part, ceux qui sont assistés au lieu de travailler d'autre part. Plutôt qu'une injustice, la pauvreté est souvent considérée dans le sens commun comme le résultat de difficultés d'ordre personnel. Contre cette définition avant tout morale de la pauvreté et ses dangers, certains outils statistiques sont progressivement mis en place : en 1965 un premier seuil de pauvreté est fixé à moins de 3000 dollars par an pour une famille, amenant à plus de 32 millions le nombre de pauvres aux Etats-Unis.

5Dans la dernière partie, « Aider, stigmatiser : l'intégration des pauvres », est posée la question de la prise en charge de la pauvreté par les institutions. Celle-ci est conditionnée à un certain nombre de critères, qui ont longtemps été très surveillés. Ainsi, au début du XXème siècle, les travailleurs sociaux n'hésitaient-ils pas à entrer à l'improviste chez les mères célibataires, surnommées les « welfare queens », pour vérifier qu'elles ne recevaient pas l'aide d'un nouveau concubin. La loi de sécurité sociale de 1935 constitue alors l'acte de naissance de l'État-Providence mais tend également à institutionnaliser le mythe du « bon » pauvre. La loi de 1966 promeut le « workfare » : en contrepartie d'une aide, le pauvre doit exercer une activité salariée au service de la communauté : balayage, circulation... Mais les difficultés financières que connaissent les villes américaines en raison du départ des classes moyennes vers les banlieues n'ont cessé d'aggraver la paupérisation en entraînant la disparition de certains services publics. Le nombre de pauvres croît depuis les années 1990, représentant environ 12% de la population en 2008.

  • 2 Notamment La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté (1991) et Les formes élémenta (...)

6Finalement, « qu'il soit vu, entendu, critiqué, comptabilisé ou non, le pauvre apparaît comme une anomalie au cœur de l'expérience démocratique américaine », comme le montre bien cet ouvrage, qui se rapproche davantage d'une introduction pédagogique sur la question, voire d'un essai journalistique, que d'un véritable travail de recherche scientifique en raison du caractère allusif et parfois anecdotique de ses références (documentaires, données statistiques sans sources, bibliographie minimale...). Il est d'ailleurs surprenant que les effets de la crise économique récente sur la pauvreté perçue et réelle ne soient pas même mentionnés. Néanmoins, la réflexion menée tout au long de l'ouvrage sur la représentation sociale de la pauvreté aux Etats-Unis, que ce soit celle véhiculée par les économistes, sociologues et réformateurs ou par n'importe quel citoyen, est particulièrement intéressante et invite à déconstruire des catégories trop souvent présentées comme des données. Ce point de vue mériterait notamment d'être approfondi par une analyse sociologique telle que celle développée par Serge Paugam à propos du cas français 2.

Haut de page

Notes

1 Romain Huret est historien des Etats-Unis, maître de conférence à l'université de Lyon et membre de l'Institut universitaire de France

2 Notamment La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté (1991) et Les formes élémentaires de la pauvreté (2005)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Gandré, « Romain Huret, L'Amérique pauvre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 31 août 2010, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1128

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page