Navigation – Plan du site

Jacques Quintin, Éthique et toxicomanie. Les conduites addictives au cœur de la condition humaine

Line Pedersen
Éthique et toxicomanie
Jacques Quintin, Éthique et toxicomanie. Les conduites addictives au coeur de la condition humaine, Editions Liber, 2012, 206 p., ISBN : 9782895783237.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage présenté ici traite de la dimension éthique des conduites addictives en faisant un rapprochement entre l'expérience de celles-ci et « la condition humaine de la finitude ». L'essence de cette condition est composée de deux aspects contradictoires selon l'auteur : la quête de la vérité et la fuite de la souffrance, l'ambivalence résidant dans la douleur provoquée par l'interrogation sur le sens de la vie : « l'être humain ne creuse-t-il pas son malheur en cherchant la sagesse ? ». C'est sous cet angle que le rapport des êtres humains aux addictions est traité, constituant le fil conducteur de l'ouvrage, en ce sens qu'il cherche à éclaircir dans quelle mesure la toxicomanie est une expérience qui révèle l'essence humaine. Ainsi, le phénomène des addictions est appréhendé d’un œil philosophique, cherchant à clarifier par l'éthique appliquée les questions posées à notre existence : pour l’auteur, la situation concrète de la toxicomanie ne peut pas être pensée en dehors de la question de la « vie bonne ». Finalement, ces questions, posées par l'usage démesuré de certaines substances, permettraient de tirer des principes éthiques à suivre pour atteindre le « bonheur » comme projet de société.

  • 1  Le premier philosophe à en parler « directement » est probablement Thomas de Quincey dans Les conf (...)
  • 2  David Le Breton, « Le contrecorps de la toxicomanie.  Sémiotique d’addicts »,  in« Des drogues aux (...)

2L'addiction est un phénomène multidimensionnel questionné et réfléchi depuis des siècles1. Déterminer ses « raisons d'être » semble donc un vaste chantier. Comment dès lors problématiser les phénomènes d'addiction ? L'auteur a choisi un angle d'attaque particulier, qui certes peut être questionné, mais qui n'est pas arbitraire pour autant. Pour lui, le pourquoi de l'addiction doit se comprendre dans et avec l'expérience de la condition humaine, les aspectshistoriques, culturels et neurobiologiques, sur lesquels l'auteur s'attarde brièvement dans le premier chapitre, cherchant à expliquer comment l'addiction fonctionne. Il faut donc s'attacher à comprendre le sens de la toxicomanie, non pas celui que les toxicomanes lui attribuent, mais celui qui est sous-jacent à sa nature, ce qui suppose de considérer le phénomène comme une manière de traduire le « drame existentiel de la condition humaine ». La toxicomanie serait ainsi une manière de fuir la condition humaine de la finitude pour combler ce « manque à être ». On peut noter ici une proximité avec la perspective psychanalytique adoptée par divers auteurs, par exemple par l'anthropologue David Le Breton qui fait référence à l'ordalie pour expliquer la toxicomanie. Le toxicomane est celui qui cherche, à travers la consommation des drogues, à ne plus « porter le fardeau de son existence » et à s'assurer d'une légitimité d'être au monde2.

  • 3  Patrick Pharo « Bien-être et dépendances », Pensée plurielle 1/2010 (n° 23), pp. 11-23, p. 15.

3Nous arrivons là à un questionnement qui semble central si l'on veut aborder les addictions dans une perspective philosophique, celui du lien entre choix rationnel, volonté et action, et auquel l'auteur consacre un chapitre. Il s'agit de la théorie dite de l'akrasia, terme grec traduisant l'idée d'une faiblesse de la volonté et désignant une action « consistant pour un agent à faire y plutôt que x, alors qu’il juge que x est meilleur que y »3. La question du clivage entre ce qui est souhaité et ce que l’on fait effectivement traverse toute l'histoire de la pensée occidentale. Aristote a notamment manifesté un intérêt pour la distinction entre le volontaire et l'involontaire. Le problème que l'akrasia lui posait, et qu'il pose encore aujourd'hui, est qu'il paraît incohérent de faire le contraire de ce que l'on juge meilleur en partant du principe que les humains cherchent toujours à obtenir ce qui est le meilleur pour eux. En faisant l'inventaire de la manière dont cette question a été abordée (dans l'Antiquité, dans le christianisme, chez les modernes), Quintin mobilise la perspective de la philosophie analytique afin de faire un rapprochement avec les conduites addictives. Selon cette perspective le problème de l'akrasia relève plus de la théorie de l'action que de la philosophie morale, c'est-à-dire que si une personne décide de consommer un produit malgré sa connaissance des conséquences néfastes que cela pourrait entrainer, c'est parce qu'il se représente très bien la récompense immédiate et beaucoup moins bien les conséquences qui suivraient. Ainsi, « la valeur d'une option augmente proportionnellement avec le rapprochement du temps de la récompense ». Si les personnes agissent contre leur meilleur jugement, c'est parce qu’elles n'auraient pas pris en compte tous les aspects de la réalité de la consommation de substances addictives.

  • 4  Dans l'article suivant : « Naturalisme et phénoménologie dans l'explication sociologique : le cas (...)
  • 5  Par exemple les débuts de la consommation sont souvent considérés comme une période de « lune de m (...)

4Néanmoins cela peut sembler un peu réducteur : on peut en effet se demander si, en fonction de certains contextes, le jugement « optimal » du consommateur ne serait pas, précisément, celui de la consommation. . Le sociologue Patrick Pharo4 distingue, pour tenter d'expliquer la dépendance, la « cohérence cognitive » et la « cohérence conative ». La cohérence cognitive désigne les configurations où le choix effectif s'ajuste au meilleur jugement (par exemple juger mieux de s'abstenir et effectivement s'abstenir), et la cohérence conative celles où le choix effectif s'ajuste à la volonté dominante (je veux consommer et je consomme). De cette manière on peut distinguer huit cas de figure selon que le meilleur jugement est l'abstention ou la consommation, signant chacun un rapport à soi différent. Selon Pharo, la faiblesse de la volonté c'est quand il y a incohérence cognitive et conative (je juge meilleur de ne pas consommer, je ne veux pas consommer, mais je consomme). Même si cela semble certes un peu schématique, le modèle a au moins le mérite de nuancer le champ d'expériences de la toxicomanie et de souligner le fait que la théorie de l'akrasia ne peut pas s'appliquer à la consommation des drogues à tous les moments de la carrière du toxicomane5. Il semble donc que l'auteur ne distingue pas, dans ses propos, la pratique de consommation des produits psycho-actifs du phénomène de l'addiction.

  • 6  En italique dans le texte.

5La problématique de l'akrasia, comme le note l'auteur, révèle cependant la notion toute aussi centrale de temporalité dans la description et l'explication du phénomène de la toxicomanie. Ainsi, le fait de pouvoir évaluer la récompense dans l'immédiat d'une prise du produit, procure un sentiment de contrôle que l'on n'a pas par rapport au futur, car « la valeur des événements futurs est inversement proportionnelle à la distance qui nous sépare de leur appropriation ». Pour l'auteur, l'être humain souffre du temps, parce qu'il n'en a pas la maitrise. La consommation des drogues permet de « produire de l'éternité » et c'est en ce sens que les conduites addictives ne sont « qu'une amplification du drame qui se joue au cœur de l'existence humaine6 », car elles immobilisent le temps et augmente ainsi notre perception de l'espace et la sensibilité de nos sens. Le toxicomane vit ainsi dans un présent éternel et a besoin d'un miroir pour en sortir, ce miroir étant les règles, normes et lois. C'est ici qu'interviennent les questions de la liberté et de son exercice dans ces cas où les produits psycho-actifs peuvent biaiser ou altérer le jugement de la personne qui consomme ou veut consommer. Le choix effectif d'une personne peut être considéré comme l'exercice de la liberté, c'est sa « volonté exécutive », et dépend de la manière dont l'individu conçoit sa propre unité, c'est-à-dire selon qu'il accepte ou rejette les différentes formes de cohérence (cognitive et conative) si l'on reprend les propositions de Patrick Pharo. Cependant, selon Quintin, le rapport réflexif à soi est cassé chez les addicts qui sont dès lors enfermés dans la sensation et ne s'acheminent plus vers une quête de sens. C'est pour cela qu'il faut se donner des règles, mais des règles pour la pratique de la liberté, afin de se rendre capable de se « déprendre de soi-même ».

6C'est finalement là que l'on voit le projet de l'auteur d'une « éthique appliquée » qui transparait en filigrane tout au long de l'ouvrage. Ce projet consiste à proposer des principes à appliquer pour que l'être humain en général— et le toxicomane en particulier, s'ouvre sur la transcendance. Tout l'enjeu est de soigner sa relation à la condition humaine de finitude en acceptant d'abord que l'on ne peut pas lutter contre elle. Finalement, le rapprochement entre la toxicomanie et l'expérience de la condition humaine, annoncé en début de l'ouvrage, se fait selon l'idée d'une division de la volonté, c'est-à-dire qu'il y a un écart existant entre ce que l'on est et ce que l'on pourrait devenir. Ainsi, ce que la toxicomanie nous apprend, c'est que « l'existence se constitue avant tout de choix de vie offerts à la délibération ». Ce que l'auteur nomme la « vie bonne » n'est donc pas de devenir ce que nous pouvons devenir, c'est-à-dire accomplir un idéal, mais d'expérimenter la jouissance à l'intérieur des limites que nous fixe la condition humaine pour s'ouvrir sur la transcendance. La toxicomanie est l'oubli de soi, « une manière appauvrie de rentrer en relation avec soi-même ». Il appartient désormais à la philosophie d'induire une autre expérience de soi en nous transportant « vers un état de conscience plus vaste que ce que notre pensée peut contenir ».

  • 7  Par exemple que le toxicomane soit forcément celui qui consommé même s'il a décidé de ne pas le fa (...)
  • 8  Par exemple le « consensus » supposé sur l'idée qu'un verre de vin par repas est excellent pour la (...)
  • 9  Ou par « addiction », les deux termes sont utilisés indifféremment par l'auteur. Cependant c'est u (...)

7Le phénomène de l'addiction a fait l'objet d’innombrables réflexions. Pourtant, la philosophie — et en particulier l'éthique — s'est rarement intéressée directement à cette problématique. Le présent ouvrage a donc le mérite de tenter de faire une théorisation de ce point de vue. La critique que l'on peut émettre concerne en premier lieu la forme, mais qui n'est pas sans lien avec la critique du fond : les propos de l'auteur paraissent par moment déstructurés, en ce sens que les liens entre les idées, mais aussi entre les différentes parties et chapitres semblent hasardeux, voire inexistants. Les aspects historiques, médicaux et culturels des addictions sont par exemple traités dans le premier chapitre très brièvement, alors qu'il semble audacieux de les traiter dans un même chapitre d’une part, et, d'autre part, de manière très incomplète. C'est en ce sens la forme révèle certaines questions sur le fond du propos. En effet, comme mentionné, les thèses de l'ouvrage semblent reposer sur des postulats quelque peu douteux7, voire sur des énoncés dont la véracité reste discutée et discutable8. De cette manière il y a tout un tas de nuances sur les explications et descriptions de la toxicomanie que l'on ne peut certes pas discuter toutes, mais dont on pourrait simplement faire mention, afin de ne pas faire oublier au lecteur la complexité de la question. Il aurait ainsi fallu une définition plus explicite de ce que l'auteur entend par toxicomanie9 : le manque de distinction entre l'usage des drogues et la toxicomanie (au sens d'une dépendance à un produit) fait oublier la question qui semble pourtant centrale si l'on s'intéresse aux addictions : celle de savoir pourquoi certaines personnes deviennent pathologiquement dépendantes d'un produit (et pas d'autres qui pourtant consomment). L'objectif de mieux comprendre les raisons d'être des phénomènes d'addiction est donc très partiellement atteint.

Haut de page

Notes

1  Le premier philosophe à en parler « directement » est probablement Thomas de Quincey dans Les confessions d'un mangeur d'opium anglais. Si l'on considère que l'addiction relève d'une problématique de perte ou de manque de maitrise de soi, on peut néanmoins dire que la question est transversale à la philosophie occidentale depuis l'antiquité gréco-romaine (cf. chapitre 3 du présent ouvrage).

2  David Le Breton, « Le contrecorps de la toxicomanie.  Sémiotique d’addicts »,  in« Des drogues aux addictions. "Shooter" les représentations ? », Le sociographe, n° 39, septembre 2012, IRTS-LS.

3  Patrick Pharo « Bien-être et dépendances », Pensée plurielle 1/2010 (n° 23), pp. 11-23, p. 15.

4  Dans l'article suivant : « Naturalisme et phénoménologie dans l'explication sociologique : le cas de l'addiction », L'Année sociologique 1/2007 (Vol. 57), pp. 103-125.

5  Par exemple les débuts de la consommation sont souvent considérés comme une période de « lune de miel » et les consommations se font « de bon cœur » (cf. l'article de Pharo). De la même manière, bien qu'ayant conscience de dégâts occasionnés par leur consommation, il y a des usagers qui font le choix de vivre avec.

6  En italique dans le texte.

7  Par exemple que le toxicomane soit forcément celui qui consommé même s'il a décidé de ne pas le faire.

8  Par exemple le « consensus » supposé sur l'idée qu'un verre de vin par repas est excellent pour la santé.

9  Ou par « addiction », les deux termes sont utilisés indifféremment par l'auteur. Cependant c'est un choix conscient qu'il mentionne en début d'ouvrage disant qu'à travers ces différents synonymes, le lecteur doit saisir « le jeu du désir qui traverse la condition humaine ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Line Pedersen, « Jacques Quintin, Éthique et toxicomanie. Les conduites addictives au cœur de la condition humaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 avril 2013, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11308

Haut de page

Rédacteur

Line Pedersen

Doctorante à l'université de Franche-Comté et membre du LASA (Laboratoire de Sociologie et d'Anthropologie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page