Navigation – Plan du site

Nathalie Lazaric, Les théories économiques évolutionnistes

Serge Pacé
Les théories économiques évolutionnistes
Nathalie Lazaric, Les théories économiques évolutionnistes, La Découverte, coll. « Repères », 2010, 125 p., EAN : 9782707147202.
Haut de page

Texte intégral

1La transposition de l'évolutionnisme dans les sciences sociales, à partir des découvertes de Charles Darwin, a régulièrement fait l'objet de suspicion par « le réductionnisme libéral » [8] qu'en a fait Spencer et qui a induit les théories eugénistes de triste mémoire. Pourtant cette problématique est à l'origine d'une des démarches les plus fructueuses sur l'entreprise et le développement économique.

2Nathalie Lazaric, chercheur au CNRS au sein du GREDEG (groupe de recherche en droit, économie et gestion) à Sophia Antipolis nous propose une petite mise à jour sur ce débat résurgent dans la collection Repères, aux éditions La Découverte, dirigées par Pascal Combemale. Comme nous l'indique l'auteure, la démarche de ses promoteurs cherche à s'émanciper des hypothèses trop contraignantes de la théorie économique standard en faisant appel à toutes les disciplines qui peuvent œuvrer dans le sens de l'émergence d'une plus grande compréhension du changement économique.

3On retrouve donc à l'origine de cette logique des auteurs tels que Joseph A. Schumpeter dont le parti pris a été reformulé en 1982 par Sidney Winter et Richard Nelson, « Evolutionary Theory of Economic Change ». Leur objectif est d'observer « le déroulement ou l'histoire du processus, soit par la résolution formelle du système dynamique, soit par la reconstruction historique et qualitative de ce dernier (ou les deux), tout en restant extrêmement prudent sur l'interprétation des observations en termes de rationalité et d'équilibre ex post », [3] (Giovanni Dosi et Sidney Winter, 2003, p286). Toutefois l'évolutionnisme a été adopté aussi par des auteurs moins « évidents » tels que Friedrich V. Hayek ou Thorstein Veblen, et se situe d'emblée dans une démarche interdisciplinaire en utilisant des travaux issus de la biologie, des neuro-sciences, de la thermodynamique comme en témoigne la présence de Ilya Prigogine dans la bibliographie, le père de l'entropie. Pourtant cette diversité n'enlève rien à la cohérence de l'ensemble comme nous le montre Nathalie Lazaric. En effet, un certain nombre d'hypothèses déterminent un socle commun dans ce champ théorique comme l'incertitude de l'environnement (on reconnaît une des hypothèses adoptées par Oliver Williamson ) et plus emblématique la co-évolution des règles ou « les propriétés émergentes ». [4]

4L'ouvrage va se décliner en quatre parties. La première évoque brièvement le débat sur la transposition de l'évolutionniste biologique vers l'évolutionnisme économique. On peut retenir ici à la fois la fascination des économistes pour cette approche [7] et aussi une mise à distance d'une utilisation trop stricte de l'évolutionniste. En effet, à l'instar de Spencer, la métaphore évolutionniste peut se révéler l'apologie du laisser-faire sans respecter la complexité qu'avait déjà évoquée C. Darwin dans ses travaux. Ainsi très vite, des économistes ont identifié l'évolutionnisme à la maximisation du profit tout en ayant des difficultés à se dégager du socle utilitariste. Or, avec une réactivité tout aussi véloce, d'autres ont émis des réserves sur cette dynamique. Ainsi Nathalie Lazaric nous montre que T. Veblen, auteur de la « Civilisation des Loisirs », conscient des enjeux sous-jacents, a proposé une « théorie complexe et subtile », « fruit de nombreux malentendus ou préjugés ». Pour lui, il existe une relation de causalité bilatérale et dynamique entre les habitudes des individus et les institutions qui seront à l'origine de concept comme les rendements croissants ou la « path dependency ». Les chemins du développement vont dans un sens déterminé par l'histoire et les décisions initiales se renforcent vers une contrainte de sentier. De fait, le progrès n'est pas homogène et surtout peut ne pas être bien pour tous. Ainsi il nait d'un environnement culturel donné et les grandes innovations sont le fruit d'une accumulation collective et donc ne sont pas susceptibles d'être récompensées outrancièrement [14]. Cette dimension historique est le point commun de ces précurseurs dans des logiques différentes puisque pour F. V. Hayek, la succession des micro-choix induit la mise en place d'institutions efficaces dont l'emblématique marché. Pour J. A. Schumpeter, c'est la dynamique d'innovation qui est à l'origine du développement économique. C'est ce point de vue que vont reprendre les auteurs qui ont réhabilité cette théorie. S. Winter pense que dans un environnement d'incertitude, la maximisation du profit a un caractère normatif et à l'instar des réflexions managériales, les entreprises se fixent une multitude d'objectifs. À cet égard, il formule une autre remarque: il considère que dans un environnement de rationalité limitée telle que la met en évidence Herbert Simon, les entreprises sont obligées de mettre en place une heuristique pour sélectionner un ensemble de choix possibles parmi un ensemble plus vaste [25]. Ainsi une « routine organisationnelle », à la fois stock de connaissances individuelles et collectives, et aussi possibilité de mobilisation de ces connaissances, constitue selon S. Winter cette heuristique. Elle a d'ailleurs comme autre qualité de réduire les conflits entre groupes. Cette dernière qualité est décrite comme une « trêve »[26].

5La notion de routine est détaillée dans le troisième chapitre « Voyage au cœur des organisations: les apports des perspectives évolutionnistes »[55]. Celle-ci est définie comme « une capacité exécutée lors d'une mise en œuvre répétée et dans un contexte particulier, apprise par l'organisation pour faire face à des pressions sélectives » [57], en d'autres termes « des capacités à mettre en œuvre des réponses appropriées dans un environnement singulier ». À ce titre, il est faux d'opposer innovation et routine puisque ces dernières sont évolutives. Ce qui d'ailleurs fait la spécificité des organisations est l'idée qu'elles produisent de la connaissance [4] et ne traitent de l'information que dans le cadre de ces connaissances qui sont pour une grande part « tacites » [26]. Le processus de transformation de la connaissance en information est long et coûteux et celle-ci nécessite un contexte spécifique pour être parfaitement exploitable. Ainsi en est-il des répertoires de connaissances selon Geoffrey Hodgson. On peut aller plus loin car la configuration des connaissances, appelée schémas cognitifs partagés, fait qu'une même information peut aboutir à des réponses différentes. [Bernard Baudry, économie de la firme, 2003, p 32]

6On voit donc l'intérêt qu'il y a de transposer et d'adapter la théorie évolutionniste autour de la manière dont se mettent en place et se perpétuent les règles de fonctionnements des organisations. Comme nous le montre l'auteure, dans la lignée du texte refondateur de R. Nelson et S. Winter, se développent une « importante collection de faits stylisés » et des « modèles d'innovation technologique » dans une perspective macro-économique. Dans ce chapitre, elle souhaite nous montrer l'irréversibilité des micro-décisions sur le chemin adopté et finalement le poids de l'environnement culturel dans leur détermination. À travers le concept de « rendements croissants d'adoption » (RCA), William Brian Arthur nous montre qu'une innovation n'est pas choisie parce que c'est la meilleure [34]. Une technologie crée une tendance qui devient de fait irréversible y compris si le choix initial n'est pas le meilleur a priori . On connaît l'exemple de la machine à écrire dont le clavier Azerty est réputé moins efficace que le Dvorak ou des standards vidéo VHS et Betamax [37]. Cependant il est difficile de montrer, après coup, la supériorité technologique d'une option quand celle-ci n'a pas pu se développer. Pour Stan Leibowitz et Stephen Margolis 1994, la supériorité du Dvorak est plus un mythe qu'une réalité [34]. Cette idée peut-être justificative du principe de précaution. [Pascal van Griethuysen, « Pour une approche évolutive de la précaution », Revue européenne des sciences sociales , XLII-130 | 2004,] Ce poids de l'environnement culturel sur l'innovation a été discuté. Que l'on préfère « système d'innovation » [40] à « système national d'innovation » de Christopher Freeman, il n'en demeure pas moins que chacun d'eux décrivent le poids de l'environnement institutionnel dans les décisions d'innovation. Cela est illustré par la comparaison entre les « systèmes innovations » américaines et anglais. Ce dernier est caractérisé par la place que prennent les actionnaires et leur volonté de retour rapide sur investissement, une des causes de la fragilité du système [41]. On peut considérer que les mutations liées à l'innovation constituent un processus d'acculturation particulier puisque la nouveauté va souvent dans le sens de l'existant [67]. « Tout système culturel qui atteint un point va réagir pour trouver une certaine cohérence ». [Denys Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales, Repères, La Découverte, 2001] p 64. La modélisation des réflexions précédentes est à la source d'une « inspiration réciproque » avec les théories de la croissance endogène de Romer à la recherche de modèles alternatifs à l'approche néo-classique comme le modèle inspiré du « réplicateur » de Fisher [52]. Cet ouvrage nous permet de découvrir la richesse des développements évolutionnistes. Cependant Nathalie Lazaric pointe leurs limites, en particulier la « vision très positive de l'innovation vecteur de croissance et de progrès dans son ensemble » [107]. En effet, elles sous-estiment le rôle de la demande et les externalités négatives des innovations. Ainsi les choix technologiques, comme nous l'avons montré plus haut, ont des conséquences irréversibles, ce qui a été évoqué par R. Nelson et S. Winter mais n'a pas été approfondi. On trouve aussi ici un pont avec les habitudes de consommation qu'il s'agit de modifier et le développement durable, qui est un questionnement d'une actualité brulante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Pacé, « Nathalie Lazaric, Les théories économiques évolutionnistes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 08 septembre 2010, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1131

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page