Navigation – Plan du site

Gérard Mauger, Repères pour résister à l’idéologie dominante

Igor Martinache
Repères pour résister à l'idéologie dominante
Gérard Mauger, Repères pour résister à l'idéologie dominante, Editions du Croquant, coll. « Savoir/agir », 2013, 240 p., ISBN : 9782365120234.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Max Weber, Le savant et le politique, Paris, Union Générale d'Éditions, 1963 [1919]. Téléchargeable (...)
  • 2 Delphine Naudier, Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et en (...)
  • 3 Emile Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 2008 [1893], p. XXXIX.

1« La sociologie est un sport de combat » proclamait le titre d’un documentaire de Pierre Carles consacré à Pierre Bourdieu. Un Pierre Bourdieu dont Gérard Mauger fut ‑ et reste ‑ un fidèle compagnon de route, tant sur le plan scientifique que militant, ce dont cet ouvrage apporte une confirmation probante. L’auteur de La Distinction y est en effet abondamment convoqué, mais c’est aussi son refus de séparer le travail sociologique de sa dimension politique que Gérard Mauger fait également sien, non sans s’appliquer à justifier une telle posture qui est loin d’aller de soi pour de nombreux chercheurs. La « faute » en incomberait à une traduction volontairement déformée par Raymond Aron du fameux concept de neutralité axiologique développé par Max Weber dans ses deux conférences sur Le Savant et le politique1, comme l’a rappelé récemment Isabelle Kalinowski. La question de l’engagement sociologique a ainsi été rouverte récemment par un séminaire dont a été tiré un ouvrage collectif à bien des égards stimulant2. Les divers contributeurs y rappellent en effet, chacun à sa manière suivant sa propre position, que les sociologues sont de fait partie prenante du monde social dont ils entendent rendre compte. Le nier manifeste ainsi un défaut d’auto-analyse dommageable, qui constitue un biais épistémologique décisif. Cela n’autorise évidemment pas, loin de là, les chercheurs à affirmer n’importe quoi en le parant de la légitimité ‑ et donc de la force sociale ‑ que leur confère le statut de « scientifique » et donc redoubler de discipline, de rigueur et de respect des règles qui expliquent l’analogie de la sociologie à un « sport », mais ne leur interdit pas non plus d’user des méthodes et outils construits au fil de l’histoire de leurs disciplines pour venir interroger les prénotions du sens commun. Telle était d’ailleurs la tâche qu’avait assignée Emile Durkheim à la sociologie, affirmant que « nous estimerions que nos recherches ne méritent pas une heure de peine si elles ne devaient avoir qu’un intérêt spéculatif. Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces derniers, c’est, au contraire, pour nous mettre en état de les mieux résoudre »3.

2Le message a en tous les cas été bien entendu par Gérard Mauger, à l’instar du collectif Savoir/Agir et de la revue du même nom qu’il publie aux éditions du Croquant4. Celui-ci s’applique ainsi à utiliser les résultats et méthodes de la sociologie pour démonter un certain nombre de fausses évidences imposées à force de répétition par la vision du monde dominante aujourd’hui étiquetée par le label, lui-même souvent utilisé de manière un peu confuse, de « néolibéralisme ». Et surtout des mesures politiques que cette idéologie justifie, entretenant ce faisant la soumission plus ou moins résignée à l’ordre établi et à l’idée qu’il n’y aurait pas d’alternative, suivant la fameuse formule de l’ancienne Première Ministre britannique Margaret Thatcher, considérée justement comme un des fers de lance de la « révolution néolibérale ».

  • 5 Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Paris, Liber-Raisons d'Agir, 1996.

3L’ouvrage en lui-même est constitué en grande partie par la reprise légèrement remaniée et parfois abrégée d’un certain nombre d’articles de l’auteur ou d’entretiens avec ce dernier, tirés notamment de la chronique consacrée à la « rhétorique réactionnaire » qu’il tient dans la revue Savoir/Agir depuis 2007, où il s’emploie justement à déconstruire les représentations associées à un certain nombre de mots ou expressions fétiches assénés en boucle par les « élites » politiques, économiques et médiatiques, comme « mérite », « responsabilité », « diversité » ou « populisme ». Un exercice qui était loin d’aller de soi au départ pour Gérard Mauger, comme il l’explique dans la première partie de l’ouvrage, dans la mesure où il implique, en réagissant ainsi aux « événements » ‑ censés constituer cette autre fausse évidence naturalisée qu’on désigne comme l’« actualité » ‑ de se soumettre de fait à l’agenda politico-médiatique imposé par ces derniers. Une telle concession lui est cependant apparue nécessaire pour atteindre des publics plus larges que celui des sociologues, et surtout moins dotés en capital culturel. Plus encore, Gérard Mauger explique que, pour les mêmes raisons, il a accepté d’intervenir dans les médias dominants, notamment télévisuels, ce qui a impliqué cette fois en prime la soumission à leurs cadres très contraignants et peu favorables à la remise en cause des idées dominantes et au développement d’une réflexion complexe et rigoureuse, ainsi que l’avait déjà raconté Pierre Bourdieu dans son petit essai sur la télévision5.

  • 6 En raison de la conjonction entre la parution de son « Repères » sur ce thème (Gérard Mauger, Socio (...)
  • 7 Sur cette dernière, dont Gérard Mauger développe ici la signification, voir Bertrand Geay, Laurent (...)
  • 8 « Il faut toujours risquer l’aliénation politique pour échapper à l’aliénation politique », écrivai (...)

4Il y a néanmoins toujours du jeu dans ce type de mécaniques, à l’instar de cette émission sur France 5 où, invité en tant que spécialiste de la « délinquance juvénile » (ou pour mieux dire des styles de vie déviants des classes populaires6), l’auteur a pu bénéficier d’un long tunnel pour développer son argumentation, les autres intervenants ayant rapidement épuisé leur discours, comme il le raconte dans un entretien avec Jérôme Berthaut ici reproduit. La première partie de l’ouvrage est ainsi consacrée à l’articulation entre sociologie et politique, et Gérard Mauger y revient notamment largement sur la posture et les travaux de Pierre Bourdieu, mais aussi sur les conditions de réalisation d’une « gauche de gauche »7, et les obstacles que cette entreprise ne cesse de rencontrer, liés notamment au fonctionnement du champ politique et aux dilemmes de la représentation en la matière8.

  • 9 Voir notamment les travaux de Daniel Gaxie depuis Le cens caché (Paris, Seuil, 1978).

5La deuxième partie de l’ouvrage constitue un passage aux travaux pratiques sur le plan intellectuel : Gérard Mauger y passe donc en revue un certain nombre d’idées reçues qui constituent la vulgate dominante et circulent largement dans l’espace public sans être interrogées, et ce faisant, s’applique à les déconstruire non sans mettre en évidence les enjeux politiques et les rapports de domination qu’elles contribuent à escamoter et ainsi à reproduire. Celles-ci s’organisent selon trois rubriques : les classes populaires, les piliers de l’individualisme économique néolibéral et le fonctionnement du champ politique. En s’appuyant sur un certain nombre de travaux, notamment ceux de Pierre Bourdieu ou d’auteurs en affinité avec ce dernier, il rappelle ainsi entre autres l’hétérogénéité et les contradictions qui traversent les classes populaires hier et aujourd’hui, démonte le mythe du mérite individuel brandi par les hérauts de la classe dominante, en usant notamment des exemples très pédagogiques de Jean Sarkozy et Henri Proglio, ou encore rappelle la persistance d’un principe censitaire dans le fonctionnement de la démocratie représentative9, c’est-à-dire l’importance non seulement des compétences nécessaires à l’activité politique, mais aussi du sentiment de détenir ces dernières ou non.

6C’est ainsi une petite « boîte à outils » ‑ pour paraphraser l’hôte actuel de l’Élysée –, que propose ici Gérard Mauger, permettant de muscler l’esprit critique des lecteurs (qui pourront d’ailleurs contester ça-et-là telle ou telle interprétation avancée par l’auteur sur les faits divers invoqués). Un capital intellectuel plus que jamais nécessaire, tant sur le plan épistémologique que politique, étant donné l’air du temps actuel, particulièrement favorable à la confusion. Reste à savoir si le style rédactionnel de l’ouvrage le rend réellement accessible au plus grand nombre, autre dilemme du sociologue qui entend s’adresser non plus aux autres sociologues mais à tout le monde, tout en évitant un autre écueil : celui de l’excès de simplisme. Il semble en tous les cas qu’en matière de lisibilité, l’élève a dépassé le maître ‑ certains diront que ce n’était pas très difficile !

Haut de page

Notes

1 Max Weber, Le savant et le politique, Paris, Union Générale d'Éditions, 1963 [1919]. Téléchargeable sur le site des Classiques en sciences sociales : http://classiques.uqac.ca/classiques/Weber/savant_politique/Le_savant.html.

2 Delphine Naudier, Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, 2011 : http://lectures.revues.org/5704.

3 Emile Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 2008 [1893], p. XXXIX.

4 Voir son site Internet : http://www.savoir-agir.org/.

5 Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Paris, Liber-Raisons d'Agir, 1996.

6 En raison de la conjonction entre la parution de son « Repères » sur ce thème (Gérard Mauger, Sociologie de la délinquance juvénile, Paris, La Découverte, 2009 : http://lectures.revues.org/714) et la mise à l'agenda politique alors du « problème » supposé des « bandes ».

7 Sur cette dernière, dont Gérard Mauger développe ici la signification, voir Bertrand Geay, Laurent Willemez (dir.), Pour une gauche de gauche, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2008 : http://lectures.revues.org/635.

8 « Il faut toujours risquer l’aliénation politique pour échapper à l’aliénation politique », écrivait ainsi Pierre Bourdieu à propos de la nécessité pour un collectif de se doter d'un porte-parole en dépit de l'usurpation potentielle de sa parole à laquelle sa position l'expose (Voir « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°52/53, 1984, pp. 49-55)

9 Voir notamment les travaux de Daniel Gaxie depuis Le cens caché (Paris, Seuil, 1978).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Gérard Mauger, Repères pour résister à l’idéologie dominante », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 avril 2013, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11314

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Prag à l’Université Paris-Est Créteil, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page