Navigation – Plan du site

Hacène Belmessous, Sur la corde raide. Le feu de la révolte couve toujours en banlieue

Aurélie Rochereuil
Sur la corde raide
Hacène Belmessous, Sur la corde raide. Le feu de la révolte couve toujours en banlieue, Lormont, Le Bord de l'eau, 2013, 180 p., ISBN : 9782356872241.
Haut de page

Texte intégral

1« Émeutes urbaines » : voilà l’expression par laquelle Hacène Belmessous commence son avant-propos. Des mots qui sans nul doute ont su toucher et réveiller l’imaginaire de chaque lecteur. Des termes auxquels on ne peut s’empêcher d’associer la vision de scènes de violences urbaines très médiatisées depuis 1981, date des premières « émeutes » à l’échelle nationale, et plus récemment celles de 2005.

2L’auteur commence son ouvrage en interrogeant le sens commun en grande partie construit par les médias de masses, « juxtaposant information et conviction, clichés et préjugés ». Les quartiers seraient habités par une population-type : des immigrés ou des personnes issues de l’immigration. Ces « émeutes » relèveraient d’un problème de mœurs, d’une contre-culture propre aux cités, d’une « civilisation » particulière, d’un repli communautaire, et, finalement d’un problème ethnique. Ces révoltes seraient « l’expression d’une radicalité étrangère à notre société », idée qui perdure malgré l’existence d’études, évoquées par l’auteur, prouvant que ces quartiers ne sont pas ceux qui comportent la plus forte proportion de chefs de foyer étrangers.

3Hacène Belmessous base son étude sur des recherches questionnant « le sens des révoltes sociales de l’automne 2005 et les effets des politiques publiques qui y ont été conduites depuis », menées pendant deux ans dans la cité Balzac, à Vitry-sur-Seine et dans celle de la Grande Borne, à Grigny. La présentation d’une multitude d’extraits d’entretiens réalisés auprès d’habitants comme d’acteurs locaux (membres d’associations, élus de la ville, conseillers de Pôle-emploi, éducateurs, professeurs, avocats etc.) est très appréciable, et montre bien le souci de donner la parole, de transmettre des témoignages et des points de vues souvent oubliés par les médias et les politiques, permettant de ne laisser aucun doute quant à la complexité du sens et des causes de ces révoltes urbaines, analysés tout au long de notre lecture.

4Dans ces enquêtes s’exprime essentiellement une marginalisation revendiquée par les habitants de ces banlieues : au fil de la lecture, on a le sentiment d’un véritable processus d’exclusion politique, économique et sociale. Les habitants ont conscience d’être victimes de « stéréotypes » liés à leur lieu d’habitation. Objets de nombreuses discriminations, nombre d’entre eux, par exemple, disent ne plus oser mettre leur adresse sur leur CV lorsqu’ils recherchent un emploi. On le sait, ces lieux de résidence présentent le plus fort taux de chômage. Privés de salaire, les chômeurs sont également exclus des loisirs, des moyens de transport, et de la société de consommation pourtant omniprésente. Un des enquêtés fait part du sentiment d’injustice ressenti par un jeune recevant une amende dans le bus, au moment de la rentrée scolaire, alors qu’il attendait de recevoir sa carte de transport dont le règlement avait pourtant été envoyé. Ce type d’évènements est d’autant plus dégradant pour les jeunes, qu’il met à nu des problèmes d’ordre économique comme familial. Des situations humiliantes vécues dans les transports en commun, comme le refus d’embarquer les passagers qui ne peuvent pas payer ou leur descente forcée, sont fréquemment rencontrées par ces jeunes. Ainsi, la destruction matérielle des transports publics, très souvent relatée dans les médias, est justifiée d’après les témoignages recueillis par Belmessous comme « une forme d’équilibrage [d’un] préjudice économique subi ». D’après l’auteur « certains jeunes mentionnent très clairement une équivalence entre le coût d’une amende et celui d’une vitre cassée ».

5Le mécanisme de la réaction en chaine se met alors en place : lorsque certains jeunes humiliés s’emportent à des destructions matérielles et parfois même à une agression du personnel, la coupure du réseau de transport, bien que justifiée, isole le quartier tout entier. En effet, beaucoup d’habitants ne disposent d’aucun autre moyen de transport.

6À ce préjudice s’ajouteraient des incorrections comportementales et langagières de certains employés des transports publics (comme par exemple ne pas dire bonjour, tutoyer, donner des ordres). La présence, et surtout certains comportements de la police, sont également souvent évoqués comme causes de tensions par l’ensemble des enquêtés. Dans ces lieux de vie, un véritable régime de violence symbolique, d’autorité abusive, comme le tutoiement des habitants par des policiers, les contrôles d’identités systématiques, et l’accumulation de micro-violences, sont rapportés dans de très nombreux entretiens.

7Plusieurs témoignages font part du sentiment d’injustice dû notamment à la réalisation de traitements différenciés et arbitraires par les forces de l’ordre : une police très répressive, aux méthodes spectaculaires, militarisée comme si elle agissait en territoire ennemi, sans relation civile possible. Plusieurs enquêtés décrivent des violences verbales et physiques. Dans un des entretiens, un résident de la Grande Borne affirme même que les policiers traiteraient les habitants de ce quartier « comme des indigènes […]. Ils sont agressifs et ils parlent mal à tout le monde, pas seulement aux jeunes, il faut le dire, à tout le monde ».

8Autre caractéristique pour les enfants de ces « quartiers » : un très fort taux de décrochage scolaire. Cependant, contrairement aux idées reçues, d’après les témoignages des instituteurs, des professeurs principaux, des parents d’élèves et des habitants de ces « zones difficiles », les familles ne dévaloriseraient pas l’école, et lui accorderaient même un rôle très important. Malheureusement le manque de moyens revendiqué globalement par les écoles françaises, s’avère être ici exponentiel pour encadrer des classes constituées d’enfants issus de milieux défavorisés qui ont peu de capital scolaire. L’école ne permet donc pas à ces jeunes de rattraper leurs inégalités scolaires, et n’assure pas son rôle égalisateur. Les parents, bien qu’ayant beaucoup de considération pour l’école, ont souvent du mal à communiquer avec cette institution, et s’y sentent souvent jugés et dévalorisés.

9Ces discriminations ont également des répercussions sur la mobilité géographique des familles. Certaines villes refuseraient d’accueillir dans leurs logements sociaux les personnes en provenance de ces quartiers, un phénomène confirmé par une employée du bailleur social à Grigny. Les habitants de ces quartiers connaissent ainsi une discrimination géographique, leur mobilité résidentielle étant considérablement réduite. Ils se voient condamnés à ne pouvoir déménager que dans les quartiers considérés également comme sensibles et connaissant les mêmes problèmes de discriminations économiques et sociales.

  • 1  « Parler de banlieues c’est désigner le point fragile de l’équilibre social », in Henry Rey, La pe (...)

10Ces banlieues sont en réalité, et cela a été démontré depuis de nombreuses années (Henri Rey en parlait déjà dans La peur des banlieues en 19961), des lieux où les habitants cumulent les handicaps économiques et sociaux. Les banlieues seraient le théâtre du malaise de notre société actuelle, des lieux où les difficultés engendrées par la crise actuelle seraient les plus visibles. Pour Hacène Belmessous et Henry Rey, une politique locale urbaine ne peut à elle seule enrayer le désarroi de ces lieux, car il s’agit de problèmes à résoudre essentiellement sur le plan d’une politique nationale.

11« Le feu des banlieues » semble donc toujours couver, malgré le projet d’importants travaux urbains prévus dans ces espaces, pour lesquels les habitants, là encore, n’ont pas été réellement écoutés ni intégrés au projet. La rénovation de la cité Balzac, par exemple, a été réalisée sans concertation avec les habitants, créant un sentiment de dépossession de leur lieu de vie.

12Ces enchevêtrements de situations d’humiliations, vécues au quotidien et dès leur plus jeune âge par les habitants, le sentiment de n’être écouté ni par la classe politique ni par les médias, nourrissent un sentiment d’injustice et d’exclusion. On apprend, grâce à ces études et ces riches entretiens, que les jeunes à l’origine des « émeutes urbaines » ne se positionnent pas contre le régime républicain et démocratique français. Au contraire, si ces révoltes ont eu lieu, c’est bel et bien parce qu’ils ont grandi dans les valeurs françaises de liberté, d’égalité et de fraternité.

13Disqualifiées et stéréotypées, ces révoltes n’ont pas été perçues par le grand public, ni même par la majorité des acteurs politiques, à leur juste valeur, c’est-à-dire comme « un formidable désir de lutte contre la société du non-droit commun », comme une lutte qui s’intègre parfaitement à la société française comme un appel politique à la démocratie. Si le phénomène des « banlieues » n’est pas récent, il devient d’autant plus mortifère et inquiétant que les voix des habitants ne se font toujours pas entendre. Si la situation ne s’améliore pas, quelle autre issue reste-il alors que celle de la révolte ?

Haut de page

Notes

1  « Parler de banlieues c’est désigner le point fragile de l’équilibre social », in Henry Rey, La peur des banlieues, Paris, Presses de Sciences po, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Rochereuil, « Hacène Belmessous, Sur la corde raide. Le feu de la révolte couve toujours en banlieue », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 23 avril 2013, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11338

Haut de page

Rédacteur

Aurélie Rochereuil

Master 1 en sociologie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page