Navigation – Plan du site

Claire Cossée, Adelina Miranda, Nouria Ouali, Djaouida Séhili (dir.), Le genre au cœur des migrations

Pascal Décarpes
Le genre au coeur des migrations
Claire Cossée, Adelina Miranda, Nouria Ouali, Djaouida Séhili (dir.), Le genre au coeur des migrations, Editions Pétra, coll. « IntersectionS », 2012, 336 p., ISBN : 2-84743-056-3.
Haut de page

Texte intégral

1« [Des] travaux relatifs à divers axes de domination et minorisation » : nous voilà au cœur des réflexions abordées ci-dessous. Ainsi qu’il est noté dans l’avant-propos du comité de lecture de la collection « intersectionS », dirigée par Claire Cossée, co-auteure de l’ouvrage présent, il s’agit de bouleverser l’ordre social établi qui est foncièrement inégalitaire. De plus, comme l’indique avec pertinence Mirjana Morokvasic dans sa préface, « les processus migratoires, les expériences des migrant(e)s, les impacts sociaux et politiques des migrations sont genrés ».

2Divisé en quatre parties et comprenant quinze contributions, cet ouvrage est porté entièrement par des auteures qui participèrent en amont de ce livre au colloque éponyme. Certaines des auteures avaient déjà illustré leurs idées et recherches par des contributions également engagées comme dans ce livre-ci dans un processus épistémologique de déconstruction des structures contemporaines1. Les analyses proposées ici s’inscrivent dans le champ des études de genre2, et complètent notamment des travaux préalables qui menèrent une « réflexion psychologique et phénoménologique sur l’émigration au féminin »3.

3La première partie du livre est consacrée aux « échelles migratoires et échelles de pouvoir ». Laurence Roulleau-Berger présente tout d’abord une analyse qui caractérise les phénomènes liés aux politiques économiques sous le titre « circulations féminines, marchés du travail multiscalaires et inégalités multisituées ». Elle indique comment la migration conduit à une déclassification par le nouvel employeur et par conséquent à une perte du capital social dont les migrantes étaient porteuses dans leur pays d’origine, nommant cela un « double processus de précarisation et de disqualification ethnique ». Le phénomène global d’explosion des structures de l’emploi et de l’employabilité mène pour les migrantes à ce que l’auteure appelle des « enclaves et niches ethniques », lieux où la fragilisation des biographies n’en est qu’accentuée.

4Dans une perspective comparable et complémentaire, Eleonore Kofman met en lumière « le care au cœur des migrations genrées à l’ère de la mondialisation ». La prise en charge de l’Autre, de manière essentialiste confiée aux femmes, conserve son aspect genré dans sa version économique marchande et devient le moteur des mouvements migratoires de femmes dans un concept de « chaînes mondiales du care ». Dans un cadre mondial de vieillissement de la population, surtout des pays de l’hémisphère Nord, le care est devenu un enjeu majeur des politiques néolibérales et nombreuses sont les migrantes qui sont prises dans cette redistribution inégalitaire et discriminante de la main-d’œuvre disponible.

5La deuxième partie s’attache à préciser « l’articulation des rapports sociaux », notamment le développement quasi-parallèle des catégorisations des dominations racistes et sexistes, le militantisme des Black Panthers inspirant certains courants du féminisme. Dans ce cadre théorique, Stéphanie Condon décrypte une réalité rarement perçue dans sa complexité, dans sa contribution intitulée « entre invisibilité et survisibilité : genre, “race”, classe dans les migrations antillaises en métropole ». Faisant suite à un contexte de décolonisation et d’émancipation que s’approprient les départements d’outre-mer, l’institutionnalisation de la migration recrée des catégories genrées qui détermineront les trajectoires professionnelles des femmes concernées. Prenant appui sur des trajectoires de vie de deux antillaises immigrées dans les années 1960 et aujourd’hui à la retraite, l’auteure propose le concept porteur d’ « intersectionnalité » tout en s’interrogeant sur son opérationnalité en tant qu’outil d’analyse. Dans un autre domaine, Jules Falquet porte son regard sur les « lesbiennes migrantes, entre hétéro-circulation et recompositions néolibérales du nationalisme », dénonçant le concept partiellement normatif et figé de « lesbienne », et mettant en garde contre l’homonationalisme et ses tendances conservatrices.

6La troisième partie s’attaque aux « accès contrastés à l’emploi et [aux] rapports mitigés au travail », avec ainsi une contribution de Nouria Ouali qui étudie le devenir des « descendants d’immigré-e-s diplômées du supérieur : contingence ou renoncement à la carrière professionnelle ». Se basant sur un échantillon de douze femmes belges d’origine marocaine et turque, les résultats que l’auteure en tire montrent que les filles d’immigrés perçoivent les études supérieures davantage dans leur positionnement par rapport à leur famille que comme une part de leur trajectoire professionnelle, et cela de par leur socialisation priorisant le groupe au détriment de la carrière individuelle en soi.

7Enfin, la quatrième partie conclut sur la thématique « féminisme(s), mobilisations », tentant d’éviter, comme l’indique C. Cossée dans son introduction à cette problématique, le « double écueil ethnocentrisme/androcentrisme ». À ce titre, Nasima Moujoud articule sa réflexion autour des « femmes sans-papiers et exilées dans les mobilisations féministes » et pointe les « limites de la solidarité formelle » qui s’y exprime. Ainsi, la prise de parole est hiérarchisée entre l’expertise des « légales » (blanche, française etc.) et le témoignage des « illégales » (sans-papiers), reproduisant au passage le sexisme des médias qui généralement genre l’expertise au masculin face au témoignage au féminin. La difficulté pour les femmes sans-papiers à trouver un espace égalitaire dans les mouvements féministes traditionnels les oblige à s’engager dans des réseaux et groupes qui leur sont dès lors propres — avec le risque de se situer dans « ce que le regard majoritaire stigmatise en désignant de communautaire ».

8L’ouvrage se termine par une contribution signée Alexandra Oprea qui plaide « pour un réexamen de la justice sociale depuis la base » en s’appuyant sur l’expérience des femmes roms qui sont les victimes, notamment discursives, d’un militantisme pro-roms malheureusement patriarcal et hétérocentré.

9Afin d’élargir la perspective, il peut être fait ici référence à un livre paru sous le titre Les féministes banches et l’Empire4 et dont la sortie en 2012 fut accompagnée de commentaires élogieux, critiques mais aussi polémiques5, ce qui atteste à la fois de la difficulté et de la nécessité de publier sur des thématiques confinées auparavant dans l’espace des « minoritaires ». Le présent ouvrage apporte une contribution importante aux études de genre, en écho à un autre ouvrage traitant de comment Enquêter sur le genre. Terrains et pratiques6 — ces trois références ont le mérite de promouvoir les travaux empiriques dans ce champ au corpus théorique très étoffé et invitent à ce que l’on s’attache à leurs approches méthodologiques et leurs avancées épistémologiques.

Haut de page

Notes

1  Danièle Kergoat, Adelina Miranda, Nouria Ouali (dir.), « Migrantes et mobilisées », Cahiers du genre, n° 51, 2011.

2  Compte rendu de M.-C. Garcia, http://lectures.revues.org/10482.

3  Compte rendu de F. Hurstel, http://lectures.revues.org/383.

4  Compte rendu d’A. Léon,  http://lectures.revues.org/10997.

5  Sous la plume de J. Trat : http://www.contretemps.eu/interventions/f%C3%A9ministes-blanches-empire-r%C3%A9cit-complot-f%C3%A9ministe-fantasm%C3%A9.

6  Compte rendu de C. Coubry, http://lectures.revues.org/10232.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « Claire Cossée, Adelina Miranda, Nouria Ouali, Djaouida Séhili (dir.), Le genre au cœur des migrations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 avril 2013, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11342

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page