Navigation – Plan du site

Georg Simmel, Les grandes villes et la vie de l’esprit

Philippe Jurkowicz
Les grandes villes et la vie de l'esprit
Georg Simmel, Les grandes villes et la vie de l'esprit. Suivi de "Sociologie des sens", Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2013, 107 p., trad. J.-L. Vieillard-Baron et F. Joly, préf. P. Simay, ISBN : 978-2-228-90887-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Georg Simmel, Conflict and the web of group affilations, Free Press, 1964, p. 9.

1Le présent ouvrage, comprenant deux essais de celui qu’Everett Hughes a appelé le « Freud des études sur la société »1, dont une réédition (« les grandes villes et la vie de l'esprit ») ainsi qu'une nouvelle traduction (« sociologie des sens », que l'on doit à Frédéric Joly) s'inscrit dans un cadre récurrent des sciences sociales contemporaines : l’intérêt pour les propositions théoriques autour de la question de la « subjectivation » du lien social. Philippe Simay, dans sa préface, soulignant que l'approche « sensitive » traverse ces deux textes, perçoit l'avantage dont pourraient bénéficier les urbanistes en appréhendant le citadin comme un être sensible. Ces deux essais ont ainsi largement contribué au développement de la sociologie urbaine et du paradigme interactionniste dans la compréhension de l’expérience moderne de l’existence individuelle.

  • 2  Wolf Lepenies, Les trois cultures. Entre sciences et littérature, l’avènement de la sociologie, Éd (...)

2Wolf Lepenies2 avait indiqué la tension qui existe entre littérature et sociologie ; cette tension se retrouve déjà chez Simmel, que Lepenies appelle « un médiateur entre la poésie et la science ». Simmel considère les sources du problème fondamental de la vie moderne dans la volonté du sujet « à affirmer l’autonomie et la spécificité de son existence » par rapport aux forces extérieures, à un « mécanisme technico-social ». Il s’agit d’une tension quasi littéraire entre un personnage romanesque et les forces extérieures qui lui seraient extérieures (« les contenus individuels de la vie » et ses « contenus supra-individuels » chez Simmel).

3Robert E. Park, disciple de Simmel, écrivait que la grande ville est un « laboratoire social » dans lequel se réalise l’expérience des modernes. Simmel en développe un véritable idéaltype, au sens wébérien du terme, soulignant l’opposition entre, d’une part, l’intellectualisation et la rationalisation dans la vie individuelle des métropolitains, et, d’autre part la sensibilité propre aux petites villes et à la campagne, reposant quant à elle plutôt sur l’habitude. Ce contraste devient encore plus net si l’on rappelle le contexte historique de l’essai, à savoir l’exode rural et l’urbanisation (des processus entamés bien avant la parution du texte), accompagnés par des changements considérables sur les plans industriel et social.

  • 3  Hartmunt Rosa, Accélération, une critique sociale du temps, La Découverte, 2010, 474 p.
  • 4  « Souviens-toi que le temps c’est de l’argent  » (B. Franklin).

4L’être psychique des citadins est conditionné par l’ « intensification de la vie nerveuse » résultant du « changement rapide et ininterrompu des impressions externes et internes ». Le rythme de vie s’accélère avec l’urbanisation massive (H. Rosa)3. Ainsi, pour Simmel, la vie de l’habitant des grandes villes est fondée d’une part sur le blasement et la réserve, à savoir les mécanismes de socialisation grâce auxquels le citadin se protège des stimulations nerveuses incessantes, et, d’autre part, sur un échange monétaire extrêmement développé et amplifié par l’anonymat urbain. L’omniprésence des horloges apparaît dans cette perspective comme une inscription calculatrice dans la vie ponctuelle de la grande ville, caractérisée par une fusion entre l’intellect rationnel et l’économie monétaire4.

5La grande ville est ainsi à l’apogée d’une « tendance générale à l’individualisation des groupes » qui ont vu leurs frontières devenir moins étanches au fil de l’histoire en offrant à l’individu une liberté de mouvement apparente, en grande partie grâce à la division du travail moderne. Ce phénomène, rendu possible par la vie citadine, a « transformé la lutte pour la subsistance en une lutte pour l’être humain » : à travers  la voie de différenciation des besoins et fonctions s’est produite une « individualisation spirituelle des propriétés d’âme ». 

6La grande ville est décrite par Simmel comme un univers extrêmement dépersonnalisé caractérisé par l’ « indépendance essentielle à l’égard des personnalités les plus importantes ». La culture telle qu’elle est formée dans les grandes villes, imposant par son mode d’existence la dépersonnalisation, la réduction d’impulsivité et de la part de spontanéité. Ces considérations sur la culture ont pu, entre autres, influencer la « théorie critique » de l’école de Francfort ; l’industrie culturelle, notamment, apparaît à travers son caractère aliénant et dominant sur le sujet, préoccupations au cœur de la sociologie simmelienne.

7Épistémologiquement, Simmel caractérise la grande ville par « la totalité des actions qui dépassent son immédiateté » : l’influence de l’urbain transcende ses frontières spatiales et temporaires. Il en va de même pour l’être humain, qui est « seulement […] la somme des actions qui s’étendent à partir de lui dans le temps et dans l’espace ». L’auteur distingue ainsi deux formes d’individualisme, fondés sur l’indépendance individuelle et l’élaboration de la différence personnelle. La pensée de l’individu, émancipée de bien des « contraintes » par la philosophie des Lumières, est devenue ensuite non plus celle d’un « individu universel », mais plutôt d’un « caractère unique et incomparable en qualité », en particulier grâce à Goethe et au romantisme du XIXe siècle. Dans cette optique, Simmel souligne que c’est par le conflit et la recherche de l’unité entre l’intérieur du sujet et la « totalité » que l’Histoire se joue.

8« La sociologie des sens » s’inscrit dans le mouvement d’esprit qui a animé le premier essai. Il s’agit d’une intuition mettant en lumière l’ancrage de la dimension sensorielle des interactions dans les oscillations de l’époque. Dans ce second essai, Simmel s’intéresse au rôle des sens, à savoir la parole, le regard et l’odorat dans la perception de la sociabilité. Simmel prolonge une idée de la tension entre l’intérieur et l’extérieur individuels déjà présente dans le premier essai du livre : les capacités sensorielles sont communes aux sujets mais leur perception varie en fonction des facteurs d’ordres subjectif, historique et environnemental. Autrement dit, l’invariable cohabite avec le variable.

9Simmel trace une analogie entre, d’une part, le vecteur des sciences naturelles et historiques et, d’autre part, celui des sciences sociales de l’époque : la compréhension ne peut se restreindre aux faits d’ordre macrosocial, mais doit aussi s’aventurer vers les éléments du microsocial. On peut penser, en prenant en compte les multiples références aux sciences telles que l’économie, l’histoire et la géométrie dans d’autres textes de Simmel, notamment Sociologie et épistémologie, Philosophie de l’argent qu’il ne s’agit pas d’une métaphore stylistique mais de considérations d’ordre épistémologique.

10La lecture de Simmel n'est donc pas sans rappeler celle de Goffman qu’il a probablement influencé lorsque, parlant du visage, le sociologue allemand estime que celui-ci serait l'objet d'une stratégie de dépersonnalisation (« politique de l'autruche »). Chez Goffman rappelons-le, un des objectifs de l’interaction sociale serait de préserver la face. On a ainsi pu voir en Simmel le précurseur de l'École de Chicago pour la bonne raison qu'il insiste sur la nécessité de décrire les micro-logiques du social (c'est-à-dire la fabrication intersubjective du sens) avant de raisonner sur de grands agrégats. Il précise, avec humilité, que ces recherches ne sont que fragmentaires. Simmel postule ainsi dans Les grandes villes et la vie de l’esprit « ce qui peut être le seul but de toutes ces considérations : de chaque point situé à la surface de l’existence, […] on peut envoyer une sonde dans la profondeur des âmes, et toutes les manifestations extérieures les plus banales sont finalement liées […] aux décisions ultimes sur le sens et le style de la vie ».  Autrement dit, malgré la diversité des formes que prend la vie sociale, le fond commun à ces manifestations reste de même : la quête du sens. Cette attention à la forme et au détail dans la compréhension de la réalité rapproche la sociologie « formelle » de Simmel avec la littérature moderniste, dont il était un contemporain.

11Les actions « possibles » définissent, selon Simmel, l’individu, et ces « possibles » sont réactualisés et transformés par le progrès technique et les changements sociaux. Par exemple, les nouvelles formes d’interaction, conséquences du développement du numérique, changent la dimension de l’anonymat et les enjeux qui y sont liés. Enfin, les multiples références de Simmel aux sciences naturelles et sociales peuvent indiquer la voie à une approche interdisciplinaire actuellement au centre des préoccupations académiques. De manière plus générale, cet ouvrage contribue à renforcer la légitimité de la démarche « compréhensive » dans l’analyse et l’explication des phénomènes sociaux. Cet ouvrage promet d’être une source d’inspiration pour ses lecteurs d’aujourd’hui qui, même s’ils ne sont pas les contemporains de Simmel, le trouveront toujours d’actualité. Le lecteur trouvera ainsi dans ces textes une résonance avec sa vie quotidienne ; la fulgurance du style et de la pensée de Simmel, par ailleurs, épaulera les sociologues dans leur pratique en stimulant leur « imagination sociologique ».

Haut de page

Notes

1  Georg Simmel, Conflict and the web of group affilations, Free Press, 1964, p. 9.

2  Wolf Lepenies, Les trois cultures. Entre sciences et littérature, l’avènement de la sociologie, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1991, 408 p.

3  Hartmunt Rosa, Accélération, une critique sociale du temps, La Découverte, 2010, 474 p.

4  « Souviens-toi que le temps c’est de l’argent  » (B. Franklin).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Jurkowicz, « Georg Simmel, Les grandes villes et la vie de l’esprit », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 avril 2013, consulté le 04 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11348

Haut de page

Rédacteur

Philippe Jurkowicz

Étudiant en sciences humaines et sociales à Paris V Descartes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page