Navigation – Plan du site

Sophie Caratini, Les non-dits de l’anthropologie

Jean-François Blanchard
Les non-dits de l'anthropologie
Sophie Caratini, Les non-dits de l'anthropologie. Suivi de Dialogue avec Maurice Godelier, Thierry Marchaisse, coll. « Les non-dits », 2012, 187 p., ISBN : 978-2-36280-010-8.
Haut de page

Texte intégral

1Immersion dans l’altérité absolue, déconstruction du système culturel et cognitif du chercheur au plus profond de son inconscient, troubles somatiques, hésitations, tentation d’abandon, Sophie Caratini lève le voile sur les coulisses du terrain de l’anthropologue : une rupture parfois traumatisante1, mais une mise en danger irremplaçable sur le plan épistémologique. Maurice Godelier dit en écho, au cours d’un entretien avec l’auteur, que « c’est un métier qui a une dimension éthique, qui implique l’humilité et la responsabilité. Les anthropologues ont affaire à des êtres vivants »2. Cet ouvrage de la collection « Les non-dits » nous fait partager les expériences et réflexions personnelles de Sophie Caratini3, anthropologue — directrice de recherche au CNRS et spécialiste des Rgaybet, population nomade de l’ouest du Sahara — et les confronte avec celles de Maurice Godelier, son aîné. L’échange va au-delà des dimensions critiques habituelles de l’anthropologie dans sa relation à l’Autre et confronte deux approches convergentes et complémentaires : l’une plus sensible, l’autre plus pragmatique.

2La première partie de l’ouvrage, déjà parue en 2003, a été valorisée par un bel éloge de Lévi-Strauss. Cette réédition récente est complétée par un long entretien avec Maurice Godelier. Celui-ci séjourné et observé sept années durant les Baruyas en Nouvelle Guinée. Ses travaux montrent que, contrairement à ce que la tradition ethnologique a défendu longtemps, les systèmes de parenté ne seraient pas les fondements des sociétés4, et les sociétés primitives ne seraient pas des sociétés sans histoire. En rapprochant le traumatisme que décrit Sophie Caratini d’un passage initiatique, Godelier commente avec humour la solitude entourée de l’anthropologue sur le terrain. En un mot, « moi je les classe, eux me classent », dit-il. En effet, la position respective des parties lui apparait en définitive comme équilibrée — avec une place pour des représentations, des attentes et des manipulations de part et d’autre. Mais, en définitive, le produit du travail de l’anthropologue doit rester transparent, et si possible être rendu aux intéressés.

3Abordant la question de l’enseignement de l’anthropologie et de la méthode, Sophie Caratini laisse de côté les leçons ethnographiques de Marcel Mauss, et pointe la valeur heuristique du rapport et de la relation entre les individus. L’expérience du terrain mobilise l’esprit et le corps du chercheur, et l’invite au pragmatisme. La technique de l’observation participante appelle de la part de Maurice Godelier plusieurs commentaires distinguant l’observation spontanée de l’observation méthodique ou, systématique. Cette dernière constitue une véritable technique d’arpentage méticuleux et d’observation du champ étudié. Les apports du moi cognitif demandent à être confrontés, croisés et recoupés avec les données. L’observation est une médiation dont le but est de saisir les signes, la structure en oubliant les schèmes culturels d’origine. L’engagement du chercheur entraine un déplacement où il abandonne ses repères.

4Le contexte socio-économique a varié au cours du temps, et la commande d’études ethnologiques qui venait autrefois de l’empire (contexte colonial) ou de l’État (contexte nord-américain) a laissé place à une démarche non institutionnalisée qui apparait à certains égards plus périlleuse pour le chercheur5. Le statut de l’ethnologue en mission se construit ainsi dans la rencontre et l’entrée en relation. Celui-ci ne peut être l’étranger qui reste en-dehors. L’anthropologue doit être en empathie et susciter la sympathie des observés. Les liens créés peuvent opposer une limite à l’objectivité qui requiert de la part de l’anthropologue la maitrise de sa subjectivité, tout en constituant une condition de réussite du projet de recherche. Les exemples livrés par Sophie Caratini illustrent explicitement la complexité de certaines situations où l’homme — ou la femme — et le scientifique ne peuvent se dissocier. La personne toute entière de l’anthropologue est engagée sur le terrain.

5Dans le chapitre « Les non-dits à soi-même », Sophie Caratini montre comment son histoire personnelle est enlacée dans l’histoire sociale et culturelle de la communauté étudiée. Par son objet, l’anthropologie appréhende des questions existentielles. L’anthropologue consacre une large part de sa vie à son objet d’études et cherche des mots pour comprendre et se comprendre. Dès lors partir, c’est tenter de résoudre quelque chose que l’on cherche en opérant une forme de transfert. De son côté, Maurice Godelier souligne la part du hasard et de l’intuition dans le choix des objets de recherche. Sophie Caratini est allé vers un contexte politique, celui de la création d’une nation intégrant les tribus de l’ouest saharien, et a pu endosser le rôle du scientifique comme dépositaire de la continuité historique et entretenir une relation privilégiée avec les anciens. Maurice Godelier a, dans l’intervalle de ses séjours, assisté au processus de colonisation et de dissolution de la culture traditionnelle des Baruyas en Nouvelle-Guinée. Les liens tissés entre les anthropologues et l’histoire des communautés étudiées au long de leur vie prennent pour eux une dimension très personnelle.

6Sophie Caratini expose le dilemme de l’anthropologue attelé à la représentation de l’objet observé. Il doit à la fois s’effacer et être partial en étant le témoin de l’Autre tout en étant impartial et scientifique : il conjugue le dedans et le dehors. Maurice Godelier met en évidence les différentes transactions que traverse le discours : le réel, l’observable, l’observé, le retenu, le traduit, le compris autant d’interstices où s’installe la subjectivité.

7La question de l’altérité est une question centrale en anthropologie, discipline scientifique qui se donne pour objet l’étude des systèmes culturels dans lesquels les hommes habitent le monde construisent liens sociaux et structurent leur identité6. L’altérité dont parlent Maurice Godelier et Sophie Caratini est lointaine, exotique. Les écarts importants observés tiennent à cette distance. Pour autant, lorsque les objets de recherche en anthropologie se rapprochent de nous dans une anthropologie du monde contemporain, la lecture des « non-dits » apporte un éclairage juste et pertinent. L’ouvrage présente ce double intérêt d’être à la fois un retour d’expérience de deux anthropologues expérimentés et sensiblement différents et d’ouvrir sur des propositions épistémologiques d’une anthropologie réflexive.

Haut de page

Notes

1  Perte des repères y compris les plus ancrés, isolement oppression, déséquilibre psychique.

2  Maurice Godelier (p. 160).

3  Sophie Caratini est née en 1948.

4  Maurice Godelier a été très sollicité dans le débat du « mariage pour tous ». L’apport de l’anthropologie permet de relativiser tous les argumentaires tirés de lois « naturelles ». La relation homme-femme est pour lui une des clés d’explication des sociétés.

5  Car sujette à des interprétations de toutes sortes : espionnage, manipulation politique etc.

6  Jean Bazin, « La culture, une construction de l’altérité », http://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/l_anthropologie_en_question_alterite_ou_difference.948.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Sophie Caratini, Les non-dits de l’anthropologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 avril 2013, consulté le 04 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11354

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page