Navigation – Plan du site

Mark Cieslik, Donald Simpson, Key Concepts in Youth Studies

Maxence Morel
Key concepts in youth studies
Mark Cieslik, Donald Simpson, Key concepts in youth studies, London, Sage, coll. « Key concepts », 2013, 178 p., ISBN : 9781848609853.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage de Cieslik et Simpson vise, comme son titre l'indique, à fournir aux étudiants une introduction à la sociologie de la jeunesse, en en définissant les notions fondamentales. Cette dimension pédagogique se reflète à travers un certain nombre d'éléments. Tout d'abord, son format, qui le rend maniable et transportable. Ensuite, sa division en courts chapitres, d'environ cinq pages. Les trente-trois chapitres qui composent l’ouvrage donnent un aperçu de l'état de la recherche dans des domaines variés, des loisirs au logement, du genre à l'éducation, la bibliographie à la fin de chaque chapitre permettant ensuite de prolonger la lecture.

  • 1  « Concepts, problèmes et débats fondamentaux »
  • 2  Gillis John, Youth and History : Tradition and Change in European Age Relations 1770-Present, New (...)

2Malgré leur aspect dispersé, il est possible de regrouper les trente-trois chapitres autour de certains thèmes. Ces derniers sont présentés dans la première partie, « Foundational Concepts, Issues and Debates »1, puis approfondis dans les différents chapitres de la seconde partie. Il convient tout d'abord de définir la notion même de jeunesse. Comme le rappellent les auteurs, celle-ci ne correspond en effet pas à un état biologique fixe mais est socialement construit. À ce titre, elle varie selon le contexte social et les acteurs. La notion de jeunesse n'apparaît ainsi qu'à partir de la fin du XVIIIe siècle, alors que la Révolution Industrielle fait apparaître une nouvelle phase intermédiaire entre l'enfance et l'âge adulte2. La notion de transition, qui désigne le passage d'une catégorie d'âge à une autre, est une notion fondamentale dans la définition de la jeunesse. Le passage de l'adolescence à l'âge adulte est généralement défini par l'entrée sur le marché du travail, le départ du logement familial et la fondation de sa propre famille. Alors que ces trois événements tendent à se distancier les uns des autres, les contours de la jeunesse deviennent plus flous.

  • 3  On pourra d'ailleurs regretter que si la complexité des rapports entre classe, genre et race est é (...)
  • 4  « Société du risque ». Notamment développée par Beck Ulrich, Risk Society : Towards a New Modernit (...)
  • 5  « Biographies de choix » ou « biographies choisies ».

3Les phases de transition ne sont toutefois pas vécues de la même façon par tous. Il existe entre les jeunes des inégalités structurelles, à la fois socio-économiques, raciales et genrées3. Selon leur origine sociale, les jeunes n'ont donc pas la même chance d'avoir un parcours chaotique ou ordonné. La force des inégalités entre jeunes aujourd'hui est le sujet d'un débat majeur, dont Cieslik et Simpson rendent bien compte. D'une part, la théorie de la « risk society »4 avance que les changements intervenus dans les sociétés contemporaines – désindustrialisation, mondialisation, nouveaux médias – les ont rendues plus souples et ont ainsi accordé aux individus une plus grande liberté. Mais d'autres auteurs font remarquer que cette théorie sous-estime la persistance et la prégnance des facteurs structuraux, qui contribuent encore beaucoup à déterminer ce qu'on ne peut pas vraiment appeler des « choice biographies »5.

  • 6  Jobert Bruno (dir.), Le tournant néo-libéral en Europe, Paris : L'Harmattan, 1994

4Le thème des inégalités sociales ne se retrouve pas seulement au sein de la jeunesse mais se décline aussi entre la jeunesse et les autres classes d'âge. Le principal problème est alors celui du taux de chômage plus élevé des jeunes, qui oblige les pouvoirs publics à adopter des politiques sociales spécifiques ou à réformer le modèle de formation. Quand ils abordent cette question, Cieslik et Simpson donnent un bon aperçu des mesures les plus récentes, sous le New Labour puis sous le gouvernement de coalition actuel. Si leur analyse reste donc centrée sur le Royaume-Uni, elle décrit des tendances qui se retrouvent ailleurs. C'est notamment le cas du « tournant néo-libéral »6 et des politiques « d'activation », qui font peser sur les jeunes une responsabilité accrue vis-à-vis de leur propre situation sociale.

  • 7  L'ouvrage de Paul Willis, Learning to Labour, n'a ainsi été publié en France qu'en 2011. Compte-re (...)
  • 8  Bennett Andy, « Subcultures or neo-tribes ? Rethinking the relationship between youth, style and m (...)
  • 9  « Paniques morales ».

5Un autre thème majeur de l'ouvrage est celui des cultures de jeunes ou subcultures. Il s'agit en effet d'une notion centrale dans la sociologie de la jeunesse britannique, notamment grâce aux travaux de l'école de Birmingham et du Centre for Contemporary Cultural Studies (CCCS), mais qui reste encore relativement méconnu en France7. L'expression désigne les cultures de jeunes formées par opposition à la culture dominante : mods, punks, goths, etc. Selon les travaux du CCCS, inspirés par la notion gramscienne « d'hégémonie », ces subcultures seraient une forme de résistance, en même temps qu'une « solution magique », développée par les jeunes issus des classes populaires en réaction à leur position socio-économique dominée. Paul Willis évoque ainsi une relation d'homologie entre subculture et position sociale. Depuis la fin des années 1990, cette relation est toutefois remise en cause par des travaux soulignant la plus grande flexibilité des cultures de jeunes8. Ces subcultures peuvent en retour déclencher de la part des médias et des autorités publiques des « moral panics »9 : la criminalité des jeunes est exagérée et présentée comme l'indicateur d'un déclin moral et une menace pour la société. On retrouve là l'idée selon laquelle les définitions et les représentations de la jeunesse sont socialement construites et liées aux relations de pouvoir dans lesquelles elles apparaissent.

  • 10  « Une chanson peut nous transporter en d'autres lieux, nous faire remonter le temps ou nous amener (...)

6Le livre n'est cependant pas dénué de défauts, certains étant liés à son format particulier. La multiplication de courts chapitres occasionne un certain nombre de répétitions, notamment sur la question des loisirs et des subcultures. On peut aussi s'interroger sur le classement des chapitres, qui ne semble suivre aucune logique particulière. En outre, les auteurs ne sont parfois pas à l'abri de certains lieux communs. Cela donne ainsi lieu à des phrases comme « A song can transport us to other places, to our pasts or to futures yet to be lived »10. Les quelques passages qui sortent du Royaume-Uni, notamment sur la question de la mondialisation, semblent aussi assez superficiels.

  • 11  Olivier Galland, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2011 [1991]. Compte- (...)

7En définitive, Keys Concepts in Youth Studies réalise sans conteste son objectif : fournir un aperçu général des travaux en sociologie de la jeunesse. En tant que tel, il est donc à conseiller aux étudiants mais aussi à tous ceux qui voudrait se renseigner sur l'état de la recherche au Royaume-Uni. Cependant cette lecture ne peut pas se suffire à elle-même mais doit se comprendre comme une introduction vers des ouvrages plus approfondis. Une première idée de complément pourra être, pour la France, l'ouvrage d'Olivier Galland11.

Haut de page

Notes

1  « Concepts, problèmes et débats fondamentaux »

2  Gillis John, Youth and History : Tradition and Change in European Age Relations 1770-Present, New York : Academic Press, 1974

3  On pourra d'ailleurs regretter que si la complexité des rapports entre classe, genre et race est évoquée, la notion d'intersectionnalité n'apparaisse pas.

4  « Société du risque ». Notamment développée par Beck Ulrich, Risk Society : Towards a New Modernity, London : Sage, 1992.

5  « Biographies de choix » ou « biographies choisies ».

6  Jobert Bruno (dir.), Le tournant néo-libéral en Europe, Paris : L'Harmattan, 1994

7  L'ouvrage de Paul Willis, Learning to Labour, n'a ainsi été publié en France qu'en 2011. Compte-rendu par Ludivine Balland : http://lectures.revues.org/6699

8  Bennett Andy, « Subcultures or neo-tribes ? Rethinking the relationship between youth, style and musical taste », Sociology, vol. 33, n°3, 1999, pp. 599-617

9  « Paniques morales ».

10  « Une chanson peut nous transporter en d'autres lieux, nous faire remonter le temps ou nous amener dans des futurs qui attendent encore d'être vécus ».

11  Olivier Galland, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2011 [1991]. Compte-rendu par Julian Devaux : http://lectures.revues.org/6043

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxence Morel, « Mark Cieslik, Donald Simpson, Key Concepts in Youth Studies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 avril 2013, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11369

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page