Navigation – Plan du site
De l'hospice au domicile collectif

De l'hospice au domicile collectif

La vieillesse et ses prises en charge de la fin du XVIIIe siècle à nos jours
Yannick Marec, Daniel Reguer (dir.), De l'hospice au domicile collectif. La vieillesse et ses prises en charge de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, coll. « Histoire & Patrimoines », 2013, 568 p., Préf. G. Laroque, Postf. P. Bourdelais, ISBN : 978-2-87775-564-1.
Notice publiée le 30 avril 2013

Présentation de l'éditeur

« Près de trois siècles de vieillesse observée, analysée, située. Trois siècles qui ont vu émerger les grands parents, au XVIIIe avec Greuze qui les peint, et au XIXe, avec Hugo qui les magnifie, pour, de nos jours, les faire osciller entre ceux qui aident et ceux qui sont aidés. Trois siècles qui ont regardé la pauvreté des vieux devenus incapables de travailler et tombés à charge de leurs proches et, à défaut, de la charité publique puis de l'assistance et en fin de la solidarité. Trois siècles qui ont vu la naissance des seniors, retraités actifs et, dit l'année 2012, solidaires des autres générations : l'entraide équitable et symétrique va-t-elle supplanter la relation nécessaire mais asymétrique de l’aide ? [. . .]
Le très grand intérêt et l’originalité [de ce volume] consistent à savoir osciller harmonieusement entre le local et le global, entre l’enracinement régional et la vision nationale, voire internationale. Ces travaux viennent de disciplines, de spécialités diverses, comme est diverse la société elle-même. L’accent est mis sur l’apport de la société à l’accompagnement de la vieillesse, grâce à des politiques sociales qui traversent les républiques et les gouvernements. De la généralisation des pensions de retraite qui fait reculer la pauvreté des vieillards, au développement de la gériatrie qui apprend à les soigner, à la modernisation de la gérontologie qui permet de mieux accueillir et accompagner, l’ouvrage met en valeur ce que la société fait pour ses anciens, même si, encore et toujours il y a plus et mieux à faire. »

Extrait de la préface de Geneviève Laroque (†), présidente de la Fondation nationale de gérontologie.

Haut de page