Navigation – Plan du site

Grace Davie, The Sociology of Religion : a critical agenda

Vincent Petit
The sociology of religion
Grace Davie, The sociology of religion. A critical agenda, London, Sage, 2013, 304 p., ISBN : 9781849205870.
Haut de page

Texte intégral

1Grace Davie, professeur émérite à l’université d’Exeter (Grande-Bretagne), publie la seconde édition (la première date de 2007) de The Sociology of Religion. Cette spécialiste de sociologie des religions, comme on dit en français, est connue dans notre pays pour avoir donné des cours à l’EPHE et à l’EHESS : elle a d’ailleurs signé, avec Danièle Hervieu-Léger, le volume Identités religieuses en Europe (La Découverte 1996). Certains de ses ouvrages sont d’ailleurs disponibles en français comme La Religion des Britanniques de 1945 à nos jours (Labor et Fides, 1996, traduction de Religion in Britain since 1945, Blackwell, 1994).

2L’objet de The Sociology of Religion s’explicite par son sous-titre : a critical agenda. Il s’agit à la fois d’un ouvrage didactique destiné au grand public, presque d’un manuel, mais aussi d’une mise au point très informée, alimentée aux sources les plus récentes et les plus documentées, essentiellement anglophones comme on peut le remarquer dans la bibliographie. Ambition didactique qui se lit aussi dans la succession de douze chapitres, y compris l’introduction et la conclusion, qui s’organisent en deux parties – on y trouvera en outre un index, non seulement onomastique mais aussi thématique ce qui est toujours utile. La première partie passe en revue différentes perspectives théoriques : sur les sources et les perspectives d’étude, sur le concept de sécularisation, sur celui de la modernité, sur la rational choice theory... La seconde partie est consacrée aux questions de fond : sur les principales religions du monde, le problème des minorités et des marges, la question du fondamentalisme, les religions dans la mondialisation... L’intérêt du livre est de donner sur tous ces points un état des travaux des principaux sociologues, et une réflexion tout en franchise de ce qu’est aujourd’hui la sociologie religieuse (l’auteure parle ainsi d’insulation et d’isolation à l’intérieur de son champ disciplinaire, p. 100).

3Le propos de Grace Davie est tout entier traversé par deux constats contradictoires. Selon elle, la religion connaît un développement dans beaucoup d’endroits du monde et constitue encore et toujours un des facteurs déterminants de la vie individuelle et sociale, à l’exception de l’Europe. En même temps cette Europe sécularisée se trouve confrontée depuis quelques décennies à un retour en force de la religion dans la sphère publique et à un développement du pluralisme confessionnel : visibilité de l’Islam, apparition de nouvelles formes de spiritualité, new age... Cette exception européenne, encore qu’elle varie en degré selon les pays, trouve sa matrice dans la France des Lumières et son archétype dans la France républicaine : la modernité est forcément séculière, laïque, elle mène à un déclin de la religion dans la société et dans l’esprit des individus (Berger, cité p. 64) ; l’expression rationnelle de la volonté générale nécessite au préalable un processus d’émancipation par rapport à la croyance. La vitalité religieuse que l’on peut observer encore dans certains pays comme l’Italie, la Pologne ou l’Irlande ne serait due qu’à des retards liés à une conjoncture particulière (sous-développement économique, adéquation avec l’identité nationale, domination communiste jusqu’en 1989...). C’est ce paradigme, elle aussi une croyance, qui est aujourd’hui remis en cause et Grace Davie d’en donner des exemples que ce soit des mouvements de fond avec le succès mondial du pentecôtisme, les progrès de l’œcuménisme global, la réactivation du fondamentalisme – qui d’ailleurs n’est pas forcément religieux (p. 202-203) ou des événements conjoncturels, comme les obsèques télévisées du pape Jean Paul II. L’Europe, de ce point de vue, ne serait pas l’avenir du monde.

4Pourquoi cette situation du Vieux Continent, à l’opposée par exemple de celle des Etats-Unis ? C’est ici que réside le principal intérêt du livre en apportant différents éléments de réponses et bien des nuances. L’auteure se rapporte fréquemment au cas anglais, plus proche de celui de ses voisins européens, mais le cas canadien eût été peut-être plus instructif. Selon les sociologues adeptes de la rational choice theory (Iannacone, Stark), la faible vitalité religieuse de l’Europe serait en grande partie liée à l’absence de marché, c’est-à-dire à un défaut de concurrence (p. 67) : une religion dominante, traditionnelle, historique, sans véritable rivale, n’apporterait que peu d’intérêt et de profit à ceux qui la pratiquent. D’autres (Martin) expliquent qu’en Europe la religion s’intègre dans la société selon un mode horizontal, exprimant un modèle de domination vers le bas, alors qu’aux Etats-Unis elle s’inscrit davantage de manière verticale, par le bas (p. 59).

5Qu’on permette ici au recenseur de prêcher pour sa paroisse : le recours aux historiens de la religion permettrait d’apporter des éléments complémentaires puisque la modernité politique et sociale européenne s’est construite dans un combat contre une religion dominante (dans le cas français), par l’étatisation de la chose religieuse (le cas des Eglises luthériennes ou anglicanes) ou par la mise à égalité des différentes confessions (le système des « piliers » qu’on retrouve aux Pays-Bas ou en Belgique). Néanmoins, la modernisation des sociétés européennes s’est opérée aussi en vertu de facteurs proprement religieux : catéchisation et développement de l’instruction, introduction de formes de dévotion et de pastorale modernes, mise en place de structures sociales intégrantes : partis démocrates-chrétiens, syndicats, clubs de football, patronages, etc. En outre, jusqu’à récemment, cette modernité (le concept fait l’objet du chapitre 5) s’est moulée dans les cadres ou des formes pré-existants que ce soit le calendrier, le code de la famille, ou même l’État (qu’on songe à la monarchie britannique ou à la référence à Dieu dans certaines constitutions), largement imprégnés par le christianisme – la vigueur des manifestations contre la loi du Mariage pour Tous au début de cette année 2013 est une illustration de cette prégnance, même devenue minoritaire.

6Car même dans la vieille Europe, une mémoire religieuse demeure vivante, sensible dans les arts, l’attachement patrimonial aux lieux de culte ou aux cimetières, aux rites de passage (les obsèques en particulier), tout comme une présence médiatique (une étude sur l’utilisation de la religion dans les messages publicitaires serait la bienvenue...) : certains footballeurs sont connus pour leur conversion religieuse, et en 2013, le chanteur Grégoire a mis en musique des poèmes de Sainte Thérèse... Seulement, comme le souligne Grace Davie, la religion, en tant que pratique, appartenance ou croyance, il faudrait à chaque fois distinguer, est passée de l’obligation à la consommation, ce en quoi aussi elle est tout à fait moderne. Toute religion n’a donc pas disparu, la dominante, d’un point de vue historique et culturel, restant la norme. D’une part, il peut y avoir croyance sans appartenance, et appartenance sans croyance (ce que Grace Davie appelle vicarious religion : la pratique religieuse est le fait d’une minorité active qui bénéficie toutefois du soutien tacite de la majorité de la population, p. 128 et 144). D’autre part, la majeure partie des Européens reconnaît aux Eglises un rôle de service public (dans l’éducation, la santé, le « social » ou l’éthique).

7On le comprend, au gré des aspects qui nous ont parus les plus saillants, le livre de Grace Davie n’apporte pas de réponses définitives, et évite avec soin d’asséner des certitudes et des affirmations. Au contraire, il suscite bien des réflexions et des débats, ce en quoi, bien davantage qu’une somme académique, sa lecture en est nécessaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Petit, « Grace Davie, The Sociology of Religion : a critical agenda », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 30 avril 2013, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11387

Haut de page

Rédacteur

Vincent Petit

Agrégé d’histoire, docteur en histoire (Paris-1/Fribourg), spécialiste d’histoire religieuse et culturelle

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page